Temps et histoire

Cette réflexion suit toujours ce même fil d’Ariane qui s’attache au « lieu de l’histoire ». Il part de la volonté d’interroger cet « impensé de l’histoire » qu’est le temps, et du constat, formulé par François Hartog – et, avant lui, Michel de Certeau[1] – que

 

Le temps est devenu à ce point l’ordinaire de l’historien qu’il l’a naturalisé ou instrumentalisé. Il est impensé, non pas parce qu’il serait impensable, mais parce qu’on ne le pense pas ou, plus simplement, qu’on n’y pense pas.[2]

 

Par sa force d’évidence, le temps en devient aveuglant, il va tellement de soi qu’on ne l’interroge pas. Outre ce souci historiographique, et pour dépasser ce lieu commun qui veut que le temps soit la matière première de l’historien, pourquoi diable s’interroger sur les rapports entre temps et histoire ? Il s’agit là d’une question ancienne et rebattue, qui a resurgi récemment sous des accents alarmistes : qui n’a entendu parler de la « fin de l’histoire » ? Qui peut prétendre échapper à l’obsession mémorielle, aux maux du « présentisme » et à la « crise de l’avenir » – ou plutôt du présent… – qui caractériserait notre « régime d’historicité » contemporain ? Autant de vérités ou pseudo-vérités, de mythes et de prémonitions, de craintes et de fantasmes qui surpeuplent les étalages des libraires… Difficile dans ces conditions de s’y retrouver… Nous tenterons pourtant de faire un peu de tri dans cette inflation éditoriale, de dresser un petit bilan historiographique de la question, de repérer les ouvrages les plus sérieux et les plus incontournables et tâcher d’en faire une revue critique. Nous voyagerons aussi dans les différentes conceptions du temps et philosophies de l’histoire, nous explorerons les rapports que les sociétés habitant des espaces et des temps divers entretiennent avec le temps et l’histoire – il s’agit prioritairement de mener une approche comparée entre la Chine et « l’Occident ». Cette réflexion s’orientera également vers des questions plus épistémologiques et méthodologiques : quels « modèles » ou « schémas » temporels l’historien peut-il imaginer pour représenter le temps historique ? Doit-il se satisfaire du seul et omniprésent temps « linéaire » et « homogène » ? Comment mettre en pratique dans nos recherches et notre écriture l’idée braudélienne de la longue durée, des trois temps de l’histoire, de ce temps « feuilleté » ? De quels outils– numériques notamment – dispose l’historien pour visualiser cette temporalité complexe ?



[1] Certeau, Michel de. Histoire et psychanalyse entre science et fiction. [Paris]: Gallimard, 1987.

[2] Hartog, François. Régimes d’historicité : présentisme et expériences du temps. [Paris]: Seuil, 2003.

 

Cécile Armand

Ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure (ENS) de Lyon (2006), agrégée d’histoire (2009), docteure en histoire (2017). Ma thèse propose une histoire spatiale de la publicité à Shanghai (1905-1949), sous la co-direction de Christian Henriot (Aix-Marseille Université) et Carol Benedict (Georgetown Université, Washington D.C.). Au-delà de la publicité à Shanghai, mes centres d’intérêt me portent vers l’histoire urbaine, spatiale et sociale en général, les outils et méthodes numériques pour la recherche historique, l’historiographie et l’épistémologie.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookPinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Approche historique de la publicité en Chine et ailleurs