La Chine dans les « Collections de l’Histoire » (VMC 2)

14 novembre 2012
Par

Visages médiatiques II (VMC 2) : la Chine dans les « Collections de l’Histoire »

 

http://www.journaux.fr/images/revues/M5876.jpgDeuxième volet de cette série consacrée aux « visages médiatiques de la Chine » : la Chine dans la presse grand public et les revues d’histoire de vulgarisation. Dans le contexte du renouvellement du personnel dirigeant chinois lors du Congrès du Parti Communiste qui se tient du 8 au 14 novembre, les kiosques et marchands de journaux ont été envahis par une foultitude de revues et de journaux proposant des numéros spéciaux ou des hors-séries consacrées à la Chine et son histoire. Examinons quelques-uns de ces bijoux de la presse grand public, à commencer par la très sérieuse revue L’Histoire – qui nous livre pourtant en ce mois d’octobre un beau réservoir de clichés…

Le titre même de la revue est éloquent - « La Chine 1912-2012 – D’un empire à l’autre » : il crée l’illusion d’une permanence ou d’une « répétition de l’histoire », au mépris de cette matière diachronique qui constitue l’histoire, au prix d’un nivellement de la réalité historique et de la dissolution des évolutions sous le concept - ô combien problématique – « d’empire »…

 Un éditorial anti-historique ou anti-historien

 Son titre d’abord, « Le  réveil chinois », véhicule deux stéréotypes coriace, tendus entre permanence et mutations. Premier topos, celui d’une « répétition de l’histoire », de nouveau convoqué par l’effet d’un écho à peine assourdi au célèbre de l’ouvrage d’Alain Peyrefitte, Quand la Chine s’éveillera[1]… Comme si l’histoire chinoise – sinon l’Histoire en général… - n’était qu’une alternance de phases de veille et de sommeil, d’activité et d’inertie, qu’une succession d’endormissements et de réveils plus ou moins brutaux… donnant corps à une conception usée du temps, entre linéarité et cyclicité – fleurant le mythe de « l’Eternel retour » - et une vision tout aussi éculée de l’histoire « maîtresse de vie » pourvoyeuse de leçons et d’exempla par sa répétitivité même… Deuxième topos plus difficile à démasquer, car l’on a tendance à tronquer le titre de Peyrefitte en oubliant sa seconde partie : …le monde tremblera ! Voilà donc ressuscité la crainte séculaire du « péril jaune », imaginé en 1895 par  Guillaume II sous une forme politique et religieuse d’abord, avant de prendre une dimension plus économique mais aussi démographique. Et c’est sans doute sous cette forme qu’il subsiste aujourd’hui : la menace chinoise, c’est avant tout celle d’un pays émergent qui connaît une croissance économique effrénée à faire rougir d’envie cette Europe en « crise », d’une part, et d’une Chine qui reste forte - malgré sa politique de l’enfant unique - d’une population plus que milliardaire… fantasme d’une France vaincue et revancharde, hantée depuis 1870 par sa dénatalité et sa « dévitalisation », et donc la menace d’une « submersion » face à cette Allemagne ennemie supposée prolifique…

Poursuivons la lecture jusqu’au deuxième paragraphe : « Mao Zedong, maître du pays jusqu’à sa mort en 1976, établit d’emblée[2] un régime totalitaire (…) ». Arrêtons un instant sur ce simple petit mot d’emblée, apparemment anodin, mais qui va totalement à l’encontre de la pensée historique - pensée de la contingence par excellence – en infusant dans l’esprit du lecteur une impression de facilité, d’automatisme, de nécessité… Dès son arrivée au pouvoir, le Grand Timonier établit immédiatement, brutalement, d’un bloc et sans problème, naturellement en somme, son régime totalitaire… comme s’il ne pouvait, comme n’avait pu en être autrement. Un simple petit mot qui, sous son apparente innocence, conforte dangereusement l’équation déjà bien implantée dans la conscience – ou l’inconscient ? – du Français moyen que Mao = affreux tyran et dictateur = le Mal. L’expression même de régime totalitaire est lestée de toute une constellation de représentations partagées par tous les petits collégiens et lycéens actuels et anciens qui, pour être passés par le système de l’école républicaine française, connaissent sur le bout des doigts ces programmes du secondaire qui font la part belle aux totalitarismes, et qui ont retenu cette leçon majeure que, sous l’apparence de la diversité et de la complexité, tous les « totalitarismes » se valent et se fondent sous ce concept même de totalitarisme. Fascisme, nazisme, stalinisme, maoïsme – notons que seuls les deux derniers sont associés à des personnes… - même combat ! Le Grand Timonier n'est que le double ou le frère du Petit Père des Peuples ou du nabot à moustache au sein de la grande famille des dictateurs et des bourreaux. En bref, dans l’esprit de l’écolier ou ex écolier français, le totalitarisme est une étiquette commode  -aux relents de guerre froide - pour désigner le Mal… cet Autre qui n’est que l’envers et l’ennemi du Bien : Nous : la démocratie libérale, le monde libre, « l’Occident » et la France – cette gentille patrie des Lumières, de la Révolution et des Droits de l’Homme…

Si l’on poursuit encore la lecture, on s’aperçoit que la chronologie reste simpliste et « acritique », reprenant à son compte les grands schèmes temporels, les grands jalons de l’historiographie chinoise « traditionnelle », suivant les rythmes et les ruptures de la succession des régimes politiques. Elle conforte notamment la dichotomie classique et la grande ligne de fracture entre l’ère « Mao » - considérée comme un âge de la propagande, de la tyrannie, de la violence, de l’ignorance et du musèlement des penseurs et des historiens, finalement vengés par la nouvelle génération d’historiens de l’âge « post-Mao » - qui serait celui de la croissance économique, du capitalisme, de la libération –relative- des historiens et de l’historiographie chinoise en vertu de l’accès à de nouvelles sources… tout en maintenant l’illusion de la nuance et de la complexité, par le rappel - un brin fielleux - de l’envers de ce miracle économique post-maoïste –un développement brutal et inégal, l’exploitation de dizaines de millions de sans-droits, la destruction assumée de l’environnement - et par un hommage faussement compassionnel à ses « laissés-pour-compte »… En quelques lignes apparemment factuelles et objectives, la France a réglé ses comptes avec une Chine insolente qui ne peut éternellement continuer de faire miroiter les chiffres de sa croissance hypnotique sous les yeux envieux d’un Occident en déclin…

En somme, c’est à un numéro spécial fort peu « historique », malgré les prétentions de la revue à vulgariser la démarche de l’historien, que nous avons affaire… Mais n’est-ce pas imputable à la nature et à la fonction même de l’éditorial, à son format et à la forme d’écriture condensée qu’il impose ou requiert ? A son espace littéraire trop étriqué – sorte équivalent de la temporalité télévisuelle – pour accueillir la complexité du discours scientifique et de la réalité historique, géographique, sociale et culturelle ?

 Le lecteur de L’Histoire, touriste d’un passé chinois reconstruit

 Au fil des pages, la revue promène ensuite son lecteur, sorte de touriste d’un passé réinventé, suivant un itinéraire bien balisé par toute une série de passages obligés, de « lieux attendus », lieux communs, qui, ainsi repris et ressassés, contribue à conforter voire renforcer une vision conventionnelle, consensuelle, stéréotypée de la Chine. Le choix des « lieux attendus » est dicté par des soucis éditoriaux davantage qu’ils ne sont motivés par des soucis historiographiques ou déterminés par des critères scientifiques – des lieux attendus par le lecteur, ou supposés tels : mais la presse n’influence-t-elle pas en retour ces attentes, ne construit-elle pas, même, ces attentes et par là-même son propre lecteur ? Qui est réellement à la source des attentes et de cette vision stéréotypée de la Chine ? Sans doute est-il oiseux de rechercher une quelconque origine des clichés, son foyer, son berceau : postulons plutôt la circulation des images et des lieux communs au sein d’une « culture » ou d’un sens commun alimenté en permanence par différents types de canaux et de medias. Le pouvoir des images et des représentations naît moins de ces représentations et images isolées, en elles-mêmes, que de leurs citations, leurs répétitions, leurs récurrences, leurs effets d’appels et d’échos, dans une sorte d’hypervisualité – barbarisme forgé à partir de la notion d’hypertextualité…

Quels sont ces passages obligés ? Citons-en quelques-uns, avec la certitude qu’ils seront familiers au lecteur, et tâchons de les mettre au perspective, en résonance avec nos propres préoccupations de Français ou d’Occidentaux du XXIeme siècle, pour tenter de cerner le « lieu » d’où parle des revues de vulgarisation :

  • les minorités, le Tibet, les émeutes des populations ouïghours du Xinjiang (et donc leur répression…), intolérables à nous, Français, ouverts à toutes les minorités, terre de tolérance et d’accueil aux opprimés depuis les Lumières… La France "patrie des droits de l’homme" et donneuse de leçons, adossée sur sa « glorieuse » histoire nationale, redonne de la voix…
  • le statut difficile de la femme chinoise et les contrecoups de la politique de limitation des naissances : obsession d’une France inquiète du vieillissement de sa population, qui se réjouit des problèmes démographiques actuels de la Chine ?
  • de grands événements (le Grand Bond en avant, la Révolution culturelle), tant ressassés - sans pour autant en être mieux connus - qu’ils en deviennent, par association d’idées et automatismes mentaux, des abrégés de l’histoire chinoise elle-même…
  • la Cité interdite… hébergeant à elle seule tous ces lieux mythiques et emblèmes d’un patrimoine parfois menacé - ces lieux tout imprégnés de pittoresque et de mystère, qui éveillent tantôt la fascination du touriste potentiel, tantôt les souvenirs de celui qui y est allé, qui « a vu ce que c’était »[3], et en est revenu – cet « habitué » de la Chine au terme d’un séjour express de trois jours où il s’est vu bringuebalé de Badaling à Suzhou sans même avoir eu le temps de recharger son appareil photo numérique avant s’envoler pour Bangkok -

 De quelques icônes de l’histoire chinoise

De part mon intérêt pour les sources et les études visuelles, toute apparition d’image – notamment lorsqu’elle est mobilisée dans un discours historiographique – met en alerte mon ma conscience critique qui désormais ne connaît plus le repos… Dans la présente revue en l’occurrence, le « lecteur d’images » sera frappé par leur utilisation à des fins apparemment purement illustratives, d’une part, dénuée de toute interrogation sur la nature, la forme spécifique, le support ou la fonction de l’image, par exemple. Le souci esthétique devient finalement « idéologique » malgré lui en aboutissant à élaborer un véritable catalogue « d’icônes » abstraites de leur contexte. Non seulement les sources ou les « métadonnées » de base sont cachées au lecteur, mais les légendes, sans aucun fondement ni mention de leurs sources, en orientent dangereusement la lecture : ainsi en est-il de la photographie en page 94, légendée précisément « L’idole déchue. Image déchirée de Mao dans une ferme d’un village du Jiangxi (1988) », censée illustrer le processus de « désacralisation » post-maoïste. Mais d’où vient cette légende ? Qui l’a écrit ? Son auteur s’est-il rendu sur la tombe de l’idole déchue pour constater qu’elle était belle et bien morte et enterrée, pour vérifier que la déchirure était bien volontaire et idéologique et non le fruit de l’usure et du passage du temps ?

La lexicologie devient elle aussi vectrice d’une vision stéréotypée de la Chine. Le lexique apparemment neutre et purement utilitaire proposé en fin de revue, fait figure de « cabinet des curiosités » juxtaposant des bibelots historiographiques aussi hétéroclites que « l’Armée rouge », le col Mao, les minorités « cuits »/ « crus » ou le laogai – l’usage du chinois comme gage d’authenticité et de rigueur… A priori destiné à constituer un socle de connaissance de base sur la Chine et à servir d’outil et de repères dans le dédale de la multiséculaire histoire chinois, il pourrait s’intituler : « Les mots de la Chine » ou « La Chine pour les Nuls »… mais sonne finalement comme une litanie sans surprise, confortant la représentation conventionnelle que le Français du XXIe se fait de l’histoire chinoise, par ce qui n’est au fond qu’un pensum consensuel qu’il croit pouvoir mobiliser sans crainte face aux flux débordant d’informations et d’actualités anarchiques et trompeuses comme un appareil critique « objectif » et « efficace »…sans soupçonner que cette mise en mots de la Chine suppose aussi des choix, des réductions et des raccourcis, parfois innocents mais pas toujours…

 Mais qui se cache derrière cette imposture historiographique ?

Il est nécessaire de remonter aux sources, aux auteurs et aux acteurs de la revue, et d’en reconstituer le processus de production pour en comprendre et en démasquer les bévues. Tout n’est pas à jeter aux oubliettes de l’histoire « authentique » et « savante » : certaines contributions sont le fait d’historiens et de chercheurs qui font autorité dans leur domaine (Marie-Claire Bergère, Lucien Bianco, ou Alain Roux, par exemple), peu suspects de vouloir perpétuer des stéréotypes nationalistes ou de régler leurs comptes avec un Empire du Milieu par trop renaissant aux yeux de l’Occident déclinant. Il n’empêche : si bien intentionnés soient-ils, même bien arrimés à leur port universitaire, ils ne peuvent pas ne pas parler d’un « lieu » social – l’Université notamment, qui ne sera jamais une institution « neutre » et dénuée de présupposés idéologiques - ni se déprendre de tout « impensé » ou « inconscient » historique. Par ailleurs, leurs trop faibles voix ne suffisent pas à couvrir les vociférations médiatiques d’un Domenach, en dépit du format de l’interview choisi sans doute pour son caractère dialogique et interactif, apparemment semble plus ludique et plus accessible que le monolithique discours universitaire - mais n’est-ce au prix d’un affadissement et d’un appauvrissement, sinon d’une distorsion ou d’une dénaturation la connaissance elle-même. L’inégale qualité des articles s’explique donc par la fabrique même de la revue, qui met en jeu un melting-pot-salad bowl de journalistes, de sino-toutologues médiatiques (Domenach), et d’universitaires reconnus. Une mêlée caractéristique de cette concurrence des paroles (étatique, historienne, mémorielle, médiatique) diagnostiquée par M.Crivello et N. Offendsadt[4] et de ce « mélange des genres » plus ou moins bien appréciés, compris, efficace, au sein de l’espace public.

 « Cette officine où l’on fabrique l’idéal, il me semble qu’elle sent le mensonge à plein nez ! »[5]

 Quel peut-être l’au-delà, ou l’en dessous – le lieu souterrain – de cette vision stéréotypée de la Chine contemporaine ?

Les exigences éditoriales et financières, d’évidence : il faudrait étudier plus en profondeur la fabrique de la revue et de la presse grand public en général, en démonter les ressorts et les mécanismes, davantage l’incarner pour en démasquer les instigateurs  et leurs intérêts.

Moins visible, moins perceptible, sans doute : l’envie, les rivalités nationalistes d’une France, d’une Europe, d’un Occident « en crise » - qui jalousent cette puissance encore en pleine croissance – qui se consolent et se venge en lui rappelant l’envers de sa réussite, en conjurant ses mauvais démons, en ravivant sa mauvaise conscience, en titillant ses faiblesses – en s’érigeant comme à son habitude, en donneuse de leçons agitant l’étendard des droits de l’homme, de la démocratie, de la protection de l’environnement et du développement durables – tout ce bric-à-brac de valeurs et de (pré)supposés louables servant seulement à dessiner le visage d’une « anti-Chine » et à conforter la France et l’Europe dans leur rôle de « modèles » à imiter, de réservoir de valeurs où puiser, ayant encore force de proposition…



[1] d’Alain Peyrefitte, Quand la Chine s’éveillera…le monde tremblera, 1973.

[2] C’est moi qui souligne.

[3] Expression saisie lors de mon retour de Shanghai en 2009 sur les lèvres d’un cadre français revenant d’un séjour en Asie organisé par son comité d’entreprise…à méditer.

[4] Maryline Crivello, Nicolas Offendstadt, « Concurrences et controverses. Introduction », in Crivello, Garcia, Offendstadt (et allii), Concurrence des passés. Usages politiques du passé dans la France contemporaine, Publications de l’Université de Provence, 2006.

[5] Nietzsche, Généalogie de la morale, 1887.


Cécile Armand

Ancienne élève de l'Ecole Normale Supérieure (ENS) de Lyon (promotion 2006), actuellement en deuxième année de thèse à l'ENS Lyon, sous la direction de Christian Henriot (Institut d'Asie Orientale - IAO). Mon sujet porte sur la publicité en Chine du milieu du XIXe-au milieu du XXeme siècle, mais je m'intéresse à des questions historiographiques et méthodologiques plus générales ainsi qu'aux "humanités numériques".

More Posts

Follow Me:
Twitter

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : Actualités / News, Chine, Critiques, Historiographie

3 commentaires pour “ La Chine dans les « Collections de l’Histoire » (VMC 2) ”

  1. Peggy Cantave Fuyet le 21/03/2013 à 9:20

    Je partage presque tout ce qui a été dit dans l'article (et dans certains autres du blog que j'ai lu).

    Merci Cécile de faire sonner un autre son de cloche. ça fait du bien! J'en ai un peu ras-le-bol de lire sans cesse des articles remplis de stéréotypes et de mensonges sur la Chine et les Chinois. On se croirait dans une nouvelle Guerre froide!

    Je suis étudiante et fait une maîtrise en Chine (2 ans). J'aurai aussi à analyser les journaux et revues françaises pour écrire mon mémoire et de ce fait, ton blog me sera très utile!

    N'hésite pas à me contacter.

    Bonne continuation!

    Amicalement,

    Peggy C.F.

  2. jean-louis croccel le 21/11/2012 à 12:19

    Une pure merveille de lecture. Je me suis interrogé sur la signification de la fin de la 2è ligne du § intitulé " de qq icônes de l'histoire chinoise ". Votre concience en est-elle à ce point troublée qu'elle en change de nature ??
    Bravo pour cette étude.

  3. Serge LEFORT le 15/11/2012 à 16:49

    Voir aussi : Le retour de la Chine au centre http://www.scienceshumaines.com/le-retour-de-la-chine-au-centre_fr_27706.html
    Allusion masquée à "L'Empire du Milieu", expression favorite des médias dominants pour nommer la Chine. Lire : http://chineenquestion.wordpress.com/2010/02/23/中國-zhong-guo
    La bibliographie de la rédaction de Sciences Humaines fait la part belle à Alain Peyrefitte et Jean-Luc Domenach...

Laisser un commentaire

S'abonner à ce carnet

sabonner-à-ce-carnet1

Vous allez être redirigé vers le service d’abonnement du Cléo à OpenEdition. Cochez Hypotheses.org puis sélectionnez ce carnet dans la liste.

La Publicité sur Twitter