Histoire(s) et bandes dessinées

Histoire(s) et bande(s) dessinée(s) :

tous les sont mariages possibles… à l’heure du mariage pour tous !

Murena

C’est par un exercice de gymnastique – a priori purement rhétorique – à trois temps que nous explorerons la richesse des relations entre bande dessinée et histoire (bande dessinée et temps de manière plus générale)

  • L’histoire par la bande dessinée
  • L’histoire dans la bande dessinée
  • L’histoire de la bande dessinée

1. L’histoire PAR la bande dessinée

Autrement dit : la « BD historique », ou l’histoire « racontée par » la bande dessinée, ou encore, pour parodier le nom du labo junior de Tristan Martine, « L’Histoire dessinée ». C’est à cette première forme d’union que l’on pense immédiatement : dès ses origines, la bande dessinée a vu dans l’histoire un sujet porteur et une source d’inspiration féconde. Si la « bande dessinée historique » remonte aux origines de la bande dessinée, et a acquis une légitimité certaine, elle est diverse (notamment par les périodes couvertes, avec peut-être une prédominance pour l’Antiquité et le XXeme siècle) et elle a aussi beaucoup évolué – mais « faire l’histoire de la BD historique » ici serait trop long et n’a pas sa place.

Signalons seulement les questions soulevées par ce genre de rapports : essentiellement la question du « réalisme » ou de la « crédibilité » historique, des relations entre fiction et réalité, des questions trop rebattues pour nous sembler vraiment stimulantes et dignes d’être développées ici.

Au Festival de Lyon, la bande dessinée historique était présente à travers de multiples auteurs, mais en tête d’affiche figuraient sans doute Les Histoires de Lyon et le couple franco-belge Dufaux/Delaby et leur série Murena, qui n’est pas, selon Dufaux, un « livre d’histoire », puisqu’il propose un point de vue sur l’histoire et sur un personnage historique (Néron, un personnage double, à deux visages, qui a Murena pour autre face). Le dessin, qui dépasse la seule et fade maîtrise technique d’exécution, doit « transpirer une émotion », c’est pourquoi Delaby a pris la liberté de le représenter différent physiquement. La bande dessinée ne se contente pas de répéter ce qui a déjà été dit sur cette période et ce personnage ô combien controversés et fantasmés : elle prend le parti d’interpréter, de reconstruire, de réécrire… mais n’est-ce pas là le travail de l’historien, justement, qui loin de s’en tenir à une simple (et illusoire?) reconstitution fidèle des faits, s’efforce plutôt de la réimaginer, la reconstruire, la réinterpréter de même ?

2. L’histoire DANS la bande dessinée

Nous pensons là à l’histoire – et au(x) temps en général – tels qu’ils sont traités dans la bande dessinée : non seulement au passé, mais aussi au présent, au futur, aux « trois dimensions » du temps et aux rapports entre ces temps. On s’intéresse donc ici également à la bande dessinée d’anticipation, de science-fiction, et aux uchronies : autant de « genres » qui ont fait de la bande dessinée un médium et un lieu d’accueil privilégiés (peut-être parce qu’aussi méprisés qu’elle à l’origine?)

Je tiens ici à mentionner deux pépites glanées lors du festival, plutôt humoristiques (parce qu’il est possible de parler de choses sérieuses sur un ton léger…) :

  • Bouchard, Desharnais, Motel Galactic, 2011-2013 (3 tomes parus) : une production québécoise, aux éditions PowPow, relevant plutôt de l’anticipation : où un Bouchard du futur 2.1.1 part à la recherche de sa version 1.0 (comprendre « son ancêtre » dont il n’est qu’un clone dégénéré), où la « néo-généalogie » a remplacé la science historique et les big data tiennent lieu d’archives, où les villes détruites ou disparues sont reconstituées (Québec 3.0) mais pas forcément à l’identique ni sur le même site originel, où les « échanges de pensée » via une machine spéciale dite AKTP 3000 (pour « AKOITUPENSES 3000 ») remplacent les relations sexuelles, où les technologies dernier cri de notre époque passent sont relégués sur au grand magasin des Antiquaires du futur (manière amusante de moquer notre culture de « l’obsolescence programmée »… où le Petit Prince, chassé de sa planète par une multinationale futuriste et néo-colonialiste, finit par s’énerver d’un Bouchard 2.1.1 lui ait dessiné un ours au lieu du mouton demandé – il est vrai que dans le futur, on n’apprend plus à dessiner… à quoi cela sert-il, à l’heure des reproductions graphiques hyper sophistiquées ?
  • On dit de l’an 2000 : un bande dessinée du cru, typiquement lyonnaise, publiée aux éditions « Quenelles graphiques » par un collectif d’auteurs à l’occasion du festival de 2010, relevant plutôt de l’uchronie1, et revenant sur les représentations et les spéculations les plus folles qu’avaient suscitées l’an 2000 avant le basculement fatidique (voitures volantes… et autres gadgets…) et qui nous semblent aujourd’hui bien ridicules… une bande dessinée qui est aussi l’occasion de développer une utopie-uchronie humaniste ou d’imaginer un « musée d’histoire naturelle » dont la pièce maîtresse est un vieux PC, dernier spécimen d’une espèce disparue après la victoire de Steve Job sur Bill Gates (rebaptisés pour éviter toute poursuite judiciaire…) – manière humoristique de reformuler la théorie des hybrides (la machine comme animal et l’histoire des nouvelles technologies d’un point de vue naturaliste et évolutionniste ?) et de penser la patrimonialisation future de nos antiquités numériques…

3. L’histoire DE la bande dessinée

La bande dessinée ayant pris de l’âge, l’écriture et la connaissance de son histoire commencent à être bien établie. Mais cette historiographie reste « immature », prenant la forme d’une galerie des portraits et des « des grands hommes » qui ont fait l’histoire de la bande dessinée, histoire des génies et des chefs-d’œuvre, semblables à ce que furent pendant longtemps l’histoire et l’histoire de l’art. Une histoire prisonnière de schémas temporels pour le moins archaïques – une histoire « linéaire », uniforme et continue, voire téléologique et évolutionniste, pensée comme une succession « d’âges » et de passages, de « révolutions » entrecoupant de paisibles déserts périodiques… ainsi peut-on lire dans le numéro 74 du magazine dBD que Bilal et Christin avaient enfin fait entrer la bande dessinée dans « l’âge adulte » après l’enfance hergienne… Ainsi a-t-on pu entendre au cours du festival lyonnais que la Revue dessinée et la bande dessinée « d’information » étaient devenues possibles parce que la bande dessinée avait enfin acquis la « maturité » nécessaire, qu’elle était enfin entrée dans l’âge mûr… « l’âge d’homme » en somme… Mais est-ce propre à la BD ? Peut-on lui reprocher de reprendre à son compte ces archaïsmes conceptuels qui pèsent encore sur l’historiographie contemporaine, chez des historiens pourtant réputés sérieux, faisant autorité, légitimés par l’institution sinon sacralisés ?

Si la bande dessinée est entrée dans l’histoire, cela se manifeste aussi par son entrée au musée : une conférence était particulièrement dédié à ce processus de légitimation2-patrimonialisation- muséification de la bande dessinée, et aux problèmes qu’il pose : la BD a-t-elle sa place au musée, a-t-elle une filiation ou une parenté avec les œuvres d’art « traditionnelles » ; comment exposer la BD, quels choix muséographiques… Cette patrimonialisation est relativement ancienne (dès 1967 avec une exposition au Musée des Arts Décoratifs sous le signe de la « figuration narrative », jusqu’à l’exposition actuelle « Mechanhumanimal » de Bilal au Musée des Arts et Métiers à Paris) et surtout depuis les années 2000. Plusieurs d’expositions étaient ainsi organisées dans le cadre du Festival, envisageant diverses modalités des rapports entre BD et musées ou œuvres d’art, adaptées aux lieux d’exposition : Murena au Musée gallo-romain de Saint-Romain en Gal (une BD historique dans un lieu « traditionnellement » dédié à l’histoire antique), Gilles Rochier au Rize de Villeurbanne (une BD sociale, au plus proche du quotidien des habitants de Villeurbanne), les Bidochons au Musée des Beaux-Arts (le choc entre « culture des élite » et « culture populaire » dans un haut lieu de l’art académique…), « Science en bandes dessinées » à l’ENS de Lyon…

Toutefois la bande dessinée semble encore souffrir d’un défaut de légitimité, par rapport au jeu vidéo notamment, comme en témoigne plusieurs essais récents consacrés à la question.

 … et l’histoire EN bandes dessinées… ?

Enfin, à l’heure du « mariage pour tous », une forme d’union plus improbable que jamais entre l’histoire et la bande dessinée semble devenir possible : ne pourrait-on écrire l’histoire2 par la bande dessinée ? C’est ce qui fut suggéré lors d’une table-ronde de la journée pro sur « la place de la science dans la bande dessinée ». Une proposition qui peut sembler provocatrice à l’heure où la bande dessinée manque encore de légitimité dans les milieux académiques, apparaît encore comme peu sérieuse3… elle vient à peine d’entrer comme « objet d’étude » dans le naos de la science, alors de là à y voir un langage historiographique… Pourtant, cela ne donnerait-il pas un nouveau souffle à l’écriture académique4 en voie de sclérose, enfermée dans des formules rhétoriques circulaires et stérilisantes, empêtrée dans ses tics linguistiques et dans la sacralisation de l’écrit qui continue à primer sur le visuel ? La bande dessinée ne permettrait-il de réconcilier savoir et création, de redonner un souffle et un grain de folie à la science ? Peut-elle être un outil « pédagogique », un moyen ludique de susciter et renouveler l’intérêt du public pour la connaissance authentique ?

Ahhhhhhhh…Cette gymnastique cérébrale ternaire m’a mise en forme, et j’entends bien l’appliquer au domaine de la publicité dans un prochain billet… (l’histoire par la publicité, l’histoire dans la publicité, l’histoire de la publicité… sans oublier l’histoire en publicité(s) (comment « vendre » l’histoire… et se vendre comme historien… la rhétorique commerciale et les techniques marketing peuvent-elles être détournées à des fins académiques?

1 Voir la définition qu’en donne Henriet dans son ouvrage L’uchronie, 2009, et la distinction qu’il fait entre anticipation et uchronie

2 Au sens académique de science historique, de discipline historique ; et non de passé comme dans la première « acrobatie » que nous avons menée. Il s’agit plutôt du récit et de la reconstitution par l’historien de ce passé (la distinction « classique » chez les germanistes entre Geschichte/ historische).

3 Une même tendance s’observe du côté des jeux vidéos, ou des séries TV. L’engouement récent des universitaires pour ces objets d’étude (qui restent justement des « objets » bien séparés du « sujet » (les) pensant) masque une profonde condescendance élitaire qui les transforme le plus souvent en simple prétexte et alibi pour développer une « brillante » mais creuse réflexion – qui trahit en fait l’ignorance dudit « penseur » sur la question… cf. Culture de masse

4 Sur le sérieux de l’écriture académique, voir aussi : http://contagions.hypotheses.org/230


Cécile Armand

Ancienne élève de l'Ecole Normale Supérieure (ENS) de Lyon (2006), agrégée d'histoire (2009), docteure en histoire (2017). Ma thèse propose une histoire spatiale de la publicité à Shanghai (1905-1949), sous la co-direction de Christian Henriot (Aix-Marseille Université) et Carol Benedict (Georgetown Université, Washington D.C.). Au-delà de la publicité à Shanghai, mes centres d'intérêt me portent vers l'histoire urbaine, spatiale et sociale en général, les outils et méthodes numériques pour la recherche historique, l'historiographie et l'épistémologie.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookPinterest

3 réflexions sur « Histoire(s) et bandes dessinées »

  1. Bonjour Cécile. La patrimonialisation de la bande dessinée est effectivement une question intéressante et qui agite les milieux professionnels comme universitaire depuis plusieurs années maintenant. Une preuve de cette patrimonialisation selon moi, la récente publication (2012) dans la prestigieuse collection « L’Art et les grandes civilisations » des éditions Citadelles & Mazenod, bien connues des historiens de l’Art, d’une « somme » sur L’Art de la bande dessinée : http://www.citadelles-mazenod.com/page.php?ref=catalogue&rub=fiche&id_livre=278

  2. Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses.
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypotheses.org

  3. Vous connaissez peut-être l’ouvrage dirigé par Michel Porret (par ailleurs historien moderniste) : Objectif bulles (dont voici par exemple une recension en ligne : http://ccec.revues.org/3546) ?

    J’ai moi-même travaillé un peu sur la série de bande dessinée De Cape et de Crocs, du point de vue des études littéraires et Youmna Tohmé, dont c’est beaucoup la spécialité, avait donné dans le même colloque un excellent panorama sur la question — je suis certain que les choses en historiographie peuvent être aussi fertiles.

    Je crois que la bande dessinée est un objet un peu mieux institué, culturellement et académiquement, que d’autres produits culturels qui émergent à peine parmi les centres d’intérêt universitaires (typiquement, le jeu vidéo, même si ce billet me fait un peu mentir : http://lageduvirtuel.hypotheses.org/648 ). Mais il reste encore beaucoup à faire et un carnet est assurément un excellent médium pour cela.

    C’est donc désormais (aussi) votre mission que de nous entretenir de la bande dessinée chinoise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *