Archives par mot-clé : bande dessinée

Histoire(s) dessinée(s)/graphic (hi)storie(s) : peut-on « dessiner » l’Histoire ?

scribe_asterixDécortiquer les relations complexes qu’entretiennent l’histoire et la bande dessinée : voici l’objet de ce billet. Un Objet ? Un billet ? Plutôt des billets pour des objets, une série de billets pour une infinité d’objets, en raison de la polysémie même des seuls termes de « bande dessinée » (diversité de ses formes, ses « genres », et ses supports, complexité et ramifications de son histoire et de ses perpétuelles reconfigurations) d’un côté, « d’histoire » de l’autre (à la fois réalité historique passée ou succession d’événements passés, récit de ces événements (historiographie) et discipline historique – pratique, métier ou profession de l’historien). Une polysémie duelle qui démultiplie les possibilités de combinaisons et élève à la puissance dix la complexité des relations entre ces deux pôles. La structuration et la démultiplication de ce billet en « séries » et en « épisodes » (en « bandes »?) tentera de répondre à cette polysémie et cette complexité, en empruntant à la bande-dessinée même certains de ses formats et de ses temporalités. Cette série retracera donc au jour le jour – ou du moins suivant un ordre chronologique, dans l’ordre des jours où se forment et cheminent mes réflexions (car je ne pense pas tous les jours… ) le cheminement d’une réflexion sur les relations entre bande dessinée et histoire, une réflexion qui a émerges quelque part des les troubles du Festival de la BD de Lyon en juin 2013, et peut-être avant même.

Limitons tout de même la trop large focale de cette réflexion en précisant que ce qui nous préoccupe ici, c’est moins l’histoire de la bande dessinée (la bande dessinée comme objet ou sujet d’histoire), ni même l’histoire dans/à travers la bande dessinée (l’histoire – au sens de passé, de réalité historique –  comme objet de la bande dessinée ou sujet de son récit), c’est moins la bande dessinée dite « historique », que l’histoire écrite au moyen de la bande dessinée : la bande dessinée comme modèle ou source d’inspiration pour l’historiographie, le récit et la narration historique – la bande dessinée est ici considérée comme moteur, incubateur ou catalyseur pour une ou des écriture(s) visuelle(s) de l’histoire – pour une histoire dessinée ou graphique – une graphic history.

Pour ramasser cette trop longue introduction en une simple question (mais pas une question simple…) : (comment) l‘historien peut-il s’inspirer de la bande dessinée pour (ré)écrire l’histoire, écrire l’histoire autrement ?

… à suivre…

Cécile Armand

Ancienne élève de l'Ecole Normale Supérieure (ENS) de Lyon (2006), agrégée d'histoire (2009), docteure en histoire (2017). Ma thèse propose une histoire spatiale de la publicité à Shanghai (1905-1949), sous la co-direction de Christian Henriot (Aix-Marseille Université) et Carol Benedict (Georgetown Université, Washington D.C.). Au-delà de la publicité à Shanghai, mes centres d'intérêt me portent vers l'histoire urbaine, spatiale et sociale en général, les outils et méthodes numériques pour la recherche historique, l'historiographie et l'épistémologie.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookPinterest

Lectures historiennes de L’autre Deuxième guerre mondiale – tome 6 – « Chien jaune » : une uchronie dessinée de la Seconde guerre mondiale en Chine

album-cover-large-20417

Plus qu’un compte rendu de lecture rigoureux et exhaustif, je livre ici quelques réflexions éparses suscitées par ma lecture récent de la bande dessinée uchronique L’autre deuxième guerre mondiale, dont le tome 6, qui a pour théâtre le front chinois, vient de paraître (été 2013).

Un récit uchronique de la Seconde guerre mondiale en Chine

Rappelons qu’une uchronie est une forme de réécriture de l’histoire : un récit uchronique imagine que l’histoire aurait pu se passer autrement, et envisage les conséquences de ce tournant alternatif de l’histoire : que serait devenu le monde si… (si… Hitler avait gagné la guerre, pour prendre l’un des exemples qui a fait couler le plus d’encre). Le titre même de la série « L’autre deuxième guerre mondiale«  (et non seconde, comme le veut la terminologie consacrée…) donne à penser… Un bel hommage rendu à la contingence historique, et qui nous prémunit contre la tentation de déterminisme historique. Le but de l’exercice n’est pas seulement de divertir : l’uchronie peut avoir une fonction pédagogique voire herméneutique : elle permet parfois de mieux comprendre, favorise une meilleure intelligibilité des événements historiques. L’hypothèse d’une autre version de l’histoire a une vertu interprétative et herméneutique certaine : elle est en quelque sorte l’équivalent de l’éprouvette test ou témoin en laboratoire, le pendant de l’expérimentation pratiquée par les sciences dures, interdite aux historiens qui ne peuvent se permettre de manipuler l’humain ni le disparu. L’uchronie a le mérite de nous rappeler que l’imagination est outil puissant et inévitable de la pratique historienne, et de souligner la proximité souvent déniée entre les sciences dures telles que la biologie ou la physique, et les sciences « molles » telle que l’histoire : que leur démarche est fondamentalement la même bien que leurs instruments diffèrent. Passons cette définition introductive de l’uchronie pour revenir plus précisément aux éléments uchroniques de « Chien jaune » : la datation est réaliste a priori : le récit débute en 1942 (année supposée charnière par les chronologies « classiques ») et s’achève au lendemain de la guerre, les protagonistes sont les mêmes (Etats-Unis, Allemagne, France, Angleterre, Chine et Japon) mais les alliances sont renversées : bien que la France et l’Allemagne, ou la Chine et le Japon soient comme dans la réalité ennemis irréconciliables, en revanche les Etats-Unis apparaissent comme une puissance intermédiaire, en tant qu’alliés (bien fragiles à vrai dire) du Japon contre la Chine de Mao, dont ils cherchent à ménager les susceptibilités. Mao dirige les opérations et le gouvernement chinois, une tâche qui lui est facilitée par l’assassinat de Chang Kai Chek pendant la guerre, ce qui annule toute possibilité de guerre civile entre communistes et nationalistes après guerre – et donc raye de l’histoire la révolution maoïste de 1949… Une réécriture de l’histoire chinoise qui laisserait rêveur bien des sinologues et historiens spécialistes de la Chine…

Une idéologie culturaliste soucieuse de nuance mais qui reste très marquée par un schéma binaire voire manichéen et par la théorie du « choc des civilisations »

Les relations entre l’Occident (essentiellement réduit aux Etats-Unis) et l’Asie (Chine et Japon surtout, qui incarnent tous deux « l’Autre » de l’Occident) sont placés sous le signe du complexe d’infériorité-supériorité. Si la supériorité et le raffinement de la culture japonaise ou chinoise sont plusieurs fois affirmés (par leur littérature, leur théâtre, ou l’invention des échecs), Japonais et Chinois apparaissent pourtant « cruels » ou « insincères » – bien peu civilisés, en résumé, au sens « occidental » de civilisation. L’attitude de l’officier américain Hayward incarne bien ces contradictions, déchiré entre humilité ou admiration pour le Japon d’un côté, mais aussi tentatives de moralisation et critique de leur cruauté et leur « absurdité ». Finalement, c’est une vision culturaliste bien « manichéenne » et ethnocentrée qui prévaut et sous-tend les relations américano-asiatiques, encore fortement marquée par l’idéologie du « choc des civilisations », avec pour présupposé silencieux la croyance en une supériorité de la culture américaine.

Une réflexion sur la patrimoine et la mémoire

Une telle réflexion se manifeste à mon sens au cours de l’épisode sur la destruction de Pékin par les Japonais : outre qu’on pourrait y lire une transposition en terre chinoise de la volonté envieuse de détruire de Paris par Hitler, cet épisode est également l’occasion de réfléchir à la notion de patrimoine et de mémoire, au différentiel de conscience ou de sensibilité patrimoniales entre les peuples. Si le Japon se montre si peu soucieux de préserver le Temple du Ciel ou la Cité interdite, c’est autant par haine et volonté de vengeance à l’égard d’une civilisation « millénaire » comme on l’entend souvent, que par absence de conscience patrimoniale au sens occidental. Une manière de rappeler que la sensibilité patrimoniale occidentale est le produit de son histoire, et que si la culture ou les valeurs d’un peuple et d’une civilisation diffèrent, c’est parce que leurs trajectoires historiques ont divergé : le Japon aurait-il eu un souci plus affirmé pour le patrimoine – au sens de patrimoine matériel, pour ces « vieilles pierres » comme les appellent le cruel général nippon) s’il avait connu sa propre « Révolution française » ? Telle pourrait être la question posée par cet épisode apparemment anodin, pourtant loin d’être innocent.

Une fable philosophique ou conte moral (bien cruel…) sur la « nature » humaine

PatrimoineLa progression du récit uchronique prend la tournure finale d’une véritable descente aux enfers, qui n’est pas sans rappeler la célèbre œuvre éponyme de Dante, et surtout son adaptation cinématographique magistrale par Pasolini, Salo. L’Américain Hayward est déchu de son humanité par le Japonais qui le réduit à être son chien, et lui impose un véritable processus de déshumanisation : privé de ses vêtements, privé de nom, privé du langage même (d’abord interdit de parler, avant de lui arracher la langue pour le punir de sa déobéissance), forcé de « s’accoupler » littéralement avec une Chinoise, pour accomplir le fantasme du général nippon de produire une race de « bâtards » sino-américains – les deux races « honnies », qui occupe le bas de l’échelle civilisationnelle aux yeux du Japonais… Le comble de l’horreur semble alors atteint juste avant la fuite de l’officier, mais son retour dans sa patrie n’est guère plus réjouissant…et donne à réfléchir sur la supposée « supériorité » de la civilisation américaine. Soupçonné d’être devenu l’allié des communistes, le pauvre lieutenant rescapé n’est pas au bout de ses peines : envoyé en hôpital psychiatrique par des compatriotes pour le moins ingrats, la thérapie consiste à lui brûler les yeux… étrange signe de civilisation et de reconnaissance de la part de la première puissance mondiale en cette fin de XXeme siècle…

Cécile Armand

Ancienne élève de l'Ecole Normale Supérieure (ENS) de Lyon (2006), agrégée d'histoire (2009), docteure en histoire (2017). Ma thèse propose une histoire spatiale de la publicité à Shanghai (1905-1949), sous la co-direction de Christian Henriot (Aix-Marseille Université) et Carol Benedict (Georgetown Université, Washington D.C.). Au-delà de la publicité à Shanghai, mes centres d'intérêt me portent vers l'histoire urbaine, spatiale et sociale en général, les outils et méthodes numériques pour la recherche historique, l'historiographie et l'épistémologie.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookPinterest

Histoire(s) et bandes dessinées

Histoire(s) et bande(s) dessinée(s) :

tous les sont mariages possibles… à l’heure du mariage pour tous !

Murena

C’est par un exercice de gymnastique – a priori purement rhétorique – à trois temps que nous explorerons la richesse des relations entre bande dessinée et histoire (bande dessinée et temps de manière plus générale)

  • L’histoire par la bande dessinée
  • L’histoire dans la bande dessinée
  • L’histoire de la bande dessinée

1. L’histoire PAR la bande dessinée

Autrement dit : la « BD historique », ou l’histoire « racontée par » la bande dessinée, ou encore, pour parodier le nom du labo junior de Tristan Martine, « L’Histoire dessinée ». C’est à cette première forme d’union que l’on pense immédiatement : dès ses origines, la bande dessinée a vu dans l’histoire un sujet porteur et une source d’inspiration féconde. Si la « bande dessinée historique » remonte aux origines de la bande dessinée, et a acquis une légitimité certaine, elle est diverse (notamment par les périodes couvertes, avec peut-être une prédominance pour l’Antiquité et le XXeme siècle) et elle a aussi beaucoup évolué – mais « faire l’histoire de la BD historique » ici serait trop long et n’a pas sa place.

Signalons seulement les questions soulevées par ce genre de rapports : essentiellement la question du « réalisme » ou de la « crédibilité » historique, des relations entre fiction et réalité, des questions trop rebattues pour nous sembler vraiment stimulantes et dignes d’être développées ici.

Au Festival de Lyon, la bande dessinée historique était présente à travers de multiples auteurs, mais en tête d’affiche figuraient sans doute Les Histoires de Lyon et le couple franco-belge Dufaux/Delaby et leur série Murena, qui n’est pas, selon Dufaux, un « livre d’histoire », puisqu’il propose un point de vue sur l’histoire et sur un personnage historique (Néron, un personnage double, à deux visages, qui a Murena pour autre face). Le dessin, qui dépasse la seule et fade maîtrise technique d’exécution, doit « transpirer une émotion », c’est pourquoi Delaby a pris la liberté de le représenter différent physiquement. La bande dessinée ne se contente pas de répéter ce qui a déjà été dit sur cette période et ce personnage ô combien controversés et fantasmés : elle prend le parti d’interpréter, de reconstruire, de réécrire… mais n’est-ce pas là le travail de l’historien, justement, qui loin de s’en tenir à une simple (et illusoire?) reconstitution fidèle des faits, s’efforce plutôt de la réimaginer, la reconstruire, la réinterpréter de même ?

2. L’histoire DANS la bande dessinée

Nous pensons là à l’histoire – et au(x) temps en général – tels qu’ils sont traités dans la bande dessinée : non seulement au passé, mais aussi au présent, au futur, aux « trois dimensions » du temps et aux rapports entre ces temps. On s’intéresse donc ici également à la bande dessinée d’anticipation, de science-fiction, et aux uchronies : autant de « genres » qui ont fait de la bande dessinée un médium et un lieu d’accueil privilégiés (peut-être parce qu’aussi méprisés qu’elle à l’origine?)

Je tiens ici à mentionner deux pépites glanées lors du festival, plutôt humoristiques (parce qu’il est possible de parler de choses sérieuses sur un ton léger…) :

  • Bouchard, Desharnais, Motel Galactic, 2011-2013 (3 tomes parus) : une production québécoise, aux éditions PowPow, relevant plutôt de l’anticipation : où un Bouchard du futur 2.1.1 part à la recherche de sa version 1.0 (comprendre « son ancêtre » dont il n’est qu’un clone dégénéré), où la « néo-généalogie » a remplacé la science historique et les big data tiennent lieu d’archives, où les villes détruites ou disparues sont reconstituées (Québec 3.0) mais pas forcément à l’identique ni sur le même site originel, où les « échanges de pensée » via une machine spéciale dite AKTP 3000 (pour « AKOITUPENSES 3000 ») remplacent les relations sexuelles, où les technologies dernier cri de notre époque passent sont relégués sur au grand magasin des Antiquaires du futur (manière amusante de moquer notre culture de « l’obsolescence programmée »… où le Petit Prince, chassé de sa planète par une multinationale futuriste et néo-colonialiste, finit par s’énerver d’un Bouchard 2.1.1 lui ait dessiné un ours au lieu du mouton demandé – il est vrai que dans le futur, on n’apprend plus à dessiner… à quoi cela sert-il, à l’heure des reproductions graphiques hyper sophistiquées ?
  • On dit de l’an 2000 : un bande dessinée du cru, typiquement lyonnaise, publiée aux éditions « Quenelles graphiques » par un collectif d’auteurs à l’occasion du festival de 2010, relevant plutôt de l’uchronie1, et revenant sur les représentations et les spéculations les plus folles qu’avaient suscitées l’an 2000 avant le basculement fatidique (voitures volantes… et autres gadgets…) et qui nous semblent aujourd’hui bien ridicules… une bande dessinée qui est aussi l’occasion de développer une utopie-uchronie humaniste ou d’imaginer un « musée d’histoire naturelle » dont la pièce maîtresse est un vieux PC, dernier spécimen d’une espèce disparue après la victoire de Steve Job sur Bill Gates (rebaptisés pour éviter toute poursuite judiciaire…) – manière humoristique de reformuler la théorie des hybrides (la machine comme animal et l’histoire des nouvelles technologies d’un point de vue naturaliste et évolutionniste ?) et de penser la patrimonialisation future de nos antiquités numériques…

3. L’histoire DE la bande dessinée

La bande dessinée ayant pris de l’âge, l’écriture et la connaissance de son histoire commencent à être bien établie. Mais cette historiographie reste « immature », prenant la forme d’une galerie des portraits et des « des grands hommes » qui ont fait l’histoire de la bande dessinée, histoire des génies et des chefs-d’œuvre, semblables à ce que furent pendant longtemps l’histoire et l’histoire de l’art. Une histoire prisonnière de schémas temporels pour le moins archaïques – une histoire « linéaire », uniforme et continue, voire téléologique et évolutionniste, pensée comme une succession « d’âges » et de passages, de « révolutions » entrecoupant de paisibles déserts périodiques… ainsi peut-on lire dans le numéro 74 du magazine dBD que Bilal et Christin avaient enfin fait entrer la bande dessinée dans « l’âge adulte » après l’enfance hergienne… Ainsi a-t-on pu entendre au cours du festival lyonnais que la Revue dessinée et la bande dessinée « d’information » étaient devenues possibles parce que la bande dessinée avait enfin acquis la « maturité » nécessaire, qu’elle était enfin entrée dans l’âge mûr… « l’âge d’homme » en somme… Mais est-ce propre à la BD ? Peut-on lui reprocher de reprendre à son compte ces archaïsmes conceptuels qui pèsent encore sur l’historiographie contemporaine, chez des historiens pourtant réputés sérieux, faisant autorité, légitimés par l’institution sinon sacralisés ?

Si la bande dessinée est entrée dans l’histoire, cela se manifeste aussi par son entrée au musée : une conférence était particulièrement dédié à ce processus de légitimation2-patrimonialisation- muséification de la bande dessinée, et aux problèmes qu’il pose : la BD a-t-elle sa place au musée, a-t-elle une filiation ou une parenté avec les œuvres d’art « traditionnelles » ; comment exposer la BD, quels choix muséographiques… Cette patrimonialisation est relativement ancienne (dès 1967 avec une exposition au Musée des Arts Décoratifs sous le signe de la « figuration narrative », jusqu’à l’exposition actuelle « Mechanhumanimal » de Bilal au Musée des Arts et Métiers à Paris) et surtout depuis les années 2000. Plusieurs d’expositions étaient ainsi organisées dans le cadre du Festival, envisageant diverses modalités des rapports entre BD et musées ou œuvres d’art, adaptées aux lieux d’exposition : Murena au Musée gallo-romain de Saint-Romain en Gal (une BD historique dans un lieu « traditionnellement » dédié à l’histoire antique), Gilles Rochier au Rize de Villeurbanne (une BD sociale, au plus proche du quotidien des habitants de Villeurbanne), les Bidochons au Musée des Beaux-Arts (le choc entre « culture des élite » et « culture populaire » dans un haut lieu de l’art académique…), « Science en bandes dessinées » à l’ENS de Lyon…

Toutefois la bande dessinée semble encore souffrir d’un défaut de légitimité, par rapport au jeu vidéo notamment, comme en témoigne plusieurs essais récents consacrés à la question.

 … et l’histoire EN bandes dessinées… ?

Enfin, à l’heure du « mariage pour tous », une forme d’union plus improbable que jamais entre l’histoire et la bande dessinée semble devenir possible : ne pourrait-on écrire l’histoire2 par la bande dessinée ? C’est ce qui fut suggéré lors d’une table-ronde de la journée pro sur « la place de la science dans la bande dessinée ». Une proposition qui peut sembler provocatrice à l’heure où la bande dessinée manque encore de légitimité dans les milieux académiques, apparaît encore comme peu sérieuse3… elle vient à peine d’entrer comme « objet d’étude » dans le naos de la science, alors de là à y voir un langage historiographique… Pourtant, cela ne donnerait-il pas un nouveau souffle à l’écriture académique4 en voie de sclérose, enfermée dans des formules rhétoriques circulaires et stérilisantes, empêtrée dans ses tics linguistiques et dans la sacralisation de l’écrit qui continue à primer sur le visuel ? La bande dessinée ne permettrait-il de réconcilier savoir et création, de redonner un souffle et un grain de folie à la science ? Peut-elle être un outil « pédagogique », un moyen ludique de susciter et renouveler l’intérêt du public pour la connaissance authentique ?

Ahhhhhhhh…Cette gymnastique cérébrale ternaire m’a mise en forme, et j’entends bien l’appliquer au domaine de la publicité dans un prochain billet… (l’histoire par la publicité, l’histoire dans la publicité, l’histoire de la publicité… sans oublier l’histoire en publicité(s) (comment « vendre » l’histoire… et se vendre comme historien… la rhétorique commerciale et les techniques marketing peuvent-elles être détournées à des fins académiques?

1 Voir la définition qu’en donne Henriet dans son ouvrage L’uchronie, 2009, et la distinction qu’il fait entre anticipation et uchronie

2 Au sens académique de science historique, de discipline historique ; et non de passé comme dans la première « acrobatie » que nous avons menée. Il s’agit plutôt du récit et de la reconstitution par l’historien de ce passé (la distinction « classique » chez les germanistes entre Geschichte/ historische).

3 Une même tendance s’observe du côté des jeux vidéos, ou des séries TV. L’engouement récent des universitaires pour ces objets d’étude (qui restent justement des « objets » bien séparés du « sujet » (les) pensant) masque une profonde condescendance élitaire qui les transforme le plus souvent en simple prétexte et alibi pour développer une « brillante » mais creuse réflexion – qui trahit en fait l’ignorance dudit « penseur » sur la question… cf. Culture de masse

4 Sur le sérieux de l’écriture académique, voir aussi : http://contagions.hypotheses.org/230

Cécile Armand

Ancienne élève de l'Ecole Normale Supérieure (ENS) de Lyon (2006), agrégée d'histoire (2009), docteure en histoire (2017). Ma thèse propose une histoire spatiale de la publicité à Shanghai (1905-1949), sous la co-direction de Christian Henriot (Aix-Marseille Université) et Carol Benedict (Georgetown Université, Washington D.C.). Au-delà de la publicité à Shanghai, mes centres d'intérêt me portent vers l'histoire urbaine, spatiale et sociale en général, les outils et méthodes numériques pour la recherche historique, l'historiographie et l'épistémologie.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookPinterest

La tête pleine de bulles d’une historienne nhumériste…

Lyon BD Festival 2013_Officiel

Le Lyon BD Festival 2013 a fait des bulles dans la tête de l’apprentie historienne nhumériste que je suis…j’en ai encore la tête dans les bulles…

Ce week-end les 15-16 juin 2013 s’est en effet tenu le Festival de la bande dessinée à Lyon : précédée d’une « journée pro » le 14 juin, le Festival a proposé un riche panel de conférences, tables-rondes, projections, expositions, rencontres avec les auteurs, séances de dédicaces, remises de prix, et autres manifestations autour du 9ème art dans divers lieux emblématiques lyonnais (Palais du Commerce, Cour de l’Hôtel de Ville, Musée des Beaux-Arts – où dans son exposition « Les Bidochons se culturent », Christian Binet a tenté d’établir un dialogue humoristique entre l’art « académique » et la BD, entre culture « populaire » bidochonne et culture patrimoniale ou muséale – Comédie Odéon) ou rhône-alpins (Rize de Villeurbanne, Musée gallo-romain de Saint-Romain en Gal), avec une grande variété de tons, tantôt sérieux (conférence sur la bande dessinée à l’école), tantôt humoristique et décalé (conférence sur « le dernier message d’Hergé » ou encore la table-ronde où participait Marion Montaigne…)

Faire une place à ce Festival et au 9eme art en général sur ce carnet Hypothèses ne me semble pas déplacé – mais pourquoi se justifier sinon parce que la bande dessinée, malgré des progrès incontestables, peine encore à conquérir une « légitimité » dans les milieux académiques et dans la société, malgré des initiatives comme le « labo junior » « Science dessinée » de Tristan Martine à l’ENS de Lyon, ou son entrée au(x) musée(s) dès 1967 et surtout depuis les années 2000 ? Puisqu’il faut se justifier donc, je dirais que l’apprentie historienne et « nhumériste » que je suis y a puisé deux grandes inspirations, qui feront l’objet de deux billets séparés mais ramifiés par la magie hypertextuelle d’Internet :

  • sur les relations relativement anciennes, riches et complexes entre BD et histoire, et sur l’apport de la BD à la pensée de l’historien (à lire sur ce même blog)
  • sur les relations plus récentes mais tout aussi riches entre BD et « numérique » (sur le blog du labo junior « NHumérisme »)

Cécile Armand

Ancienne élève de l'Ecole Normale Supérieure (ENS) de Lyon (2006), agrégée d'histoire (2009), docteure en histoire (2017). Ma thèse propose une histoire spatiale de la publicité à Shanghai (1905-1949), sous la co-direction de Christian Henriot (Aix-Marseille Université) et Carol Benedict (Georgetown Université, Washington D.C.). Au-delà de la publicité à Shanghai, mes centres d'intérêt me portent vers l'histoire urbaine, spatiale et sociale en général, les outils et méthodes numériques pour la recherche historique, l'historiographie et l'épistémologie.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookPinterest