Le Lieu de l’historien

Cette page se présente comme un espace ouvert à la réflexion sur la condition de l’historien au XXIème siècle, sur la situation sociale et institutionnelle du doctorant et du chercheur en général. Je partirai pour cela de mon expérience personnelle, en interrogeant le « lieu » d’où je parle en tant qu’apprentie historienne française née dans les années 1980, débutant sa « carrière » au début du XXIème siècle et travaillant sur un pays lointain – la Chine.

Cette sorte « d’égo-histoire », qui peut paraître narcissique au premier abord, a plusieurs sources d’inspiration :

En premier lieu, elle doit beaucoup à mon mentor Michel de Certeau et sa définition de l’opération historiographique[1]. Citons ainsi ce passage éloquent :

Le discours « scientifique » qui ne parle pas de sa relation au « corps social » ne saurait articuler une pratique. Il cesse d’être scientifique. Question centrale pour l’historien. Cette relation au corps social est précisément l’objet de l’histoire. […] L’étude historique se rattache au complexe d’une fabrication spécifique et collective bien plus qu’elle n’est l’effet d’une philosophie personnelle. C’est le produit d’un lieu. Il n’y a pas de récit historique là où n’est pas explicitée la relation à un corps social et à une institution de savoir.

En second lieu, un séminaire de M2 que j’ai co-animé à l’ENS de Lyon m’a conduit à approfondir cette démarche « autocentrée ». Ce séminaire portait sur le regard distancié de l’historien – en l’occurrence, mon regard « étranger » sur l’histoire chinoise – et la question de savoir quelles pouvaient être les forces et les faiblesses d’une telle distanciation. Nous avions soumis aux étudiants un texte – déjà ancien et, somme toute, réducteur – de Charles Soulié[2] examinant les déterminants sociaux qui pouvaient influencer le choix du sujet de thèse en sciences humaines et sociales. Nous avions ensuite choisi de partir de notre expérience personnelles, si embryonnaire soit-elle, afin de montrer aux étudiants l’intérêt d’une démarche réflexive et de stimuler leur réflexion leur propre pratique, le choix de leur sujet et ses déterminants possibles.

Au cours de ce même séminaire, la remarque d’une étudiante m’a donné fortement donné à réfléchir sur les différences interdisciplinaires : venue de la sociologie, elle m’apprit qu’avant tout travail de recherche, le sociologue se livre systématiquement à cet exercice de réflexivité, tandis que l’historien à tendance à faire comme s’il parlait de nulle part, ou comme si personne ne parlait. A l’affirmation du « je » du sociologue s’opposerait ainsi l’effacement du « je » de l’historien : fausse modestie ou illusoire prétention à l’objectivité ? Ce séminaire acheva donc de me convaincre de la nécessité d’une telle démarche réflexive[3], que je compte placer au cœur de mon travail de thèse, et qui trouvera dans ses pages son lieu d’expression privilégié – lieu particulier qui autorise une formalisation processuelle et tâtonnante, avant sa consécration et son achèvement supposé dans la version « définitive » de la thèse.



[1] Certeau, Michel de. L’écriture de l’histoire. [Paris]: Gallimard, 1975.

[2] Soulié, Charles, « Des déterminants sociaux des pratiques scientifiques : Etude des sujets de recherches des docteurs en sciences sociales en France au début des années 1990 », Regards sociologiques, n°31, 2006, pp. 91-105

[3] …tout en restant méfiante face à la menace d’une submersion historiographique, face aux débordements réflexifs et aux risques « d’aphonie » que peut faire courir une histoire (trop) autocentrée, (trop) réflexive et (trop) consciente d’elle-même : trop d’historiographie tue l’historiographie… Un trop-plein de réflexivité ne risque-t-il pas en effet de « stériliser » ou de paralyser la recherche et l’écriture de l’historien – comme chez certains écrivains ou artistes contemporains, qui n’écrivent plus que sur eux ou sur leur travail, sur leur écriture ou leur texte en train de s’écrire… Il s’agit donc de trouver un juste équilibre entre conscience réflexive,  retour sur son travail, ses déterminants et ses conditionnements, d’une part ; pratiques, contenus et formes de ce travail, d’autre part.



 

Cécile Armand

Ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure (ENS) de Lyon (2006), agrégée d’histoire (2009), docteure en histoire (2017). Ma thèse propose une histoire spatiale de la publicité à Shanghai (1905-1949), sous la co-direction de Christian Henriot (Aix-Marseille Université) et Carol Benedict (Georgetown Université, Washington D.C.). Au-delà de la publicité à Shanghai, mes centres d’intérêt me portent vers l’histoire urbaine, spatiale et sociale en général, les outils et méthodes numériques pour la recherche historique, l’historiographie et l’épistémologie.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookPinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Approche historique de la publicité en Chine et ailleurs