Négatifs de l’enfance (VII) – Non lieux (1) – Une question de produit (a) : cigarettes ?

Une première hypothèse pour comprendre l’absence d’enfant dans les rues publicitaires serait que le produit ne leur est pas destiné. Deux cas particuliers illustreront ici cette intuition : cigarettes (a) et médicaments (b).

L’incompatibilité relative entre les enfants et les cigarettes dans le monde de la publicité a déjà été suggérée (cf. négatif V). Pour approfondir cette intuition, avançons deux hypothèses : les cigarettes sont tantôt considérées comme néfastes pour la santé, tantôt associées à la sociabilité ou la sexualité.

La cigarette, danger pour la santé des enfants ?

Nonlieux(a1)CigarettesNéfastes

Un produit néfaste ? Mais le pensait-on vraiment à l’époque ? Rien n’est moins sûr.

Carol Benedict (2011)2 estime que les dangers du tabac sont connus depuis longtemps en Chine mais ne sont pas essentiellement assimilé au cancer, comme aujourd’hui. On incrimine davantage l’addiction et une consommation excessive tout au long de la vie. Le poète Li Ê (mort à Hangzhou en 1752), est souvent cité comme exemple des risques de l’addiction. Tandis qu’on passe d’une perception positive à une perception négative du tabac en Europe au XVIIe siècle, suivant un processus assez linéaire, deux visions du tabac continuent à coexister en Chine au tournant des XIXe et XXe siècles : son versant positif le présente comme un remède ; son versant négatif, comme un poison et un danger pour la santé, conduisant à la mort. L’intégration du tabac et de la cigarette par la pensée médicale chinoise est ambivalente. Les médecins chinois de la côté orientale notamment (ruyi) au XVIIe siècle sont ouverts à l’introduction de nouvelles thérapies, y compris occidentales, conscients et inquiets du nouvel environnement épidémiologique. Toutefois, plusieurs écoles de médecine défendent des thèses concurrentes : l’école du Jiangnan est favorable à l’adoption du tabac comme technique thérapeutique (wenbu) tandis que l’école yingyang y perçoit un danger pour la santé. De même, les manuels de médecine populaire du XVIIIe siècle qui dénoncent les risques s’opposent aux discours des marchands qui en vantent les bienfaits, et les différencient selon les consommateurs.

Héritière de ces premiers discours marchands, la publicité moderne pour cette nouvelel forme de tabac qu’est la cigarette se montre plus réservée. Si l’on connaissait ou croyait encore aux dangers du tabac en Chine moderne, les publicités se gardent bien de le dire explicitement. Elles contredisent même parfois ce discours, en conciliant cigarette et paternité, maternité et fécondité en général (a1-2-3). Ne pas représenter l’enfant serait une reconnaissance implicite en négatif, de la dangerosité des cigarettes pour la santé, et une volonté de ne pas choquer les règles de bienséance.

La cigarette : auxiliaire des plaisirs et des sociabilités adultes ?

Nonlieux(a1)CigarettesPlaisir Nonlieux(a1)CigarettesPlaisirSociété

Nonlieux(a1)CigarettesPlaisirSéduction

Un produit social – érotique ? Les cigarettes sont souvent associées au plaisir :

  • le plaisir de l’individu solitaire, masculin ou féminin : fumer est perçu comme un acte d’individualisme et d’émancipation, malgré une ambiguïté dans le cas des femmes fumeuses qui peuvent aussi servir d’appât au désir masculin1. A l’inverse, l’enfant n’apparaît quasiment jamais seul, toujours accompagné d’adultes ou intégrés à un groupe d’enfants. Les photographies d’enfants, à l’exception des portraits individuels, en témoignent, et sont confortés par les discours des pédagogues ou la littérature populaire qui déconseillent aux parents et éducateurs de laisser les enfants seuls ou sans surveillance. Les publicités pour cigarettes ne peuvent donc représenter le plaisir d’un enfant jouissant de sa solitude ! Si l’enfant est socialement reconnu comme un sujet autonome, il ne jouit pas toutefois d’une autonomie et d’une reconnaissance aussi pleine que celle des hommes, et plus tardivement, des femmes. La rareté des enfants solitaires dans l’iconographie témoignerait de cette moindre reconnaissance.
  • le plaisir d’être en société : fumer est un acte de sociabilité, au cœur des relations sociales en Chine moderne2. La publicité (a7), en montrant la mise à l’écart d’une femme qui ne fume pas, en est une sorte démonstration par l’absurde. Ne pas fumer en société, c’est se condamner à l’exclusion et la marginalité ;
  • le plaisir de séduire et d’être séduit(e) : fumer apparaît comme un acte de séduction qui accompagne ensuite la vie du couple, du flirt au ménage.

Dans les trois cas, les enfants sont généralement absents. Comme je l’ai développé dans le négatif V, la cigarette sert à délimiter le territoire des adultes. Si des travaux ont montré que fumer était un marqueur de genre et parfois de classe, on pourrait émettre l’hypothèse, à partir des publicités et de leur confrontation à d’autres sources, que la cigarette est aussi un marqueur des âges.

Écarts publicitaires : éduquer à la citoyenneté et au patriotisme par la cigarette ?

Nonlieux(a1)CigarettesExceptions

Cette norme publicitaire tolère parfois des écarts. Les cas de publicités pour cigarettes mettant en scène des enfants existent toutefois, comme je l’ai déjà développé dans les négatifs V (pouvoir faire un lien vers ce négatif directement d’image à image serait appréciable). D’autres contre-exemples méritent d’être signalés : ceux qui associent la consommation de cigarettes chinoises à un acte patriotique, dans un contexte de lutte contre les impérialismes (a10, a11). Les publicités produites par la Nanyang Brothers Tobacco Company en fournissent de nombreux exemples3.

1 Pang, Laikwan, The distorting mirror visual modernity in China, Honolulu: University of Hawaii Press, 2007.

2 Benedict, Carol, Golden-silk smoke: a history of tobacco in China, 1550-2010, Berkeley, University of California Press, 2011. Lire notamment le chapitre 4 « Tobacco in Ming-Qing Medical Culture » (p. 88-109) et le chapitre 9 « New Woman, Modern Girls, and the Decline of Female Smoking in China, 1900-1976 » (p. 199-239).

3 Cochran, Sherman, Big business in China: Sino-foreign rivalry in the cigarette industry, 1890-1930, Cambridge  Mass., Harvard University Press, 1980.

 


Cécile Armand

Ancienne élève de l'Ecole Normale Supérieure (ENS) de Lyon (2006), agrégée d'histoire (2009), docteure en histoire (2017). Ma thèse propose une histoire spatiale de la publicité à Shanghai (1905-1949), sous la co-direction de Christian Henriot (Aix-Marseille Université) et Carol Benedict (Georgetown Université, Washington D.C.). Au-delà de la publicité à Shanghai, mes centres d'intérêt me portent vers l'histoire urbaine, spatiale et sociale en général, les outils et méthodes numériques pour la recherche historique, l'historiographie et l'épistémologie.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookPinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *