Composition 4 (d’après Li Huai) – Chromatismes

Li Huai, Dripping Red Graffiti
Li Huai, Dripping Red Graffiti, 2012
 Johannes Vermeer, Vue de Delft, ca. 1559-1560
Johannes Vermeer, Vue de Delft, ca. 1559-1560

 

Composition polychrome fondée sur l'analogie visuelle et textuelle entre le "petit pan de mur jaune" à droite dans le tableau de Vermeer et la légère nuance de jaune sur le bord gauche de la photographie de Li Huai.
Composition polychrome fondée sur l’analogie visuelle et textuelle entre le « petit pan de mur jaune » à droite dans le tableau de Vermeer et la légère nuance de jaune sur le bord gauche de la photographie de Li Huai.

 

PetitPanMurJauneOutre l’analogie visuelle pure, d’autres coïncidences inespérées m’ont amenée à rapprocher « le petit pan de mur jaune » proustien et celui de Li Huai : le fait que le critique d’art Bergotte compare le tableau de Vermeer à précieuse oeuvre d’art chinoise, ou encore l’événement de la mort de Bergotte, consécutive à l’observation de ce tableau et le constat d’un certain échec de son écriture – une mort en fait plus trivialement provoquée par une indigestion de pommes de terre…

MortBergotte

Mais cette mort anecdotique et romanesque vient stratégiquement faire écho à une mort historique et bien réelle, lancinante et protéiforme dans les photographies de Li Huai : depuis les morts massives de la révolution culturelle jusqu’aux difficultés à reconstruire et revivre par dessus ces décombres et ces traces ineffaçable de sang versé.

Car le sang est le motif qui vient immédiatement à l’esprit en voyant cette photographie. Une photographie très picturale et très plastique, où le rouge, couleur ô combien symbolique et puissante, devient la messagère de souvenirs et de significations complexes et ambivalentes. Le rouge : couleur de la Chine, couleur de la révolution (en l’occurrence cette Révolution dite « culturelle »), mais de toutes les révolutions. Couleur de la violence, du sang (versé), mais aussi couleur de la vie et de la maternité : sang menstruel des femmes devenues fécondes, sang qui accompagne l’accouchement et la naissance du nouveau-né. Le rouge : promesse de vie, de (re)naissance et régénération – le sang versé du passé, le sang qu’il faut verser comme condition d’un avenir, le sang qui sera versé comme promesse d’avenir. Où l’on retrouve sous une autre couleur ce paradoxe chromatique du noir et blanc évoqué déjà dans la première composition.


Cécile Armand

Ancienne élève de l'Ecole Normale Supérieure (ENS) de Lyon (2006), agrégée d'histoire (2009), docteure en histoire (2017). Ma thèse propose une histoire spatiale de la publicité à Shanghai (1905-1949), sous la co-direction de Christian Henriot (Aix-Marseille Université) et Carol Benedict (Georgetown Université, Washington D.C.). Au-delà de la publicité à Shanghai, mes centres d'intérêt me portent vers l'histoire urbaine, spatiale et sociale en général, les outils et méthodes numériques pour la recherche historique, l'historiographie et l'épistémologie.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookPinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.