Retours sur MIT Visualizing Cultures

MIT Vizualizing Cultures - Visual narrative "Selling Shisheido"
MIT Vizualizing Cultures – Visual narrative « Selling Shisheido »

Suite à notre dernière séance d’atelier « Histoires Visuelles », je suis retournée explorer le site « MIT Vizualizing Cultures » (qui se définit comme « Image-Driven Scholarship« ) pour voir si on ne pouvait pas leur emprunter quelques-uns de leurs « trucs » visuels pour notre propre projet. J’ai pris l’exemple de « Shiseido » (une compagnie japonaise de cosmétiques fondée à la fin du XIXe et qui existe toujours, et dont on a conservé de nombreuses publicités).

Pour le cas de Shiseido comme pour  chaque thème/unité thématique,  quatre types d’espaces numériques ou quatre formes de « récit » visuel sont proposés (je les présente graduellement par ordre croissant d’intérêt selon moi) :

  1. un cours (curriculum) classique, découpé en « leçons », sans images
  2. un essay sous forme de récit conventionnel, qui reste prisonnier du format du livre et de la page
  3. une galerie d’images (format de la « grille » ou mosaïque) qui se contente de juxtaposer les sources « brutes » en taille « réelle »
  4. des visual narratives où le texte se limite à un chapeau introductif qui donne des éléments de contexte, suivi d’une pellicule d’images

1. Je ne reviens pas sur le cours, sans réel intérêt pour nous

2. L’essay

MIT Vizualizing Cultures - Essay "Selling Shisheido" by Gennifer Weisenfeld
MIT Vizualizing Cultures – Essay « Selling Shiseido » by Gennifer Weisenfeld

L’essay se réduit à un récit conventionnel, qui reste prisonnier du format du livre et de la page. Il est découpé en chapitres, entre lesquels on peu librement naviguer par un clic sur les titres des chapitres, le plan est annoncé en haut et en bas de la page, disposé verticalement. La page est classiquement divisée en deux espaces :

  • le coeur de la page proprement dit, qui accueille le récit et les images directement intégrées (qui n’ont donc qu’un statut d’illustrations)
  • les marges qui accueillent les annotations marginales, des renvois, les références aux sources, des liens hypertexte vers des contenus externes (bases de données où les sources ont été puisées, ressources diverses…)

Mais le coeur de la page joue lui-même sur trois niveaux :

  • le texte/récit historique proprement dit
  • les illustrations intégrées au récit, juxtaposées, légendées. Certaines légendes « cliquables », donnant accès aux sources ou à des références, ou permettant d’agrandir les images. Mais les images elles-mêmes sont figées et fermées : elles ne sont pas directement cliquables, on ne peut pas les agrandir ou interagir avec. Elles sont simplement juxtaposées, avec deux formes d’association : image/texte et image/image. Même si la mise en page est plus « esthétique » que dans un ouvrage papier classique (avec un « album de famille » ou « photo souvenir » parfois…), on reste dans la pure décoration sans intérêt narratif ou argumentatif.

-> ce sont bien de simples illustrations

  • les couleurs : une page bicolore gris/blanc pour différenciées des niveaux de discours différents : visiblement, le blanc pour le coeur du discours et les généralités, le gris pour les études de cas ou les points plus anecdotiques (étude d’un produit précis, comparaison avec l’Occident…) -> utiliser les couleurs pour jouer sur les échelles (macro/micro) et pour hiérarchiser le discours (idée/exemple – illustration)

3. Les galeries d’images

Elles adoptent le format de la « grille » ou de la mosaïque qu’on a identifié l’autre jour. Noter que leur galerie se contente de juxtaposer les sources « brutes ». Chaque galerie contient des  images de natures très diverses (photos, peintures, publicités…). Les différences de taille ou de format entre les images (plus ou moins oblongues, carrées ou rectangulaires…) ne semblent pas correspondre pas à un choix de l’historien comme on le souhaite, mais aux différences de taille « réelles » des images, pour donner une idée de leur matérialité et évaluer leur poids relatif peut-être (un choix qui se défend malgré tout). Les métadonnées sont très pauvres, non conformes au standard, non disposées dans des champs spécifiquement alloués suivant une classification conventionnelle (date, auteur, lieu, source…) : elle n’apparaissent donc pas clairement, on devine vaguement la date seule dans le titre du doc.

Navigation à l’intérieur de la galerie. Il est possible de cliquer sur une image pour l’agrandir, puis à partir de là de naviguer vers l’image suivante ou précédente, ou de revenir à la galerie.

Navigation d’une galerie à l’autre : chaque unité thématique est constituée de plusieurs collections/galeries navigables, mais on ne pas naviguer « en interne », il faut repasser par un menu externe découpé classiquement en chapitres. On trouve dans chaque galerie des  images de natures très diverses (photos, peintures, publicités…). Le principe  de classement retenu n’est guère rigoureux (pas une typologie au sens strict), avec trois critères de classement : date (galerie chronologique), thème (galerie thématique), nature de l’image (galerie générique : que des photos par ex). Mais le croisement des critères peut se montrer intéressant.

4. Les visual narratives

Le texte se limite à un chapeau introductif qui donne des éléments de contexte, suivi d’une pellicule d’images agencées dans l’ordre chronologique qu’on peut faire défiler verticalement, de droite à gauche ou inversement – on reste donc dans un modèle linéaire et chronologique très classique. Pour chaque visual narrative, les métadonnées sont limitées au strict minimum (titre et date), placées sous l’image : elles ont le statut de « légende » classique. Les images ont la même taille : la pellicule tend à « niveler » et aplatir les sources, évacuant leur matérialité, d’une part ; l’outil ne semble pas laisser à l’historien la possibilité de choisir la taille relative des images comme on voudrait le faire nous-mêmes, d’autre part. Concernant le texte d’introduction, il est court et économe, cherche l’efficacité, mais le fait de le place avant la pellicule suggère qu’il prime et oriente la « lecture » des images qui suivent (sauf si on choisit de lire de droite à gauche…) : on arrive aux images déjà les yeux déjà tout embués de préjugés… Plusieurs visual narratives sont regroupés sur un même thème, on peut naviguer de l’un à l’autre en cliquant sur les titres de « chapitres » : comme pour les galeries, on conserve un système de navigation très conventionnel, donc, externe au visual narrative et tributaire là encore du format livre : on pourrait imaginer au contraire une navigation « interne », par un système de renvois internes à chaque narrative (par exemple, une image dans un narrative donnerait accès à une autre dans un autre récit… mais ça complique l’affaire).

 

Une critique générale pour finir : il n’y a pas de liens entre les différentes collections/unités ou  « ensembles thématiques » (je ne sais comment les appeler) qui sont hebergés sur la plateforme. On est obligé de repasser par la case « Unit« , qui offre deux visualisations possible (text view/icon view). Un peu dommage : on pourrait imaginer des itinéraires transversaux plus complexes, en interne (sauter des cosmétiques aux samouraï par exemple…)

 


Cécile Armand

Ancienne élève de l'Ecole Normale Supérieure (ENS) de Lyon (2006), agrégée d'histoire (2009), docteure en histoire (2017). Ma thèse propose une histoire spatiale de la publicité à Shanghai (1905-1949), sous la co-direction de Christian Henriot (Aix-Marseille Université) et Carol Benedict (Georgetown Université, Washington D.C.). Au-delà de la publicité à Shanghai, mes centres d'intérêt me portent vers l'histoire urbaine, spatiale et sociale en général, les outils et méthodes numériques pour la recherche historique, l'historiographie et l'épistémologie.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookPinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.