Négatifs VII – (Non) Lieux de l’enfance – Mode d’emploi

Cette septième série de négatifs est pensée comme un jeu de cache-cache avec l’enfance : là où l’enfant est/n’est pas d’après les images publicitaires. Cette quête des lieux et non-lieux de l’enfance se déploie dans deux directions : dans les représentations publicitaires, d’abord, dans les lieux réels, ensuite, tout en se gardant néanmoins de traiter l’image publicitaire comme un miroir neutre et objectif de la réalité. Cette série des (non) lieux est composée de huit négatifs. Je pars d’une image-source qui sert de racine aux développements qui suivent : une publicité pour des cigarettes qui se prend pour objet et se met elle-même en scène. Cette publicité a pour décor une rue de Shanghai (Thibet Road précisément), où des passants, des hommes et des femmes mais tous des adultes, défilent devant une affiche publicitaire faisant la promotion d’une marque de cigarettes. Le choix de cette publicité a été motivé par l’absence d’enfant sur cette image, comme pour les négatifs précédents. Ce négatif de l’enfance est ici le moteur d’une interrogation sur le lieu : le fait que cette scène se déroule dans une rue, à l’extérieur, explique-t-il l’absence d’enfant ? Peut-on généraliser cette absence d’enfants dans les scènes urbaines à d’autres publicités, à la publicité en général ? La publicité relaie-t-elle par là cette idée répandue que l’enfant est un être fragile, à protéger et à confiner dans l’espace domestique, pour en préserver et en prolonger la vie. L’enfant des publicitaires est-il un être d’intérieur ?

Chaque négatif correspond ensuite à la formulation visuelle d’une hypothèse de recherche, d’une question historique posée à l’image-racine. Chaque négatif fonctionne par paire : à la pellicule narrative est associé un texte explicatif, qui en est le développement. Chaque développement déroule le raisonnement qui a présidé aux choix des images, à leur associations et leur mise en cohérence. L’articulation entre la pellicule et son développement s’effectue essentiellement par un système de numérotation et de renvoi.

 

Itinéraire visuel du négatif VII : une structure mi-arbre mi-réseau
Itinéraire visuel du négatif VII : une structure mi-arbre mi-réseau

Ce système provisoire est insatisfaisant. Un outil numérique permettrait de créer par son interactivité des passerelles plus intelligentes et plus dynamiques : par exemple, faire apparaître les développements par un clic, ou en passant sur les images ou même sur certains éléments de l’image, et inversement, accéder directement aux images ou aux visual narratives à partir d’un fragment de raisonnement verbal. On se heurte une fois encore au limites de la page web ou du blog qui enserre et fige le récit dans schéma bien linéaire. Une structure réticulée mi-arbre, mi réseau1 serait plus adaptée (voir le schéma ci-contre, qu’un outil de mind mapping rendrait plus propre, plus esthétique et plus évolutif… mais aussi plus long à réaliser !). La dimension arborescente est donnée par l’image-racine à partir de laquelle se déploie les intuitions et les hypothèses de travail, comme autant de branches et de ramifications. La dimension réticulée se justifie parce que les hypothèses ne sont pas strictement hiérarchisées et ne suivent pas une logique généalogique (une hypothèse étant « mère » d’une autre hypothèse « fille »). La structure proposée autorise une navigation beaucoup plus libre. Certaines hypothèses peuvent être rapprochées plutôt qu’apparentées, pour former des agrégats, des nuages ou des constellations d’hypothèses. A partir d’une hypothèse nucléaire (visualisable sous forme de noyau) graviterait des hypothèses satellites ou électrons, plus ou moins proches. Leurs interactions peuvent varier en fonction du point de vue qu’on adopte et de l’itinéraire qu’on choisit.

Pour dépasser la linéarité du blog, j’envisage en parallèle d’exploiter à nouveau l’outil Scalar : ses fonction tag, path et ses diverses visualisations devraient permettre d’établir des liaisons transversales et moins hiérarchiques entre mes négatifs.

Ces huit négatifs ont été l’occasion de tester un moteur narratif d’une puissance insoupçonnée : la confrontation d’images à l’état brut, qui s’efforce de faire un usage économique des mots du discours verbal, à défaut de pouvoir en faire totalement l’économie. A condition d’être soigneusement sélectionnées et agencées les unes par rapport aux autres, les images, par leurs seules associations, deviennent de formidables machines à fabriquer des hypothèses historiques. Pourvu que la sélection visuelle et la construction du récit ne soient ni gratuites ni soumises à des préoccupations purement esthétiques, les négatifs deviennent un laboratoire pour confirmer ou infirmer des hypothèses de départ, et pour faire émerger de nouvelles hypothèses de travail. D’un point de vue interne, le négatif est une mise en série réfléchie d’images qui permet de dérouler ou développer un raisonnement à partir d’une hypothèse de départ, qui sera finalement infirmée ou confirmée au terme du négatif. En passant à la bande suivante, on avance une nouvelle hypothèse qui sera à son testée au fil du négatif : le passage d’un négatif à un autre permet ainsi de (re)constituer un itinéraire visuel de recherche. Chaque bande individuelle constitue donc un fragment du raisonnement (une hypothèse, un argument et son exemple, un contre-argument et contre-exemple). L’ensemble des bandes forme un tout cohérent. La succession et l’enchaînement des bandes permet de suivre un itinéraire de réflexion. Le développement se joue donc à deux niveaux : développement du négatif – soit un argument individuel – et développement du film – soit l’ensemble du raisonnement.

Ce format reste lui-même très linéaire. Mais par rapport à une narration verbale, il devrait être plus facile d’isoler des fragments de discours : au prix de quelques réaménagements, chaque négatif pourrait être prélevé et intégré dans un autre développement, sans que l’ensemble perde sa cohérence.

Expliciter le processus de sélection des images n’est pas toujours facile. Pourquoi telle image plutôt que telle autre ?  Les choix sont souvent contraints par les sources disponibles. Ils ne sont d’ailleurs  jamais définitifs : sans cesse remis en cause en rencontrant d’autres images qu’on estime plus appropriées à la démonstration, mais qui peuvent conduire en retour à repenser l’ensemble du développement. La surabondance des matériaux et leur apparente redondance rend ce processus de sélection délicat et soumet la construction du récit à une grande instabilité. Il faut s’assurer d’avoir des fondations suffisamment solides, capables de résiste au grand (remue)-ménage des images, avant de se plonger à corps perdu dans ce bain de culture visuelle. Ces fondations, quelles sont-elles ? L’hypothèse et l’intuition de départ, d’un côté, le résultat auquel on espère arriver, de l’autre : deux points d’ancrage extrêmes auxquels il faut arrimer le développement visuel, qui ne peuvent finalement qu’être fixés par des mots !

Ces huis négatifs ont enfin été l’occasion d’esquisser des pistes de recherche que je souhaite développer à l’avenir : sans briser le suspense, je conçois cette septième série comme un travail préparatoire pour une autre à venir qui s’intitulerait tout simplement Enfances. Cette série éprouvera l’unité de la catégorie enfant/enfance : en déroulant ses multiples visages (âges, sexes, classes, lieux, temps, moments, activités, objets, compagnons de l’enfance) et ses métamorphoses au cours du temps. Elle mettra à l’épreuve quelques intuitions encore fragiles et incertaines, nées de ma fréquentation encore trop irrégulière et superficielle de l’iconographie publicitaire :

  • concernant les limites externes du domaine de l’enfance : la tendance à une démarcation croissante entre enfants et adultes, à la spécialisation de l’enfance comme un âge spécifique et singulier : un affinement du regard sur l’enfance, qui se manifeste par plus de réalisme, le souci de représenter les traits spécifiques de l’enfant, autant dans sa physionomie que dans sa psychologie, ses besoins, ses désirs, et son caractère
  • concernant l’unité interne du domaine de l’enfance : la tendance à une différenciation croissante des âges et des sexes :
    • du côté de l’âge, on observerait un phénomène de rajeunissement : émergence du bébé et du nouveau-né en amont, puis de l’adolescent et du jeune à l’aval, grignotant de part et d’autre la plage médiane et mal différenciée de l’enfance, elle-même de plus en plus subdivisée et segmentée ;
    • du côté du sexe, on observerait une différenciation croissante, sinon une ségrégation entre les sexes, à partir de 6-7 ans. Après une première enfance marquée par une relative indifférenciation, les traits physiques et les parures, d’une part ; les traits psychologiques et les fonctions sociales surtout, d’autre part, tendraient à ce singulariser. Cette différenciation serait visible sur les images publicitaires : les petites filles y occuperaient des lieux spécifiques, seraient occupées à des activités spécifiques, et seraient vêtues de manière différente des garçons. Cette différenciation progressive au cours de la croissance de l’enfant n’est pas l’apanage de la modernité publicitaire : elle est plus ou moins explicite dans des sources non publicitaires relatives à l’enfance (traités de médecine et de pédagogie, manuels à l’attention des familles, témoignages populaires, iconographie variée : peintures, photographies) depuis plusieurs siècles. Reste à savoir si cette relative permanence et cette convergence des discours sur le sexe de l’enfance subit des inflexions historiques au cours de notre période : la modernisation (notamment son volet consumériste) renverse-t-elle cette tendance dans le sens d’une indifférenciation et d’une égalisation des sexes, à la faveur des revendications féministes, nationalistes et de l’émergence de la femme-consommatrice et gardienne du foyer ? Ou bien réaffirme-t-elle cette séparation, et de quelles manières : retarde-t-elle l’âge de la différenciation sexuelle ou bien la rend-elle plus marquée et plus précoce au contraire ? Comment se manifeste cette plus ou moins grande différenciation ? Comment est-elle représentée sur les images, actée ou non dans les pratiques ? Ce qu’on ne peut établir qu’à partir d’autres sources comme les photographies, les théories réformatrices ou les témoignages des pratiques quotidiennes et ordinaires.

1 Moretti, Franco, Graphs, maps, trees : abstract models for a literary history, London, New York, 2005.


Cécile Armand

Ancienne élève de l'Ecole Normale Supérieure (ENS) de Lyon (2006), agrégée d'histoire (2009), docteure en histoire (2017). Ma thèse propose une histoire spatiale de la publicité à Shanghai (1905-1949), sous la co-direction de Christian Henriot (Aix-Marseille Université) et Carol Benedict (Georgetown Université, Washington D.C.). Au-delà de la publicité à Shanghai, mes centres d'intérêt me portent vers l'histoire urbaine, spatiale et sociale en général, les outils et méthodes numériques pour la recherche historique, l'historiographie et l'épistémologie.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookPinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *