Retour sur la trilogie documentaire : « Chine, le nouvel empire » (2013)

Au mois d’avril, la Chine était à l’honneur sur Arte. La chaîne franco-allemande a en effet diffusé de nombreux programmes présentant une grande diversité de formes (documentaires, émissions, films) et de thématiques (histoire, culture, géographie ou géopolitique, arts et cinéma…). Revenons sur l’un deux en particulier : la toute récente série documentaire en trois volets de Jean-Michel Carré « Chine, le nouvel empire » (2013).

Nous renvoyons par ailleurs au carnet « Mémoires d’Indochine » de François Guillemot qui lui a consacré un billet spécifique bien documenté et enrichi d’extraits vidéos et interview de Jean-Michel Carré, ainsi qu’au dossier de presse réalisé par Arte.

Les trois paris réussis de Jean-Michel Carré

L’ethnocentrisme congédié

Ce n’est pas le moindre mérite de Jean-Michel Carré que de donner la voix aux Chinois eux-mêmes, plutôt que de parler à leur place et de se poser en « donneur de leçons » comme le font habituellement nombre de médias sinophobes trop heureux de prêcher la bonne parole et les hautes valeurs « occidentales » (démocratie, droits de l’homme…) par peur et esprit de haine. Conscient que la sinophobie ambiante s’enracine en partie dans la peur et la méconnaissance de l’autre, Jean-Michel Carré se montre soucieux de laisser les Chinois parler eux-mêmes, dans un souci de diversité et de représentativité sociale, culturelle et géographique (on trouve parmi les interviewés aussi bien des paysans sichuanais que des ouvriers shanghaïens ou des intellectuels, étudiants, artistes, sociologues, économistes, cadres politiques…). Des invitations plus discrètes à dépasser notre ethnocentrisme émaillent ce riche documentaire – qui peut être revu maintes et maintes fois sans perdre la fraîcheur de la découverte : ainsi, qui écoute attentivement les paroles de l’hymne national chinois, et le met en perspective avec notre propre hymne français, constatera qu’il est bien moins agressif et sanguinaire que le nôtre… ainsi, ce n’est pas le « sang impur » des ennemis qui vient abreuver les sillons des rizières chinoises, mais le propre sang du peuple chinois lui-même… une belle leçon de patriotisme au « peuple des droits de l’homme » qui réactive tout seul le péril jaune et qui surestime assurément la haine et le désir de revanche du pays du milieu…

La complexité restituée

Un autre mérite, qui relève de la prouesse même, est de parvenir à condenser en trois heures de temps médiatique un siècle d’histoire chinoise, sans en sacrifier la complexité. Non seulement le réalisateur parvient à rendre compte de la richesse et de la diversité sociale, culturelle et géographique, passée et actuelle, d’une nation de plus d’un milliard d’hommes, mais il tente aussi – et y parvient plutôt bien – de dépasser les clivages, les lieux communs et les stéréotypes qui circulent habituellement sur ce pays trop riche peut-être pour être embrassé par l’esprit humain – en particulier par des esprits « occidentaux » rétrécis par leur sinophobie. Ainsi, pas de grande rupture manichéenne entre une période maoïste toute noire et une « libération » post-maoïste toute blanche sous l’égide de Deng Xiaoping. Mao n’est pas qu’un bourreau sanguinaire mu par la seule soif de pouvoir, et l’on apprend qu’il a lui-même pu être séduit et influencé par les Etats-Unis (n’était-il pas admirateur de George Washington ou Théodore Roosevelt ?), et que Deng n’est pas le gentil Père Noël venant soulager et enrichir un peuple opprimé et bridé par plusieurs décennies de dictature et de « grands bonds en avant ». Le documentaire montre aussi fort bien combien certains choix politiques sont difficiles et ne vont pas de soi, combien la stratégie chinoise est plus sinueuse qu’on ne le perçoit en France, qu’elle ne se limite pas à un désir de revanche et n’est pas mue par la haine occidentale, mais plutôt par des préoccupations et des dilemmes intérieurs… qui se moquent éperdument des petits chagrins d’orgueil de la vieille Europe dépassée… (une Europe qui projette assurément sur l’autre sa propre haine et se prend bien plus pour le centre du monde que l’« Empire du milieu » – dont elle se plaît à entretenir l’impérialisme supposé – en témoigne la traduction erronnée de « zhong guo » qui signifie simplement « pays du milieu »…)

L’histoire documentée

Ces deux paris n’auraient pu être atteint sans un troisième : le documentaire est extrêmement bien documenté et s’appuie sur une grande diversité d’archives et de documents originaux de première main (photographies et films d’archives notamment…). L’oeuvre de Jean-Michel Carré se rapproche des travaux d’historiens les plus méritoires, et leur ajoute une dimension d’histoire vivante et sensible qui manque trop souvent. J’avoue avoir d’abord été surprise voire amusée, puis émue, d’entendre pour la première fois la voix de Mao Zedong, à la fois frêle et presque féminine, mais pourtant dotée d’une incroyable force de conviction… on peut comprendre qu’il ait emporté l’adhésion d’une grande partie du peuple, et j’ose croire à l’entendre qu’il n’était pas qu’un dictateur sanguinaire assoiffé de pouvoir mais qu’il ait pu être sincèrement convaincu de faire le bien et de servir la cause du peuple chinois… qu’une telle foi conduise à l’aveuglement et à des « bourdes » historiques qui se chiffrent en millions de morts est une autre question, qui a déjà fait couler beaucoup d’encre… L’intérêt historiographique du documentaire, enfin, est son souci d’écrire (filmer…) une histoire de l’intérieur (à partir de la manière dont les Chinois voient eux-mêmes leur propre histoire – par exemple, on comprend fort bien le traumatisme qu’ont pu représenter les guerres de l’opium et le mépris britannique pour la Chine au XIXe, ou la nostalgie qu’éprouve certains Chinois pour la période maoïste au regard des difficultés actuelles) et une histoire « vue d’en bas », partant de la base chinoise et donnant une voix aux gens ordinaires et à leurs tribulations quotidiennes.

Quelques regrets malgré tout…

Chassez l’ethnocentrisme par une porte, il revient par une autre…

Sous l’apparente représentativité des témoins sélectionnés, se cache pourtant une subtile uniformité de voix et de tons : on remarquera que tous les témoins ou presque incarnent les voix de la critique voire de la dissidence au régime : petit peuple déçu et écoeuré par la corruption des élites, par le creusement des inégalités et l’étalage du luxe ; intellectuels ou artistes critiques ; anciennes victimes de la répression qui ont de bonnes raisons d’en vouloir au régime… On retrouve d’ailleurs par là bon nombre de « lieux communs » et de figures médiatiques (l’envahissant Ai WeiWei pour n’en citer qu’une…) dont raffolent également les médias sinophobes. Ce qui manque au fond, ce sont les voix conformistes et consensuelles soutenant le régime et portant le discours officiel : un détour qui serait nécessaire pour comprendre de l’intérieur les raisons et les motivations de ce soutien, se mettre à la place de ces fidèles du régime ou de franges les plus loyales du peuple, pour comprendre les ressorts de la séduction. Pourquoi par exemple ne pas interviewer ces « nouveaux riches » ou ces cadres loyaux du Parti, ou cet employé de fast-food déguisé en soldat maoïste chantant l’hymne national à pleins poumons ? C’est le seul moyen, à mon sens, de contrer efficacement la rhétorique sinophobe des médias occidentaux. Car des âmes moins bien intentionnées sauront fort bien retourner ces voix dissidentes contre les nobles intentions du réalisateur… les témoignages des déçus ou des esprits critiques venant une nouvelle fois alimenter la sinophobie ambiante et donner matière au fiel des médias occidentaux…

La résistance d’une vision trompeuse du temps et de l’histoire… 

A travers certaines expressions furtives comme la notion de «  retour » à la puissance perdue, se terre encore une vision cyclique du temps qui est décidément bien tenace… ainsi perdure l’idée que les nations alterneraient entre des phases d’apogée et de déclin, d’âge d’or et de décadence… de même pour la notion de « dépassement » (l’Europe a « dépassé » la Chine au XVeme siècle) associée à la notion de « retard » qui suggère une sorte de course poursuite entre les nations, alimentant une conception linéaire du temps, un modèle de développement uniforme, une sorte de voie unique que tous les pays doivent emprunter même si certains sont plus précoces que d’autres, et encourageant une compétition entre des pays qui ne va pas pacifier les relations… La mention d’une Chine qui cherche à « (re)conquérir » le monde et sa place dans le monde au début du documentaire vient renforcer cette vision belliqueuse de l’ordre du monde… Enfin, on n’échappe pas (mais qui le peut tant ces catégories sont implantées dans nos mentalités…) à la « traditionnelle » dichotomie « Chine/Occident » qui véhicule inconsciemment une opposition et un exotisme irréductibles – sans doute surestimés et largement fantasmés.. – entre deux civilisations que tout séparerait… mais échapper à cet écueil supposerait de refonder complètement notre langage et nos représentations… ce qui est hors de portée d’un documentaire et même de toute entreprise intentionnelle.

Terminer sur cette note négative serait injuste toutefois – mais la qualité du documentaire de Jean-Michel Carré justifie sans doute tant d’exigences et de sévérité… Reconnaissons que son travail est remarquable et reste inégalé dans le paysage cinématographique français actuel concernant la Chine : il réussit ce tour de force de faire connaître et comprendre beaucoup de choses à un public français qui a grand besoin de « leçons » d’histoire chinoise » en seulement trois heures de temps. Il représente à ce jour le seul contrepoint honorable aux discours médiatiques sur la Chine souvent nauséabonds… un travail qui donne matière à réflexion tant au profane qu’au sinologue averti… Bravo et merci !


Cécile Armand

Ancienne élève de l'Ecole Normale Supérieure (ENS) de Lyon (2006), agrégée d'histoire (2009), docteure en histoire (2017). Ma thèse propose une histoire spatiale de la publicité à Shanghai (1905-1949), sous la co-direction de Christian Henriot (Aix-Marseille Université) et Carol Benedict (Georgetown Université, Washington D.C.). Au-delà de la publicité à Shanghai, mes centres d'intérêt me portent vers l'histoire urbaine, spatiale et sociale en général, les outils et méthodes numériques pour la recherche historique, l'historiographie et l'épistémologie.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookPinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *