Utiliser l’outil Omeka pour constituer et exploiter un corpus publicitaire

Omeka

Contexte : une plateforme commune aux doctorants de l’IAO

Fin 2012, une plateforme collective « IAO Scholar » utilisant les ressources fournies par Omeka a été créée pour les doctorants de l’Institut d’Asie Orientale (IAO) travaillant sous la direction de Christian Henriot, sur des projets différents (Advertizing ; Beauty ; Comics ; Comedy ; Nude), mais qui ont en commun de partir de sources visuelles. Il s’agit d’une plateforme semi collective sous une forme souple : D’un côté, la structure est compartimentée : chaque doctorant dispose individuellement de sa propre base pour laquelle il est libre de publier ou non ses contenus, de les rendre plus ou moins accessibles aux autres doctorants, à des degrés variables (possibilité de définir différents statuts d’utilisateurs, avec des degrés d’accès et de contribution aux sites différents). Mais de l’autre côté, il peut donc autoriser l’accès à ses contenus de manière libre. La souplesse d’une telle structure garantit donc à la fois une publicité, une collaboration, un échange, du dialogue et de la critique mutuelles, d’une part ; une certaine sécurité, le respect du secret et de la liberté de l’auteur d’autre part. Cette plateforme devrait également servir de forum commun, de lieu d’échanges entre les doctorants travaillant sur des projets proches et entre les doctorants et leur directeur de thèse.

 Omeka : intérêts et limites d’un outil créé par des historiens, pour des historiens

Omeka est une plateforme de publication numérique qui permet à toute personne disposant d’un compte de créer ou collaborer à un site web afin de publier des collections et de bâtir des expositions virtuelles. Ses principaux utilisateurs sont les doctorants ou chercheurs, les enseignants, les archivistes, et documentalistes, les professionnels des musées, mais la plateforme se veut également ouvertes aux profanes et amateurs. Développée depuis 2010 par le Center for History and New Media et la George Mason University, elle s’inscrit dans le projet « Corporation for Digital Scholarship« . Des ressources, une documentation fournie, un forum et une assistance en ligne sont garanties.

 Intérêts et forces d’Omeka

  • Un outil reconnu, sérieux et sécurisé
  • La diversité des ressources et des usages possibles (cf. exemples de sites utilisant Omeka)
    • ressources documentaires : collection de sources et constitution d’un corpus = modélisation/structurations des sources/données primaires = consiste à entrer des « items », en remplissant un certain nombre de champs adpotant la sémantique standard « Dublin Core » (titre, sujet, description, créateur, éditeur, format, type de métadonnée – avec possibilité de créer de nouvelles catégories, date, période et espace couverts permettant des périodisations/de repérer les mutations et les permanences), en les organisant en collections puis en « collections trees » ; en ajoutant des « tags » qui permettent d’établir des connexions entre items et collections
    • exploitation des sources et publication d’essais, de chronologies (Timeline) ;
    • guide des ressources pour la recherche : bibliographies (plug-in Zotero), sitographies…
    • diffusion, publication : réagencement, reconfiguration, réorganisation ou présentation sous forme de sites, d’expositions virtuelles.
  • La diversité des formats et types de documents hébergés : sources écrites/textes ; sources visuelles/images (fixes ou mouvants), sources orales/sons et sources orales et possibilité de créer de nouvelles catégories de documents
  • Les tags : permettent des croisements et des connexions entre les collections et les items
  • De nombreux plug-ins et extensions : des applications à installer au cas par cas, en fonction des besoins. Elles permettent une diversification des usages en fonction des besoins de chacun, et garantissent le caractère évolutif et extensif de l’outil. On peut signaler par exemple :
    • Zotero Import : qui permet d’insérer des références bibliographiques depuis son compte Zotero
    • Collection tree : une application qui permet de regrouper et d’organiser ses collections ;
    • Exhibit : permet de créer des expositions virtuelles
    • Timeline-Neatline : permet de créer des chronologies
    • Map : une possibilité de géolocalisation
    • Image annotation : particulièrement intéressant pour l’historien qui utilise sources visuelles ou travaille sur les aspects visuels de ses sources

 Limites et faiblesse d’Omeka

  • Techniquement complexe à installer et exploiter individuellement (MySQL), mais une fois installé, simple et agréable d’utilisation
  • Un item ne peut appartenir qu’à une seule et unique collection d’où la nécessité de bien réfléchir au préalable : dans quelle collection le ranger préférentiellement ; et aux collections créées (quelle sera la structuration la plus efficace en fonction du sujet) ; mais limite compensée par les « tags » et les plug-in « collection tree » ou « expositions virtuelles » ?)
  • Les limites de Dublin Core : un système qui favorise une standardisation et une certaine interopérabilité, mais aussi un certaine rigidité (d’autres systèmes existent ; impossibilité d’ajouter des champs) même si les catégories sont larges (description) et autorisent une relative liberté dans les informations fournies
  • géolocalisation limitée, peu précise : impossible d’ajouter une adresse précise, on reste au niveau de l’échelle de la ville (impossible d’entrer nom de rues) + base cartographique contemporaine (Google Map) vs cartes historiques (reconfigurations spatiales, changements de toponymes, c’est un problème notamment à Shanghai et dans les villes chinoises où les transformations de l’espace urbain ont été nombreuses et rapides depuis la période que j’étudie – première moitié du XXe)
  • ancien, évolue peu, moins utilisé ?

D’autres outils/alternatives ?

D’autres bases de données plus complexes, permettent de faire plus de choses (NVivo, Prospéro, SiMoGih). Il existe notamment des bases de données plus appropriées pour le traitement des images et des données visuelles, fondées sur une sorte de « sémiologie » graphique inspirée de Bertin. Mais Omeka reste toutefois un bon compromis, entre simplicité d’utilisation et degré de complexité satisfaisant, du moins pour mon sujet et à ce stade de mes recherches.

 Application concrète : mon usage personnel de l’outil Omeka pour l’histoire de la publicité

Avant de se lancer dans l’outil, il est nécessaire de bien réfléchir à sa pertinence par rapport à notre projet et aux usages qu’on lui destine. Je conseille de s’appuyer et s’inspirer des exemples de sites utilisant Omeka. J’en ai retenu trois niveaux principaux d’usages dans le cadre de mon projet de thèse sur la naissance de la modernité publicitaire en Chine (mi XIXe-mi XXème siècle) à travers l’étude de trois produits « modernes » (médicaments, cigarettes, sodas), dans une perspective d’histoire « connectée » Chine/États-Unis/France :

(1) archivistiques et documentaires (conservation, structuration et exploitation des sources primaires) : constitution de collections, de sortes d’archives publicitaires visuelles, d’une bases de données visuelles sur la publicité, qui se prêtent à toutes les (ré)organisations, (ré)agencement en collections et « collections trees ». Après moult réflexions et hésitations, j’ai fini par opter pour des collections thématiques par « produit » (médicaments, cigarettes, sodas), catégorisation qui m’a semblé la plus pertinente et adaptée à mon sujet, malgré d’inévitables limites (cas des publicités « multiproduits » juxtaposant plusieurs types de produits sur une même image). Mais le système des collections et des « tags » permet des regroupements différents, des croisements entre collections :

  • croisements des marques pour une même catégorie de produit, ce qui permet par exemple d’étudier des stratégies différentes selon les marques et les compagnies de cigarettes, ou de comparer les stratégies selon la nationalité des compagnies (américaines, françaises, chinoises) produisant un même produit ;
  • croisements géographiques entre Chine, Etats-Unis, France pour étudier des convergences/divergences dans les publicités pour un même produit ou même marque à destination de marchés et consommateurs différents ;
  • croisement des supports : publicité extérieure, imprimée (presse, affiches, calendriers) ; comparaisons avec des produits proches croisement avec d’autres produits, en créant des collections regroupant des produits supplémentaires, aux marges de mon sujet ;
  • croisements thématiques ou problématiques moins descriptifs, en mobilisant des concepts transversaux (« modernité », femmes/homme/genre ; modernité/tradition, chinois/« occidental »)
  • approche diachronique sur le long terme qui permet d’ébaucher des périodisations et de faire la part des mutations et des permanences

(2) « historiographiques » et « métadiscursifs » (production des connaissances) : à partir de l’exploitation et interprétation des sources (herméneutique), il est possible de :

  • publier des essais et des articles à destination des « pairs » (autres doctorants/chercheurs), avec une dimension « interactive » et « collaborative » si possible – communication avec les autres projets, accueil des critiques et commentaires des lecteurs (validation a posteriori)… ;
  • mener des expérimentations historiographiques et tester des formes d‘écritures numériques originales à partir des plug-ins proposés (visual essays via les expositions virtuelles) ;
  • de fournir des ressources pour la recherche : bibliographiques (plug-in Zotero), chronologiques (plug-in Neatline), webographiques/sitographiques (liens et sorte de « veille » sur mon sujet)

(3) « médiatiques/pédagogiques » (publication – diffusion des connaissances) : expositions virtuelles et sites qu’on peut rendre accessibles à tous.

Il s’agit donc dans mon cas de faire un usage extensif, diversifié et maximaliste de l’outil.


Cécile Armand

Ancienne élève de l'Ecole Normale Supérieure (ENS) de Lyon (2006), agrégée d'histoire (2009), docteure en histoire (2017). Ma thèse propose une histoire spatiale de la publicité à Shanghai (1905-1949), sous la co-direction de Christian Henriot (Aix-Marseille Université) et Carol Benedict (Georgetown Université, Washington D.C.). Au-delà de la publicité à Shanghai, mes centres d'intérêt me portent vers l'histoire urbaine, spatiale et sociale en général, les outils et méthodes numériques pour la recherche historique, l'historiographie et l'épistémologie.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookPinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.