Archives de catégorie : Digital Humanities/Humanités numériques

Reviving Ghosts ads at Wiles Colloquium

Revealing/Reviving ghost advertisements: Using street photographs to visualize outdoor advertising in modern Shanghai. »  Wiles Colloquium, 23-24 June 2017

On June 23, I will participate in the 2017 Wiles Colloquium entitled “New Lenses on China. 23-24 June 2017: Photography in Modern Chinese History and Historiography”, hold at Queen’s University, Belfast. The program is available here.

My talk will deal with « Revealing/Reviving ghost advertisements: Using street photographs to visualize outdoor advertising in modern Shanghai. »

Abstract:

Visual historians have often focused on press advertisements to examine and reveal the patterns of modern consumption or urban cultures in Shanghai. This paper will first show the value of using street photographs to engage with neglected forms of advertising within the city: billboards, neon signs, flags, tramway or rickshaw ads, and many other eccentric forms of outdoor advertising. Furthermore, photos may be used to shift the gaze from cultural representations or discourses to the material and physical, as well as social and political aspects of advertising. Photos may reveal how advertising artifacts participated in shaping urban landscapes; how they were perceived and experienced, either as a visual pollution, a beautifier for the city, or a danger for ordinary citizens in their everyday life. Yet one should not be blind to the limitations of photographic sources: dating, localizing, identifying brands, companies or people, tracing their genealogies and contexts of production, are but a few of the many challenges that historians have to face. This paper will eventually explore various digital tools that open new possibilities for using photos as historical sources or materials for writing visual narratives.

Cécile Armand

Ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure (ENS) de Lyon (2006), agrégée d’histoire (2009), docteure en histoire (2017). Ma thèse propose une histoire spatiale de la publicité à Shanghai (1905-1949), sous la co-direction de Christian Henriot (Aix-Marseille Université) et Carol Benedict (Georgetown Université, Washington D.C.). Au-delà de la publicité à Shanghai, mes centres d’intérêt me portent vers l’histoire urbaine, spatiale et sociale en général, les outils et méthodes numériques pour la recherche historique, l’historiographie et l’épistémologie.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookPinterest

Avis de soutenance de thèse (27 juin 2017, ENS Lyon)

AVIS DE SOUTENANCE DE THESE (27 juin 2017, ENS LYON)

« Placing the history of advertising » : une histoire spatiale de la publicité à Shanghai (1905-1949)

La soutenance de ma thèse intitulée : « Placing the history of advertising » : une histoire spatiale de la publicité à Shanghai (1905-1949) aura lieu :

Le mardi 27 juin 2017 à 14 h
A l’ENS de Lyon (site Monod) – Salle des thèses
46, allée d’Italie, 69 007 Lyon
Accès : métro ligne B (arrêt Debourg)
Tram T1 (arrêt ENS Lyon)

Sous la codirection de Christian Henriot (Aix-Marseille Université) et Carol Benedict (Georgetown University, Washington, D.C.)

Devant le jury composé de :

  • BENEDICT, Carol, History Professor, Georgetown University, Washington, D.C. (Etats-Unis).
  • CHESSEL, Marie-Emmanuelle, Directrice de Recherche, CNRS – Centre de Sociologie des Organisations, Paris
  • HENRIOT, Christian, Professeur, Aix-Marseille Université.
  • PAULES, Xavier, Maître de Conférences, EHESS, Paris.
  • PINOL, Jean-Luc, Professeur émérite, ENS de Lyon, Lyon.
  • VOLAIT, Mercedes, Directrice de Recherche, CNRS – INHA, Paris.

Résumé 

Directement inspirée de P. Ethington et son projet de « situer le passé » (placing the past), cette thèse adopte une démarche spatiale pour « rematérialiser », « réincarner » et « repolitiser » l’histoire de la publicité à Shanghai (1905-1949), à la fois dans la presse locale (Shenbao, North China Daily News) et dans les rues de la ville. Refusant tout usage métaphorique de l’espace, cette thèse emprunte aux différentes « sciences de l’espace » pour tourner autour de l’objet publicitaire et l’appréhender dans ses multiples dimensions. Dans la première partie, la démographie et géopolitique sont convoquées pour prendre la mesure des populations et des territoires publicitaires (chapitres 1 et 2). La deuxième partie propose une sociologie des acteurs de la profession naissante (chapitre 3) et de la production/consommation (chapitre 4) afin de démonter la « fabrique » publicitaire. La troisième partie ouvre un observatoire de ses paysages et saisit les espaces publicitaires comme un « laboratoire » de la « modernité » à Shanghai (chapitres 5 et 6). La dernière partie s’efforce de remettre l’histoire spatiale en mouvement en retraçant les circulations et les rythmes publicitaires (chapitres 7 et 8). Au-delà, la démarche spatiale de cette thèse vise à « faire une place » à l’objet publicitaire dans l’historiographie. Nourrie de matériaux divers (presse, archives, photographies, croquis, cartes, statistiques), elle propose une alternative à l’histoire des représentations et apporte un autre éclairage sur l’histoire urbaine. Articulée à une plateforme ad hoc (MADSpace) (http://madspace.org/) qui en est le prolongement hypertextuel, cette thèse ouvre une réflexion sur les nouvelles manières de faire et d’écrire l’histoire à l’ère numérique.

Mots-clés : acteur, espace, histoire spatiale, histoire urbaine, numérique, presse, publicité, représentation, rythme, Shanghai, ville.

Abstract

Directly inspired by Philip Ethington’s proposal on « placing history », my dissertation offers a spatial approach to the history of advertising in modern Shanghai (1905-1949). Based on various materials (press, archives, photos, sketches, graphs, maps, trees), this spatial trend aims to shift the gaze from mainstream cultural approach (focused on representations visible on press advertisements) to a spatial and material approach of advertising, with a genuine concern for the physical aspects of advertisements. The first part (chapter 1 and 2) is devoted to mapping and measuring the populations and territories of advertising in Shanghai, both in the local press (Chinese newspaper Shenbao and British North-China Daily News), as well as within the city. The second part examines the actors who made and inhabited these spaces, namely the emerging advertising profession (chapter 3) and the actors involved in the production or consumption of advertised products (advertisers/manufacturing companies, brands/products, markets/consumers) (chapter 4). Chapter 5 is devoted to advertising “landscapes” – a term that I used as an operative concept to replace the overused, and often misused, notion of representation – in order to cover every dimension of advertisements (their physical environment at various scales, the copy surface, the discourses they carried). Chapter 6 offers to take advertising spaces as an ideal observatory for examining tensions, conflicts and other forms of relationships surrounding advertising, as well as a « laboratory » for inventing urban modernity – that is, new ways of conceiving and living the city in modern Shanghai. As spatial approaches are often blamed for “freezing” history, my dissertation eventually attempts to trace the circulations and rhythmic patterns between the printed and urban spaces, within and outside Shanghai (chapters 7 and 8). Beyond the « terrain », my dissertation strives to take advantage of the new resources available to historians in the digital age. The digital platform MADspace (http://madspace.org/), which has been especially designed as a digital companion to this PhD project, makes the assumption that the digital ecology offers unexpected opportunities for renewing research questions and methodologies in the field of (Chinese, urban) history.

Keywords: actor, advertising, city, digital history, map, outdoor, press, space, spatial history, urban history, representation, rhythm, Shanghai.

CArmand_Soutenance

Cécile Armand

Ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure (ENS) de Lyon (2006), agrégée d’histoire (2009), docteure en histoire (2017). Ma thèse propose une histoire spatiale de la publicité à Shanghai (1905-1949), sous la co-direction de Christian Henriot (Aix-Marseille Université) et Carol Benedict (Georgetown Université, Washington D.C.). Au-delà de la publicité à Shanghai, mes centres d’intérêt me portent vers l’histoire urbaine, spatiale et sociale en général, les outils et méthodes numériques pour la recherche historique, l’historiographie et l’épistémologie.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookPinterest

Heterographic History – Saison 4

Nous croyions être les seuls ou presque à réfléchir sur les possibilités d’écritures visuelles de l’histoire. Le jeune chercheur brésilien Genaro Vilanova Miranda de Oliveira1 (Université d’Auckland, Nouvelle-Zélande) semble fournir un contre-exemple : à partir de ses travaux sur l’histoire moderne du Brésil (XVIe-XIXe), il propose une « historiomédiographie » (historiomidiografia), une hétérographie en histoire, c’est-à-dire une manière différente (du grec hetero) d’écrire (graphie) l’histoire – expression sans doute calquée sur le concept foucaldien d’hétérotopie2. Ce projet historiomédiographique se déploie dans deux directions : 

  • il s’enracine d’abord dans les préoccupations pédagogiques de l’auteur : comment intéresser à l’histoire du Brésil des élèves rebutés par les formes verbales et logocentriques prédominantes dans l’enseignement de l’histoire ? Ne peut-on utiliser les outils multimédia et les médias de communication actuels pour les capter et captiver ? Le pédagogue – et l’historien – ne devraient-ils pas aller au devant de ces mutations technologiques, se réformer et se (re)former pour acquérir des compétences multimédia et développer une digital literacy, plutôt que de dresser le papier contre les médias de masse accusés de pervertir la jeunesse, et s’enfermer dans la nostalgie d’un âge d’or supposé, où les élèves lisaient encore des livres ?
  • il s’est étendu ensuite à domaine de recherche, à travers le projet d’écrire une histoire multimédia du Brésil : une histoire brésilienne écrite par et avec les images et les sons. Le web lui apparaît comme un media (et non un simple support de communication et de diffusion) particulièrement adapté pour écrire l’histoire du point de vue des colonisés, des vaincus, des oubliés, ces anonymes maintenus dans l’ombre ou dans les silences de l’Histoire. Le web est envisagé comme un outil spécifiquement approprié pour réécrire l’histoire de la colonisation du Brésil : seul moyen de dépasser ce cadre théorique ethnocentrique qu’entretiennent malgré eux, par la seule logique verbale, les discours des plus sincères post-colonial scholars3. A ses yeux, une authentique histoire post coloniale ne pourra advenir qu’au moyen d’une histoire « post-textuelle » (post-textual history).

Passés les effets d’annonces, quelle est la valeur ajoutée réelle de cette historiomédiographie ? Quelles réalisations concrètes peuvent en naître et que pouvons-nous en tirer4 ?

La suite de l’article lui-même apporte peu (je l’ai lu pour vous, inutile d’y retourner…) : après une longue introduction tissée de promesses, de spéculations générales et généreuses sur la digital history et le devenir de l’historien programmeur, on résigne à l’idée que l’historiomédiographie tant promise n’est qu’une stratégie de séduction qui confine au populisme – mettre l’histoire à la portée du commun des mortels en agitant quelques hochets digitaux (bruitages, animations d’images…). Lorsqu’on en vient finalement aux faits, les captures d’écran restent de pures illustrations non explicitées dans le corps de l’article. On devine vaguement que l’auteur a voulu utiliser un langage visuel pour faire parler ces « muets » de l’histoire brésilienne, ou pour retourner contre lui les armes du colonisateur : utiliser son propre langage pictural pour déconstruire de l’intérieur les représentations du colonisateur. L’annotation d’image et le zoom permettant de naviguer de l’ensemble au détail, semblent faire office de « citation (quotation) visuelle », et remplacer le procédé de la citation dans le discours verbal « classique ». A la fin de l’article, on reste finalement sur notre faim… Deux limites sont à signaler en particulier :

Mais sans doute faut-il se montrer indulgents à l’égard de ce qui n’est encore qu’un « work in progress » et en tenant compte des contraintes du format de l’article papier, qui n’offre pas d’espace propice à la démonstration multimédia. Le site de l’auteur nous convaincra peut-être davantage…

Page d'accueil du site de Genaro "O Seculo XVI Que O XIX Criou". Le menu est déployé en éventail.
Page d’accueil du site de Genaro « O Seculo XVI Que O XIX Criou ». Le menu est déployé en éventail.

Que reste-t-il de ces belles promesses historiomédiographiques sur genaro.me ? En nous rendant sur le site, nous allons de déception en déception : le visiteur doit se contenter de quelques gadgets digitaux ou d’animations d’images gratuites , qui servent d’emballages au format « préhistorique » et figé qu’est le PDF – essentiellement la thèse de l’auteur et ses réflexions éparses autour des pratiques alternatives d’écriture et d’enseignement de l’histoire du Brésil). On a finalement très peu de contenu, aucun accès aux sources primaires, aucune métadonnée, aucune réalisation ou tentative « d’hétérographie » historique, à partir et avec des images et des matériaux multimédias. On n’a pas affaire ici à une plateforme de recherche, et les réalisations pédagogiques elles-mêmes sont relativement limitées. Les pistes ouvertes semblaient prometteuses : dommage qu’elles ne soient pas explorées jusqu’au bout…

L’annotation d’image et le zoom permettant de naviguer de l’ensemble au détail, semblent faire office de « citation (quotation) visuelle »
L’annotation d’image et le zoom permettant de naviguer de l’ensemble au détail, semblent faire office de « citation (quotation) visuelle »

1 Genaro Vilanova Miranda de Oliveira, « Heterographies in Historiography. The Web and Perspectives on Historical Writing » in Frédéric Clavert, Serge Noiret (dir), L’histoire contemporaine à l’ère numérique, 2013.

2 Michel Foucault, Dits et écrits (1984), T IV, « Des espaces autres », n° 360, pp. 752 – 762, Gallimard, Nrf, Paris, 1994.

3 J’ai souligné récemment cette « survivance malgré tout » de l’ethnocentrisme, par la seule force du langage verbal, à partir de mes lectures de Jack Goody. Même les travaux récents sur la Chine perpétuent les dichotomies du type « Chine traditionnelle »// « Occident moderne », malgré l’introduction de nouveaux concepts comme ceux de circulations, métissages ou hybridations, dans le cadre des post-colonial studies et cultural studies, de la global history ou de l’histoire « connectée ».

4 Les emprunts et les exports vers nos propres expérimentations visuelles me semblent facilités par le parallélisme entre nos objets d’étude : entre l’histoire coloniale du Brésil et la situation semi-coloniale de la Chine, notamment dans les concessions de Shanghai et Tianjin à l’époque moderne.

Cécile Armand

Ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure (ENS) de Lyon (2006), agrégée d’histoire (2009), docteure en histoire (2017). Ma thèse propose une histoire spatiale de la publicité à Shanghai (1905-1949), sous la co-direction de Christian Henriot (Aix-Marseille Université) et Carol Benedict (Georgetown Université, Washington D.C.). Au-delà de la publicité à Shanghai, mes centres d’intérêt me portent vers l’histoire urbaine, spatiale et sociale en général, les outils et méthodes numériques pour la recherche historique, l’historiographie et l’épistémologie.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookPinterest

Graphic History – Saison 2 : Designing History ?

B42-Transmettre-Histoire_scaledVoici un petit compte rendu de l’ouvrage dirigé par Gilles Rouffineau, Transmettre l’histoire/Passing on History (2014), à paraître aux éditions B42. Cet ouvrage est issu d’une journée d’étude qui s’est tenue à l’Ecole régionale des beaux-arts de Valence en 2011 autour des modes de transmission graphique, visuelle et scénographique de l’histoire. J’ai tenté de chausser mes lunettes « d’historienne visuelle » pour en filtrer les éléments les plus déterminants pour notre réflexion : que peuvent nous apporter le design et les designers à notre projet « d’histoire(s) visuelle(s) » ?

 Revenons d’abord avec Sean Takats (CHNM) sur la définition et l’étymologie même du mot design (ça ne consiste pas à « fabriquer des chaises » plus ou moins biscornues…) : au sens fort du verbe anglais, le design est une «activité de conception, réflexive et critique, qui suppose « un délai et une mûre réflexion entre la conception d’une action, l’élaboration des moyens nécessaires à sa réalisatio et l’évaluation » (Potter 2011). Nous sommes en plein dedans : encore à la phase de maturation de la réflexion me semble-t-il, même si certain(s)s sont déjà en train de tester et évaluer certains outils (Scalar…). Donc le design ne se réduit pas au choix d’un template ou d’un thème : ce n’est pas une pure question d’esthétique, les implications épistémologiques sont fortes, et le processus prend du temps…

J’ai pu dégager quelques pistes méthodologiques ouvertes par des études de cas concrets de plateformes ou d’outils conçus par des designers, que je répartis par souci de clarté en trois cercles concentriques (cf. tableau pour les détails – mon amour des tableaux est un mal incurable…), en progressant par élargissements :

  1. Outils d’historiens ou tournés orientés vers l’histoire/mémoire (1er cercle) : ETA Datascape, Omeka

  2. Outils muséographiques ou patrimoniaux (2eme cercle) : Musée Nicéphore Niepce (histoire de/par la photographie), Exposition Repères (Cité de l’immigration), Exposition Pariétale (grottes de Margas), « Le Vase qui parle » (Université de Lille – ajout perso – trouvé à Marseille)

  3. Outils d’archéologues ou inspirés de la démarche archéologique (3eme cercle) : Le Sombre abîme du temps : mémoire et archéologie (Olivier 2008) ; le Big Chart de Macunias (1973)

Ces trois territoires sont parcourus par plusieurs questions transversales – et que nous nous posons aussi :

  • Construire une base de données : l’archive seule ne fait pas l’histoire ; problèmes de classements, mises en relations et principes de recherche / consultation / navigation dans la base.

  • Quelles relations entre images-sources et mots (métadonnées et méta-discours de l’historien) ? Mots écrits ou mots dits – entendus (effets sonores) ? Jusqu’où peut aller l’historien dans la réduction ou condensation des textes, voire dans l’absence de texte (silence de l’historien pour laisser « parler » ses sources : une illusion) ?

  • Mémoire(s) et matérialité des images-sources. Avec leur concept d’objet-mémoire les designers invite à prendre en compte nos images (et nos sources de manière générale) pour elles-mêmes, à tenir compte de spécificités, de leur « matérialité ». Être attentif au temps des sources, tenter de restituer leur temporalité(s) propre(s) et souvent complexes, plutôt que de les couler dans le moule d’un temps conventionnel, homogène, lisse et uniforme. Être conscient que les images-sources sont produites, diffusées, « reçues » dans des contextes différents, ce qui introduit parfois des décalages temporels ou interprétatifs. Essayons de rendre cette matérialité et cette temporalité spécifique des images dans nos récits visuels. Comment articuler ce temps des sources avec le temps de l’analyse – du récit historique, souvent linéaire et chronologique, peu apte à accueillir la complexité et la discordance ? Deux dimensions : (1) temps des sources (2) temps de la source (qui peut superposer ou enchevêtrer plusieurs couches temporelles, différents contextes et ordres de réalité).

  • (Po)Et(h)ique du fragment. Image-fragment (un élément de la totalité qu’est la « base de données ») et fragment d’image (possibilité d’isoler des détails, de revenir au contexte global, de jouer sur les échelles). Problèmes des lacunes de la documentation aussi (métadonnées partielles ou incertaines).

  • Public(s) : définir et connaître son public(s). Quel est notre public ? Une question à se poser, qui a des implications sur l’outil, le support (site/plateforme en ligne, application mobile?), sur le format et les contenus de nos productions. Simplement nos pairs (rester dans l’entre-soi) ou au-delà du monde acadmique ? Dans quelle mesure participe-t-il au processus de production du savoir historique (depuis le simple lecteur « passif » fournisseurs de sources, en passant par l’interprétation, l’intervention dans l’écriture de même de l’histoire, ou l’évaluation en aval) ?

Cécile Armand

Ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure (ENS) de Lyon (2006), agrégée d’histoire (2009), docteure en histoire (2017). Ma thèse propose une histoire spatiale de la publicité à Shanghai (1905-1949), sous la co-direction de Christian Henriot (Aix-Marseille Université) et Carol Benedict (Georgetown Université, Washington D.C.). Au-delà de la publicité à Shanghai, mes centres d’intérêt me portent vers l’histoire urbaine, spatiale et sociale en général, les outils et méthodes numériques pour la recherche historique, l’historiographie et l’épistémologie.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookPinterest

IAO Scholar débarque à Marseille !

Liuying, Xinxin et Cécile devant le poster IAO Scholar à Marseille
Liuying, Xinxin et Cécile devant le poster IAO Scholar à Marseille

Jeudi 31 octobre de l’an de grâce 2013. Le pavillon rouge de l’IAO se détache sur l’horizon bleu de la mer phocéenne. Les trois corsaires du navire IAO Scholar (Cao Liuying, Tan Xinxin et Cécile Armand) sont venues prendre d’assaut le Digital Heritage Congress à Marseille pour y défendre les couleurs de leur plateforme collaborative dédiée à l’histoire visuelle de Shanghai (XIXe-XXe siècle). IAO Scholar est une plateforme collective destinée à accueillir les projets de six doctorants de l’IAO, notamment les trois projets de nos trois aventurières sur le cinéma (Cao Liuying), les transports publics (Tan Xinxin), et la publicité (Cécile Armand). IAO Scholar vise d’abord à construire une base de données multimédia, sorte de mega-archive digitale utilisable pour construire leurs corpus. Elle offre également un premier espace de publication et de valorisation de leurs travaux, à différents stade de la recherche, et sous différentes formes (essais, expositions virtuelles). La plateforme est fondée sur l’utilisation d’Omeka, un outil développé par le Center for History and New Media. Elle se veut ouverte et collaborative : si chaque doctorant dispose de son propre espace personnel, et peut contrôler le degré de publicité des contenus qu’il produit, la plateforme autorise la circulation des données (sources primaires, métadonnées, discours critiques et interprétatifs). Malgré les défauts soulignés lors de la présentation (complexité technique de l’installation, rigidité des normes, impossibilité de créer un espace commun partagé pour héberger des contenus réellement produits de manière collaborative, au-delà de la simple juxtaposition de projets individuels), cette plateforme encore balbutiante a suscité un vif intérêt de la part d’un public nombreux et bigarré (historiens, historiens d’art, designers, architectes, professionnels du patrimoine…). Cet enthousiasme et les critiques constructives qui nous ont été adressées doivent nous encourager à poursuivre ce projet et réfléchir aux développements futurs :

  • sortir de la timide production « pour soi » et passer à premier stade de publication, qui permettrait de recueillir des avis critiques constructifs
  • développer un espace réellement collaboratif et transversal : par exemple, une exposition virtuelle sur la « modernité » à Shanghai, montrant comment les trois domaines du cinéma, des transports et de la publicité se croisent et se conjuguent pour construire cette « modernité », et permettant d’interroger cette notion problématique

Le détail de la présentation est accessible sous forme de powerpoint ici ou d’article ici, ainsi que le poster commun et les posters des projets individuels : cinéma (Cao Liuying), transports (Tan Xinxin), publicité (Cécile).

 

Cécile Armand

Ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure (ENS) de Lyon (2006), agrégée d’histoire (2009), docteure en histoire (2017). Ma thèse propose une histoire spatiale de la publicité à Shanghai (1905-1949), sous la co-direction de Christian Henriot (Aix-Marseille Université) et Carol Benedict (Georgetown Université, Washington D.C.). Au-delà de la publicité à Shanghai, mes centres d’intérêt me portent vers l’histoire urbaine, spatiale et sociale en général, les outils et méthodes numériques pour la recherche historique, l’historiographie et l’épistémologie.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookPinterest

Patrimonialiser la publicité – Digital Heritage Congress (Marseille – 28 octobre 2013)

DHiconCeci est un bref compte rendu de ma modeste présentation consacrée au devenir-patrimoine de la publicité – qui s’est retrouvée parachutée, comme par erreur, je ne sais comment ni pourquoi, au milieu de la grand messe marseillaise baptisée « Digital Heritage Congress » qui s’est tenue du 28 octobre au 1er novembre 2013.

Une grand messe où tout délit de simplicité et surtout de francophonie était consciencieusement pourchassé et sévèrement sanctionné (on aurait pu s’attendre à être accueilli par l’écriteau suivant suspendu à la porte d’entrée : French is strictly forbidden), ou toute autre manifestation de culture barbare susceptible de menacer les marches d’un empire anglophone plus farouchement gardé par ses serviles imitateurs (français, italiens, et européens en général, mais européens continentaux) que par l’Empereur lui-même… une sous-culture indigène réduite à l’exotique et au pittoresque des guides touristiques, elle-même patrimonialisée sous la forme d’un lexique accessible sur le site même du colloque, dans la catégorie « good to know« . Je ne résiste pas à la tentation de livrer un petit aperçu croustillant de la rubrique « words for tourists »  entre la rubrique « météo locale » – « conditions climatiques » et « gastronomie » – « traditions » :

Informal Greetings

These are not things you would say to someone you don’t know, however these familiar phrases are something you’d use with your buddies or peers.

  • Salut (saw-loo) – Hi
  • Ça va? (saw-vaw) – How’s it going?
  • Ça va bien (saw-vaw-bee-en) – I’m fine

Note: Salut and ça va are often used together as in, « Salut! Ça va? »

Mais revenons-en à mon OVNI. Pour retracer le processus de patrimonalisation de la publicité du XIXe siècle à nos jours, j’ai rythmé ma présentation en trois grands moments :

  1. D’une publicité méprisée et décriée au XIXe siècle à une publicité érigée en patrimoine culturel et digital : la lente conquête d’une légitimité économique, sociale et culturelle
  2. De la publicité-patrimoine à la publicité-archive, posant de nouveaux défis aux archivistes, en termes de sélection, de collection et de présentation, qui suppose de développer de nouvelles littératies archivistiques et digitales, des collaborations avec l’ensemble des acteurs (entreprises, musées, historiens, collectionneurs privés), et de nouveaux droits pour répondre aux problèmes de copyright
  3. De la publicité archive à la publicité-matériau historique et document pour l’historien, qui implique également d’adapter la méthode critique « traditionnelle » de l’historien, de développer une méthodologie spécifique, d’acquérir des littératies numériques, de constituer des bases de données et des corpus fiables et pérennes, et donc d’obtenir un soutien institutionnel fort et de collaborer avec d’autres acteurs (archivistes, collectionneurs privés et grand public, entreprises, institutions de recherche…)

Pour plus de détails, je renvoie le lecteur à la présentation donnée le 28 octobre.

 

Cécile Armand

Ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure (ENS) de Lyon (2006), agrégée d’histoire (2009), docteure en histoire (2017). Ma thèse propose une histoire spatiale de la publicité à Shanghai (1905-1949), sous la co-direction de Christian Henriot (Aix-Marseille Université) et Carol Benedict (Georgetown Université, Washington D.C.). Au-delà de la publicité à Shanghai, mes centres d’intérêt me portent vers l’histoire urbaine, spatiale et sociale en général, les outils et méthodes numériques pour la recherche historique, l’historiographie et l’épistémologie.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookPinterest

Lausanne délivre les Humanités…

capture-d_ecc81cran-2013-08-29-acc80-01-39-06Je reviens tout juste de Lausanne où s’est tenu les 1er-2 octobre le colloque « Les Humanités délivrées » co-organisé par l’Université de Lausanne (Unil), l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) et le  Laboratoire de cultures et humanités digitales de Lausanne des Humanités (LADHUL). Deux journées riches par la qualité des interventions, la variété des objets, des disciplines et des approches représentées. Un subtil équilibre entre vastes panoramas historiques et épistémologiques, d’une part, des études de cas et projets doctoraux plus ciblés, d’autre part, toujours soucieux de resituer les évolutions technologiques contemporaines, souvent rapides et imprévisibles, dans le temps long – dans la longue durée des humanités et des cultures, de  l’histoire des techniques et des représentations, les évolutions technologiques contemporaines, rapides et imprévisibles. Au fil des interventions, si diverses furent-elles, des réflexions transversales ont su tisser des liens forts entre les participants, et faire émerger des questionnements partagés, à défaut d’un langage commun ou d’une véritable transdiscipline, sans doute utopique. La « société civile » fut également invitée à contribuer aux débats lors de la table ronde sur la musique et l’édition à l’ère numérique mardi soir, et a montré qu’il était possible d’établir des passerelles entre le monde académique et le monde social – éditeurs, artistes, et citoyens « ordinaires ». Mais laissons l’étude approfondie de ces liaisons complexes, dont la cartographie reste à faire, à nos spécialistes des analyses de réseaux et de la visualisation – un sujet dont il a été beaucoup question ces deux jours – et contentons-nous de vous « (dé)livrer » la présentation de ma propre intervention intitulée : « La publicité délivrée : pour en finir avec le mythe d’une publicité hors du livre et des humanités« .

Ces deux jours passés, pas de répit pour les Lausannois : loin d’avoir dit leur dernier mot le 2 octobre, les voilà déjà en piste pour la préparation du prometteur DH 2014 (6-12 juillet 2014)… affaire à suivre…

Cécile Armand

Ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure (ENS) de Lyon (2006), agrégée d’histoire (2009), docteure en histoire (2017). Ma thèse propose une histoire spatiale de la publicité à Shanghai (1905-1949), sous la co-direction de Christian Henriot (Aix-Marseille Université) et Carol Benedict (Georgetown Université, Washington D.C.). Au-delà de la publicité à Shanghai, mes centres d’intérêt me portent vers l’histoire urbaine, spatiale et sociale en général, les outils et méthodes numériques pour la recherche historique, l’historiographie et l’épistémologie.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookPinterest

Utiliser l’outil Omeka pour constituer et exploiter un corpus publicitaire

Omeka

Contexte : une plateforme commune aux doctorants de l’IAO

Fin 2012, une plateforme collective « IAO Scholar » utilisant les ressources fournies par Omeka a été créée pour les doctorants de l’Institut d’Asie Orientale (IAO) travaillant sous la direction de Christian Henriot, sur des projets différents (Advertizing ; Beauty ; Comics ; Comedy ; Nude), mais qui ont en commun de partir de sources visuelles. Il s’agit d’une plateforme semi collective sous une forme souple : D’un côté, la structure est compartimentée : chaque doctorant dispose individuellement de sa propre base pour laquelle il est libre de publier ou non ses contenus, de les rendre plus ou moins accessibles aux autres doctorants, à des degrés variables (possibilité de définir différents statuts d’utilisateurs, avec des degrés d’accès et de contribution aux sites différents). Mais de l’autre côté, il peut donc autoriser l’accès à ses contenus de manière libre. La souplesse d’une telle structure garantit donc à la fois une publicité, une collaboration, un échange, du dialogue et de la critique mutuelles, d’une part ; une certaine sécurité, le respect du secret et de la liberté de l’auteur d’autre part. Cette plateforme devrait également servir de forum commun, de lieu d’échanges entre les doctorants travaillant sur des projets proches et entre les doctorants et leur directeur de thèse.

 Omeka : intérêts et limites d’un outil créé par des historiens, pour des historiens

Omeka est une plateforme de publication numérique qui permet à toute personne disposant d’un compte de créer ou collaborer à un site web afin de publier des collections et de bâtir des expositions virtuelles. Ses principaux utilisateurs sont les doctorants ou chercheurs, les enseignants, les archivistes, et documentalistes, les professionnels des musées, mais la plateforme se veut également ouvertes aux profanes et amateurs. Développée depuis 2010 par le Center for History and New Media et la George Mason University, elle s’inscrit dans le projet « Corporation for Digital Scholarship« . Des ressources, une documentation fournie, un forum et une assistance en ligne sont garanties.

 Intérêts et forces d’Omeka

  • Un outil reconnu, sérieux et sécurisé
  • La diversité des ressources et des usages possibles (cf. exemples de sites utilisant Omeka)
    • ressources documentaires : collection de sources et constitution d’un corpus = modélisation/structurations des sources/données primaires = consiste à entrer des « items », en remplissant un certain nombre de champs adpotant la sémantique standard « Dublin Core » (titre, sujet, description, créateur, éditeur, format, type de métadonnée – avec possibilité de créer de nouvelles catégories, date, période et espace couverts permettant des périodisations/de repérer les mutations et les permanences), en les organisant en collections puis en « collections trees » ; en ajoutant des « tags » qui permettent d’établir des connexions entre items et collections
    • exploitation des sources et publication d’essais, de chronologies (Timeline) ;
    • guide des ressources pour la recherche : bibliographies (plug-in Zotero), sitographies…
    • diffusion, publication : réagencement, reconfiguration, réorganisation ou présentation sous forme de sites, d’expositions virtuelles.
  • La diversité des formats et types de documents hébergés : sources écrites/textes ; sources visuelles/images (fixes ou mouvants), sources orales/sons et sources orales et possibilité de créer de nouvelles catégories de documents
  • Les tags : permettent des croisements et des connexions entre les collections et les items
  • De nombreux plug-ins et extensions : des applications à installer au cas par cas, en fonction des besoins. Elles permettent une diversification des usages en fonction des besoins de chacun, et garantissent le caractère évolutif et extensif de l’outil. On peut signaler par exemple :
    • Zotero Import : qui permet d’insérer des références bibliographiques depuis son compte Zotero
    • Collection tree : une application qui permet de regrouper et d’organiser ses collections ;
    • Exhibit : permet de créer des expositions virtuelles
    • Timeline-Neatline : permet de créer des chronologies
    • Map : une possibilité de géolocalisation
    • Image annotation : particulièrement intéressant pour l’historien qui utilise sources visuelles ou travaille sur les aspects visuels de ses sources

 Limites et faiblesse d’Omeka

  • Techniquement complexe à installer et exploiter individuellement (MySQL), mais une fois installé, simple et agréable d’utilisation
  • Un item ne peut appartenir qu’à une seule et unique collection d’où la nécessité de bien réfléchir au préalable : dans quelle collection le ranger préférentiellement ; et aux collections créées (quelle sera la structuration la plus efficace en fonction du sujet) ; mais limite compensée par les « tags » et les plug-in « collection tree » ou « expositions virtuelles » ?)
  • Les limites de Dublin Core : un système qui favorise une standardisation et une certaine interopérabilité, mais aussi un certaine rigidité (d’autres systèmes existent ; impossibilité d’ajouter des champs) même si les catégories sont larges (description) et autorisent une relative liberté dans les informations fournies
  • géolocalisation limitée, peu précise : impossible d’ajouter une adresse précise, on reste au niveau de l’échelle de la ville (impossible d’entrer nom de rues) + base cartographique contemporaine (Google Map) vs cartes historiques (reconfigurations spatiales, changements de toponymes, c’est un problème notamment à Shanghai et dans les villes chinoises où les transformations de l’espace urbain ont été nombreuses et rapides depuis la période que j’étudie – première moitié du XXe)
  • ancien, évolue peu, moins utilisé ?

D’autres outils/alternatives ?

D’autres bases de données plus complexes, permettent de faire plus de choses (NVivo, Prospéro, SiMoGih). Il existe notamment des bases de données plus appropriées pour le traitement des images et des données visuelles, fondées sur une sorte de « sémiologie » graphique inspirée de Bertin. Mais Omeka reste toutefois un bon compromis, entre simplicité d’utilisation et degré de complexité satisfaisant, du moins pour mon sujet et à ce stade de mes recherches.

 Application concrète : mon usage personnel de l’outil Omeka pour l’histoire de la publicité

Avant de se lancer dans l’outil, il est nécessaire de bien réfléchir à sa pertinence par rapport à notre projet et aux usages qu’on lui destine. Je conseille de s’appuyer et s’inspirer des exemples de sites utilisant Omeka. J’en ai retenu trois niveaux principaux d’usages dans le cadre de mon projet de thèse sur la naissance de la modernité publicitaire en Chine (mi XIXe-mi XXème siècle) à travers l’étude de trois produits « modernes » (médicaments, cigarettes, sodas), dans une perspective d’histoire « connectée » Chine/États-Unis/France :

(1) archivistiques et documentaires (conservation, structuration et exploitation des sources primaires) : constitution de collections, de sortes d’archives publicitaires visuelles, d’une bases de données visuelles sur la publicité, qui se prêtent à toutes les (ré)organisations, (ré)agencement en collections et « collections trees ». Après moult réflexions et hésitations, j’ai fini par opter pour des collections thématiques par « produit » (médicaments, cigarettes, sodas), catégorisation qui m’a semblé la plus pertinente et adaptée à mon sujet, malgré d’inévitables limites (cas des publicités « multiproduits » juxtaposant plusieurs types de produits sur une même image). Mais le système des collections et des « tags » permet des regroupements différents, des croisements entre collections :

  • croisements des marques pour une même catégorie de produit, ce qui permet par exemple d’étudier des stratégies différentes selon les marques et les compagnies de cigarettes, ou de comparer les stratégies selon la nationalité des compagnies (américaines, françaises, chinoises) produisant un même produit ;
  • croisements géographiques entre Chine, Etats-Unis, France pour étudier des convergences/divergences dans les publicités pour un même produit ou même marque à destination de marchés et consommateurs différents ;
  • croisement des supports : publicité extérieure, imprimée (presse, affiches, calendriers) ; comparaisons avec des produits proches croisement avec d’autres produits, en créant des collections regroupant des produits supplémentaires, aux marges de mon sujet ;
  • croisements thématiques ou problématiques moins descriptifs, en mobilisant des concepts transversaux (« modernité », femmes/homme/genre ; modernité/tradition, chinois/« occidental »)
  • approche diachronique sur le long terme qui permet d’ébaucher des périodisations et de faire la part des mutations et des permanences

(2) « historiographiques » et « métadiscursifs » (production des connaissances) : à partir de l’exploitation et interprétation des sources (herméneutique), il est possible de :

  • publier des essais et des articles à destination des « pairs » (autres doctorants/chercheurs), avec une dimension « interactive » et « collaborative » si possible – communication avec les autres projets, accueil des critiques et commentaires des lecteurs (validation a posteriori)… ;
  • mener des expérimentations historiographiques et tester des formes d‘écritures numériques originales à partir des plug-ins proposés (visual essays via les expositions virtuelles) ;
  • de fournir des ressources pour la recherche : bibliographiques (plug-in Zotero), chronologiques (plug-in Neatline), webographiques/sitographiques (liens et sorte de « veille » sur mon sujet)

(3) « médiatiques/pédagogiques » (publication – diffusion des connaissances) : expositions virtuelles et sites qu’on peut rendre accessibles à tous.

Il s’agit donc dans mon cas de faire un usage extensif, diversifié et maximaliste de l’outil.

Cécile Armand

Ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure (ENS) de Lyon (2006), agrégée d’histoire (2009), docteure en histoire (2017). Ma thèse propose une histoire spatiale de la publicité à Shanghai (1905-1949), sous la co-direction de Christian Henriot (Aix-Marseille Université) et Carol Benedict (Georgetown Université, Washington D.C.). Au-delà de la publicité à Shanghai, mes centres d’intérêt me portent vers l’histoire urbaine, spatiale et sociale en général, les outils et méthodes numériques pour la recherche historique, l’historiographie et l’épistémologie.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookPinterest

Lancement du labo junior « Digital Humanities » à l’ENS de Lyon : appel d’offres !

Je recherche encore des candidats motivés pour participer à un labo junior « DH-Lyon » consacré au développement des Humanités numériques à l’ENS de Lyon : toutes les disciplines sont les bienvenues !

Je viens d’ouvrir un blog pour servir de base de lancement  au projet. Ce blog servira d’espace de réflexions et d’échanges autour de ce projet. Toute idée, réflexion ou suggestion est elle aussi bienvenu !

Pour plus d’informations sur le labo junior, vous pouvez consulter la page du site de l’ENS consacré aux labos junior, qui définit les objectifs, les conditions à remplir, et donne une liste des labos existants ou clôturés.
Le carnet de recherches numérique de notre projet de labo junior est désormais accessible sur Hypothèses.org.

Cécile Armand

Ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure (ENS) de Lyon (2006), agrégée d’histoire (2009), docteure en histoire (2017). Ma thèse propose une histoire spatiale de la publicité à Shanghai (1905-1949), sous la co-direction de Christian Henriot (Aix-Marseille Université) et Carol Benedict (Georgetown Université, Washington D.C.). Au-delà de la publicité à Shanghai, mes centres d’intérêt me portent vers l’histoire urbaine, spatiale et sociale en général, les outils et méthodes numériques pour la recherche historique, l’historiographie et l’épistémologie.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookPinterest

Les arrestations d’enfants juifs parisiens à portée de clic

 

Présentation générale de la carte interactive des arrestations d’enfants juifs à Paris (1942-1944) réalisée par Jean-Luc Pinol

Le projet : ses acteurs et son contexte

Il s’agit d’une carte interactive des arrestations des enfants juifs à Paris intra-muros – plus de 6000 enfants arrêtés et déportés entre 1942 et 1944 – réalisée par Jean-Luc Pinol, spécialiste de l’histoire urbaine et de géographie informatique à l’ENS de Lyon, très impliqué dans le développement des systèmes d’information géographique (SIG), directeur du TGE Adonis[1], à partir du recensement mené par Serge Klarsfeld, Mémorial de la Déportation des Juifs de France, 1978 et 2012 (édition revue et augmentée).

 

Cette réalisation s’inscrit dans le contexte des célébrations du 70eme anniversaire de la Rafle du Vel’ d’Hiv les 16 et 17 juillet 1942,  au cours de laquelle plus de 4000 enfants de moins de 16 ans furent arrêtés et déportés dans les camps de Drancy, Beaune-la-Rolande et Pithiviers. Précisément, elle fait écho à l’exposition « C’était des enfants. Déportation et sauvetage des enfants juifs à Paris, 1940-1945 » qui s’est tenue du 26 juin au 27 octobre 2012 à l’Hôtel de Ville de Paris. L’exposition retraçait le sort des enfants juifs pendant la guerre à partir de documents divers (journaux intimes, correspondances, dessins, photographies, affiches) et s’attachait à montrer la complexité et la diversité des enfances juives confrontées à la Shoah (« déportés », « survivants », « rescapés », « enfants cachés »).

La méthode employée, l’outil de webmapping et son fonctionnement

La localisation à l’adresse a été réalisée Jean-Luc Pinol, avec l’aide de l’historienne Sabine Zeitoun, mise à disposition par la Fondation pour la mémoire de la Shoah. J-L Pinol a travaillé manuellement à partir du cadastre du début du XXe siècle pour situer les adresses. Ont été utilisés les points adresses actuels de l’Atelier Parisien d’Urbanisme (APUR), adaptés pour la période de la Seconde Guerre mondiale. Le webmapping a été réalisé par Gérald Foliot, ingénieur au TGE Adonis. Il intègre les espaces verts actuels, les cimetières et différents équipements permettant de se repérer. Il inclut un moteur de recherche interne, qui permet une double recherche par nom de famille et par rue ainsi qu’un double index des noms et des rues qui permet d’afficher la liste des enfants arrêtés à chaque adresse. L’utilisateur peut naviguer librement sur la carte : lorsque l’on passe le curseur sur les adresses, une infobulle affiche l’adresse et permet d’accéder à la liste des enfants. En cliquant sur le lien, le nom des victimes apparaît.

Intérêts et forces de la carte : un double usage scientifique et pédagogique

Des usages scientifiques et heuristiques pour les chercheurs

L’outil cartographique présente d’abord des vertus heuristiques pour les chercheurs, à double titre : (1) d’une part, en permettant de mieux visualiser, de confirmer ou infirmer ce qu’on savait déjà : «la carte montre de manière bien plus spectaculaire des phénomènes que l’on connaît historiquement. Ainsi : « les antisémites des années 30 associaient les Juifs à la ploutocratie. On voit bien que c’est faux. La grande majorité des enfants ont été arrêtés dans des quartiers pauvres, où ils résidaient bien souvent.» (2) d’autre part, en révélant des phénomènes qu’on ignorait et qu’on ne pouvait visualiser autrement, en soulevant ainsi de nouvelles questions, en suggérant de nouvelles pistes et hypothèses de recherche, de nouvelles corrélations : « la grande force d’une carte, c’est qu’elle permet de faire de nouvelles hypothèses historiographiques et de les tester très rapidement, pour voir si ça colle».

Des usages pédagogiques et mémoriels pour le grand public

La carte s’offre également à des usages pédagogiques et mémoriels pour le grand public : «Cela permet aux enfants de s’identifier à des décors qu’ils connaissent. Ils sont toujours très frappés de découvrir que des arrestations ont eu lieu tout près de chez eux.» Donc rendre l’histoire, le passé, la réalité de la déportation plus proche et plus familière.

Quelques résultats et exemples d’application…

… dans le sens d’une meilleure visualisation et d’une confirmation de phénomènes préétablis et déjà connus :

  • une nette division géographique entre le quart nord-est de la capitale, qui concentre la majorité des arrestations, et le sud-ouest, où celles-ci sont beaucoup plus réduites – car elles ont été plus tardives.
  • une corrélation entre arrestation/insalubrité/pauvreté : montre que 25% des enfants juifs arrêtés vivaient dans des ilots insalubres, ce qui atteste que la majorité des juifs arrêtés étaient pauvres et qui dément l’assimilation par les antisémites des années 1930 entre religion juive et ploutocratie
  • des informations sur les origines des familles déportées : les consonances des noms de famille témoignent aussi d’une immigration venue d’Europe de l’est (Pologne, Etats baltes) : « la communauté juive à Paris dans les années 40 était moins avancée socialement qu’aujourd’hui. Elle était notamment composée de personnes venues de Pologne, des pays baltes, qui exerçaient des métiers très humbles : tailleurs, casquetiers…», détaille Serge Klarsfeld.

… dans le sens d’une révélation de nouveaux phénomènes jusqu’ici invisibles et inconnus :

En croisant ces données sur les enfants juifs déportés avec le recensement de 1954, Jean-Luc Pinol a pu établir que les musulmans d’Algérie habitaient les mêmes îlots insalubres occupés par les Juifs quelques années auparavant

Les limites et faiblesses de la carte : approximations et lacunes

  • approximations : certaines localisations sont approximatives car la plupart des bâtiments ont aujourd’hui disparu : de nombreuses impasses, cours, cités n’existent plus, suite à la rénovation urbaine qui a fait disparaître de nombreux îlots déclarés insalubres (dans le 20e arrondissement, par exemple, l’impasse Saumon). Dans ce cas, des points ont été créés en fonction du cadastre du début du XXe siècle. L’adresse est suivie de la mention « localisation approximative » et la couleur affectée au point de localisation est plus claire. Il en va de même pour les adresses incomplètes ou dont le numéro semble incertain. Chaque point a une taille proportionnelle au nombre d’enfants arrêtés à cette adresse.
  • transformations : certaines voies ont été rebaptisées pour s’adapter aux évolutions toponymiques : par exemple, la rue Corbeau d’alors aujourd’hui dénommée rue Jacques Louvel-Tessier
  • lacunes : l’adresse d’une dizaine d’enfants – dont la liste est fournie – n’a pu être identifiée.
  • risques d’erreurs et lacunes : en dépit du soin apporté à la géolocalisation des adresses, des erreurs ou des lacunes peuvent subsister, que les utilisateurs sont invités à signaler – collaborant ainsi indirectement au travail du chercheur.

Portée et extensions envisagées

Si Serge Klarsfeld imagine une extension essentiellement « quantitative » de cet outil cartographique, qu’il souhaite appliquer à l’ensemble des 76 000 Français de confession juive déportés durant l’Occupation, Jean-Luc Pinol envisage de son côté un usage plus « qualitatif » visant à mettre en lumière des phénomènes plus précis, comme les camps de transit par où sont passés les personnes arrêtées, ainsi que leur lieux de déportation.

Cette carte a été présentée dans une version immersive (espace 3D avec multi-écrans), par le Professeur Jean-Luc Pinol et l’équipe du TGE-Adonis lors de la fête de la science à l’ENS de Lyon les 11-13 octobre 2012, parallèlement à une démonstration de l’outil Immersive Virtual Shanghai (IVS) : une application de réalité virtuelle réalisée pour la ville de Shanghai par Gérald Foliot et l’équipe du Professeur Christian Henriot (Institut d’Asie Orientale, ENS de Lyon), permettant de naviguer et d’interagir dans un environnement avec le corpus d’images et de cartes de la plateforme « Virtual Shanghai ». On pourrait à ce titre distinguer deux types d’usages de ces deux outils et deux types de destinataires. Malgré son aspect « ludique », Immersive Virtual Shanghai est avant tout outil de visualisation des sources à disposition de l’historien : il permet essentiellement de se repérer dans la masse documentaire, d’explorer et de gérer une masse considérable d’archives. Il est donc en premier lieu destiné au chercheur  – même s’il peut intéresser le grand public avide de comprendre comment se fabrique le savoir historique voire – pourquoi pas – de se faire apprenti historien lui-même : IVS favoriserait en somme une sorte de démocratisation historiographique. De son côté, Virtual Paris apparaît davantage comme un outil de visualisation des résultats déjà produits par l’historien, et serait donc autant destiné au grand public qu’au chercheur.

Liens

Site du TGE Adonis 

Article de Libération du 28-09-2012

Exposition à Paris

Fête de la Sciences à l’ENS Lyon 

Immersive Virtual Shanghai (IVS)

Billet sur Immersive Virtual Shanghai

 

Cécile Armand

Ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure (ENS) de Lyon (2006), agrégée d’histoire (2009), docteure en histoire (2017). Ma thèse propose une histoire spatiale de la publicité à Shanghai (1905-1949), sous la co-direction de Christian Henriot (Aix-Marseille Université) et Carol Benedict (Georgetown Université, Washington D.C.). Au-delà de la publicité à Shanghai, mes centres d’intérêt me portent vers l’histoire urbaine, spatiale et sociale en général, les outils et méthodes numériques pour la recherche historique, l’historiographie et l’épistémologie.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookPinterest

Portrait de l’historien en « serious gamer » : Immersive Virtual Shanghai (IVS)

Présentation générale

Le projet : ses acteurs et son contexte

Immersive Virtual Shanghai (IVS) est une application de réalité virtuelle réalisée pour la ville de Shanghai par Gérald Foliot et l’équipe du Professeur Christian Henriot (Institut d’Asie Orientale, ENS de Lyon), permettant de naviguer et d’interagir dans un environnement avec le corpus d’images et de cartes de la plateforme « Virtual Shanghai ».

IVS a été présenté à quatre reprises : lors de l’Exposition Universelle de Shanghai 2010 au pavillon Rhône-Alpes, lors de la semaine thématique organisée par l’Université de Lyon sur la ville « post-carbone » (16 au 22 août 2010), à l’occasion de la Fête de la science 2010 au village des sciences de la Doua et enfin lors de la Fête de la Science 2012 à l’ENS de Lyon, en parallèle avec son pendant parisien développé par Jean-Luc Pinol.

La méthode employée, l’outil de webmapping et son fonctionnement

Le point de départ du projet est une collection d’images photographiques anciennes que Christian Henriot et son équipe souhaitait mettre en partage : ce qui a donné lieu dans un premier temps à la constitution d’une base de données photographiques, auxquelles sont venus s’ajouter dans un deuxième temps des cartes géographiques, avant qu’émerge l’idée d’établir des liens entre ces deux types de données photographiques et cartographiques grâce aux outils de système d’information géographique (SIG).

Toutefois, le but recherché in fine n’est pas la simple constitution d’une base de données, si riche et si complexe soit-elle, mais plus fondamentalement de s’interroger sur les apports possibles des outils numériques à la recherche historique : dans quelle mesure le numérique permet-il différemment de traiter et de fondre le matériau historique ? Dans quelle mesure permet-il d’expérimenter de nouvelles formes d’écriture de l’histoire ?

L’outil mobilisé par Gérald Foliot est un moteur commercial – Unity – issu des milieux de la recherche danoise, devenu depuis lors le plus grand moteur 3D de jeux vidéos. L’intérêt de cet outil est triple : il permet de combiner différentes machines et différents systèmes (aussi bien Mac que PC), de simplifier le développement (réduisant à quatre le nombre de lignes de codes), et donc de gagner du temps (trois mois seulement ont été nécessaires à la mise en œuvre de l’application, même si des modifications et des améliorations ultérieures ont été et continuent à être apportées).

IVS se présente comme un environnement immersif où le sujet est au cœur d’une « cave » : les images sont projetées sur les faces d’un cube, avec une personne au centre. L’outil comprend deux niveaux d’environnement :

  • une maquette urbaine qui permet d’évoluer au sein du corpus cartographique ;
  • un planétarium qui permet de consulter la base de données images de Virtual Shanghai dans sa globalité.

L’application est manipulée par l’utilisateur grâce à une GamePad permettant de se déplacer dans l’environnement. Des fonctions de ciblage ont été ajoutées à l’interface pour identifier des objets, des points de navigation, et un espace de données – appelé Data Space.

Intérêts et forces de l’application

L’application présente avant tout des intérêts méthodologiques et épistémologiques pour le chercheur, mais n’exclu pas un usage plus large par le grand public, en vue de le sensibiliser à certaines réalités du passé et certains problèmes historiques.

Une autre forme d’exploration et de manipulation d’un corpus documentaire : une navigation spatiale et intergalactique

La fonction « planétarium » permet ainsi de voyager au cœur de la base de données en mettant en lumière les liens entre les différentes photographies ou groupes de photographies. IVS est donc à ranger du côté des outils numériques de visualisation qui répondent au défi actuel des big data, i.e. la question de savoir comment l’historien (surtout de l’époque contemporaine) peut-il se repérer et de traiter la masse croissante de données et de matériaux dont il dispose ?

L’application repose sur l’utilisation d’un algorithme qui permet de projeter les images dans le planétarium et de mener une analyse par mots-clés en vue de déterminer d’éventuels liens de proximité entre ces images, en fonction des mots-clés et des 18 catégories créées au préalable, qui peuvent être modifiées, activées ou désactivées. Les images se distribuent ensuite en « boules » ou « planètes », selon deux modalités : tantôt, en se rapprochant d’une catégorie, s’il existe des liens évidents avec cette catégorie ; tantôt, en se regroupant en cluster (groupe) intermédiaire entre deux voire trois ou quatre catégories, lorsque ces images peuvent appartenir à plusieurs catégories.

La fonction « maquette urbaine » permet de se déplacer sur la carte : à la différence de la carte « normale » où tout est donné immédiatement, « d’un coup », l’utilisateur est amené à découvrir ou perdre des objets, repérer des bâtiments ou immeubles associés à des images : plus un immeuble est haut, plus on dispose d’images à son sujet. L’interface permet de voyager dans le temps à l’échelle d’un siècle, à partir de cartes historiques s’échelonnant entre le début du XIXe et le milieu du XXème siècle. Des cartes thématiques permettent de rendre compte des mutations urbaines parfois spectaculaires au fil du temps. Des lieux emblématiques (parcs, champ de course) ont pu être reconstitués, auxquels des photos ont été associées, que l’on peut voir de près avec une résolution de grande qualité en zoomant.

Une autre forme d’écriture de l’histoire : une historiographie visuelle, hypertextuelle et multimédia

L’application autorise une écriture visuelle et sensorielle de l’histoire, à partir de données « brutes », des matériaux historiques eux-mêmes, ré agencées de manière originale par rapport aux formes écrites « classiques », en fonction de la manière dont l’utilisateur « interroge » la base de données (choix des mots-clés…). Ainsi, la navigation ludique dans la base de données ne dispense pas d’un questionnement historique et de la définition de critères préalable à toute recherche et exploration de la base : la masse des matériaux ne prend sens qu’en fonction du regard et des questions que lui pose l’historien, ce que matérialise bien la fonction « planétarium » et le regroupement en planète ou cluster, sorte de nouvelle grammaire visuelle et tridimensionnelle de l’historien. Ainsi, les « mots » semblent remplacés par les images photographiques et les archives brutes et immédiates, tandis que leur agencement en « boules » et cluster dans le planétarium, en « immeubles » dans la maquette, constituerait une alternative aux phrases qui tissent la trame de l’historiographie « traditionnelle ».

Une autre expérience du passé : une histoire plus sensorielle et plus empathique ?

L’application favorise une expérience plus sensible du passé, en immergeant l’homme du XXIème siècle un siècle plus tôt, au cœur du Shanghai du début du XXème siècle : la technologie 3D prétend ainsi rapprocher le passé du présent, le rendre plus proche et plus familier, pour en permettre une meilleure appréhension et une meilleure compréhension.

Limites et faiblesses de l’application

Des difficultés techniques

Des questions techniques restent en suspens : la résolution graphique est parfois défaillante, l’application tourne au ralenti, car elle est relativement exigeante et requiert un système puissant, qui la rend difficilement accessible à l’utilisateur lambda depuis son ordinateur personnel.

Des limites épistémologiques ?

On peut s’interroger sur l’importance des apports à la recherche, au-delà de l’aspect ludique de l’application. Il semble bien toutefois qu’il permette une avancée considérable pour le chercheur confronté à l’accumulation de données.

Portée et extensions envisagées

Si l’outil permet à l’heure actuelle de manipuler essentiellement des données de nature visuelle (photographies, cartes), on pourrait envisager une extension de la nature des matériaux – d’autres types et supports d’images (artistiques ou commerciales par exemple, no seulement fixes mais aussi mouvantes – films) ou données textuelles (sources écrites ou contributions de chercheur). Cela permettrait d’établir des liens entre matériaux de natures diverses  et de répondre à l’exigence pour l’historien de croiser et de confronter les sources, d’une part ; d’approfondir son expérimentation de formes alternatives d’écriture visuelle de l’histoire. Enfin, cet élargissement des matériaux déboucherait sur la création d’une base de données entièrement multimedia.

Liens

Immersive Virtual Shanghai (IVS)

Site de Virtual Shanghai

Site de l’Institut d’Asie Orientale (IAO)

Fête de la Sciences à l’ENS Lyon 

Billet sur la carte interactive des arrestations d’enfants juifs par Jean-Luc Pinol

 

 

 

Cécile Armand

Ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure (ENS) de Lyon (2006), agrégée d’histoire (2009), docteure en histoire (2017). Ma thèse propose une histoire spatiale de la publicité à Shanghai (1905-1949), sous la co-direction de Christian Henriot (Aix-Marseille Université) et Carol Benedict (Georgetown Université, Washington D.C.). Au-delà de la publicité à Shanghai, mes centres d’intérêt me portent vers l’histoire urbaine, spatiale et sociale en général, les outils et méthodes numériques pour la recherche historique, l’historiographie et l’épistémologie.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookPinterest

Quels outils numériques pour représenter le temps en histoire ?

Note sur cet article : ce billet reprend des réflexions qui ont germé au cours de la rédaction de mon mémoire de M2 au printemps 2012, d’une part, et de leur première formalisation réalisée à l’occasion d’un atelier animé lors du ThatCamp Paris en septembre 2012[1], d’autre part : ces réflexions restent un work in progress qui sera régulièrement modifié et ouvert à la collaboration.

Introduction

Représenter le temps, périodiser, établir des chronologies constitue un souci et un pan essentiel de la réflexion de l’historien, si l’on considère que le temps est sa « matière première ». Les questionnements historiographiques et épistémologiques relatifs à la représentation du temps historique se déploient et s’articulent sur plusieurs plans :

1. D’une part, l’articulation entre :

  • la périodisation proprement dite = comment découper le temps, quelles bornes chronologiques, quelle échelle temporelle… (plan historiographique
  • la représentation ou visualisation du temps (plan épistémologique) = quels modèles ou schémas de représentation/visualisation du temps (linéaire, cyclique, spiralé, réticulaire…)

2. D’autre part, l’articulation entre

  • Théorie : épistémologie, historiographie (concepts, schémas théoriques et méthodes) = les besoins de l’historie
  • Pratique (quels outils concrets, quelles applications, leurs usages et modes d’emploi) = les réponses et solutions proposées par l’informaticien ou le technicien

Ce billet est articulé autour de deux grands « moments » :

  • le point de départ de ma réflexion sur le temps : les problèmes concrets rencontrés lors de la rédaction de mon M2 relatifs à la création et l’insertion de chronologies … (I)
  • … qui ont fait émerger des problèmes plus généraux, théoriques et conceptuels relatifs à la périodisation et la visualisation du  temps historique, et orienté ma quête d’outils numériques susceptibles de répondre aux besoins spécifiques de l’historien et aux nouveaux paradigmes historiographiques de la représentation du temps historique (II)

I. Au commencement, un obstacle concret de masterante : insérer une « belle » (mais utile…) chronologie dans mon mémoire ?

Un problème concret d’abord : comme  élaborer et visualiser une chronologie autonome et spécifique de l’histoire de la publicité chinoise ?

Dans le cadre de mon mémoire de M2, j’ai tenté de trouver une première solution aux problèmes de la périodisation et de l’élaboration d’une histoire et d’une chronologie autonomes de la publicité chinoise, périodisations alternatives à celles proposées par les histoires « canoniques qui privilégient une vision « linéaire » voire téléologique de l’histoire chinoise, privilégiant certaines « ruptures » comme autant de passages obligés (révolution 1911 et fin de l’Empire, « ère » républicaine, révolution de 1949 et « ère » maoïste » synonyme de fermeture et d’oppression, « ère » post-Mao synonyme d’ouverture et de « libération »), faisant alterner des périodes de « crises » et de renouveau, « d’apogée » et de « déclin ». La question de la périodisation en recouvre deux qu’il faut bien distinguer :

  • d’une part, la question de la périodisation proprement dite : comment élaborer une chronologie alternative et autonome de la publicité chinoise ?
  • d’autre part, la question de la représentation et de la visualisation : comment visualiser cette périodisation (ses grands découpages, ses différences de rythmes ou de durée, ses ruptures et ses continuités, ses phénomènes de coexistences, de contiguïtés ou de chevauchements) ?

Le parcours de cette expérimentation chronologique s’articule en trois temps :

(1) Quels étaient mon questionnement, mon intuition et mon projet de départ ?

(2) Quel outil a été mobilisé et pourquoi : en quoi cet outil satisfait mon projet, répond à mes attentes et mes objectifs ?

(3) En quoi cet outil enrichit-il même mon projet de départ et soulève de nouveaux questionnements et de nouvelles possibilités, ce qui valide l’idée souvent émise d’une interaction entre la pensée et la pratique, entre le cerveau de l’historien et ses outils.

A.       Questions et problèmes de départ : élaborer une chronologie non linéaire et dynamique permettant de visualiser la complexité du temps et de l’histoire publicitaires

1) Questionnements de départ

A l’origine, je me posais les questions suivantes :

1) Comment élaborer une histoire et une chronologie de la publicité chinoise autonome, qui, sans être totalement indépendante des autres domaines de l’histoire, sans être coupée de son contexte (politique, économique, social, culturel, artistique), obéirait à sa propre logique, connaître ses propres ruptures et découpages, suivrait ses propres rythmes, et ne coïnciderait donc pas nécessairement avec les périodisations classiques (tels que le présentent les histoires « canoniques » de la publicité chinoise évoquées dans mon « état des lieux » de la recherche) ? Comment élaborer une chronologie articulée et contextualisée, qui articulerait l’histoire propre de la publicité à ses multiples contextes ?

2) Comment représenter l’absence de continuité et de linéarité du temps et de l’histoire, ce qui se décline en plusieurs points :

  • comment matérialiser les phénomènes de chevauchements temporels, de continuités et de ruptures (mieux que ne le fait le découpage en grandes « périodes » successives, qui tend à exagérer les ruptures et les séparation), les variations de rythmes  ?
  • comment matérialiser les différentes strates ou couches temporelles, les « trois temps de l’histoire » braudéliens (et au-delà : les multiples temps de l’histoire : distinguer par exemple le temps de l’histoire des représentations de la femme et le temps court des boycotts contre les produits étrangers, les lames de fond et les vaguelettes, les grands choc de l’épicentre et les ondes de surface), comment donner de l’épaisseur aux événements, comment matérialiser les différences de rythmes et de durée, en distinguant par exemple des instants (événements ponctuels, matérialisables par des points) et des moments (plus durables, matérialisables par des aires plus ou moins étendues) ?
  • comment matérialiser les décalages temporels : les phénomènes d’influences ou de coïncidences (ainsi, les éventuelles influences et antécédents de la publicité américaine sur la publicité chinoise, ou au contraire des phénomènes d’émergences simultanées et coïncidentes, voire une antériorité et une anticipation de la publicité chinoise sur un hypothétique « modèle publicitaire américain » qui serait « en avance » sur une publicité chinoise « sous-développée », rompant ainsi avec la conception « évolutionniste » du temps partagée par bien des travaux ?

3) Comment hiérarchiser les événements entre eux : distinguer des événements plus ou moins importants, significatifs, déterminants dans l’histoire de la publicité (de manière plus sophistiquée que de les mettre en gras ou en différenciant la couleur dans les listes classiques d’événements) ?

4) Comment qualifier et catégoriser ces événements : distinguer des événements de différentes natures : politiques, économiques, sociaux, culturels, artistiques, biographiques ?

5) Comment concevoir une chronologie dynamique, interactive, hypertextuelle : tantôt synthétique (présentent seulement les principaux éléments et les événements les plus saillants), tantôt plus développée (donnant un descriptif des événements, des compléments d’informations, voire des sources ou des documents historiques ; notamment des images) ?

2) Solutions d’abord envisagées

J’envisageais dans un premier temps de créer deux types de chronologies pour périodiser l’histoire de la publicité chinoise :

1) Une chronologie stratifiée et « archéologique » : plutôt qu’une chronologie linéaire sous la forme d’une liste de dates successives, masquant les coexistences ou les chevauchements temporels, les variations de rythmes et de temporalités, une chronologie stratifiée me semblait permettre de visualiser les ruptures, les rythmes et les épaisseurs propres de l’histoire publicitaire chinoise ?

2) Une chronologie connectée et articulée à deux niveaux :

  • Connectée ou articulée avec les multiples contextes de l’histoire chinoise et spécifiquement avec le contexte politique, économique, social, culturel à Shanghai
  • Connectée avec l’histoire transnationale de la publicité, avec les autres histoires nationales, et surtout avec l’histoire de la publicité américaine (qui est censée lui servir de « modèle »)

Ainsi, plutôt que d’élaborer des chronologies comparatives compartimentées et figées, sous forme tabulaire, j’envisageais de juxtaposer l’histoire de la publicité chinoise/histoire de la publicité américaine aux mêmes échelles, pour mettre en évidence d’éventuelles influences (par des flèches, matérialisant ces circulations) ou des coïncidences.

Il me semblait alors qu’un outil numérique serait le plus approprié à ce projet de chronologie complexe et dynamique, quitte à prévoir une version plus « statique » destinée à une impression papier pour le mémoire.

B.       Le salut numérique : l’application web de la « ligne du temps »[2]], une solution provisoire…

L’application Web de la Ligne du Temps – Page d’accueil

 1)  Une solution apparemment satisfaisante aux problèmes initiaux

Si l’outil « La ligne du temps » pouvait paraître a priori simpliste voire infantile, par ses fonctions pédagogiques et scolaires clairement revendiquées, il n’en demeurait pas moins commode, efficace, et tout à fait approprié à mon projet. Il permettait en effet :

 

Par sa fonction « période » : à l’encontre d’un découpage plus « classique », moins original, qui exagère les ruptures et masque les continuités ou les phénomènes de chevauchements et coexistences, et ainsi de dépasser la chronologie linéaire par la chronologie « stratifiée » et « archéologique » dont je rêvais : il donnait de l’épaisseur temporelle aux événements, en leur assignant une durée, un intervalle de temps, en fixant une date de début et de fin à chaque événement ;

 

 

 

Par ses fonctions « bande d’événement » et « lier les événements » : de dépasser la chronologie « isolée » et réaliser les chronologies « articulées » et connectées dont je rêvais : en permettant de juxtaposer des chronologies de natures différentes : par exemple, l’histoire de la publicité chinoise/le contexte politique/économique/social/culturel à Shanghai, d’une part ; l’histoire de la publicité chinoise/américaine/française/transnationale, d’autre part ;

 

 

 

 

 

Par sa fonction « catégories d’événements » : de catégoriser les événements, distinguer différentes natures d’événements, matérialisées par des pictogrammes librement choisis dans une banque ;

 

 

 

 

 

 

D’ajouter des textes descriptifs (dont l’affichage est facultatif, en vertu de l’interactivité du support numérique) ;

 

 

 

 

 

 

 

 

D’ajouter des images à partir d’une banque de données fournie ou bien de sa propre base de données.

 

En résumé, plusieurs possibilités…

  • Possibilité de décrire l’événement (avec possibilités de mise en forme du texte)
  • Possibilité de conférer une durée et une épaisseur temporelle à l’événement : en lui attribuant une date de début et de fin (plus ou moins approximative)
  • Possibilité de répartir les événements entre les différentes bandes thématiques (contexte politique, naissance de la profession publicitaire, histoire de l’industrie du tabac…)
  • Possibilité d’associer une image à l’événement
  • Possibilité de catégoriser les événements et de visualiser les catégories par des pictogrammes
  • Possibilité de lier les événements : avec une limite : les « liens » ne sont guère apparents sur la frise (pas de flèches…)

…auxquelles s’ajoutent des usages pédagogiques et la possibilité de créer des « scénarios » pour la classe.

Non seulement cet outil répondait à mes premières attentes, mais il soulevait des questions nouvelles et me révélait des possibilités insoupçonnées  → illustre les interactions et influences réciproques entre théorie et pratique, historien et informaticien : si les questionnements et les besoins de l’historien viennent alimenter la production de nouveaux outils numériques, inversement les outils et la pratique viennent en retour influencer, nourrir, renouveler les problématiques et les besoins de l’historien.

2)  De nouveaux questionnements et un nouveau projet : une triple chronologie visuelle de la publicité chinoise

En découvrant la possibilité d’ajouter des images, j’imaginais de dépasser leur simple fonction illustrative, et d’utiliser l’outil pour construire une chronologie visuelle, entièrement (ou presque) constituée d’images – donc de réaliser une autre forme de visual narrative et d’écriture visuelle de l’histoire. J’envisageais alors de réaliser trois chronologies visuelles, afin de visualiser :

  • le « tournant visuel » dans la publicité chinoise (place croissante accordée aux éléments visuels par rapport aux éléments textuels, qualité croissante de l’image, apparition de la couleur ; à mettre en relation avec un progrès des techniques, d’une part ; les manuels ou traités de publicité, d’autre part, par exemple les recommandations de Carl Crow) – un visual turn publicitaire aussi décelable dans la publicité transnationale, et prônée par les publicitaires américains – au début du XXème siècle, visible notamment lorsqu’on tourne les pages de l’anthologie de Zhou Wen (2003) organisée chronologiquement ;
  • la « féminisation » de l’image publicitaire (représentation croissante de femmes), mise en évidence par Mittler (2007) dans les publicités pour médicaments, ou par Bueschel (2008) pour les publicités pour cigarettes
  • la « modernisation » de la rhétorique publicitaire, mise en évidence par Lean (1995) par exemple dans son étude des publicités pour médicaments, en montrant le passage d’une rhétorique « traditionnelle » magique à une rhétorique « moderne » scientifique

Grâce à cet outil, je songeais désormais à élaborer trois types de chronologies :

(1) une chronologie « génétique » ou « archéologique » : articulant l’histoire de la publicité chinoise à l’histoire chinoise globale, à ses multiples contextes et conditions d’émergence et de développement ;

(2) une chronologie « connectée » : juxtaposant histoire chinoise/transnationale, mettant en évidence d’éventuels décalages, influences ou coïncidences entre « modèles » publicitaires ;

(3) une chronologie visuelle : utilisant l’image publicitaire comme matériau événementiel, elle serait constituée entièrement d’images qu’elle laisserait « parler d’elles-mêmes », raconter elles-mêmes leur histoire.

C… mais pourtant insuffisante et insatisfaisante

Mais des questions restaient en suspens. L’outil présentait tout de même deux limites :

  • d’une part, une limite épistémologique : pouvait-on visualiser les chevauchements et les continuités ? pouvait-on visualiser les hiérarchies ? Sous les apparentes innovations, ne restait-on pas prisonnier d’une conception « linéaire » du temps, comme en témoignait le nom même de l’application (« Ligne du Temps ») ?
  • d’autre part, une limite pratique pour les utilisateurs qui ne disposent pas d’un code institutionnel : pouvait-on générer à partir de la création en ligne une production « statique » et imprimable, quitte à en perdre une partie des richesses (interactivité) ? Comme il n’existe pas de convention entre l’éditeur du site web et l’ENS, je ne disposais pas du code d’institution requis pour pouvoir exporter ou partager mes chronologies : je renvoie donc au lien en ligne, sachant qu’il faut sans doute un code d’accès pour pouvoir visualiser mes chronologies : http://www.lignedutemps.qc.ca/fr/app.html. De même, je n’ai pu insérer mes propres images, car c’est une fonction avancée qui ne fait pas partie de la version en libre accès. A quand le Web totalement ouvert à tous…

La conclusion que je pouvais en tirer, c’est qu’avant de se lancer témérairement – et surtout naïvement… – dans l’utilisation et l’exploration intensive, extensive et protensive d’un outil, il faut d’abord en faire le tour et en évaluer les apports et les limites, les forces et les faiblesses… en se donnant la possibilité d’en sortir et de ne pas en rester « prisonnier »…

II. … à l’origine de questionnements plus théoriques et généraux sur la question du temps et des temporalités en histoire

A.       Périodisations et schémas de représentation temporels alternatifs

Modèles Visualisation Principes, postulats Intérêts/forces Limites/faiblesses Variations, extensions Références, sources, outils
Modèle « classique » linéaire voire téléologique « Frise » chronologique, « flèche » du temps, « bande » ou « bandeau » horizontal Linéarité, succession Simple à construire et comprendre Simplificateur et réducteur, ne représente pas les différentes épaisseurs temporelles, les différents rythmes, les variations de durée, les phénomènes de chevauchements, coexistences, simultanéités, continuités Des « lignes du temps » plus complexes : hiérarchisation, catégorisation et liens entre événements (application web Ligne du Temps) Outils numériques « Timeline »
Concepts : ère, période, révolution, progrès, rupture/continuité, tradition/modernité
Irréversibilité
Temps homogène
Temps divin ou hégélien
Modèle « cyclique » Circularité, « éternel retour », alternance de phases de crise et de renouveau, d’apogée et de déclin Proche du modèle « en spirale »
Modèle « diabolique » ou en spirale Contre l’irréversibilité du temps, intègre des phénomènes de résurgences et de rapprochements, de possibles « retours » du même, ou plutôt une dialectique du même (jamais identique) et de l’autre, de l’ancien et du nouveau Mais jamais de chevauchements Proche du modèle « cyclique » Latour
Modèle « géographique » ou spatial de type « braudélien » (métaphore marine et géologique et archéologique) « Couches » ou « strates » temporelles Différentes « échelles » et « strates » temporelles Complexifie la « ligne » horizontale en ajoutant une dimension « verticale » : différentes « couches » ou « strates », différentes « épaisseurs » de temps (= durées) Ne distingue que trois temporalités : on peut affiner à l’infini, concevoir une multiplicité infinie de temporalités Braudel
Concepts : structure/conjoncture Reste tributaire d’une tradition « classique » qui consiste à « spatialiser » le temps, le considérer comme une étendue : le temps n’a-t-il pas une nature plus « spécifique » ?
Triple temporalité : trois « temps » de l’histoire (longue durée, moyenne durée, événementiel)
Spatialisation du temps
Modèle « géographique » ou spatial de type « cartographique » (planisphère avec latitude et longitude) Latitude = Latour
Longitude =
Modèle « géométrique » par projection orthogonale sur plan orthonormé Abscisses = Géométrie dans l’espace (projection en 3D)
Modèle « diabolique » en spirale Ordonnées =
Modèle « astronomique » ou en « constellation » (sur le modèle du système solaire ou de la galaxie) Centre, astre Un événement central (ou « astral ») autour duquel gravitent des événements « mineurs », « planètes » ou « satellites » en révolution autour de cette astre, ayant chacun leur durée et rythme propre de mouvement Permet de hiérarchiser entre les événements selon leur nature (astre/planète/satellite/comète) et leurs rythmes propres
Satellite Permet différentes interprétations d’un même événement : selon le point de sa trajectoire, et selon le point d’observation, on ne voit pas la même « face » de la planète ou du satellite
Gravitation Permet de penser la dialectique du même et de l’autre, de l’ancien et du nouveau : on ne voit jamais la même chose, on se situe entre (apparente) répétition ou retour ou résurgence du passé et renouvellement permanent : une autre définition de la révolution (pas une rupture, irréversible) : mais une répétition qui n’exclut pas le changement ; de possibles « collisions » restent toujours possibles, alternance des « phases » lunaires ou satellitaires, possibles disparitions/éclipses/retours
Trajectoire
Révolution, ellipse
Modèle « réticulaire » ou « en réseau » Internet
Histoire et géographie urbaine
Tout réseau  : cf. BootCamp 2012 / GEPHI
Modèle « arboré » ou « généalogique Arbre et branche Deleuze
Modèle « rhizomique » Deleuze

B.       Quelques outils « Timeline » généraux et spécifiques à disposition l’historien : apports et limites, mode d’emploi et usages possibles

Outils Forces Faiblesses Tutoriel Exemples et applications
Simile coordonner dates avec cartes (google maps) ; possibilité d’ajouter des images, des vidéos, des liens hypertexte = une chrono multimedia et hypertextuelle, interactive ; possibilité de rechercher à partir d’un mot clé (moteur de recherche interne) ; possibilité de catégoriser les événements (distingués par des couleurs) ; collaboration ; facile à créer et compléter à partir de Google Doc Spreadsheet Reste austère et linéaire. http://briancroxall.net/TimelineTutorial/TimelineTutorial.html http://www.programme-repere.fr/biblio/ 
http://www.simile-widgets.org/timeline/  Zotero ; exemple de chrnologie visuelle avec CompactPainter : http://simile-widgets.googlecode.com/svn/timeline/tags/latest/src/webapp/examples/compact-painter/compact-painter.html
http://simile-widgets.org/timeplot/ Il faut programmer ! Reste linéaire. http://simile-widgets.org/timeplot/docs/
http://www.tiki-toki.com/ Facile à utiliser. Possibilité d’insérer des images (de Flickr notamment), des vidéos (YouTube), de personnaliser les couleurs, d’ajouter des métadonnées, informations et descriptions qui peuvent être « déroulées » sans surcharger la chrono = chrono interactive. Possibilité de créer des bandes thématiques (category band) : chronologie multiple et complexe. Mode « equal spacing » permet d’éviter les chevauchements lorsque forte densité d’événements à une même période. Possibilité d’insérer des liens hypertextes : chronologie hypertextuelle, réticulaire et interactive. Possibilité de partager la chronologie. Joli, esthétique surtout, pas « historiographique », conçu pour tous les usages Reste très linéaire. Biographie et vie privée : http://www.tiki-toki.com/timeline/entry/67/The-Life-of-Mary-Kearns/#!date=1959-08-18_01:29:43!  ; Category Band Timeline : http://www.tiki-toki.com/timeline/entry/6306/Category-Band-Timeline/#!date=2011-01-08_14:01:30! ; Chrono historique (histoire des ministres britanniques) : http://www.number10.gov.uk/wp-content/timeline/index.php (possibilité d’insérer des liens hypertextes). 
http://www.xtimeline.com/index.aspx Possibilité de passer facilement de la liste d’événements à la chronologie. Possibilité d’insérer images et vidéos. Facile à utiliser. Possibilité de partager. Lent. Blog : http://blog.xtimeline.com/ Histoire de la Révolution française : http://www.xtimeline.com/timeline/History-of-the-French-Revolution
timeline.js http://timeline.verite.co/ Facile à utiliser. Possibilité de créer des bandes ou couches. Une chronologie multimedia permettant d’intégrer des sources et documents divers depuis Twitter, Flickr, Google Maps, YouTube, Vimeo, Dailymotion, Wikipedia, SoundCloud. Possibilité de copier le code source :<iframe src=’http://embed.verite.co/timeline/?source=0Agl_Dv6iEbDadHdKcHlHcTB5bzhvbF9iTWwyMmJHdkE&font=Bevan-PotanoSans&maptype=toner&width=600&height=600′ width=’600′ height=’600′ frameborder=’0′></iframe>) pour insérer la chrono sur son blog par exemple. Trois formats supportés : GoogleDoc, Json, Storify. Intègre le chinois. Plus de la comm, un événement à la fois, comme un diaporama. Très joli mais élémentaire. It does not work well for stories that need to jump around in the timeline. Reste linéaire. http://xieziben.com/timeline.php?source=https://docs.google.com/spreadsheet/pub?key=0Am5A0hS-B8okdE5hQmNsUk9ZTjkyQk1LRGhwRlRmM2c&output=html
http://lignedutemps.qc.ca/ Des limites épistémologiques : maintient une vision très linéaire du temps. Le code-source de « La ligne du temps » est disponible sur http://sourceforge.net/projects/lignedetemps/?source=directory
Des limites pratiques : des fonctionnalités limitées quand on ne possède pas le code source.
http://www.dipity.com Idem : visuel, multimedia, hypertextuelle, interactive. Possibilité de partager. Possibilité de passer facilement de la liste d’événements à la chronologie. Multiutilisateur, pas proprement historique. Reste linéaire. http://www.dipity.com/fheimburger/Films-about-WWI/
https://www.timetoast.com/ Evénements ponctuels sur une frise. Ajouts d’images. Possibilité de passer facilement de la liste d’événements à la chronologie. Possibilité de faire varier l’échelle. Navigation pas facile… Reste linéaire. https://www.timetoast.com/timelines/china-timeline–13 ; https://www.timetoast.com/timelines/art-history-timeline–7
http://neatline.org (un plugin pour http://omeka.org/ ) Spécifique pour l’historien, bibliothèques et archives, pour les usages pédagogiques : développé par le CHNM, Université de Virginie, soutenu par le NEH et Library of Congress, plug-in pour Omeka (plateforme proposant des outils et applications pour exposer des données en ligne : http://omeka.org/) . Permet d’insérer des données goéspatiales. Elaboré et pédagogique. On peut inclure des documents. code source disponible sur sf.
http://omeka.org/ Spécial pour les historiens, bibliothèques et usages pédagogiques. Permet de créer des « archives », des collections et des corpus de documents de natures diverses. Permet de créer des « expositions » virtuelles à partir de ces documents. Possibilité de partager et collaborer (en choisissant différents statuts pour les utilisateurs). Application pour IPhone. Nécessité d’installer MySQL (base de donnée open source) : http://www.mysql.fr/ http://omeka.org/codex/Documentation
http://timeglider.com/ Mêmes fonctionnalités que les applications « populaires » ci-dessus, autres que Neatline. Possibilité surtout de zoomer et faire jouer les échelles. Possibilité d’insérer des médias et des liens hypertexte. Pas sépcifique à l’historien. Très linéaire. http://timeglider.com/blog/
http://timerepresentation.tumblr.com/ La seule appli à proposer des modèles de visualisation alternatifs, pas que linéaires ! Plus une expositions de chronologies possibles qu’une « boîte à outils » mais donne accès à des références d’outils Modèle graphique : http://visual.ly/empires-strike-again ; Modèle circulaire/cyclique : http://visual.ly/empires-strike-again ; modèle spiralique/du ressort : http://timerepresentation.tumblr.com/image/32253740628 ; Modèle réticulaire : http://flowingdata.com/2012/08/15/evolution-of-video-game-controllers/ ; Modèle réticulaire (réseau-map)/métropolitain (plan de métro) : http://www.mybandmarket.com/blog/2012/07/la-nouvelle-timeline-de-blur/ = à chaque ligne de métro correspond un « thème » (distingué par une couleur), chaque station est un événement, une date, chaque noeud connecte des événements entre eux = navigation, voyage dans le temps ; Chronologie interconnectée, montrant les interactions entre technologies Web et navigateurs/utilisations quotidiennes : http://www.evolutionoftheweb.com/ : chrono complexe, entrelacée, montrant les entrelacs et chevauchements, combine linéarité et simultanéité/influences/liens. Chronologie multicolore et cinétique (mouvante), mimant les cycles « naturels » (succession jours/nuits et saisons ?), chrono en cercles concentriques, utilisant la couleur (et luminosité) pour visualiser le temps : http://www.visualizing.org/visualizations/chroma-chrono-using-color-visualize-time = http://akshayluther.com/2012/07/08/chroma-chrono-using-color-to-visualize-time/ ; Chronologie géologique : http://www.newworldencyclopedia.org/entry/Geologic_time_scale 
http://timekiwi.com/ Plus joli qu’autre chose
http://flowingdata.com/2012/04/04/interactive-time-series-chart-with-filters/ Propose divers outils de visualisation, dont les « time series » Payant
impress.js http://bartaz.github.com/impress.js/  Un logiciel de présentation concurrent de Powerpoint, pas spécifiquement fait pour créer des chronologies, mais peut être détourné pour visualiser le temps. Permet de visualiser des informations, même en 3D, de créer des diaporamas, des « expositions », avec possibilités variées de transitions. Difficile à détourner, HTML pas utilisable par un autre logiciel. Il faut copier le code source.
http://Chronozoomproject.org Plusieurs niveaux, plusieurs échelles temporelles, du temps cosmique au temps humain en passant par le temps astronomique du système solaire – l’humanité ne représente qu’un pan infime de la ligne du temps ! Pour une histoire totale « history of everything » en vue d’établir un pont entre humanités et sciences. http://www.chronozoomproject.org/BehindTheScenes.htm Crée des liens entre événements, tendances et  les thématiques (domaines) ; entre les cinq grands « régimes » (regims) temporels de la « Big History » (Cosmos/Earth/Life/Human Pre-History/Human History). Permet de collecter une grande diversité de connaissances et de données, de fédérer les découvertes les plus récentes dans diverses disciplines = histoire totale et interdisciplinaire. Concepts clés : regims (divisions de la Big History), timelines (période, sous-division d’un régime, période spécifique de l’histoire, eux-mêmes divisés en sous-périodes), breadcrumb (littéralement « miette de pain » en référence à Hansel et Gretel : aide à la navigation),  threshold (seuil : moment de complexification exponentielle dans l’histoire universelle, 8 grands seuils : origine de l’univers, premières étoiles, origine de la complexité chimique, apparition de la terre et du système solaire, origine de la vie, naissance de l’humanité, début de l’agriculture, début du monde moderne). Des « exhibits » permettent d’avoir accès à des données et documents multimedia relatifs à un événement, et à une bibliographie. On ne peut pas encore créer son propre « timeline », il est déjà fait, donné, mais une extension prévue. Selon quels critères sont sélectionnés les événements ? Quelles présupposés derrière les « découpages » temporels ? Malgré ses prétentions « totalisantes », suppose des choix. http://chronozoom.codeplex.com/documentation
http://www.officetimeline.com/about.aspx Modèle de la « chart » avec abscisse et ordonnée. Utilise tableur Excel pour rentrer les données. A l’usage des « professionnels », des entreprises ou particuliers pour visualiser un projet, ses étapes et avancées, planifier un événement… : pas adapté à l’historien ou chercheur en SHS. https://www.youtube.com/watch?v=zlSMPxuP92o&feature=related http://www.officetimeline.com/gallery.aspx
En archéologie : deux outils spécifiques au traitement de données  enregistrées avec des périodes de chronologie absolue ou de chronologie  relative. Ces deux outils ont été développés en VBA sous Exce et sont  téléchargeables et utilisables en licence libre Met en relation chronologie ou datation relative/absolue. Relative :attentive aux relations entre les couches, entre le dessus/dessours. C’est le contexte et la nature du site qui compte dans la datations des événements. Un événement bref peut laisser une trace plus profonde (plus de dépôts, une couche plus épaisse) que des événements plus longs, plus étalés dans le temps = idem en histoire ! Donc importance de la spatialisation, de l’articulation entre temps et espace, couches temporelles/spatiales, d’être attentif aux manifestations spatiales du temps et ses différentes durées ou impacts
Le Stratifiant : http://le-nid-du-stratifiant.ouvaton.org/spip.php?article2  Le Stratifiant pour construire des diagrammes stratigraphiques. E. Fonctionne avec Excel 97 à 2011 (sous Mac : ne fonctionne pas sous Excel 2008). E. Harris (archéologue britannique) inventeur du diagramme stratigraphique (1979) : modèle qui n’est plus basé sur la coupe ni la lecture verticale des strates mais sur les notions d’interface (contact correspondant à une relation = datation relative) (= rupture, seuil en histoire) et d’unité stratigraphique = période, ère en histoire. Un outil de datation relative (paliers de datation/interface) et absolue (dates planchers/unités). Intègre l’incertitude (dans la datation)/ Outil de visualisation (couleurs). Plusieurs étapes : enregistrement des données dans la base, inscription dans le temps quantifié, mise en phase, intégration dans un système (mise en relation avec d’autres bases de données). http://le-nid-du-stratifiant.ouvaton.org/IMG/pdf/Desachy_2008.pdf
http://www.stratify.org/ Autre outil, plus ancien, pour réaliser des diagrammes stratigraphiques. Possibilité de créer des « groupes ».
https://www.ads.tuwien.ac.at/arched/ Autre outil pour réaliser des diagrammes stratigraphiques.
Sériographe pour établir des sériographes  à partir de séries de vestiges : http://le-nid-du-stratifiant.ouvaton.org/spip.php?article4 sériographe EPPM est un outil graphique de sériation chronologique de tableaux de comptages, créé en 2003, qui s’inspire des travaux de James Ford (technique du seriograph) , de ceux de Jacques Bertin sur la sémiologie graphique (matrices pondérées) et de ceux de Philippe Cibois sur l’analyse statistique des tableaux de données (utilisation des écarts à l’indépendance et des EPM ou écarts aux pourcentages moyens). http://bd-boite-a-trucs.ouvaton.org/Seriographe/article%20s%e9riographe%20RAP.pdf ; http://bd-boite-a-trucs.ouvaton.org/Seriographe/mode%20d%27emploi.pdf
Sémiologie graphique : http://fr.wikipedia.org/wiki/S%C3%A9miologie_graphique Quel peut être l’apport de la sémiologie graphique à l’histoire (a beaucoup apporté à la géographie et l’aménagement urbain via les SIG…) ?
Boîte à outil : http://www.boiteaoutils.info/2012/05/etablir-et-gerer-une-chronologie-fine.html Comment gérer une chronologie sans forcément passer par la visualisation ? Propose deux outils alternatifs :
TreeSheet : http://treesheets.com/ Tableau élaboré : combine tableur et carte heuristique (mindmapping). Possibilité d’exporter le fichier. Facile d’utilisation (cf. tutoriel) http://treesheets.com/docs/tutorial.html
Workflowy : https://workflowy.com/ facilité déconcertante d’adoption et une très grande ergonomie d’utilisation. Modèle de l’arborescence. Possibilité d’exporter. Conçu pour le développement de projet, mais peut être utile dans les phases provisoires d’écriture et réécriture, la (ré)élaboration du plan de thèse, la mise bout à bout de fragments de réflexion ou de rédactions… Exemple pour dater et classer les documents d’archives relatives aux négociations diplomatiques France/Angleterre : http://www.boiteaoutils.info/2012/05/etablir-et-gerer-une-chronologie-fine.html
http://www.demoscience.org/resources/category/28

 


Cécile Armand

Ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure (ENS) de Lyon (2006), agrégée d’histoire (2009), docteure en histoire (2017). Ma thèse propose une histoire spatiale de la publicité à Shanghai (1905-1949), sous la co-direction de Christian Henriot (Aix-Marseille Université) et Carol Benedict (Georgetown Université, Washington D.C.). Au-delà de la publicité à Shanghai, mes centres d’intérêt me portent vers l’histoire urbaine, spatiale et sociale en général, les outils et méthodes numériques pour la recherche historique, l’historiographie et l’épistémologie.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookPinterest

Retour(s) du ThatCamp Paris 2012

Voici un petit billet d’information à mon retour du ThatCamp Paris 2012 qui s’est tenu à l’EHESS à Paris les 24-26 septembre 2012, sous la coordination de Pierre Mounier.

Pour ceux qui n’en auraient jamais entendu parler – rien de honteux à cela : le mouvement est relativement récent, du moins en France, et moi-même n’en soupçonnait pas l’existence avant juillet dernier… Quel animal étrange est donc ce « ThatCamp » ?

La chimère (?) peut être décomposée en deux sous-animaux :

  • « That » pour « The Humanities and Technologies » : il s’agit de réfléchir sur l’impact de la « révolution numérique » sur les SHS et sur le métier de chercheur, sur ses pratiques de recherche et d’écriture, et sur les modes de diffusion du discours scientifique.
  • « Camp » : car conçu sur le modèle des barcamps des spécialistes d’informatique et de sciences de la communication

Parti des Etats-Unis – une fois de plus… – en 2008, plus précisément du Center for History and New Media (CHNM) – que nous bénissons aussi pour avoir inventé le programme de gestion bibliographique Zotero, qui nous dispense d’élaborer manuellement de laborieuses bibliographies… – le mouvement, plutôt qu’une « discipline » proprement dite, tend à développer en Europe depuis 2010 : premiers ThatCamp à Coblence, Lausanne, Paris en mai 2010, qui a débouché sur la rédaction du « Manifeste des Digital Humanities » fondateur du mouvement en France. Le ThatCamp obéit au principe d’une « non-conférence » : autrement dit ce sont les participants eux-mêmes qui organisent le ThatCamp : ils choisissent ensemble le programme le premier jour et animent ensuite leurs propres ateliers, qui s’apparentent davantage à des séminaires de réflexion et de pratique qu’à des conférences magistrales.

Les historiens étaient particulièrement représentés à ce ThatCamp 2012.

 

Pour plus d’informations sur le programme détaillé du ThatCampParis 2012 : http://tcp.hypotheses.org/category/thatcamp-paris-2012

Vous y trouverez également le Manifeste des Digital Humanities (2010) que vous pouvez signez en ligne (http://tcp.hypotheses.org/318) ou encore la liste des ateliers proposés ainsi que les notes prises lors de ces ateliers (qui sont en cours de formalisation) (http://tcp.hypotheses.org/676)

Quelques ateliers intéresseront tout particulièrement les historiens : l’historien-programmeur, archivage et mémoire du Web (sur la politique d’archivage numérique de la BNF et la question du dépôt légal numérique notamment), les outils numériques au service de la représentation du temps en histoire (pour lequel je me permets de faire une « publicité » particulière, en étant l’animatrice…)…

Sur le mouvement des ThatCamp de manière plus générale : http://thatcamp.org/

Cécile Armand

Ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure (ENS) de Lyon (2006), agrégée d’histoire (2009), docteure en histoire (2017). Ma thèse propose une histoire spatiale de la publicité à Shanghai (1905-1949), sous la co-direction de Christian Henriot (Aix-Marseille Université) et Carol Benedict (Georgetown Université, Washington D.C.). Au-delà de la publicité à Shanghai, mes centres d’intérêt me portent vers l’histoire urbaine, spatiale et sociale en général, les outils et méthodes numériques pour la recherche historique, l’historiographie et l’épistémologie.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookPinterest