La tête pleine de bulles d’une historienne nhumériste…

Lyon BD Festival 2013_Officiel

Le Lyon BD Festival 2013 a fait des bulles dans la tête de l’apprentie historienne nhumériste que je suis…j’en ai encore la tête dans les bulles…

Ce week-end les 15-16 juin 2013 s’est en effet tenu le Festival de la bande dessinée à Lyon : précédée d’une « journée pro » le 14 juin, le Festival a proposé un riche panel de conférences, tables-rondes, projections, expositions, rencontres avec les auteurs, séances de dédicaces, remises de prix, et autres manifestations autour du 9ème art dans divers lieux emblématiques lyonnais (Palais du Commerce, Cour de l’Hôtel de Ville, Musée des Beaux-Arts – où dans son exposition « Les Bidochons se culturent », Christian Binet a tenté d’établir un dialogue humoristique entre l’art « académique » et la BD, entre culture « populaire » bidochonne et culture patrimoniale ou muséale – Comédie Odéon) ou rhône-alpins (Rize de Villeurbanne, Musée gallo-romain de Saint-Romain en Gal), avec une grande variété de tons, tantôt sérieux (conférence sur la bande dessinée à l’école), tantôt humoristique et décalé (conférence sur « le dernier message d’Hergé » ou encore la table-ronde où participait Marion Montaigne…)

Faire une place à ce Festival et au 9eme art en général sur ce carnet Hypothèses ne me semble pas déplacé – mais pourquoi se justifier sinon parce que la bande dessinée, malgré des progrès incontestables, peine encore à conquérir une « légitimité » dans les milieux académiques et dans la société, malgré des initiatives comme le « labo junior » « Science dessinée » de Tristan Martine à l’ENS de Lyon, ou son entrée au(x) musée(s) dès 1967 et surtout depuis les années 2000 ? Puisqu’il faut se justifier donc, je dirais que l’apprentie historienne et « nhumériste » que je suis y a puisé deux grandes inspirations, qui feront l’objet de deux billets séparés mais ramifiés par la magie hypertextuelle d’Internet :

  • sur les relations relativement anciennes, riches et complexes entre BD et histoire, et sur l’apport de la BD à la pensée de l’historien (à lire sur ce même blog)
  • sur les relations plus récentes mais tout aussi riches entre BD et « numérique » (sur le blog du labo junior « NHumérisme »)

Cécile Armand

Ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure (ENS) de Lyon (2006), agrégée d’histoire (2009), docteure en histoire (2017). Ma thèse propose une histoire spatiale de la publicité à Shanghai (1905-1949), sous la co-direction de Christian Henriot (Aix-Marseille Université) et Carol Benedict (Georgetown Université, Washington D.C.). Au-delà de la publicité à Shanghai, mes centres d’intérêt me portent vers l’histoire urbaine, spatiale et sociale en général, les outils et méthodes numériques pour la recherche historique, l’historiographie et l’épistémologie.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookPinterest

Une réflexion sur « La tête pleine de bulles d’une historienne nhumériste… »

  1. Lu avecgrand intérêt. Billets transmis à doctorant ECNU qui travaille sur la BD. La BD et la pub… autre piste de recherche?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *