Patrimonialiser la publicité – Digital Heritage Congress (Marseille – 28 octobre 2013)

DHiconCeci est un bref compte rendu de ma modeste présentation consacrée au devenir-patrimoine de la publicité – qui s’est retrouvée parachutée, comme par erreur, je ne sais comment ni pourquoi, au milieu de la grand messe marseillaise baptisée « Digital Heritage Congress » qui s’est tenue du 28 octobre au 1er novembre 2013.

Une grand messe où tout délit de simplicité et surtout de francophonie était consciencieusement pourchassé et sévèrement sanctionné (on aurait pu s’attendre à être accueilli par l’écriteau suivant suspendu à la porte d’entrée : French is strictly forbidden), ou toute autre manifestation de culture barbare susceptible de menacer les marches d’un empire anglophone plus farouchement gardé par ses serviles imitateurs (français, italiens, et européens en général, mais européens continentaux) que par l’Empereur lui-même… une sous-culture indigène réduite à l’exotique et au pittoresque des guides touristiques, elle-même patrimonialisée sous la forme d’un lexique accessible sur le site même du colloque, dans la catégorie « good to know« . Je ne résiste pas à la tentation de livrer un petit aperçu croustillant de la rubrique « words for tourists »  entre la rubrique « météo locale » – « conditions climatiques » et « gastronomie » – « traditions » :

Informal Greetings

These are not things you would say to someone you don’t know, however these familiar phrases are something you’d use with your buddies or peers.

  • Salut (saw-loo) – Hi
  • Ça va? (saw-vaw) – How’s it going?
  • Ça va bien (saw-vaw-bee-en) – I’m fine

Note: Salut and ça va are often used together as in, « Salut! Ça va? »

Mais revenons-en à mon OVNI. Pour retracer le processus de patrimonalisation de la publicité du XIXe siècle à nos jours, j’ai rythmé ma présentation en trois grands moments :

  1. D’une publicité méprisée et décriée au XIXe siècle à une publicité érigée en patrimoine culturel et digital : la lente conquête d’une légitimité économique, sociale et culturelle
  2. De la publicité-patrimoine à la publicité-archive, posant de nouveaux défis aux archivistes, en termes de sélection, de collection et de présentation, qui suppose de développer de nouvelles littératies archivistiques et digitales, des collaborations avec l’ensemble des acteurs (entreprises, musées, historiens, collectionneurs privés), et de nouveaux droits pour répondre aux problèmes de copyright
  3. De la publicité archive à la publicité-matériau historique et document pour l’historien, qui implique également d’adapter la méthode critique « traditionnelle » de l’historien, de développer une méthodologie spécifique, d’acquérir des littératies numériques, de constituer des bases de données et des corpus fiables et pérennes, et donc d’obtenir un soutien institutionnel fort et de collaborer avec d’autres acteurs (archivistes, collectionneurs privés et grand public, entreprises, institutions de recherche…)

Pour plus de détails, je renvoie le lecteur à la présentation donnée le 28 octobre.

 


Cécile Armand

Ancienne élève de l'Ecole Normale Supérieure (ENS) de Lyon (2006), agrégée d'histoire (2009), docteure en histoire (2017). Ma thèse propose une histoire spatiale de la publicité à Shanghai (1905-1949), sous la co-direction de Christian Henriot (Aix-Marseille Université) et Carol Benedict (Georgetown Université, Washington D.C.). Au-delà de la publicité à Shanghai, mes centres d'intérêt me portent vers l'histoire urbaine, spatiale et sociale en général, les outils et méthodes numériques pour la recherche historique, l'historiographie et l'épistémologie.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookPinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *