Cinquième composition historiographique sur Scalar

Cubisme photographique (d'après Li Huai, In Agriculture, Learn from Dazhai, 2012). Extrait de "Période verte".
Cubisme photographique (d’après Li Huai, In Agriculture, Learn from Dazhai, 2012). Extrait de ma Période verte

Un nouvel épisode de la série « Photographic History » est disponible sur Scalar. Je viens d’y publier une cinquième composition, à partir d’une photographie « invisible » – parce qu’immontrable – de Li Huai, In Agriculture, Learn from Dazhai (2012). Un défi d’écriture que j’intitule « Montrer malgré tout »1. Je n’en dis pas plus ici, et renvoie le lecteur curieux aux compositions elles-mêmes.

Je me contenterais ici d’une remarque sur la solution formelle adoptée et sur les possibilités offertes par l’outil Scalar en termes de récit visuel. J’ai choisi d’écrire une première page purement visuelle, en utilisant la vue « media emphasis » , d’un côté, que j’ai pleinement intégrée au « path » tracé par les quatre premières compositions ; de l’autre, j’ai créé séparément une page entièrement textuelle pour expliciter le projet et la méthode adoptée, séparée de la composition afin d’éviter toute contamination verbale des images. Les deux pages ont été reliées ensuite par la fonction « comment » : la page « textuelle » se voyant assigner le statut de commentaire de la page visuelle, et donc pas pleinement au path.

J’exagère peut-être en affirmant que la page visuelle l’est entièrement : je dois reconnaître qu’elle intègre malgré tout du texte sous forme « d’annotation ». Mais cette dualité interne m’a justement permis d’expérimenter cette fonction « d’annotation » : j’y vois une possibilité intéressante de mise en relations du texte et de l’image. Plusieurs annotations distinctes et séparées peuvent être associées à une même image. Leur positionnement spatial par rapport à l’image peut être négocié en indiquant les abscisses et les ordonnées. Leur affichage, enfin, est facultatif. Dans cette cinquième composition, mes annotations donnent des indices pour retracer et comprendre les logiques et les inclinations qui m’ont poussé à associer telles ou telles images ou textes, mais ne peuvent être développées qu’à la demande du lecteur. Il peut ainsi choisir de ne les faire apparaître que lorsqu’il a épuisé tout son potentiel d’interprétation et d’imagination.

1 Clin d’oeil à Georges Didi-Huberman, Images malgré tout, 2003, qui fait précisément référence aux camps de la mort, que j’associe également à cette photographie.


Cécile Armand

Ancienne élève de l'Ecole Normale Supérieure (ENS) de Lyon (2006), agrégée d'histoire (2009), docteure en histoire (2017), postdoctorante à Stanford University (2017-8) puis Aix-Marseille Université dans le cadre du projet ERC “Elites, Networks and Power in modern China” (2018-). Ma thèse soutenue à l’ENS Lyon en juin 2017 proposait une histoire spatiale de la publicité à Shanghai (1905-1949). Mon nouveau projet porte sur l’invention du consommateur et de l’expertise sur le marché en Chine républicaine. Au-delà, mes centres d'intérêt couvrent l'histoire urbaine, spatiale et sociale, les outils et méthodes numériques en sciences sociales, l'historiographie et l'épistémologie en général.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookPinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.