Storifiez-moi… Storify ou l’histoire 3.0

Storify

Je « découvre » aujourd’hui* pleinement un phénomène curieux, qui intéressera peut-être d’autres historiens du XXIe siècle : Storify, qui affiche sur sa page d’accueil ce modeste slogan : « Créez des histoires avec les médias sociaux ». Bien modeste slogan, j’insiste, au regard de la « révolution » historiographique qu’il annonce. Storify, une histoire 2.0…. voire 3.0. ? Le web, support d’histoires, semble en effet atteindre avec Storify un degré supérieur de conscience, en s’érigeant désormais lui-même en objet d’histoire(s)… La preuve avec cette petite exégèse linéaire à partir de citations extraites directement de la page qui fait office de mode d’emploi de l’outil (dite « visite guidée« ) sur le site même.

C’est rien moins qu’une nouvelle histoire (« un nouveau format d’histoire ») que propose Storify, à plusieurs titres :

Une histoire multimédia et hypertextuelle, d’abord

Ce n’est pas le plus novateur, mais citons tout de même : « Notre page montre les meilleurs images, vidéos, liens, mises-à-jour et autres médias collectés par des utilisateurs Storify » (…) « Dans l’éditeur Storify, vous pouvez chercher à travers les différents réseaux sociaux pour trouver les éléments relatifs au sujet que vous voulez raconter. Regardez à travers Twitter, Facebook, YouTube, Flickr, Instagram (…) ». A cette dimension multimédia du récit s’ajoute l’hypertextualité, qui autorise de multiples itinéraires possibles, plus qu’elle n’impose une lecture unique et linéaire : « Vous pouvez églament** rajouter des entêtes, des liens hypertexts** et styliser votre text**. Ainsi vous êtes libre de construire votre récit et de guider votre audience à travers votre histoire. »

Une histoire sociale mais cohérente

« Storify permet de rassembler les réseaux sociaux pour construire des histoires sociales, en rassemblant des médias éparpillés à travers le Web, dans un récit cohérent. »

ou encore : « …raconter des histoires qui rassemblent en un endroit tous ces éléments éparpillés aux quatre coins du Web dans une histoire cohérente et sociale ».

Un histoire sociale d’abord…

« Raconter des histoires sociales » promet la page « visite guidée » : cette histoire serait collective donc, sociale, c’est-à-dire construite à partir des réseaux sociaux, et par les « acteurs » de ces réseaux sociaux eux-mêmes. Une ego-histoire sociale finalement…

… mais cohérente pourtant

Preuve que les masses peuvent être disciplinées, et le bon peuple mis au pas. Storify se vante de donner de la cohérence à ces fragments d’histoire(s) dispersées sur les réseaux sociaux, qui n’attendent que d’être rassemblées et mis en cohérence pour former un récit supposé structuré. Pourtant l’éclatement demeure, et c’est au lecteur de deviner le fil d’Ariane qui (se) trame dans l’impénétrable cervelle du conteur 2.0… un fil d’ailleurs susceptible de se ramifier et s’enchevêtrer à l’infini, au fil des multiples contributions et contributeurs qui décident de s’associer au récit premier, pour l’enrichir de leurs propres sélections. On est bien loin de la cohérence narrative « traditionnelle » de l’historien solitaire que l’on dit « professionnel ». A moins que Storify n’ait inventé à sa manière l’historiographie à quatre mains, cette co-écriture de l’histoire que certains appellent de leurs vœux en invoquant le modèle des sciences « dures ». Mais le culte de l’Auteur et de l’Autorité risque de régner pour des siècles et siècles encore sur le Royaume de Clio.

Une histoire 3.0 ? L’avènement d’un méta récit sur le web et par le web

« Nous construisons la couche d’histoires au-dessus des réseaux sociaux pour amplifier les voix qui ont de l’importance et créer un nouveau format d’histoire qui est interactif, dynamique et social »

Beaucoup de commentaires à faire ici :

Passons rapidement sur la rhétorique et l’éthique habituelles du web 2.0, qui se veut libéral voire libertaire (« Ainsi vous êtes libre de construire votre récit et de guider votre audience à travers votre histoire »), « démocratique » parce qu’interactif, encourageant le partage, facile d’utilisation et d’accès immédiat… sans oublier la cerise sur le gâteau qu’est la gratuité bien évidemment (« Storify est complètement gratuit » promet la page d’accueil)…une gratuité toute relative, qui n’exclut pas une version premium dite « VIP » : comme toujours l’égalisation des conditions par le web 2.0 est toute relative… elle s’accommode de nouvelles hiérarchies et de « fractures » numériques diraient certains…)

Qui se cache derrière ce « nous » ? Un pronom collectif trompeur qui abrite de nouvelles hiérarchies et de rapports de pouvoir en perspective : qui décide de ce qui est important ou non, de ce qu’il faut garder ou jeter, des voix qu’il convient « d’amplifier » et de celles qu’on peut « étouffer » ?

Une histoire in progress

« Vous pouvez toujours réordonner ou supprimer des éléments pour en ajouter d’autres. Votre histoire est toujours modifiable (…)  » – une histoire inachevée et évolutive en somme…ouverte également à tous les révisionnismes, mais poursuivons la phrase – « (…) vous pouvez ainsi recueillir le meilleur du Web social »

ou encore : « Regardez à travers Twitter, Facebook, YouTube, Flickr, Instagram et plus encore pour rassembler les meilleures pièces pour illustrer vos histoires ».

Mais quel ce « meilleur », cette « crème » du web ? Qui a l’autorité pour la décréter et la compétence pour définir ? Selon quels critères ? A quelles fins ? L’association, et même la déduction logique du « toujours modifiable » et du « vous pouvez ainsi recueillir le meilleur du web » suggère une histoire évolutionniste ou téléologique, guidée par une certaine idée du progrès, nécessairement orientée vers un mieux

Ne soyons pas trop déçus si les données « brutes » collectées sur Twitter, Facebook ou You Tube, qui sont l’équivalent des sources primaires (ou secondaires) de l’historien, aient une fonction purement illustrative

« Démocratisation » de l’histoire…ou décapitation de l’historien(-roi) ?

Storify sonnerait-il le glas de l’histoire-discipline spécialisée, l’histoire comme profession, comme métier, comme expertise ? Annoncerait-il la mort de l’historien « professionnel » ? Dans le monde merveilleux de Storify, tout le monde peut en effet devenir historien, se faire l’historien de sa propre histoire : celle-ci est « bien plus qu’une collections d’éléments venant des réseaux sociaux. C’est également une opportunité de faire ressortir le sense** de ce que les gens partagent. » 

Mais comme nous l’avons déjà dit, le sens de ce récit reste bien filandreux et sinueux…

L’historien en exil dans une histoire sans territoire ?

« Les histoires Storify peuvent être intégrées sur n’importe quel site ». En permettant aux internautes de « distribuer (leurs) histoires », Storify semble par là-même « déterritorialiser » voire « dématérialiser » cette histoire ? Et donc la diluer ?

Notons ici l’ambivalence – ou l’indécision ? – de l’histoire promue par Storify, qui oscille entre promesse de rassemblement (mise en cohérence des matériaux), d’un côté, et dispersion (distribution des histoires), de l’autre. Storify va plus loin encore en imaginant une histoire virale : « Storify vous aide à rendre vos histoires virales en vous permettant de notifier les personnes que vous avez citées dans votre histoire. Les personnes sont fiers de faire partie d’une histoire et partagent cela avec joie à leurs amis. » L’histoire devenue virus ou maladie virale, vectrice de contamination, qui gagnerait les anti-historiens les plus tenaces ? Voilà qui ferait rêver plus d’un enseignant d’histoire-géographie du secondaire…

Un beau rêve, peut-être, si ne pointait cette ambivalence, là encore (mais assumée sans doute cette fois) du phénomène Storify : dilution, certes, mais aussi invasion, submersion, contamination par cette dispersion même des voix, des auteurs et des sites d’histoires. Soupçonnons que la contamination ne concerne pas seulement la lecture des histoires, mais aussi l’écriture : les « lecteurs » d’histoires ne sont-ils pas incités (contaminés) à se faire conteurs à leur tour ? Belle histoire de science-fiction commerciale, au service d’une storifique utopie exclusivement peuplée de storifiers, d’où les historiens les plus irréductibles auraient été chassés, ou forcés de muter  !

Quant à cette « fierté » de figurer dans le grand web de l’histoire… fierté de (re)trouver une dignité pour ces millions d’inconnus, d’anonymes, ces oubliés et ces vaincus de l’Histoire ? Une histoire « démocratique », donnant une voix aux sans voix ? Une histoire des vaincus ? Les vainqueurs d’un jour, d’un instant, d’une page ayant enfin l’impression de compter, d’exister, de surnager dans l’océan des big data

Histoire (du temps présent)… ou mémoire(s) ? 

Une histoire du temps présent aussi, ou d’un passé très récent ? Une histoire des contemporains ? Si contemporains qu’ils peuvent eux-mêmes interagir avec cette histoire, la réécrire à l’infini, au gré d’aller-retour permanents entre l’histoire faite et l’histoire en train de se faire. Une histoire ouverte et enrichie, constamment remodelée par ceux-là mêmes qui la peuplent et la « font »… avec les risques de distorsion que cela suppose… mais l’objectif n’est clairement pas celui de l’historien professionnel : se raconter plutôt que raconter, telle est la devise de Storify. N’est-ce pas là une bonne définition de la « mémoire » qu’on oppose classiquement à l’histoire ?

 

* Aujourd’hui et aujourd’hui seulement : la honte de confesser mon attardement ou ma naïveté numériques justifierait l’origine de ce billet de rédemption ? L’énergumène Storify avait en fait déjà effleuré, mais sans les atteindre, ma paire d’oreilles insensibilisées par le déluge des big data sans doute, mais qui me revient avec fracas aujourd’hui pour m’inposer ce petit billet,

** Une modestie qui trahit en fait une traduction bâclée, comme nous le verrons plus loin. Je laisse ainsi volontairement les fautes d’orthographe qui émaillent la « visite guidée » sur le site, qui ne sont pas de moi, et qui démasquent aussi l’origine du produit et l’identité de leurs concepteurs, dont la trajectoire cahoteuse s’avère tragique pour la francophonie : un jeune journaliste belge (Xavier Damman) exilé à San Francisco, qui a vendu son âme à l’affreux Oncle Sam (le correspondant de l’Associated Press Burt Herman défini comme une « journaliste-entrepreneur touche-à-tout ») pour se venger d’une francophonie réactionnaire qui lui refusait les fonds pour réaliser sa « nouvelle histoire »…


Cécile Armand

Ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure (ENS) de Lyon (2006), agrégée d’histoire (2009), docteure en histoire (2017). Ma thèse propose une histoire spatiale de la publicité à Shanghai (1905-1949), sous la co-direction de Christian Henriot (Aix-Marseille Université) et Carol Benedict (Georgetown Université, Washington D.C.). Au-delà de la publicité à Shanghai, mes centres d’intérêt me portent vers l’histoire urbaine, spatiale et sociale en général, les outils et méthodes numériques pour la recherche historique, l’historiographie et l’épistémologie.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookPinterest

3 réflexions sur « Storifiez-moi… Storify ou l’histoire 3.0 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *