Archives par mot-clé : afrique

« Les Présidents français à Dakar » – Épisode 3

 

François répond – malgré lui  – à Nicolas (épisode 3)

Résumé des épisodes précédents

Après la visite de Nicolas Sarkozy à Dakar[1], les attentes africaines ont été déçues[2] : les réactions plus ou moins violentes ont oscillé entre déception et sentiment d’humiliation. Pourtant, non découragées par ce discours replié sur son passé et fermé sur l’avenir, les élites africaines en ont appelé à un changement de discours et à la mise en œuvre de mesures politiques concrètes. Cet appel a-t-il été entendu ? François a-t-il fait mieux que Nicolas ? Comment les Africains ont-ils réagi à ce nouveaux discours ? Réponse dans ce nouvel épisode tant attendu de votre série « Les Présidents à Dakar »…

De Nicolas à François : entre continuités et ruptures, permanences et mutations

La « fabrique » franco-africaine du discours

La « fabrique » du discours semble d’emblée indiquer que François Hollande a voulu éviter de « retomber dans les erreurs » de Nicolas Sarkozy – qui avait péché, on s’en souvient, par « ignorance » historique, selon certains ; par son irréductible mépris pour les sciences humaines et sociales et pour la connaissance en général, selon d’autres  – et tirer les leçons du discours – cynique ou maladroit, donc, à votre guise… – de son malheureux prédécesseur. Plutôt que de s’en remettre à son « nègre » « raciste » et « néocolonialiste », François Hollande a pour l’occasion préféré s’entourer de six grands intellectuels africains dont le Congolais Elikia M’Bokolo, directeur du centre d’études africaines à l’EHESS, et Mamadou Diouf, directeur des Etudes Africaines à l’université Columbia.

Relecture parallèle des deux discours

L’Express se livre à une lecture parallèle des deux discours : il s’attache à en montrer les continuités et les ruptures. Il souligne d’abord la tonalité plus « optimiste » et plus « consensuelle » du discours de Hollande. Si les deux discours font référence à l’histoire commune de la France et de l’Afrique et rendent hommage aux soldats africains morts pour la France, F. Hollande se montre plus précis en saluant plus spécifiquement les tirailleurs sénéglais et la contribution du Sénégal à la vie politique française. En outre, les références mobilisées sont différentes – Hollande, moins lyrique que son prédécesseur, préfère Blaise Diagne à Rimbaud – ou le sont différemment – ainsi, c’est au Senghor poète que fait appel Henri Guaino, tandis que François Hollande mobilise l’homme politique. Selon l’Express, la question de la « repentance » constitue la grande ligne de fracture entre les deux discours : explicitement refusée par Sarkozy, elle est discrètement éclipsée par Hollande. Le destinataire représente une autre démarcation importante : si Sarkozy s’adressait à l’Afrique dans son ensemble, ou à la rigueur à la « jeunesse » africaine – et, dans tous les cas, à une Afrique indistincte et indivise – Hollande cible des groupes de destinataires plus restreints : le Sénégal, son Assemblée nationale, ou encore les femmes. Il semble ainsi répondre à I. Thioub qui demandait aux présidents français de cerner plus clairement leurs interlocuteurs africains : d donner un visage identifiable à cette flottante Afrique, en reconnaître et en respecter les singularités. Mais ce privilège accordé au Sénégal s’explique aussi sans doute par le contexte particulier et immédiat du discours : le siège de l’Assemblée nationale sénégalaise à Dakar. L’économie enfin, peu évoquée par Sarkozy en 2007, devient une question centrale en 2012 pour cette Afrique présentée comme l’avenir du monde, bien que toujours sous la menace d’obscurs « prédateurs »…

Qu’on me permette à présent quelques retouches à cet exercice de parallélisme.

De la mystique sarkozyenne au réalisme hollandais

Concernant la tonalité des deux discours tout d’abord, il n’est pas inutile de souligner la différence fondamentale entre le registre moral, pathétique, voire mystique, mobilisé dans le discours de 2007, et la rhétorique beaucoup plus concrète, rationnelle et matérialiste d’un François Hollande visiblement plus enraciné dans la « réalité rugueuse » de l’Afrique. Alors que Nicolas Sarkozy déclinait le champ lexical d’une culpabilité quasi religieuse – notions de « faute », de « repentir » ou de « repentance », de « responsabilité », d’ « expiation » –  de la souffrance – les « maux », les « blessures » et autre « meurtrissures » labourent son discours – ou de la mystique – « âme », « sacré », « mystère », « désenchanté », « croyance », « superstitions », son successeur refuse cette rhétorique fantasmatique : conjurant le spectre d’une Afrique mystique et mystérieuse, passive et passéiste, il dresse une liste d’actions, d’acteurs et d’événements concrets, passés ou à venir, et multiplie les allusions explicites à l’actualité contemporaine.

L’entrée de l’Afrique dans l’histoire

Malgré ses affirmations, François Hollande répond  à la question de l’intégration de l’Afrique dans l’histoire : pour lui, l’Afrique est bien partie prenante et actrice de l’histoire, elle est en marche. Le nouveau président se tourne davantage et de manière résolument plus positive vers l’avenir du continent, plutôt qu’il ne se retourne son passé. Les rapports au temps et à l’histoire des deux présidents sont tantôt convergents, tantôt divergents : si tous deux font référence à l’histoire commune, s’ils invitent à se tourner vers l’avenir et réactivent la tradition de l’historia magistra, François Hollande se refuse toutefois à enfermer l’Afrique dans un temps circulaire et à faire de l’histoire linéaire et de la marche vers le progrès un privilège français ou « occidental ».

De la repentance à la mémoire

En 2012, François Hollande subtilise la délicate question de la responsabilité et de la repentance pour lui substituer la notion moins glissante de mémoire : évacuant le jugement sarkozyen d’une Afrique « responsable » de ses maux, il évoque plutôt la « mémoire » inéluctable et l’impossible oubli de la colonisation, de la traite et de l’esclavage, et des guerres.

Entre ruptures et continuités

Des motifs et des éléments récurrents produisent des effets d’échos entre les deux discours : une même tendance – convention diplomatique ? – à placer les relations franco-africaines sous le signe de « l’amitié » voire de la « fraternité », même propension à évoquer l’histoire commune, à pointer la « jeunesse de l’Afrique », à mobiliser des références similaires (Senghor), bien que sous des visages différents parfois.

Des divergences sensibles méritent toutefois d’être soulignées en guise de conclusion. Tout d’abord, le reflux d’une certaine « ethnophilosophie » d’origine coloniale qui tendait à essentialiser et naturaliser « l’Afrique », « l’Homme africain », ou « l’âme africaine » ; l’abandon d’un schéma de pensée binaire – d’influence bushiste ? – divisant le monde en deux grands blocs – France, Europe, Occident d’un côté, l’Afrique de l’autre ; un monde (européen ou occidental) de civilisation, de progrès, de lumière, de liberté d’un côté, un monde (africain) sauvage, en stagnation voire en régression, condamné à l’obscurantiste et à la servitude de l’autre – et structurant toute réalité en deux pôles (haine/amour, coupable/innocent, bien/mal…). Autre divergence : ce qui était pathologie ou faiblesse chez Sarkozy devient une force et un atout chez F. Hollande : l’agriculture, la croissance économique, la vitalité démographique de l’Afrique. Enfin, le nouveau président invoque de nouvelles valeurs et mobilise de nouvelles questions ou de nouveaux thèmes, en phase avec des préoccupations qui n’existaient pas encore en 2012, ou qui n’étaient pas encore « à la mode » : le « néocolonialisme chinois » et plus généralement des pays émergents en Afrique, les femmes, la démocratie, la transparence, les médias, les pandémies, l’environnement…etc. Le catalogue des préoccupations contemporaines de nos « démocraties libérales » pourrait être longuement poursuivi… mais épargnons notre lecteur déjà bien patient…

Les nouveaux guetteurs africains[3]

Dans un article publié dans le Quotidien du Sénégal le 14 octobre 2012, Mamadou Biaye salue un discours « réussi » mais campe dans la position du « guetteur » en attente d’actions concrètes. Si aux yeux du journaliste François Hollande a « fait mieux que Sarkozy », notamment en réintégrant l’Afrique dans l’histoire et en prenant le contrepied du discours de son prédécesseur, rien de moins n’en était attendu : la prouesse rhétorique n’est donc qu’une réussite « par défaut » – en somme, Hollande ne pouvait faire pire que son prédécesseur… il était impossible de dire le contraire ou même de dire moins, et ce discours reste un discours, qui ne dispense pas de prendre des mesures politiques effectives…

Des « cœurs brisés » en métropole…

Rien de nouveau sous le soleil de Dakar…[4]

Le « philosophe » Jean-François Mattei s’emploie à établir des continuités entre le discours de 2005 et celui de 2012, afin de lui dénier toute originalité et de retourner au nouveau président la critique qui avait été adressée, souvenons-en, à son prédécesseur : celui de manquer la « rupture ». Ainsi, le discours de François Hollande ne serait qu’une répétition de celui de Nicolas Sarkozy . D’une part, il annonce comme son prédécesseur la fin du modèle inégalitaire françafricain et l’avènement d’un partenariat d’égal à égal, déclaration purement rhétorique que démentent les faits. D’autre part, il refuse d’imposer – ou même proposer – le modèle démocratique à la française et de donner des leçons à l’Afrique – une affirmation là encore en parfaite contradiction avec les actes politiques, selon J-F Mattei. Et de conclure : François Hollande reste le digne héritier de Tintin au Congo !

Seule nouveauté concédée : « privé du même ressort idéologique » [que son prédécesseur] – celui qui soutient que les concepts d’histoire et de progrès seraient une invention européenne – le discours de F. Hollande « ne pouvait que proposer une thèse plus consensuelle ». Le « consensus » adopté par Hollande serait donc mois un choix idéologique et politique qu’un consensus forcé par la nécessité historique – n’est-ce pas là dénier discrètement toute autonomie à cet acteur spécial de l’histoire qu’est le président de la République française ?

Du consensus comme « Ruse de la Raison » dans l’Histoire »… ou comment faire de François Hollande un nouveau Napoléon…

Un « discours pour rien » (Henri Guaino)[5]

Comme Mattei, Henri Gaino tend à relativiser la supposée « rupture » introduite par François Hollande, pour revaloriser en retour l’action de Nicolas Sarkozy en son temps. Les thèmes développés dans le discours du président honni n’auraient ainsi rien d’original, qu’il s’agisse de la Françafrique, de la démocratie, des accords de défense, ou de la taxe sur les transactions financières. Reprenant la rhétorique marxienne du Coup d’Etat du Dix-huit Brumaire, le « nègre » du président déchu réduit le discours de 2012 à une caricature de son prédécesseur, avant de s’attaquer à l’inconstance du nouveau président et son absence « d’indications stratégiques » au profit de pures « pétitions de principes »… En somme, ce discours n’est qu’un vent flatteur qui cherche en vain à rafraîchir une Afrique aride de colère.

Mais où est passé le discours de François Hollande ?[6]

L’article du journal La Croix paru le 13 octobre 2012 avance contre le discours de François Hollande des arguments originaux et riches d’enseignements.

Un discours « passé inaperçu »

Le cœur de la démonstration est fondé sur l’affirmation que le discours du nouveau président serait « passé inaperçu » : les preuves de cette éclipse sont à chercher du côté du « para-discours ». Plus qu’au contenu et à la rhétorique du discours proprement dits, le journal s’attarde alors sur les éléments para-textuels et contextuels. Visiblement soucieux de montrer qu’il pratique un journalisme de terrain, il dévoile à ses lointains lecteurs métropolitains les « couacs » et les difficultés techniques auxquels s’est heurtée l’équipe de communication de François Hollande. Ainsi, les Sénégalais auraient été peu informés sur la date et le lieu du discours – la plupart errant en quête de la tribune et se trompant même de jour. Plus ridicule encore : la voix de François Hollande s’est trouvée couverte par les annonces publicitaires de Canal + dont le stand installé à proximité aurait fait concurrence et ombrage au discours  présidentiel… Ces « couacs » techniques ne seraient toutefois que la partie émergée d’un iceberg plus politique et plus problématique : le défaut d’audience et l’indifférence généralisée des Africains, dépeints comme autant de consommateurs « concrets », dont les conversations de comptoirs et les préoccupations matérialistes seraient venus étouffer les hautes déclarations et les grandes valeurs brandies par F. Hollande – qui dut rentré déçu de ne pas avoir rencontré ce citoyen africain idéalement doté d’une conscience critique et démocratique… Preuve de l’indifférence générale, ces témoignages d’auditeurs africains « authentiques » rencontrés sur le terrain par le correspondant local de La Croix : le journaliste multiple ainsi les interviews d’Africains « réels » et « ordinaires » dans un souci apparent d’objectivité et de représentativité. Si un auditeur plus « éclairé » est interrogé, c’est malgré tout le désintérêt ou les désillusions qui dominent cette foule « apolitique »…et essentiellement masculine, donc en flagrante contradiction avec la dédicace spéciale adressée aux femmes par F. Hollande. En filigrane, c’est bien l’incapacité du président français à intéresser le Sénégalais ordinaire qui est visée par le quotidien catholique. En outre, ne peut-on décéler dans cette critique alignée sur les pages d’un journal chrétien, quelque lamentation d’essence morale ou religieuse sur la corruption de la civilisation matérielle, ou encore la nostalgie d’un supposé âge d’or de la citoyenneté ?

Un discours « sans surprises » et « sans annonces »

La Croix passe plus rapidement sur le contenu du discours, qui tendrait à éclipser le passé et l’histoire – points sensibles du discours de Sarkozy – et qui se contenteraient de déclarations d’intentions sans véritables actions – à l’exception de la question des visas peut-être.

Un discours finalement peu novateur

Le journal reprend enfin l’argument plus « classique » de la continuité avec le discours sarkozyen de 2005, notamment en ce qui concerne la question controversée de la « Françafrique ».

De la France ou de l’Afrique : qui est le vrai coupable ? [7]

Une historiographie logo- et européo-centrée 

A propos de la phrase qui a tant fait scandale sur « l’Homme africain » qui ne serait « pas assez entré dans l’histoire », Casali souligne que :

Henri Guaino faisait aussi allusion au manque de sources écrites historiques dans les pays africains. L’étude de l’Histoire est basée sur les sources écrites. Malheureusement, l’Afrique subsaharienne ne possédait pas de système d’écriture exceptée l’Ethiopie qui est un cas à part.

Amusons-nous à démonter le syllogisme apparemment bien huilé de ce « raisonnement » :

Argument de Casali

Contre-argument

(1) L’histoire s’écrit à partir de sources écrites… (1) L’histoire s’écrit à partir d’une grande diversité de sources (orales, iconographiques multimédia), qu’il faut croiser. Casali défend une conception réductrice de l’historiographie, caractéristique de notre culture logocentrée et polarisée par l’écrit.
(2) …Or l’Afrique est dépourvue de sources écrites – une seule concession : le cas particulier de l’Ethiopie… (2) L’Afrique dispose d’autres types sources (orales, mais pas seulement) et n’est pas si dépourvue que cela en sources écrites. Casali tend à enclore l’Afrique et son histoire dans le champ de la mémoire et d’une « tradition » nécessairement orale, un stéréotype durable qui figurait déjà en 2007 dans le discours de Sarkozy. Il suggère une opposition binaire entre d’un côté, une Europe incarnant le monde de l’écrit – preuve supposée qu’elle aurait atteint un « stade » plus « évolué » dans l’histoire – et de l’autre, une Afrique réduite à un monde d’oralité , engluée dans ses archaïsmes et bloquée à un stade plus reculé de « l’évolution » historique.
(3) …Donc l’Afrique est hors de l’histoire et hors de portée de l’historiographie. (2) L’Afrique est dans l’histoire, et possède ses propres « traditions » historiographiques.

Des malheurs africains à la crise européenne : l’Afrique vite oubliée au profit d’une vision axiologique de la crise

Mais bien vite, l’Afrique et ses malheurs sont mis de côté et oubliés, comme si elle n’avait servi que de prétexte à une lamentation sur les souffrances de l’Europe contemporaine. La défense – à peine voilée… – du discours de Sarkozy s’enracine en effet dans le contexte de crise actuelle. Reprenant la vieille rengaine de l’entre-deux-guerres sur la « crise » et la « décadence » de l’Occident, dont Paul Valéry[8] et Oswald Spengler[9] sont sans doute les plus éminemment représentants, Moati et Casali réduisent la crise actuelle que traverse l’Europe à une crise des valeurs, plutôt qu’une crise économique et sociale. N’est-ce pas là une stratégie habile pour masquer et déresponsabiliser les décideurs économiques et financiers, qui ne sont pas totalement étrangers à la réalité – comme au « mythe » – d’une crise régulièrement agitée pour effrayer et « raisonner » les peuples, chaque fois qu’il s’agit de faire passer « en douceur » la pilule de la rigueur, de l’austérité, des « plans de restructuration » et autres  « restrictions budgétaires » ? Il est en effet particulièrement malaisé d’identifier les responsables d’une crise des valeurs : qui est ce « on » anonyme, flou et mouvant, ce masque aux traits indiscernables, ce visage lointain et fantomatique ? Finalement, la crise de l’avenir en Europe, le désespoir des jeunes dans la France contemporaine ne seraient que le résultat de la repentance et de la culpabilisation de la France, de l’Europe, de l’Occident ! Cette absolution de la France ne sonne-t-elle pas comme une inversion de la rhétorique pétainiste, une sorte d’anti-discours du 17 mai 1940, dans lequel le maréchal Pétain attribuait la défaite de la France à ce « esprit de jouissance » qui l’aurait emporté sur « l’esprit de sacrifice » ? En somme, si la France est en crise, n’est-ce pas parce que « l’esprit de repentance l’a emporté sur l’esprit de fierté » ? Rappelons au passage que « l’historien décomplexé » Casali est l’auteur d’un ouvrage récent (septembre 2012) intitulé : L’Histoire de France interdite : pourquoi ne sommes-nous plus fiers de notre histoire ? – le seul titre dispense de commentaires… Casali présente son ouvrage moins comme un « coup de gueule » que comme une « déclaration d’amour à l’histoire de France » et une nouvelle « source de fierté » qui « nous aidera à reprendre confiance en nous ». L’auteur y déplore que l’on « sacrifie notre patrimoine historique au nom de la repentance et du politiquement correct », pour mieux s’en prendre ensuite aux trois inquisiteurs de la France pénitente : l’Education Nationale, d’abord – cette mère castratrice qui façonne nos enfants en « citoyens du monde » plutôt que d’en faire des citoyens aimant leur pays ; les « élites intellectuelles et médiatiques », ensuite – amalgamées en « Ayatollah de la pensée unique » – ; aux « groupes communautaires », enfin, assoiffées de « lois mémorielles »… L’Ecole, l’Université, le Communautarisme : voilà l’ennemi ! Ces traîtres à la patrie qui attisent le feu de la repentance en nous imposant une lecture culpabilisante de l’histoire de France… Qu’il est loin ce temps béni où le providentiel Sarkozy débarquait courageusement à Dakar pour abattre les tabous,  le politiquement correct et pourfendre la mauvaise conscience repentante d’une France par trop complexée…

 

 



[7] Il s’agit là d’une lecture critique de l’interview conjointe du journaliste et réalisateur Serge Moati et du pseudo-historien Dimitri Casali publiée le 12 octobre 2012 sur le site « Atlantico – un vent nouveau sur l’info » : http://www.atlantico.fr/decryptage/francois-hollande-dakar-5-ans-apres-que-reste-t-polemique-discours-nicolas-sarkozy-dimitri-casali-serge-moati-509391.html

[8] Paul Valéry, « La crise de l’esprit », 1919.

[9] Oswald Spengler, Le Déclin de l’Occident, 1918-1922.

Cécile Armand

Ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure (ENS) de Lyon (2006), agrégée d’histoire (2009), docteure en histoire (2017). Ma thèse propose une histoire spatiale de la publicité à Shanghai (1905-1949), sous la co-direction de Christian Henriot (Aix-Marseille Université) et Carol Benedict (Georgetown Université, Washington D.C.). Au-delà de la publicité à Shanghai, mes centres d’intérêt me portent vers l’histoire urbaine, spatiale et sociale en général, les outils et méthodes numériques pour la recherche historique, l’historiographie et l’épistémologie.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookPinterest

« Les Présidents français à Dakar » – Épisode 2

Échos de Dakar : les voix africaines (épisode 2)

 

Résumé de l’épisode précédent[1] 

Le petit Nicolas est rentré tout penaud de Dakar, vilipendé de toutes parts pour son discours, tant du côté français – Philippe Bernard[2] – que du côté africain[3]. Quelles ont été les diverses les réactions à ce discours, dans la presse, chez les hommes politiques et les intellectuels africains ? Ecoutons donc la polyphonie de ces « mystérieuses » voix africaines.  Prêtons pour une fois l’oreille aux échos lointains de cette  « immature » et « immuable » Afrique, soudain étonnamment proche et étonnamment capable de réactions et d’actions, de réflexions et d’(auto)-critiques…

« Félicitations » – toutes relatives… – du président sud-africain Thabo Mbeki

Dans une lettre « reconnaissante » que l’Elysée s’est empressée d’auréoler du terme de « félicitations » le 13 août 2007, afin de faire contrepoids aux réactions hostiles et « ingrates » de « l’Homme africain », le président sud-africain Thabo Mbeki, adressait « sans hésitation des remerciements appuyés » à Nicolas Sarkozy pour ce « discours puissant et émouvant ». Il affirmait que « nous avons de la chance de pouvoir compter sur vous comme citoyen de l’Afrique, comme un partenaire dans le long combat pour mener à bien la vraie renaissance de l’Afrique dans le contexte de la renaissance de l’Europe et du reste du monde ». Evitant les passages sensibles sur l’Afrique qui serait « hors de l’histoire » et à rebours du progrès, il privilégiait les phrases qui voyaient le salut du Continent noir dans le métissage de l’Afrique avec l’Europe, fruit de la colonisation, mais analysé comme un « appel de la liberté, de l’émancipation et de la justice », et affirmait comprendre « pleinement le défi face auquel vous [Sarkozy, la France, l’Europe] nous placez en tant qu’Africains ».

Cette lettre, dans laquelle Mbeki ne s’attacherait qu’aux aspects positifs de l’allocution de son homologue français, n’a pas manqué de susciter de vives réactions en Afrique même, divisant notamment la classe politique sud-africaine[4], consternée qu’un homme politique « aussi intelligent que Mbeki adopte une position aussi bizarre » (Mangcu).

Ingratitudes africaines

 Les réactions « à chaud » de la presse africaine

Le discours de Nicolas Sarkozy a été accueilli fraîchement par la plupart des quotidiens privés sénégalais. Tandis que l’Observateur attaquait le discours spectacle du président français, titrant son article :
« Show à Dakar : Sarko sur scène », de nombreux quotidiens dénonçaient une leçon de morale éhontée – « En visite d’Etat au Sénégal, Sarkozy fait la leçon aux Africains », titrait en première page le quotidien sénégalais Walf Fadjri, au lendemain du discours du président français à Dakar – ironisant sur une « adresse aux Africains » muée en « leçon de français » (Le Quotidien) par un président néo-colonialiste se croyant encore en « mission civilisatrice » (Sud Quotidien). Si dans l’un de ses éditoriaux, le quotidien pro-gouvernemental Le Soleil, moins radical, soulignait simplement la « hauteur républicaine » du président français, Le Populaire, moins nuancé, titrait : « Les vérités (résumées) de Sarkozy aux Africains : « Arrêtez de pleurnicher ! » ». « A défaut de la Françafrique qu’il honnit, place à la Sarkafrique ! », ironisait Sud Quotidien, scandalisé par ce catalogue de clichés : « Quand je l’ai entendu parler aux étudiants, dans un amphithéâtre plein à craquer, j’ai pensé à ces missionnaires venus en Afrique « civiliser » nos arrière-grands-parents […] Des clichés, encore des clichés, toujours des clichés. Quelle injure ! ». L’impénitence française n’a pas manqué de choquer le Walf Fadjri, constatant que Nicolas Sarkozy « n’a pas fait dans la dentelle pour dire ce qu’il pense de l’état actuel de l’Afrique » et ajoutant que « sans ambages, il a tenu les Africains pour responsables de leurs malheurs ».

Prises de distance

A plus long terme, les ondes de choc sont tantôt le fait d’individus isolés – articles d’opinion publiés dans la presse, ouvrages d’auteurs isolés comme Aminata Traoré , L’Afrique humiliée, 2007[5] – tantôt collectives – cf. L’Afrique répond à Sarkozy, un ouvrage collectif issu de la collaboration de 23 universitaires et intellectuels africains de renom, qui a connu un grand un succès éditorial malgré la quasi absence de publicité qui en a été faite. Les réactions s’échelonnent entre réception glaciale, attentes déçues – absence de « grand desseine » (Achille Mbembe) ; « on attendait la rupture, ce fut la cassure » (Ngalasso) – et sentiment d’avoir été insultés, tant sur le plan du discours, d’une part, qui ressasse les stéréotypes, les préjugés séculaires, et les cadres mentaux de l’époque coloniale, que sur le plan des actions, d’autre part, d’une politique qui perpétuerait les pratiques de la Françafrique et confirmerait son soutien aux dictatures, trahissant ainsi non seulement son inertie mais son archaïsme même.

Passons maintenant en revue les déclinaisons de cette déception :

La résurgence du racisme de l’Occident

Dans son ouvrage L’Afrique humiliée, Aminata Traoré plaide pour une « rupture mentale » et, dénonce la permanence du racisme de l’Occident envers l’Afrique, à travers ses diverses manifestations – tout particulièrement la lutte contre l’immigration, escortée de l’épithète « illégale » pour mieux la justifier… Il s’agit selon elle d’un racisme ancien dont la construction européenne, armée de sa politique de clôture des frontières et de filtrage des immigrés (la fameuse « immigration choisie »), favoriserait la résurgence.

Plaidoyer d’Henri Guaino par lui-même (juillet 2008)

Les Africains ne sont pas les seuls à dénoncer le racisme latent du discours. Taxé de « raciste » par notre toutologue en chef Bernard-Henri Lévy, Henri Guaino se pose en victime d’une nouvelle forme de censure qui requiert  d’« être Noir pour avoir le droit de parler des problèmes de l’Afrique sans être accusé de racisme ». L’argumentaire consiste ensuite en un braconnage transhistorique sans vergogne, permettant de grappiller ça et là les références et les personnages historiques utiles à la démonstration et subrepticement abstraits de leur contexte – un procédé caractéristique de cette « histoire bling-bling » diagnostiquée par Nicolas Offendstadt[6] chez le Président Sarkozy. Henri Guaino s’identifie ainsi à d’illustres prédécesseurs, accusés eux aussi d’être trop francophiles (Senghor) ou racistes (Braudel, Lévi-Strauss, Mounier), comme autant d’utiles compagnons de fortune qui ont depuis été placés au-dessus de tout soupçon…Ainsi nous acheminons-nous vers le point d’orgue du plaidoyer, avec l’appel à la barre du témoin Bara Diouf, auquel l’accusé continue de s’identifie. L’équation « Guaino = Bara Diouf » est alors brandie comme la preuve ultime et irréfutable de l’innocence du « nègre » : accuser Guaino de « racisme » revient en effet – ô scandale ! – à taxer le journaliste et intellectuel sénégalais lui-même de raciste – et, en passant, de « mauvais connaisseur de l’Afrique »… Imparable argument…

M’est-il toutefois permis de poser une toute dernière question à l’Accusé ? Pouvez expliciter ce que signifie pour vous : « n’être pas assez entré dans l’histoire » ? A quel référentiel, à quel modèle – inévitable postulat – faites-vous référence ? A qui serait, a contrario, suffisamment entré dans l’histoire, bien enraciné dans celle-ci ? Est-ce la France ? L’Europe ? L’Occident ? Quels sont votre étalon de mesure, quels sont vos critères pour évaluer ce degré d’appartenance à l’histoire ? Croyez-vous sincèrement qu’il soit possible de mesurer ce degré de présence dans l’histoire ? Pour vous et pour beaucoup de nos contemporains semble-t-il, le temps et l’histoire sont comme spatialisés : ils apparaissent comme des territoires à habiter, occuper – j’allais écrire « coloniser »… – comme des espaces où l’on entre, d’où l’on sort, par force ou par ruse, avec fracas ou sur la pointe des pieds… Des espaces auxquels on appartient ou qui nous appartiennent plus ou moins… Des espaces ouverts aux conquêtes, en somme,  et dont on peut par conséquent être chassés… Permettez-moi, cher Accusé, de mettre en doute cette conception territoriale et quelque peu ethnocentrée du temps et de l’histoire !

On me trouvera peut-être bien sévère à l’égard du pauvre « nègre » injustement inculpé de racisme, qui assume et revendique ouvertement le point de vue de l’anthropologie culturelle contre celui de l’historien : mais que voulez-vous, j’aime mon métier…

 L’ignorance du « benjamin » Sarkozy

Dans sa « lettre au benjamin », Ngangang estime que le discours de Dakar est révélateur de l’ignorance et du mépris du président français à l’égard des Africains ; Perpétuant préjugés, clichés et stéréotypes, il opère une généralisation d’autant plus scandaleuse si l’on prend en compte le contexte, le lieu où le discours a été prononcé : l’enceinte d’une université, haut lieu de critique et pensée de la complexité (P. Bernard). Sarkozy trahit ainsi son ignorance ou son indifférence à l’égard des travaux des universitaires français ou africains, de la vitalité des instituts de recherche africains et des programmes de recherche collaboratifs franco-africains.

Néocolonialismes

De nombreux d’intellectuels africains démasque derrière ce discours le « néocolonialisme » de la politique française. Boubacar Boris Diop le qualifie de « discours sur l’état de l’Union française », confirmant le paternalisme de l’Etat français qui continue à se poser en « donneur de leçon » malgré les affirmations du président Sarkozy. Le caractère anachronique, conservateur et même régressif de la rhétorique sarkozyenne est soulignée par Achille Mbembe, qui relève que « l’armature intellectuelle qui sous-tend la politique africaine de la France date de la fin du XIXe siècle », combien elle est « obsolète malgré les rafistolages ». L’historienne camerounaise raille la vision archaïque des élites dirigeantes françaises, qui reste celle d’une Afrique mi-bucolique mi-cauchemardesque », d’une « communauté de souffrants prostrés dans un hors-monde ». Mbembe met en évidence cette continuité mentale qui relie les anciennes aux nouvelles élites françaises : de la génération des « Papa commandants » – de Charles de Gaulle à Jacques Chirac – à la nouvelle droite « décomplexée » – Sarkozy – ce sont les mêmes préjugés raciaux qui circulent, le tact en moins, à la faveur d’un glissement du silence habile des « anciens » à la sincérité maladroite et mal placée de la droite actuelle. I. Thioub note lui aussi une certaine « répétition » de l’histoire et un ressassement des poncifs sur l’immobilisme africain, en faisant du discours de De Gaulle en août 1958 un précédent du discours de 2007 – clin d’œil peut-être au coup d’Etat du 18 Brumaire de Marx qui voyait en Napoléon III la caricature attardée de son illustre prédécesseur Napoléon Ier…

« L’hégélianisme du pauvre » ou l’apprenti « président ethnophilosophe » (Mbembe)

Emblématique de l’archaïsme et de ce néocolonialisme est l’ « hégélianisme du pauvre » dénoncé par Achille Mbembe – hégélianisme abâtardi d’un apprenti « président ethnophilosophe », inconscient de l’archaïsme et du « dix-neuviémisme » de son discours – ou feignant de l’ignorer ? Selon l’historienne, N. Sarkozy serait l’héritier de cette tradition hégélienne qui nie toute histoire à l’Afrique et qui puise abondamment dans les lieux communs de l’ethnologie coloniale  du XIXe siècle – de la notion de « mentalité primitive » de Lévi-Bruhl à celle de « vitalisme » africain de Frobenius en passant par la « symbiose » entre « l’homme africain » et la nature ou la « force vitale » pour le missionnaire belge Tempels… Maladresse de l’ignorance ou cynisme assumé par le président français ?  Achille Mbemba rappelle combien sont plastiques, durables et pernicieuses ces théories racistes et essentialistes, au point d’avoir imprégné jusqu’aux concepts senghoriens de négritude, de culture, de civilisation ou de métissage. Elle souligne le rôle de la culture de masse dans la circulation et la perpétuation de cet « habitus raciste », repris, colportée, amplifié et renforcé par le cinéma, la bande-dessiné ou la publicité. De là résulterait une définition purement et doublement négative de l’Afrique : tantôt comme réalité « par défaut », comme ce qui n’est pas ou ce qui n’a pas ; tantôt comme une entité imaginaire et archaïque, « mi-bucolique mi-cauchemardesque », par opposition à cet « Occident » « moderne » et plus « avancé ». De telles critiques sont parfois partagées par certains de ces « Occidentaux » : ainsi en est-il du journaliste et photographe Philippe Bernard, qui souligne lui aussi cette « rhétorique de l’entre-deux-guerres qui fleure le colonialisme » et dénonce le culturalisme et la vision « essentialisante » du discours, non sans ambivalence toutefois[7]

Le refus de la « repentance » par une droite « décomplexée »

Ce « néocolonialisme » trahirait finalement un passé qui ne passe pas, chez une puissance devenue « moyenne » dont les yeux restent « rivés sur le rétroviseur de sa propre histoire » (Diop). Le discours de Dakar cache mal ce rapport obsessionnel et maladif de la France à son passé colonial et son refus pathologique du repentir (rebaptisé « repentance » pour l’occasion. M. Diagne dénonce la « violence symbolique d’un discours crépusculaire » à l’origine d’un « nouveau contrat néocolonial ». Le refus de la repentance, présenté sans vergogne comme un acte de courage politique par la droite « décomplexée », trahirait plutôt une réelle absence de courage (Diop) qui traverse tout le discours : incapable d’articuler le véritable nom de l’université – l’Université Cheikh Anta Diop (Ucad) de Dakar – qui se trouve neutralisée par la métonymie géographique, Nicolas Sarkozy refuse également de parler ouvertement de la Françafrique, taisant le pillage de l’Afrique par Elf et les grands groupes industriels français, dans un contexte de tensions entre Paris et Kigali. Et, comble du scandale, le refus de la repentance peut-il être décrété par le coupable lui-même : n’est-il pas « le privilège de la victime et non du bourreau » (Diop) ?

Du refus de la repentance au révisionnisme

Du refus de la repentance, de ce paternalisme impénitent au révisionnisme, il n’y a qu’un pas. Ce dont témoigne la relecture toute personnelle du génocide du Rwanda, insoutenable insulte à la mémoire des victimes, ou la relativisation de la violence génocidaire ou coloniale (Diop). Nicolas Sarkozy se livre en somme à une véritable réécriture de la colonisation, qui la présent encore et toujours comme une mission civilisatrice, une entreprise humanitaire, une opération de pacification, de mise en valeur et de valorisation, dans le sillage de la rhétorique dix-neuviémiste éminemment incarnée par Jules Ferry dans son célèbre discours de 1882 – le passage obligé de tous les manuels scolaires… Campé sur la distinction entre les « mauvais » et les « bons » colons – animés d’un désir sincère de bien faire – le Christ Nicolas Sarkozy sépare les âmes innocentes des damnés de l’histoire coloniale, dans une sorte de grand Jugement Dernier de la colonisation française …

Le « prêchi-prêcha » de Dakar  ou la «  langue de caoutchouc » du Président Sarkozy

D’autres intellectuels africains se lancent dans une analyse plus approfondie, quasi linguistique de la rhétorique du sarkozyenne. Ngalassa dénonce alors le « prêchi-prêcha » de Dakar  et dévoile la « langue de caoutchouc » qui se manifeste à travers le ton mégalomane, péremptoire, et condescendant du discours. Il traque cette « anthropologie à l’encre violette » tapie derrière le triple « je » de l’orateur – moi Sarkozy, moi la France, moi l’Europe – qui s’adresse avec autorité à un « vous » restant indistinct et immature… et parfois même à un « tu » plus mal placé et maladroit encore (« toi jeune d’Afrique »), trahissant une fois de plus cette prétention maladroite et indélicate à donner des leçons, dénotant mois qu’un manque d’humilité une familiarité incongrue rappelant de biens tristes souvenirs de l’époque coloniale. Réitération de ces discours infantilisants et paternalistes (Diop), le « prêchi-prêcha » de Sarkozy entretient le mythe d’une Afrique puérile, immature, restée dans l’enfance, que les Européens auraient pour mission d’éduquer et de civiliser. Achille Mbembe dénonce de son côté la fermeture du discours : une « pléthore verbale bégayante et abrupte », où tout n’est qu’injonction, prescription, provocation et vaine flatterie, sans la moindre invitation au dialogue.

Du discours à l’archive et à la mémoire : une maladresse qui n’est pas prête de tomber dans l’oubli…

Gassama promet qu’un tel discours ne sera pas oublié et qu’il occupera « une place notable dans les archives de la décolonisation ». Toutefois, sa portée reste limitée selon certains intellectuels : le président français aurait manqué son but faute d’un interlocuteur clairement identifié et respecté, traité comme l’égal ou « l’ami » prétendu de la France. Finalement, la jeunesse africaine resterait globalement indifférente au discours du « benjamin ». Selon Achille Mbembe, l’Afrique n’a pas de leçon à recevoir de la France, elle ne lui doit rien et réciproquement). Ayant rompu le cordon ombilical qui la reliait à la métropole, elle ne doit désormais compter que sur elle-même. De con côté, la France doit renoncer à ses préjugés si elle prétend être « l’ami » de l’Afrique : l’amitié authentique n’implique-t-elle pas de savoir honorer en son ami l’ennemi potentiel (Derrida cité par Mbembe). Diop propose quant à lui une solution moins radicale : resituer tout discours sur l’Afrique dans son contexte et de cerner précisément le destinataire, afin de dépasser l’indistinction de « l’Africain » ou du « jeune d’Afrique ». Donner un vrai visage à l’Afrique : telle est la condition pour sortir de l’alternative figée entre béatification et diabolisation de l’Afrique, à laquelle condamne la caricature sarkozyenne.

Sarkozy « fils de son temps » ? : au-delà de Sarkozy, un mépris diffus pour l’Africain dans la société française

I. Thioub, historien à l’Université de Dakar, invite à lire au-delà du seul discours de 2007 : le mépris pour l’Afrique et sa culture transcende l’individu Sarkozy et son intervention à Darkar. Celle-ci fait tout d’abord écho à d’autres discours du même président, notamment le discours d’Agen en 2006 dirigé contre les « immigrés qui exigent tout sans rien donner » et raillant le « boubou » porté par le frère des jeunes maliens électrocutés. Plus fondamentalement, cette rhétorique s’inscrit dans un contexte mental et culturel plus global de mépris diffus pour l’Afrique. La condescendance à l’égard des Africains infuse en réalité toute la société française et européenne. Même si les hommes défilent et se succèdent sur le siège présidentiel, le risque et les préjugés demeurent : « il y aura d’autres Sarkozy jusqu’au jour où il y aura une nouvelle citoyenneté faite de respect mutuel, de connaissances partagées », nous avertit I. Thioub. Les « mentalités » s’inscrivent dans la longue durée : elles forment de grandes masses inertes qui peinent à se mouvoir et se transformer : le temps des mentalités est un temps long. Le seul espoir de changement résidant seulement peut-être dans le renouvellement des générations, de plusieurs générations…

Au-delà des réactions épidermiques : autocritiques et concessions, revendications et appels à l’action

Les élites africaines, bien qu’hostiles au discours, savent toutefois se montrer mesurés en se retournant sur eux-mêmes pour examiner leurs propres « fautes ». Ces concessions témoignent d’une critique raisonné de la rhétorique et de la politique françaises, d’une capacité à l’auto-critique- dont l’ex président Sarkozy ferait bien de s’inspirer. Diop pointe la responsabilité de l’intelligentsia africaine et de l’afro-pessimisme qui s’est développé après les indépendances, dont le président français serait en partie l’héritier. Cette intelligentsia aurait eu pour torts de confondre la société et les Etat africains, à essentialiser et naturaliser l’Afrique, à négliger les rapports de forces politiques et l’impact de l’Etat français, ou encore de se polariser sur les effets visibles du mal plutôt que sur ses causes profondes…

Au-delà des critiques immédiates et directes du discours, se font entendre des appels, des revendications, des exigences africaines à l’égard de cette France éhontée qui parle à travers la bouche de son (ex) président. Si la France est bien cette grande nation qu’elle prétend incarner, qu’elle assume ses responsabilités, en reconnaissant en premier lieu la dureté du gouvernement et de la politique coloniale, et en cessant de soutenir les dictatures et les régimes corrompus. I. Thioub mobilise la forme de la « lettre ouverte » pour proposer une lecture moins « philosophique » qu’Achille Mbembe, à la fois plus historique et plus concrète : cette « lettre » permet d’exprimer l’attente de mesures politiques et de réformes institutionnelles effectives, notamment dans le domaine de la recherche et de l’enseignement supérieur. Il plaide ainsi pour une vraie rupture, consistant en une division des tâches et des responsabilités entre les historiens, d’une part, chargés d’écrire l’histoire et de produire du savoir, et d’autre les politiques, d’autre part, sommés de prendre des actions et des mesures politiques concrètes, en faveur notamment du cofinancement des équipe mixtes (franco-africaines) de recherche ou encore de la libre circulation des universitaires africains vers la France et sur le territoire français (et plus globalement, des immigrés)[8]. Ces revendications expriment le refus d’une Afrique passive et consommatrice : elles sonnent comme un plaidoyer pour une Afrique participant pleinement à la production et à la diffusion du savoir, et en faveur d’une véritable réciprocité entre la France et l’Afrique – réciprocité des flux migratoires notamment.

Une « pratique contrôlée de l’anachronisme » (Nicole Loraux)[9] 

I. Thioub recourt à l’analogie entre la colonisation, d’une part, et l’Occupation de la France (1940-1944), d’autre part. Ces deux périodes de l’histoire sont présentées comme « deux moments tragiques à dompter », en suivant trois voies différentes : par le devoir de mémoire, d’abord ; par un « débat citoyen responsable », ensuite ; par la recherche interdisciplinaire surtout, L’historien se livre donc à une pratique habile et raisonné de cet anachronisme tant décrié par les historiens : il ne s’agit pas d’un dangereux télescopage des temps, mais d’une comparaison suffisamment réfléchie et mesurée pour se révéler fructueuse. Il en fait un outil visant à faire comprendre à la France de Nicolas Sarkozy ce que représente pour les pays africains le passé colonial, à lui permettre d’appréhender leurs mémoires et leurs expériences propres de la colonisation, pour l’inviter à « ressentir » et « penser » à travers les yeux et les corps africains le traumatisme de la colonisation, pour en saisir, surtout, les enjeux multiples et complexes, à la fois mémoriels, politiques, et scientifiques.

Le discours de Dakar apparaît finalement comme une bonne occasion manquée de rendre utiles les sciences humaines et sociales[10], de mobiliser notamment l’histoire et l’anthropologie, qui auraient peut-être permis d’éviter de telles « bourdes » rhétoriques bientôt devenues politiques… encore faut-il y croire et tenter de se projeter au-delà de la « mollesse » de ces prétendantes à la Science…

A suivre…

François Hollande tirera-t-il les leçons de ce discours manqué ?[11] C’est ce que nous découvrirons au prochain épisode… Ne manquez donc pas l’épisode (3) de la série « Les Présidents français à Dakar »… à partir du 12 octobre 2012, en exclusivité sur votre blog préféré – à défaut d’être en avant-première car la réflexion et la rédaction sont œuvres de patience et de temps…



[6] Nicolas Offenstadt, L’Histoire bling-bling : le retour du roman national, 2009.

[7] Le même Philippe Bernard se montre pourtant méprisant par ailleurs, et se voit critiqué par les élites africaines pour son compte rendu de l’ouvrage collectif L’Afrique répond à Sarkozy publié dans Monde : critique excessive et caricaturale, acerbe et mal fondée, qui témoigne soit d’une lecture rapide et bâclée – voire d’une non lecture – de l’ouvrage, soit d’un revirement inavoué en faveur de l’orateur décrié de Dakar – ou des deux… une réaction peu compréhensible, dont le « noble » quotidien Le Monde s’est rendu complice en censurant le « droit de réponse » des universitaires africains à la critique de leur livre.

[8] Un appel entendu semble-t-il par le nouveau président Hollande, qui a promis à Dakar des mesures pour favoriser l’obtention des visas par les intellectuels africains ?

[9]  Nicole Loraux, « Éloge de l’anachronisme en histoire», Le Genre humain 27, 1993.

[11] Je me rends ici – volontairement et par provocation – coupable d’un double péché capital aux yeux de l’historien de métier : d’une part, en employant le futur ; d’autre part, en feignant de ressusciter cette tradition éculée de l’historia magistra, qui, fondée sur une conception « répétitive » de l’histoire, mi téléologique mi « cyclique », prétend tirer les leçons du passé pour éviter d’en « répéter » les erreurs ( et les horreurs)…

Cécile Armand

Ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure (ENS) de Lyon (2006), agrégée d’histoire (2009), docteure en histoire (2017). Ma thèse propose une histoire spatiale de la publicité à Shanghai (1905-1949), sous la co-direction de Christian Henriot (Aix-Marseille Université) et Carol Benedict (Georgetown Université, Washington D.C.). Au-delà de la publicité à Shanghai, mes centres d’intérêt me portent vers l’histoire urbaine, spatiale et sociale en général, les outils et méthodes numériques pour la recherche historique, l’historiographie et l’épistémologie.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookPinterest