Lectures historiennes de L’autre Deuxième guerre mondiale – tome 6 – « Chien jaune » : une uchronie dessinée de la Seconde guerre mondiale en Chine

album-cover-large-20417

Plus qu’un compte rendu de lecture rigoureux et exhaustif, je livre ici quelques réflexions éparses suscitées par ma lecture récent de la bande dessinée uchronique L’autre deuxième guerre mondiale, dont le tome 6, qui a pour théâtre le front chinois, vient de paraître (été 2013).

Un récit uchronique de la Seconde guerre mondiale en Chine

Rappelons qu’une uchronie est une forme de réécriture de l’histoire : un récit uchronique imagine que l’histoire aurait pu se passer autrement, et envisage les conséquences de ce tournant alternatif de l’histoire : que serait devenu le monde si… (si… Hitler avait gagné la guerre, pour prendre l’un des exemples qui a fait couler le plus d’encre). Le titre même de la série « L’autre deuxième guerre mondiale«  (et non seconde, comme le veut la terminologie consacrée…) donne à penser… Un bel hommage rendu à la contingence historique, et qui nous prémunit contre la tentation de déterminisme historique. Le but de l’exercice n’est pas seulement de divertir : l’uchronie peut avoir une fonction pédagogique voire herméneutique : elle permet parfois de mieux comprendre, favorise une meilleure intelligibilité des événements historiques. L’hypothèse d’une autre version de l’histoire a une vertu interprétative et herméneutique certaine : elle est en quelque sorte l’équivalent de l’éprouvette test ou témoin en laboratoire, le pendant de l’expérimentation pratiquée par les sciences dures, interdite aux historiens qui ne peuvent se permettre de manipuler l’humain ni le disparu. L’uchronie a le mérite de nous rappeler que l’imagination est outil puissant et inévitable de la pratique historienne, et de souligner la proximité souvent déniée entre les sciences dures telles que la biologie ou la physique, et les sciences « molles » telle que l’histoire : que leur démarche est fondamentalement la même bien que leurs instruments diffèrent. Passons cette définition introductive de l’uchronie pour revenir plus précisément aux éléments uchroniques de « Chien jaune » : la datation est réaliste a priori : le récit débute en 1942 (année supposée charnière par les chronologies « classiques ») et s’achève au lendemain de la guerre, les protagonistes sont les mêmes (Etats-Unis, Allemagne, France, Angleterre, Chine et Japon) mais les alliances sont renversées : bien que la France et l’Allemagne, ou la Chine et le Japon soient comme dans la réalité ennemis irréconciliables, en revanche les Etats-Unis apparaissent comme une puissance intermédiaire, en tant qu’alliés (bien fragiles à vrai dire) du Japon contre la Chine de Mao, dont ils cherchent à ménager les susceptibilités. Mao dirige les opérations et le gouvernement chinois, une tâche qui lui est facilitée par l’assassinat de Chang Kai Chek pendant la guerre, ce qui annule toute possibilité de guerre civile entre communistes et nationalistes après guerre – et donc raye de l’histoire la révolution maoïste de 1949… Une réécriture de l’histoire chinoise qui laisserait rêveur bien des sinologues et historiens spécialistes de la Chine…

Une idéologie culturaliste soucieuse de nuance mais qui reste très marquée par un schéma binaire voire manichéen et par la théorie du « choc des civilisations »

Les relations entre l’Occident (essentiellement réduit aux Etats-Unis) et l’Asie (Chine et Japon surtout, qui incarnent tous deux « l’Autre » de l’Occident) sont placés sous le signe du complexe d’infériorité-supériorité. Si la supériorité et le raffinement de la culture japonaise ou chinoise sont plusieurs fois affirmés (par leur littérature, leur théâtre, ou l’invention des échecs), Japonais et Chinois apparaissent pourtant « cruels » ou « insincères » – bien peu civilisés, en résumé, au sens « occidental » de civilisation. L’attitude de l’officier américain Hayward incarne bien ces contradictions, déchiré entre humilité ou admiration pour le Japon d’un côté, mais aussi tentatives de moralisation et critique de leur cruauté et leur « absurdité ». Finalement, c’est une vision culturaliste bien « manichéenne » et ethnocentrée qui prévaut et sous-tend les relations américano-asiatiques, encore fortement marquée par l’idéologie du « choc des civilisations », avec pour présupposé silencieux la croyance en une supériorité de la culture américaine.

Une réflexion sur la patrimoine et la mémoire

Une telle réflexion se manifeste à mon sens au cours de l’épisode sur la destruction de Pékin par les Japonais : outre qu’on pourrait y lire une transposition en terre chinoise de la volonté envieuse de détruire de Paris par Hitler, cet épisode est également l’occasion de réfléchir à la notion de patrimoine et de mémoire, au différentiel de conscience ou de sensibilité patrimoniales entre les peuples. Si le Japon se montre si peu soucieux de préserver le Temple du Ciel ou la Cité interdite, c’est autant par haine et volonté de vengeance à l’égard d’une civilisation « millénaire » comme on l’entend souvent, que par absence de conscience patrimoniale au sens occidental. Une manière de rappeler que la sensibilité patrimoniale occidentale est le produit de son histoire, et que si la culture ou les valeurs d’un peuple et d’une civilisation diffèrent, c’est parce que leurs trajectoires historiques ont divergé : le Japon aurait-il eu un souci plus affirmé pour le patrimoine – au sens de patrimoine matériel, pour ces « vieilles pierres » comme les appellent le cruel général nippon) s’il avait connu sa propre « Révolution française » ? Telle pourrait être la question posée par cet épisode apparemment anodin, pourtant loin d’être innocent.

Une fable philosophique ou conte moral (bien cruel…) sur la « nature » humaine

PatrimoineLa progression du récit uchronique prend la tournure finale d’une véritable descente aux enfers, qui n’est pas sans rappeler la célèbre œuvre éponyme de Dante, et surtout son adaptation cinématographique magistrale par Pasolini, Salo. L’Américain Hayward est déchu de son humanité par le Japonais qui le réduit à être son chien, et lui impose un véritable processus de déshumanisation : privé de ses vêtements, privé de nom, privé du langage même (d’abord interdit de parler, avant de lui arracher la langue pour le punir de sa déobéissance), forcé de « s’accoupler » littéralement avec une Chinoise, pour accomplir le fantasme du général nippon de produire une race de « bâtards » sino-américains – les deux races « honnies », qui occupe le bas de l’échelle civilisationnelle aux yeux du Japonais… Le comble de l’horreur semble alors atteint juste avant la fuite de l’officier, mais son retour dans sa patrie n’est guère plus réjouissant…et donne à réfléchir sur la supposée « supériorité » de la civilisation américaine. Soupçonné d’être devenu l’allié des communistes, le pauvre lieutenant rescapé n’est pas au bout de ses peines : envoyé en hôpital psychiatrique par des compatriotes pour le moins ingrats, la thérapie consiste à lui brûler les yeux… étrange signe de civilisation et de reconnaissance de la part de la première puissance mondiale en cette fin de XXeme siècle…


Cécile Armand

Ancienne élève de l'Ecole Normale Supérieure (ENS) de Lyon (2006), agrégée d'histoire (2009), docteure en histoire (2017). Ma thèse propose une histoire spatiale de la publicité à Shanghai (1905-1949), sous la co-direction de Christian Henriot (Aix-Marseille Université) et Carol Benedict (Georgetown Université, Washington D.C.). Au-delà de la publicité à Shanghai, mes centres d'intérêt me portent vers l'histoire urbaine, spatiale et sociale en général, les outils et méthodes numériques pour la recherche historique, l'historiographie et l'épistémologie.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookPinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *