Une histoire photographique de l’exode russe à Shanghai (1918-1940) : retours de la conférence d’Andrei Korliakov à l’IAO

Couverture IV volume 7.qxdCe jeudi 6 février le séminaire de l’Institut d’Asie orientale accueillait Andrei Korliakov pour une conférence sur l’histoire de l’exode russe à Shanghai de 1918 à 1940. Cette séance a également été l’occasion de réfléchir à la possibilité d’écrire l’histoire à partir de photographies, ainsi que sur la méthode et le statut d’une historiographie non-académique, parfois problématique.

Qui ? Andrei Korliakov est un historien atypique : autodidacte et collectionneur d’images, il poursuit depuis près de vingt ans le projet d’écrire l’histoire avec des images, à partir des images, essentiellement photographique. Son extériorité académique lui a peut-être inspiré cette approche originale de l’histoire, qui gagne également les historiques professionnels depuis les années 1990 au moins. Ainsi libéré (un peu trop parfois…) des contraintes et habitus universitaires accumulés lors de nos formations académiques, les images occupent une place centrale dans son travail.

Quoi ? L’immigration russe dans le monde après la révolution de 1917 est le thème fédérateur d’Andrei  Korliakov de manière générale. Cette séance consacrée aux exilés russes en Chine n’est qu’une partie d’une oeuvre qui tend à devenir colossale : près d’une dizaine d’ouvrages autopubliés, d’au moins 500 pages chacun et entièrement composés de photographies, sont parus depuis son Histoire illustrée de l’exode russe (1999).

Toutefois, ce billet porte moins sur le contenu de son travail que sur sa méthode, la fabrique parfois problématique de cette histoire photographique et non-académique. Quatre moments jalonneront ce parcours critique, retraçant l’itinéraire de recherche historique : les sources d’abord, les horizons et les principes de recherche ensuite, ses conditions et ses outils, et sa mise en récit, enfin.

I. Les sources et la méthode de collecte : historien-chasseur, historien-cueilleur ?

Pour collecter ses images, A. Korliakov puise à trois sources :

Première voie : une récolte aléatoire fondée sur le bouche-à-oreille. L’intérêt de Korliakov pour les images historiques de l’exode russe provient d’une curiosité à l’égard de photographies rencontrées par hasard, chez une exilée russe qui les avaient accrochées aux murs de son appartement parisien. De cette rencontre visuelle fortuite a surgi le projet d’une exposition, qui a attiré de nombreux exilés ou descendants d’exilés russes. L’historien a ainsi pu nouer de nouveau contacts, trouver de nouvelles sources. Certains descendants venus à l’exposition  ont accepté d’ouvrir et parfois de donner leurs photographies. Mais la coopération est plus ou moins facile. Des blocages se manifestent lorsqu’il est question de mémoire, ou d’intimité (refus de publier des photos de mariage, même anciennes). Cette méthode de collecte suggère deux remarques.

D’une part, elle rend compte d’un rapport peu classique de l’historien à ses sources, un rapport spécifique peut-être aux sources iconographiques : ce sont les images qui viennent à l’historien visuel, à l’inverse de l’historien conventionnel qui part d’abord à la rencontre des textes en se rendant aux Archives ou en bibliothèque, par exemple.

D’autre part, cette méthode s’apparente à ce crowdsourcing en plein essor dans le monde numérique, mais qui soulève deux problèmes majeurs. ? Outre le problème technique (procédure de scan, enjeux de conservation, se pose une question éthique fondamentale : le crowdsourcing ravive les frictions entre histoire et mémoires, entre  recherche en histoire et demande d’histoire. L’historien crowdsourcier, plus encore que ses prédécesseurs, ne risque-t-il pas de se trouver confronté à des commandes et demandes d’histoires contradictoires, forcé d’arbitrer et de prendre parti entre les mémoires ? Sur cet enjeu mémoriel se greffe la question des droits à l’image, dans un environnement juridique encore très instable, où tout se règle au cas par cas. Il faudrait imaginer des arrangements, des accords, une charte des bonnes pratiques, une sorte de contrat, notamment pour construire des bases de données à partir de fonds d’archives bien identifiés.

Deuxième voie de collecte : les puces : ici, on retrouve le sens normal de la quête documentaire : l’historien redevient ce braconneur qui part à la chasse aux images…

Troisième voie : Internet et les recherches sur les sites e-bay ou delcampe : une méthode qui tente de tirer profit du nouvel environnement numérique, mais se révèle plus aléatoire encore.

II. Les principes de recherche : une éthique policière et conservatrice

L’éthique de recherche d’Andrei Korliakov repose sur trois principes, qui peuvent irriter parfois l’historien héritier de la nouvelle histoire :

1) Un principe d’authentification / falsification : l’historien Korliakov est avant tout enquêteur ou un détective, qui conçoit la recherche historique comme une enquête policière, fondée sur la quête d’indices qui permettrait de déterminer LA vérité historique. Pour lui, la photo a le statut de preuve : elles servent à orienter l’enquête vers la vérité qui en est le terme. L’historien détective cherche quelle LA bonne légende, la vraie légende, noyée au milieu d’une trentaine de légendes différentes : c’est le cas d’une photo représentant un officier russe interpellant les exilés russes à leur arrivée à Constantinople, leur recommandant de n’abandonner leur nationalité que s’ils n’avaient pas le choix et de ne jamais se mêler des affaires intérieures du pays d’accueil. C’est un détail vestimentaire sur l’uniforme d’un officier, rendu visible par le zoom sur une photo en haute résolution, qui a fait émergé LA vérité, nous a confié l’enquêteur. Mais peut-on encore parler d’histoire quand on méprise la diversité même de ces légendes, qu’on ne s’interroge pas sur leurs coexistence et leurs contradictions, sur le pourquoi de leur coprésence ? De ce premier principe découle le deuxième :

2) Un principe d’identification : authentifier la photographie suppose pour Korliakov d’identifier les personnages avant tout. Ces personnages sont relativement connus, leur histoire est documentée. C’est une histoire qui ressuscite finalement la biographie, même si elle sollicite la photographie et le portrait. Elle renoue en partie avec une histoire héroïque : c’est mois l’histoire des anonymes et de la vie quotidienne qui semble intéresser Korliakov, même si cette quête identitaire des militaires nommés et parfois célèbres, est une voie d’accès indirect vers les anonymes, les civils, la vie quotidienne les gens ordinaires pour lesquels ils sont parfois célèbres. Et lesdits militaires n’appartiennent jamais qu’à un seul clan… Si le regard de Korliakov se porte surtout sur les personnages, les portraits et les visages, ceux des militaires plutôt que des civils, le généalogiste de l’exode russe redevient parfois historien lorsqu’il reconnaît que ces images rendent aussi l’atmosphère de l’époque. Une photographie de rue prise dans le quartier russe à Shanghai montrant des enseignes et des panneaux écrits en russe e rue  témoignent d’un espace saturé par la langue russe. Cet environnement visuel devait atténuer le sentiment de dépaysement et déracinement pour les exilés : comme un morceau de Russie emporté avec eux, la rue est le lieu où se reconstitue un environnement familier. Du point de vue de la méthode, les photographies aident ici l’historien à reconstituer la culture visuelle et sensorielle des contemporains. Par cette immersion dans le passé, elles bâtissent une histoire plus sensible.

Ces deux premiers principes s’enracinent sur un troisième, qui les rend possible :

3) Un principe de conservation et de restauration : dans la mesure où c’est la qualité de l’image qui conditionne l’authentification et l’identification, le travail de restauration des images est premier, dans les deux sens du terme préalable et primordial. La photo a ici le même statut que le patrimoine ou l’oeuvre muséographique. L’image doit être réparée et épurée de toutes souillures ou écorchure pour être lisible et exploitable. La résolution doit être de haute qualité pour pouvoir zoomer et faire apparaître des détails et des indices invisibles à l’oeil nu. Mais qu’est-ce que restaurer, sinon toujours manifester cette obsession d’une vérité originelle, équivalente de la vérité historique recherchée par l’authentification et l’identification coûte que coûte ? Que devient cette vérité matérielle des sources éprouvées par les rigueurs du temps, ou les lacérations volontaires des acteurs, fruits de leurs passions et de leurs mémoires contradictoires ? Restaurer, n’est-ce pas aussi effacer les traces qui rendraient possibles une autre histoire, une histoire des images saisie dans leur matérialité et leur fragilité, plutôt que des personnages et faits sont elles seraient le support, la témoignage, la preuve ?

III. Les conditions et les outils de la recherche

Sur le plan matériel, Korliakov recourt largement aux techniques de restauration des images qui ont déjà été mentionnées, et que nous ne développerons pas. Concernant les outils d’analyse ou de traitement des images, il mobilise les ressources de l’informatique : notamment le zoom qui permet de repérer les détails qui deviennent des indices et transforment la photo en preuve. Les photographies sont pourtant loin d’être un reflet de la vérité historique supposée, une fois retouchées et redimensionnées (si la hauteur est conservée, la largeur de l’image est doublée, reproduite sur une double page). Au plan des outils théoriques et bibliographiques, le détective historien préconise une double acculturation aux images et à la période historique :

  • une acculturation par les textes, d’abord : les sources écrites, primaires et secondaires : Korliakov est conscient que les images ne parlent pas d’elles-mêmes. Il reconnaît que c’est à partir de la connaissance qu’on s’est forgée de la période, par d’autres moyens, que l’on peut interpréter les images. Toutefois, les sources et la méthode de cette acculturation mériteraient d’être explicitées.
  • une acculturation par les images elles-mêmes : c’est par la fréquentation régulière, cumulative et assidue des photographies, que l’historien peut se familiariser avec les images et les visages qu’ils rencontrent, qui reviennent, se répondent et se contrarient parfois. Selon Korliakov, la connaissance historique commence par la reconnaissance visuelle. C’est par cette familiarité progressivement acquise que l’historien peut espérer se forger une solide culture visuelle de la période.

IV. La mise en récit

Et le récit dans tout ça ? Comment s’articulent les images et les mots, la matière littéraire et la matière iconographique ? Les mots ne servent pas seulement à déchiffrer, identifier, authentifier les images au cours du processus de recherche. Ils interviennent aussi pour raconter, communiquer, argumenter, lorsqu’ils sont mobilisés dans la construction du discours historique. Quel est le ratio images/textes dans ces livres volumineux de Korliakov ? Et la répartition entre les différents types de texte : les légendes, plus ou moins authentiques (et les légendes identifiées comme fausses, d’ailleurs, ont-elles  droit de cité malgré tout dans le livre fini) ; les descriptions et le récit de l’historien ? Je n’ai guère eu le temps de feuilleter les volumes, mais il en ressort d’emblée qu’ils sont presqu’exclusivement constitués d’images associées à des légendes écrites par l’historien, assez longues, essentiellement descriptives et donc redondantes par rapport à l’image. Les pages sont ici et là ponctuées d’images d’archives (lettres, papiers d’identité et diverses archives du for privé) qui sont censées orienter la contextualisation des images. Mais leur sélection n’est guère explicitée. Les ouvrages ont tous la même structure : l’historien a fait le choix de suivre la chronologie de l’exode : le départ, le voyage, l’arrivée, l’installation, la vie quotidienne… la mort…

Si cette histoire amateure a pu hérisser certains spécialistes, elle a toutefois le mérite de soulever de nombreuses questions chez l’historien professionnel…


Cécile Armand

Ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure (ENS) de Lyon (2006), agrégée d’histoire (2009), docteure en histoire (2017). Ma thèse propose une histoire spatiale de la publicité à Shanghai (1905-1949), sous la co-direction de Christian Henriot (Aix-Marseille Université) et Carol Benedict (Georgetown Université, Washington D.C.). Au-delà de la publicité à Shanghai, mes centres d’intérêt me portent vers l’histoire urbaine, spatiale et sociale en général, les outils et méthodes numériques pour la recherche historique, l’historiographie et l’épistémologie.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookPinterest

Une réflexion sur « Une histoire photographique de l’exode russe à Shanghai (1918-1940) : retours de la conférence d’Andrei Korliakov à l’IAO »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *