Digital History

Bloggeur-ses de tous les pays : Indignez-vous !

Accusé(es), levez- vous !

Au Tribunal des (Belles) Lettres et de l’Inquisition cartésienne, j’aimerais me faire l’avocate du Mouvement des Bloggeur-ses Indigné(e)s – ou, pour remonter le cours de l’histoire et parcourir à rebours du temps les avatars successifs d’un même phénomène transhistorique : ce qu’on aurait appelé « terrorisme » bloggeur dans la seconde moitié du XXème siècle, « Résistance » bloggeuse dans la première moitié du XXème, ou encore Révolution bloggeuse à partir des Lumières et au XIXème siècle… En bref, je voudrais me livrer au plaidoyer des vertus – et des vices ? – du format du blog et de l’écriture hypertextuelle.

Considérez en effet, Messieurs les Jurés, les vertus et les avantages du blog ou du carnet Hypothèse, sa logique hypertextuelle et réticulaire. Comme elle me permet de créer du lien et de la simultanéité entre des centres d’intérêts bien dispersés – en témoigne ces rubriques qui n’ont cessé de proliférer depuis la création de ce carnet !  De rassembler des pensées et des réflexions désespérément émiettées, des notes et fragments de textes tout aussi désespérément épars et abandonnés puis finalement oubliés, gisant des jours ou des mois durant à l’état de brouillon illisible dans de multiples carnets ! Stratégie désespérée d’une d’une conscience inquiète de son propre éclatement, d’un cogito « en miettes » en quête de la cohérence perdue ? Le format du blog et l’écriture hypertextuelle ont en effet pour vertu de créer non pas tant de la cohérence que du réseau, de faire émerger une « constellation » d’intérêts et de pensées. Ils permettent, par la navigation d’une page à l’autre, par ce voyage erratique d’une réflexion à une autre, autorisant tous les retours et les va-et-vient, de restituer quelque chose du caractère rhapsodique et nomade de la pensée. Je souhaite faire ici l’apologie de l’irrationnel et de la contradiction, de l’incohérence et de la dispersion, des discontinuités ou plutôt des continuités inattendues – apologie d’une pensée et d’une écriture multicolores ou polyphoniques. Contre la dictature et l’absolutisme (illusoires…) du cogito cartésien, contre la Terreur et le totalitarisme de l’Auteur, contre le monolithe désincarné de la Thèse ou du Mémoire papier, je plaide pour la Liberté et l’Autonomie qu’autorise ce voyage interstellaire sur un blog – et au-delà, sur Internet.

A ce catalogue des qualités du blog, j’ajouterais sa double ouverture. Ouverture à l’autre (hors de soi, autre que soi), d’abord, par la  la collaboration et l’interaction qu’il permet : les commentaires, les réactions des lecteurs organisent ainsi les conditions d’une « démocratie participative » de la pensée et de l’écriture. Rien à voir avec l’autisme de la forteresse monographique et de l’écriture textuelle « classique ». Ouverture à soi (l’autre en soi et pour soi), ensuite : les modifications, les corrections demeurant toujours possibles : la page hypertextuelle reste toujours ouverte, au contraire de la page « textuelle » classique, du Mémoire ou de la Thèse à jamais clos sur eux-mêmes, à jamais figés, à jamais momifiés – DÉFINITIFS. IRRÉVERSIBLES. Le blog comme remède à cette imposture historiographique qu’est l’inversion scripturaire dénoncée par ce Michel de Certeau cher à mon coeur d’historienne – la clôture du texte sur lui-même, comme un voile pudique jeté sur ce scandale qu’est le caractère processuel, inachevé et réversible de la recherche – ce work in progress – et, au-delà, sur le caractère organique  et erratique de la pensée. La Pensée, la Recherche et l’Écriture – ces trois soeurs vivantes, sauvées par la démarche bloggeuse et hypertextuelle de la taxidermie scripturaire. Le blog est ami de la transparence : les dates de modification sont indiquées, l’historique de la pensée et la genèse de l’oeuvre peuvent à tout moment être retracés. En bref, contre les trois mensonges de l’écriture « traditionnelle » – irréversibilité, achèvement, clôture – l’écriture hypertextuelle oppose et propose la réversibilité, l’inachèvement, et l’ouverture.

Comment terminer cet inventaire des vertus bloggeuses sans évoquer sa puissance motrice d’incitation et d’encouragement à l’écriture ? Son format libre et souple, son ouverture et sa réversibilité, rassurante et sympathique, font du blog un « accoucheur » des plumes stérilisées, terrassées par le formalisme exigé par le Texte « classique », tremblant au pied de ce Monolithe… L’écriture bloggeuse et hypertextuelle, ennemie de la page blanche… Ne feignons pas toutefois d’ignorer le revers de cette délivrance : emballement de la machine à pensée et à écrire, par une mécanique d’auto-engendrement et d’auto-(re)production, qui finit, comme dans les Temps Modernes de Chaplin, par se retourner tragiquement contre son auteur et contre la communauté des penseurs… Libéré de l’obsession du (Chef-)d’œuvre, n’en vient-on pas à écrire sur tout et n’importe quoi ? Internet ou la nouvelle bibliothèque de Babel… Risque de passer du mutisme au bavardage, certes… mais aussi la mort des Belles-Lettres : dénaturation du style, profanation de l’Ecriture Sainte… l’Histoire répudiée, chassée de la famille des Humanités et bannie de la République des Lettres… ? Mais ne vous en prie, Messieurs les Jurés, ne succombons pas trop vite au conservatisme ou au romantisme des anti-bloggeurs et anti-Internet, pour qui « Humanité » et « Numérique » sont deux frères ennemis…

 

 

 

 

 

Cécile Armand

Ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure (ENS) de Lyon (2006), agrégée d’histoire (2009), docteure en histoire (2017). Ma thèse propose une histoire spatiale de la publicité à Shanghai (1905-1949), sous la co-direction de Christian Henriot (Aix-Marseille Université) et Carol Benedict (Georgetown Université, Washington D.C.). Au-delà de la publicité à Shanghai, mes centres d’intérêt me portent vers l’histoire urbaine, spatiale et sociale en général, les outils et méthodes numériques pour la recherche historique, l’historiographie et l’épistémologie.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookPinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Approche historique de la publicité en Chine et ailleurs