Négatif du négatif – Etat des déceptions

Au terme de ces six premiers négatifs, un petit retour critique s’impose.
Première déception : le format même de la pellicule n’est guère satisfaisant.

Au-delà des limites purement esthétiques et pratiques (images de mauvaise qualité et souvent illisible, de même que les légendes, disposition inefficace, articulation douteuse des textes et des images, inadaptation des cases aux dimensions de certaines images…), le format du film négatif pose une question épistémologique. Ces little data ne font pas preuve – pas même un argument dans ces fragments visuels qui peinent à faire récit. Des images isolées, prélevées on ne sait d’où ni pourquoi, décontextualisées et placées là non pas gratuitement mais selon une procédure qui reste opaque au lecteur, censée justifier leur présence par par leur juxtaposition à d’autres images tout aussi arbitraire en apparence.

Une structure réticulée1, sous la forme d’une arborescence ou, moins hiérarchique, d’un rhizome2 ou d’un mycélium, serait plus appropriée. Pouvoir dérouler ou déployer, derrière chaque image, la masse critique des images qui lui sont associées d’une manière ou d’une autre, selon un principe de similarité, de contradiction ou de simple coprésence ; de ces images qui m’ont conduite et souvent contrainte à choisir celle-ci plutôt que celle-là, selon des chemins oubliés parfois.

Richard Giblett, Mycelium Rhizome, 2009 Pencil on paper, 120 x 240 cm Source : http://aymed.files.wordpress.com/2011/12/richard-giblett-mycelium-rhizome.jpg
Richard Giblett, Mycelium Rhizome, 2009
Pencil on paper, 120 x 240 cm
Source : http://aymed.files.wordpress.com/2011/12/richard-giblett-mycelium-rhizome.jpg

1 Moretti, Franco, Graphs, maps, trees : abstract models for a literary history, London, New York, 2005.

2 Deleuze, Gilles, Guattari, Félix, Mille plateaux, Paris, Éditions de minuit, 1980.

 


Cécile Armand

Ancienne élève de l'Ecole Normale Supérieure (ENS) de Lyon (2006), agrégée d'histoire (2009), docteure en histoire (2017). Ma thèse propose une histoire spatiale de la publicité à Shanghai (1905-1949), sous la co-direction de Christian Henriot (Aix-Marseille Université) et Carol Benedict (Georgetown Université, Washington D.C.). Au-delà de la publicité à Shanghai, mes centres d'intérêt me portent vers l'histoire urbaine, spatiale et sociale en général, les outils et méthodes numériques pour la recherche historique, l'historiographie et l'épistémologie.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookPinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.