La Chine de 007 (VMC 1)

Visages médiatiques de la Chine I (VMC 1) : la Chine de 007

Ce billet est le premier d’une série consacrée à l’étude des représentations de la Chine au prisme de différents media contemporains – surtout « occidentaux » que j’intitule provisoirement « Visages médiatiques de la Chine ». Parce qu’il serait vain et même dangereux de cloisonner les différents types d’images, de supports ou de media, je brosserai à grands traits un portrait « cinématographique » de la Chine telle qu’elle est visible dans le nouveau James Bond, « Skyfall » (octobre 2012).

Quelques considérations historiographiques s’imposent au préalable. On trouvera bien téméraire de la part d’une soi-disant « spécialiste de la publicité » de s’aventurer sur le territoire des « spécialistes du cinéma ».

Le problème est d’abord de trouver un juste équilibre entre une nécessaire spécialisation et un dangereux retranchement dans un « territoire » visuel, dans un type d’image, de support ou de medium visuel érigé en territoire hermétique aux autres chercheurs et « spécialités ». Une solution au risque de l’auto-enfermement serait de multiplier les échanges entre spécialistes du visuel et entre disciplines :de promouvoir un dialogue entre ces différences formes visuelles, d’une part, et la fameuse « interdisciplinarité » d’autre part – à condition que celle-ci consiste soit authentique et conforme au vœu de Deleuze : « la rencontre de deux disciplines ne se fait pas lorsque l’une se met à réfléchir sur l’autre, mais lorsque l’une s’aperçoit qu’elle doit résoudre pour son compte et avec ses moyens propres un problème semblable à celui qui se pose aussi dans une autre » (Deleuze 1992). Un tel dialogue suppose alors un minimum de connaissance du domaine de l’autre et de sensibilité à ses questionnements – condition d’une interdisciplinarité véritablement empathique et non d’une récupération colonisatrice et impérialiste de l’altérité disciplinaire…

Aborder le cinéma en particulier peut effrayer au premier abord : ne risque-t-on pas d’être rapidement submergé face à l’abondance de la bibliographie sur le sujet,face  à l’ancienneté et la complexité des réflexions menées sur les relations histoire/cinéma – depuis Marc Ferro en 1973 surtout, mais dès les débuts du cinéma et les années 1920-1930, chez des penseurs comme S. Kracauer – face à la surpopulation des chercheurs sur un territoire pourtant élargi et enrichi par le renouvellement des perspectives et des articulations entre histoire et cinéma – l’histoire du cinéma, l’histoire par le cinéma, l’histoire avec ou à travers le cinéma[1]… Pourtant, le parti pris ici est de refuser l’érudition (trop aride) ou l’exhaustivité (impossible) au profit d’un regard plus sensible et plus intuitif sur le visage cinématographique de la Chine dans le nouveau James Bond, partant d’une expérience personnelle et cuisinant à partir d’un socle minimum de connaissances métahistoriques.

Cette mise au point étant faite, sous quel(s) visage(s) la Chine apparaît-elle dans « Skyfall » (octobre 2012) ?

 Shanghai by night

La Chine de James Bond est d’abord une Chine urbaine, métropolitaine même, bien éloignée de la rugueuse réalité des campagnes chinoises. Ce qui est donné à voir au spectateur « occidental » du début du XXIeme siècle, c’est la Chine des grandes métropoles, ou plutôt d’une grande métropole qui semble à elle seule résumer l’immensité de l’Empire du Milieu : Shanghai. Vision paradoxale et provocatrice si l’on songe au rapport ambivalent et conflictuel des Chinois au monde urbain, en vertu de la « classique » opposition et rivalité entre Chine des villes et Chine des campagnes… au rapport à Shanghai tout particulièrement, longtemps considéré comme une sorte de « corps étranger » à la Chine, comme une enclave « non chinoise » en Chine, étrangère à ce que serait l’essence chinoise… Cette dénaturation de l’identité chinoise a longtemps été justifié par son urbanité en premier lieu, au sein d’une Chine qui se voulait d’essence « rurale », par les influences occidentales matérialisées par le système des concessions notamment, et par son caractère « moderne », autant d’ingrédients qui en faisait aux yeux des Chinois un monde de corruption, de dépravation, de décadence… Ce qui n’empêchait pas une certaine fascination pour ce monde étranger, exotique, dont témoigne par exemple le célèbre roman de Mao Dun, Minuit (1933).

Le Shanghai de  James Bond est également un monde nocturne, pour le moins inquiétant – les fenêtres éclairées des gratte-ciel clignotant comme une multitude d’yeux malicieux et démoniaques. Shanghai et la Chine semblent bâties en opposition avec la métropole londonienne et le monde britannique : la ville chinoise futuriste, verticale et tout en hauteur, se dresse vers le ciel dans une ambition babélique que semble lui envier une Angleterre vieillie, vulnérable, dynamitée de toute part, et forcée de se réfugier – comme cette « M » remisée et pourchassée qui l’incarne – dans un monde souterrain, celui du « Tube » d’une part, celui des passages secrets d’un vieux manoir écossais, d’autre part… Aux gadgets de Q comme à la sophistication des néo-métropoles asiatiques sont alors préférées les bonnes vieilles méthodes traditionnelles, dans une sorte de repli nostalgique sur le passé et la tradition d’un empire croulant, dont l’âge d’or de l’espionnage semble bien révolu…

 

Shanghai : un monde moderne et vertical

Londres : un monde vieilli et souterrain

Luxe, calme et volupté…

La Chine de James Bond – alors fondue dans un monde chinois indifférencié englobant notamment Macau – est une Chine féminine enfin. Elle apparaît sous les traits d’une femme, de la Femme plutôt, allégorie classique du Mystère, de la Perversion et de la Prostitution – incarnation des « Belles de Shanghai » ? Ce fantasme féminin évolue dans un monde de luxe et de luxure, entre les casinos de Macau et cette piscine panoramique et déserte sur le toit d’un hôtel quatre étoiles de Pudong…

 

En résumé, l’équation Chine = Shanghai = Pudong que les mathématiciens Sam Mendes et Daniel Craig dans le film doit faire se retourner dans leurs tombes bien des Chinois qui ont vécu la fin de l’empire des Qing…Pour ne rien dire des ouvriers et paysans Chinois du XXIème siècle, à mille lieues de cet univers nocturne et luxuriant… Au pays des représentations, et le proche et le lointain, l’étranger et le familier sont singulièrement redéfinies… renversées les lois de la géométrie et de la géographie dans notre monde si rationnel et si rassurant…

PS : qu’on me pardonne de faire une usage purement illustratif des images tirées du film, dans un carnet de recherche qui prétend pourtant accorder une place centrale à l’image dans sa réflexion et sans ses modes d’écriture…Il faudrait expérimenter ici un compte rendu visuel voire filmique des représentations “james bondiennes” de la Chine contemporaine…

Cécile Armand

Ancienne élève de l'Ecole Normale Supérieure (ENS) de Lyon (2006), agrégée d'histoire (2009), docteure en histoire (2017), postdoctorante à Stanford University (2017-8) puis Aix-Marseille Université dans le cadre du projet ERC “Elites, Networks and Power in modern China” (2018-). Ma thèse soutenue à l’ENS Lyon en juin 2017 proposait une histoire spatiale de la publicité à Shanghai (1905-1949). Mon nouveau projet porte sur l’invention du consommateur et de l’expertise sur le marché en Chine républicaine. Au-delà, mes centres d'intérêt couvrent l'histoire urbaine, spatiale et sociale, les outils et méthodes numériques en sciences sociales, l'historiographie et l'épistémologie en général.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookPinterest


Cécile Armand

Ancienne élève de l'Ecole Normale Supérieure (ENS) de Lyon (2006), agrégée d'histoire (2009), docteure en histoire (2017), postdoctorante à Stanford University (2017-8) puis Aix-Marseille Université dans le cadre du projet ERC “Elites, Networks and Power in modern China” (2018-). Ma thèse soutenue à l’ENS Lyon en juin 2017 proposait une histoire spatiale de la publicité à Shanghai (1905-1949). Mon nouveau projet porte sur l’invention du consommateur et de l’expertise sur le marché en Chine républicaine. Au-delà, mes centres d'intérêt couvrent l'histoire urbaine, spatiale et sociale, les outils et méthodes numériques en sciences sociales, l'historiographie et l'épistémologie en général.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Serge LEFORT dit :

    Voici une petite bibliographie sur Shanghai :
    – Marie-Claire BERGÈRE, Histoire de Shanghaï, Fayard, 2002.
    – Nicolas IDIER (sous la direction de), Shanghai – Histoire, promenades, anthologie & dictionnaire, Bouquins Laffont, 2010.
    – ZHENG Zu’an, Christian HENRIOT, Atlas de Shanghai – Espaces et représentations de 1849 à nos jours, CNRS, 1999.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.