Post scriptum historiographique

Le Case Study no1 m’inspire cette petite note sur la structure narrative. L’un des problèmes qu’on rencontre quand on écrit un récit, c’est qu’on est amené à utiliser une même source (image notamment) à plusieurs reprises et à plusieurs endroits du discours. C’est ici que le narrative linéaire atteint ses limites. On est en effet obligé soit de réitérer la source, la faire apparaître à chaque fois que nous la mobilisons, ce qui encombre le texte ; soit de renvoyer à la première occurrence de la source, par un système de numérotation ou de renvoi alternatif, ce qui contraint à des aller-retours peu commodes, qui nuit à la fluidité du raisonnement et brise la linéarité de la lecteur.

L’une des solutions est là encore d’adopter une structure arborescente ou réticulée : un récit-arbre ou réseau qui agence les images-sources de telle qu’on sorte qu’on puisse  circuler facilement d’une image à l’autre, convoquer autant de fois qu’on le souhaite une source sans avoir à la répéter ou à imposer au regard d’inconfortables déplacements. Cette structure narrative reposerait sur deux éléments graphiques principaux :

  • des figurés linéaires : lignes ou flèches qui constituent les branches de l’arbre ou les ramifications du réseau. Chaque branche correspond à une partie de l’essai textuel et lui associe une couleur propre permettant de suivre facilement l’itinéraire. Dans le cas de Foremost Dairy, l’itinéraire 1 (territorialisation externe – séparation) est figuré en rouge, l’itinéraire 2 (territorialisation interne – différenciation)  en bleu, l’itinéraire 3 (réconciliation) en vert et le 4e (adoucissement) en noir ;
  • des figurés ponctuels : des bulles ou des perles qui sont à la jonction ou pendent à l’extrémité des branches et qui portent les images-sources.

Un travail préparatoire nécessitant un minimum de méthode s’impose (Fig.1) :

  1. recenser d’abord les occurrences des différentes sources et appréhender grossièrement leur distribution entre les différents itinéraires ;
  2. les répartir ensuite en fonction de cette distribution, en plaçant au centre les sources qui sont le plus souvent mobilisées et à la périphérie les sources marginales qui sont moins sollicitées.

Un outil numérique adapté pourrait nous épargner ces calculs préalables et permettre également de varier les agencements. On remarquera en effet que le résultat obtenu (Fig.1, 2) est passablement illisible et en devient presque inutile…

JWT Case Study no1 : tableau préparatoire aux itinéraires visuels
Fig. 1. JWT Case Study no1 : tableau préparatoire aux itinéraires visuels
JWT Case Study no1 : quatre itinéraires visuels à partir de 29 images-sources. Une résultat illisible qui appelle d'autres outils.
Fig. 2. JWT Case Study no1 : quatre itinéraires visuels à partir de 29 images-sources. Une résultat illisible qui appelle d’autres outils.

 

L’une des limites de cette structure réticulée est qu’elle ne permet pas de différencier les usages des sources. On mobilise différemment une même source aux différents moments du raisonnement. On n’en extrait pas les mêmes éléments et on lui donne une orientation différente selon l’itinéraire emprunté. Comment représenter visuellement cette exploration différenciée des images-sources ? Un outil numérique pourrait là encore nous aider : en rendant plus saillants les éléments de l’image essentiels et en maintenant invisibles les éléments non pertinents à un point donné de la démonstration, qui gagnerait ainsi en clarté. Ce procédé serait particulièrement appropriée aux sources publicitaires, images composites s’il en est : se focaliser  sur les éléments visuels ou certains éléments visuels plutôt que sur le texte, attirer l’attention sur le slogan ou un mot seulement de celui-ci… etc.

Il faudra sans doute programmer au préalable l’itinéraire en indiquant les sources et les fragments de source qui le jalonneront. Mais il faudrait aussi se laisser la possibilité d’ajouter des contenus ultérieurement : des sources supplémentaires ou de nouveaux éléments extraits de sources préexistantes.


Cécile Armand

Ancienne élève de l'Ecole Normale Supérieure (ENS) de Lyon (2006), agrégée d'histoire (2009), docteure en histoire (2017). Ma thèse propose une histoire spatiale de la publicité à Shanghai (1905-1949), sous la co-direction de Christian Henriot (Aix-Marseille Université) et Carol Benedict (Georgetown Université, Washington D.C.). Au-delà de la publicité à Shanghai, mes centres d'intérêt me portent vers l'histoire urbaine, spatiale et sociale en général, les outils et méthodes numériques pour la recherche historique, l'historiographie et l'épistémologie.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookPinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *