Chronique d’un anachronisme lyrique réussi : Mac Beth à l’ère du numérique et du capitalisme financier

 

 

Qu’on me pardonne cette (im)modeste incartade (auto)biographique – pourvu qu’elle s’insère dans nos préoccupations historiographiques et révèle la remarquable conscience historique du compositeur et metteur en scène belge Ivo van Hove –  son remarquable sens de la contemporanéité, son souci louable de « réactualiser » Shakespeare et Verdi pour en faire nos contemporains.

J’étais hier soir à l’opéra de Lyon pour assister à la représentation du Mac Beth de Verdi (1846) dans cette mise en scène d’Ivo van Hove, ô combien « moderne » comme s’en offusquèrent dès l’entracte quelques mères-grands bousculées dans leur “bourgeoiseté”, et qui ne burent qu’une bien maigre consolation dans les bulles si amères ce soir là de leur coupe de champagne – rituel bien impropre à réparer ce scandale qu’est la décadence d’un art aussi noble et d’une institution déjà tant menacée par la démocratisation de son public et la diversification de son répertoire… Une opinion pourtant minoritaire, à en juger par les rappels incessants d’un public impitoyablement enthousiaste et reconnaissant envers des artistes comblés quoiqu’épuisés au terme de près de trois heures de performance scénique.

 

Qu’est-ce qui demeure et qu’est-ce qui a changé de Shakespeare à nous autres, hommes du XXIe siècle, par la médiation de Verdi et d’Ivo van Holde ? Si Mac Beth reste une « réflexion sur le pouvoir » selon le metteur en scène lui-même, ce pouvoir a changé de nature : au pouvoir politique de l’époque médiévale s’est substitué le pouvoir économique et financier de notre ère « moderne ». Conséquence scénique : les brumes des châteaux écossais ont cédé la place à l’opacité des gratte-ciel new-yorkais et à la (fausse) transparence de nos écrans, tandis que les sorcières des âges obscurs se réincarnent en traders anonymés sous leurs sombres costar-cravates, auxquels elles ne lèguent que ce maléfice de la prophétie auto-réalisatrice – comme ce fil infrangible tissé entre les siècles. Etrange survivance du magique – à travers le fétichisme de cette marchandise suprême qu’est le Capital – et remarquable permanence du tragique, également, dans notre monde supposé « moderne », rationnel et désenchanté. Mais n’oublions pas qu’il existe deux formes d’enchantement : à la magie blanche des mondes féériques et des âges d’or s’oppose la magie noire des temps de crises « ordinaires »[1] et les « mauvais sorts » que ces néo-sorciers de Wall Street jettent quotidiennement sur notre contemporanéité ensorcelée – sur notre humanité ordinaire ainsi dépossédée de son histoire et de son destin. A la rationalité supposée des premiers temps de la modernité s’est donc substituée cette « rationalité » folle et irrationnelle du capitalisme financier, qui ne sert plus les hommes mais s’en sert et s’en joue.

Du Moyen âge à notre XXIème siècle, nous serions aussi passés de l’âge de l’oralité à celui de la visualité : si dans la tragédie antique et classique, le meurtre est narré par la voix du Messager et médiatisé par son récit, c’est par la médiation des image projetées sur grand écran – comme des ombres chinoises renouvelant les procédés traditionnels de suggestion et d’atténuation – qu’est désormais rapporté le meurtre du roi Duncan dans son bureau new-yorkais, puis celui de Banco dans un sombre parking souterrain. A l’intertextualité permise par le support oral ou écrit succède une sorte d’intervisualité : la mort de Duncan peut apparaître comme une « réécriture » visuelle d’une série TV américaine ; Banco fait figure d’un nouveau Jules César, dont le corps maintes fois poignardé se trouve toutefois déplacé de la Curie romaine au… parking souterrain ( !) signalant la migration du lieu de pouvoir – signifiant par là-même sa dénaturation ? Le metteur en scène mène une véritable réflexion et un véritable travail sur l’image (numérique) qui constituerait la substance de notre contemporanéité : héritière peut-être des fantômes de l’âge médiéval, elle surgit et hante la pièce sous de multiples formes, portée par divers supports, dotée d’une grande diversité de statuts, de fonctions, rythmes et de temporalités. A l’image-récit, l’image-preuve ou témoin du meurtre déjà évoquée, s’ajoute l’image comme vision et obsession, à mi-chemin entre le souvenir et l’hallucination, dès lors que Mac Beth est saisi par le remords et la culpabilité. L’image peut être tantôt une image mouvante, cinétique, assumant la fonction de récit visuel et se situant dans le temps plutôt « long » et régulier de la narration ; tantôt une image elle aussi mouvante mais projetée sur les écrans de la bourse, se situant dans le temps saccadé et chaotique des prévisions et des décisions économiques à court-terme. Démultiplication des écrans couverts de chiffres où défilent à un rythme endiablé la multitude de 0 et de 1 qui scandent et déshumanisent notre quotidien réduit à une binarité désincarnée. Image mixte aussi, entre immobilité et mouvement, de la grande métropole vue du ciel imperceptiblement agitée par le fourmillement dérisoire de piétons et les flux imperturbables de la circulation automobile.

 

Outre la visualité comme modalité de perception éminemment contemporaine : la question éthique, entre permanence et mutation. A la culpabilité individuelle du Mac Beth shakespearien et verdien succède l’immoralité – sinon l’amoralité – collective des acteurs du système financier, voire du système lui-même – à supposer qu’on puisse personnifier sans danger le plus froid de tous les monstres froids : on peut comprendre que cette rhétorique personnificatrice soit animée par le sentiment contemporain d’être dépossédé de notre destin et de notre humanité même, par la fin d’un certain humanisme face au Capital désormais seul Acteur de l’histoire[2]. Mais ne court-on pas alors le risque de déresponsabiliser les acteurs et en les dépersonnalisant : là où il n’y a plus d’acteurs, y a-t-il encore de la responsabilité et de l’éthique ? Pourtant, un espoir renaît aux troisième et quatrième actes : aux voix du peuple révolté pleurant le défunt roi Duncan font écho les images médiatiques la multitude indignée du mouvement « Occupy Wall Street », qui envahit la scène finale : le rideau se referme sur cet optimisme – illusoire peut-être mais salutaire – qu’une mobilisation « populaire » reste possible pour infléchir le cours de l’histoire. L’art lyrique semble finalement triompher : la voix, le chant, ne sont-ils pas nos armes ultimes dans le combat qui nous oppose à la tyrannie des images qui nous condamnent au mutisme ? A ce pouvoir des médias qui véhiculent et consolident chaque jour davantage le célèbre TINA[3] et l’horizon indépassable de la « pensée unique » ? Un autre procédé de mise en scène vient redonner quelque espoir au spectateur assombri durant l’entracte : le changement d’échelle de l’image, passant de la vue aérienne de la ville à l’immersion « au ras-du-sol » dans les rues de Wall Street occupé et peuplé de visages indignés, ou encore le gros plan sur le visage meurtri d’un Mac Beth « humain trop humain », torturé par la culpabilité. L’effet de zoom n’est-il pas une manière de réincarner, de réintroduire de l’humain dans un monde désincarné, uniquement peuplé de chiffres et des cours de la Bourse, et de chasser par le retour d’une éthique et d’un repentir qui ne craignent pas de s’exprimer, le court-termisme amoral des prévisions financières, matérialisé par l’instantanéité et le défilement d’images aussitôt oubliées ? L’opéra retrouve ici sa richesse multi sensorielle, vertus d’un art « multimédia » associant le son à l’image et faisant de l’image même, médiatique et éphémère, une parole éloquente et durable.

http://wanderer.blog.lemonde.fr/files/2012/10/Macbeth5.jpg



[1] Voir l’ouvrage récent de la philosophe Myriam Revault d’Allonnes, La crise sans fin. Essai sur l’expérience moderne du temps, Seuil, 2012, qui s’attache à montrer que la crise n’a rien de si nouveau ni de si ‘extraordinaire » – et encore moins de « fini »… – que ne le ressassent chaque jour ces voix médiatiques qui font et défont l’opinion publique, afin de légitimer ou déresponsabiliser leurs complices, hommes de pouvoir, de décision et d’action.

[2] Faut-il y voir le signe d’un changement de « régime d’historicité », supplantant le régime « moderne » animé selon F. Hartog  par l’Acteur « Temps » ? Wall Street – cette « non-place » tressée de rues et d’espaces étroits,  ce « non-lieu » où des « non-hommes » se croisent chaque jour à défaut de se rassembler –  aurait-il succédé, comme lieu d’action et de pouvoir, à Times Square – la « place du Temps »… –  effrayante défiguration de ses nobles ancêtres que seraient l’agora grecque et le forum romain des âges antiques, les « piazza del popolo » ou places de la République et de la Concorde des glorieux âges révolutionnaires ?

[3] « There is no alternative » : slogan politique célèbre couramment attribué à Margaret Thatcher.


Cécile Armand

Ancienne élève de l'Ecole Normale Supérieure (ENS) de Lyon (2006), agrégée d'histoire (2009), docteure en histoire (2017), postdoctorante à Stanford University (2017-8) puis Aix-Marseille Université dans le cadre du projet ERC “Elites, Networks and Power in modern China” (2018-). Ma thèse soutenue à l’ENS Lyon en juin 2017 proposait une histoire spatiale de la publicité à Shanghai (1905-1949). Mon nouveau projet porte sur l’invention du consommateur et de l’expertise sur le marché en Chine républicaine. Au-delà, mes centres d'intérêt couvrent l'histoire urbaine, spatiale et sociale, les outils et méthodes numériques en sciences sociales, l'historiographie et l'épistémologie en général.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookPinterest


Cécile Armand

Ancienne élève de l'Ecole Normale Supérieure (ENS) de Lyon (2006), agrégée d'histoire (2009), docteure en histoire (2017), postdoctorante à Stanford University (2017-8) puis Aix-Marseille Université dans le cadre du projet ERC “Elites, Networks and Power in modern China” (2018-). Ma thèse soutenue à l’ENS Lyon en juin 2017 proposait une histoire spatiale de la publicité à Shanghai (1905-1949). Mon nouveau projet porte sur l’invention du consommateur et de l’expertise sur le marché en Chine républicaine. Au-delà, mes centres d'intérêt couvrent l'histoire urbaine, spatiale et sociale, les outils et méthodes numériques en sciences sociales, l'historiographie et l'épistémologie en général.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.