Archives par mot-clé : immigration

L’histoire et l’historien selon France télévision…

Réaction « à chaud » aux propos d’un (pseudo)-historien entendus au JT de France 2, ce lundi 22 octobre 2012… à propos de la parution récente de son autobiographie – L’oubli est la ruse du diable : Max Gallo[1].

Au sujet de cet « ascenseur social » qu’est (censé) être – ou plutôt qui a/aurait été – l’école républicaine : si cet « ascenseur social » fonctionnait encore  pour Max Gallo et sa génération, pour ce fils d’immigrés italiens, agrégé et docteur en histoire, ayant mené une double carrière universitaire et politique (en tant que porte-parole du troisième gouvernement Mauroy en 1983), jusqu’à sa consécration au fauteuil 24 de l’Académie française en 2007, une telle propulsion est beaucoup plus difficile pour la génération actuelle, reconnaît-il. Les raisons ? Elles sont avant tout « techniques », poursuit le sage petit bonhomme vert, solidement ancré à ses monceaux de « romans-histoire ». Autrefois, en effet, il existait une volonté sincère et authentique de s’intégrer chez les immigrés. Désormais, les « paraboles » viennent brouiller les bonnes volontés intégratrices : en maintenant constamment des liens avec le pays et la culture d’origine, cette terre lointaine, devenue soudain beaucoup moins lointaine et exotique, beaucoup moins évanescente et irréelle, et donc beaucoup moins soluble dans la terre métropolitaine « d’accueil », mais au contraire beaucoup plus proche et familière, pouvant être quotidiennement foulée et parcourue au travers des écrans et au fil des réseaux… En résumé, les prouesses technologiques du monde moderne viendraient perturber et dissiper l’antique volonté de s’intégrer – seul et unique facteur de l’intégration effective, notons-le… Ah ! la décadence du monde moderne, cette jungle de câbles numériques et d’ondes pernicieuses… ces maudites paraboles, ces instruments du « diable », responsables de la panne actuelle du bon vieil « ascenseur » républicain…- mais, d’ailleurs, s’agit-il d’une simple panne ou bien, plus profondément, de l’usure structurelle d’un modèle, de son obsolescence ?

no comment

Si, tout de même, deux remarques : passons sur l’explication purement technique d’un blocage complexe, où s’enchevêtrent le social, l’institutionnel, le politique et le culturel, pour relever que chez l’exemplaire Max Gallo, la réussite de l’intégration relève d’une responsabilité strictement individuelle : autrement dit, c’est l’immigré et sa volonté intime de s’intégrer qui sont rendus responsables de la bonne marche de « l’ascenseur social ». Corollaire : le mauvais immigré d’aujourd’hui – non volontaire, rétif à l’intégration, trop arrimé par les ondes à son lointain port d’attaches… – devient coupable de la panne actuelle dudit ascenseur… et pourquoi pas, des institutions républicaines, et, allons plus loin, de la « crise », pendant qu’on y est… pirouette habile pour déresponsabiliser les décideurs politiques et économiques aux commandes… et donner du crédit aux discours et politiques discriminatoire sur l’immigration…

Brillant, le raisonnement « historique » de l’Agrégé d’Histoire Max Gallo… quand verra-t-on de vrais historiens sur les plateaux TV aux heures de grande écoute ? Il est vrai que le découpage en fines tranches du temps médiatique ne se prête guère à la complexité et à la lenteur du discours historien et universitaire. « On n’a plus le temps », comme le rappelle un article d’un numéro récent du Monde Diplomatique[2].

Pour voir l’interview de Max Gallo sur France 2 qui a inspiré ce (poli) “coup de gueule”…

Cécile Armand

Ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure (ENS) de Lyon (2006), agrégée d’histoire (2009), docteure en histoire (2017). Ma thèse propose une histoire spatiale de la publicité à Shanghai (1905-1949), sous la co-direction de Christian Henriot (Aix-Marseille Université) et Carol Benedict (Georgetown Université, Washington D.C.). Au-delà de la publicité à Shanghai, mes centres d’intérêt me portent vers l’histoire urbaine, spatiale et sociale en général, les outils et méthodes numériques pour la recherche historique, l’historiographie et l’épistémologie.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookPinterest