(Re)lire les « classiques »

CalvinoClassiques

J’ouvre aujourd’hui une nouvelle série de billets-réflexions regroupés sous la bannière « (Re)lire les « classiques ». Par cet intitulé, je dois reconnaître ma double dette envers Italo Calvino (Pourquoi lire les classiques, 1983) et le séminaire « Re/lire les sciences sociales« , animé par le sociologue Pierre Mercklé à l’ENS de Lyon. L’idée est de revenir à des textes fondateurs des sciences sociales : ces  « livres océans » (expression calquée sur les « hommes océans » que recense Victor Hugo dans sa préface à William Shakespeare, 1864)  qu’on emporterait sur une île déserte ou qu’il faudrait à tout prix sauver d’un éventuel cataclysme mondial entraînant la destruction de la civilisation. Les relire dans une double perspective :

  • par rapport à mes préoccupations de thèse autour de la publicité, l’enfance et la Chine
  • par rapport au « nouvel » environnement numérique, plus largement

Il s’agit dans les deux cas d’envisager une véritable dialogue avec ces « classiques », privilégiant  un authentique va-et-vient entre présent et passé, des relations croisées et bilatérales entre mes/nos préoccupations et cette « tradition » : non seulement (et pas tant) de se demander comment le nouvel environnement amène à lire sous un jour neuf des « classiques » supposés « poussiéreux », les rajeunit ou leur accorde une seconde vie, mais aussi et surtout comment ces classiques peuvent en retour informer nos manières de voir et de penser le monde numérique, ainsi que nos pratiques et nos habitudes. De voir comment ces « classiques » peuvent fournir un outillage conceptuel et critique ainsi qu’une batterie d’instruments pratiques et d’armes éthiques, pour guider nos savoir-faire et nos savoir être. De même pour mon sujet de thèse : non seulement lire « ces classiques » avec la focale doctorale, mais inversement, laisser ces derniers apporter un peu d’air pur à ma réflexion très étriquée sur la figure de l’enfant dans les publicités chinoises pour la faire respirer.

Voici le programme provisoire, qui sera progressivement enrichi, de mes lectures « classiques » :

1) Jack Goody, Jean Bazin, Alfred Bensa, La raison graphique : la domestication de la pensée sauvage, 1978 : nous commencerons par l’anthropologue Jack Goody qui se trouve être le plus proche de nos préoccupations présentes, le plus à même de nourrir et de nouer mes réflexions disparates :

  • il offre à mon sens la possibilité d’une double analogie entre le mythe, la culture populaire, et les société primitives, d’une part ; la publicité et l’enfance de l’autre.
    • D’une part, la publicité partage en effet de nombreux traits communs avec les mythes et la culture populaire, ainsi que bon nombre de préjugés qui leur sont attachés, et la lecture de Goody permettra d’interpréter la publicité à travers ce prisme.
    • D’autre part, l’enfance est souvent symboliquement associée dans diverses sociétés au peuple ou au « primitif » et au sauvage : l’analogie mérité d’être creusé, en confrontant les représentations « occidentales » de l’enfance à celles de la société chinoise.
  • il offre un point d’appui pour réfléchir aux méthodes et aux limites de l’histoire sociale et de l’histoire culturelle, notamment celles de leurs catégorisations : la catégorie de « l’enfant » est ô combien problématique, mais recoupe en même temps des problèmes posés plus généralement par les catégories sociales. Une approche comparatiste Chine/ »Occident » permet à ce titre de mieux mettre au jour les limites de toute catégorisation.
  • par son souci de dépasser l’ethnocentrisme et les dichotomies classiques Nous/Eux, Soi/Autre, Orient/Occident, civilisation/barbarie (etc.) : si son terrain reste essentiellement africain – et à la rigueur, océanien – rien ne nous interdit de migrer vers le continent asiatique et la Chine en particulier, pour éprouver sa méthode de « décentrement » du point de vue. Ses critiques de l’ethnocentrisme peuvent apparaître comme des lieux communs aujourd’hui, dans le sillage des post colonial studies, cultural studies ou de la global history. Elles étaient pourtant assez novatrices pour les contemporains de Goddy. Plus encore, si cet anti-ethnocentrisme est désormais bien ancré dans les esprits, il reste peu vivant dans les pratiques  : nul « changement de paradigme » à l’horizon des sciences sociales, finalement, qui restent prisonnières d’un cadre théorique binaire malgré l’introduction des notions de circulations, métissages ou hybridations. Gageons que Goody a encore quelque chose à nous dire de ce côté.

2) Michel Foucault, L’Archéologie du savoir, 1969 : ce retour aux racines me semble indispensable pour qui prétend faire une « archéologie de la publicité ». Plus largement, il est nécessaire de revenir aux racines d’une notion désormais ubiquitaire dans les sciences sociales. Une contagion qui semble gagner bien d’autres domaines : « l’archéologie des médias » en est un exemple. L’histoire n’est plus de mise : il est désormais de bon ton de faire de l’archéologie, qu’on soit historien, sociologue, anthropologue… etc. La notion est ainsi sujette à de multiples détournements et réappropriations, sans être toujours fidèle au sens originel que lui donnait Foucault lui-même. Elle est bien souvent une métaphore inspiratrice plus qu’une pratique et une méthodologie. Il s’agira donc de « (re)lire » Foucault (car combien d’entre nous l’ont réellement lu ?) pour revenir au sens premier de cette notion complexe, comprendre comment elle a pu s’imposer avec une telle force aujourd’hui, et voir comment elle peut être mobilisé dans le cadre d’une thèse sur la publicité chinoise, ou d’une réflexion critique plus générale sur la société contemporaine – en particulier marquée par le numérique.

3) D’autres ouvrages de Foucault pourront enrichir plus ponctuellement mes travaux de thèse, autant ses objets que ses méthodes :

Les mots et les choses : une archéologie des sciences humaines, 1966 : il permettra de réfléchir sur les catégories et les opérations de « catégorisation » auxquelles les sciences sociales en particulier ne peuvent échapper. J’ai souvenir de cette préface, que je n’ai jamais dépassée, présentant cet inventaire chinois et ses absurdes catégories. Il y a assurément quelque chose à creuser pour ma thèse sur la Chine. Et plus généralement, sur les processus de constitution des savoirs et des classifications, de l’organisation de la pensée, ou plus récemment du côté de l’obscure « sémantique du web » ou de « l’architecture de l’information ».

Les ouvrages sur la médecine, la biopolitique ou les marginaux offrent des saillies plus thématiques pour ma thèse, si j’ai raison considérer l’enfant comme l’équivalent de ces « marginaux » ou ces « oubliés de l’histoire. Un postulat qui doit être consolidé. L’enfant occupe une position plus ambivalente dans les sociétés : le paradoxe de l’enfant est d’être à la fois marginal et central :

  • marginal : on ne sait si où ni comment le « caser » dans la société, sa place fluctue selon les sociétés et les époques, entre idéalisations, mépris, et subordination, entre fragilité et vigueur de la jeunesse,
  • central : il reste une obsession pour les sociétés, qui voient souvent dans l’enfance une période fondatrice, un médiateur entre le monde des hommes (adultes) et des dieux, un lien social entre les temps sociaux (passé, présent, futur) et familiaux, un agent de transmission de la mémoire et du patrimoine entre générations, l’indice de la « santé » démographique et culturelle (éducation) d’une société, baromètre du degré de civilisation qu’elle a atteint.

L’enfant apparaît donc un bon observatoire de la société qu’il habite et qui le produit en même temps, un bon révélateur de ses ambivalences et de ses ombres portées.

3) Michel de Certeau : cet auteur « classique », également souvent cité sans avoir été toujours lu, est l’un de ceux qui méritent un détour. Aucun ouvrage ne devrait être mis de côté, l’ensemble constituant d’ailleurs une pensée cohérente et évolutive, qu’il faut comprendre de l’intérieur (mais l’on peut en dire autant des deux précédents…), mais je me focaliserais ici sur ses réflexions sur les êtres et les phénomènes marginaux (La Fable mystique, 1982), sur l’écriture de l’histoire (dans le cadre d’une réflexion sur la narration historique et sur l’historiographie comme « pratique instrumentée » à relire dans l’environnement numérique), et sur la vie quotidienne (Arts de faire)

Références

Italo Calvino, Pourquoi lire les classiques, 1983.

Michel de Certeau, L’écriture de l’histoire, 1975.

Michel de Certeau, Arts de faire, 1980.

Michel de Certeau, La Fable mystique, XVIe-XVIIe, 1982.

Michel Foucault, Histoire de la folie à l’âge classique, 1961.

Michel Foucault, Naissance de la clinique, 1963.

Michel Foucault, Les mots et les choses : une archéologie des sciences humaines, 1966.

Michel Foucault, L’Archéologie du savoir, 1969.

Michel Foucault, Surveiller et punir, 1975.

Michel Foucault, Histoire de la sexualité, 3 t., 1976-1984.

Michel Foucault, Dits et écrits, 1954-1988, 1994

Jack Goody, Jean Bazin, Alfred Bensa, La raison graphique : la domestication de la pensée sauvage, 1978.

Victor Hugo, William Shakespeare, 1864.


Cécile Armand

Ancienne élève de l'Ecole Normale Supérieure (ENS) de Lyon (2006), agrégée d'histoire (2009), docteure en histoire (2017). Ma thèse propose une histoire spatiale de la publicité à Shanghai (1905-1949), sous la co-direction de Christian Henriot (Aix-Marseille Université) et Carol Benedict (Georgetown Université, Washington D.C.). Au-delà de la publicité à Shanghai, mes centres d'intérêt me portent vers l'histoire urbaine, spatiale et sociale en général, les outils et méthodes numériques pour la recherche historique, l'historiographie et l'épistémologie.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookPinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *