L’historien et le prospectiviste : mariage impossible ou interdit ?

ruines futur

Ce billet m’a été inspiré par deux rencontres récentes, l’une littéraire, l’autre « réelle » ou plutôt « conférencière » :

  • la parution récente de l’ouvrage de George Amar, Aimer le futur, 2013 : un penseur atypique, hybride, entre universitaire, poète, artiste, prospectiviste et expert, qui se fait un devoir d’abattre quelques lieux communs qui ternissent la prospective et la réputation du prospectiviste
  • au Forum « Changer d’ère » à Paris le 5 juin 2013, l’intervention de « l’historien-prospectiviste » Mathieu Baudin1 – quelle figure étrange, tout aussi hybride voire monstrueuse aux yeux de mon institution (mais comment a-t-il osé!), qui anime aussi un « institut » ou nom croustillant : « l’Institut des Futurs souhaitables »

C’est une règle intangible au sein de la profession historienne : l’historien s’occupe du passé, du révolu, des morts, et n’a rien à voir avec le futur. La connaissance du futur est reléguée au rang des objets à fuir, au mieux peu sérieux, au pire impossibles, abandonnés aux astrologues et autres diseuses de bonne aventure. Un mépris qui me fait penser à celui qui pesa longtemps – et pèse encore parfois… – sur la publicité, trop souvent assimilée au charlatanisme des vendeurs de « remèdes miracles » jusqu’à la fin du XIXème siècle (au moins)…

D’où vient cet interdit, ce « tabou de l’inceste » entre histoire et futur, entre historien et prospectiviste ? Peut-on en faire l’archéologie ? Comment le comprendre : leur irréductible séparation est-elle rationnellement et méthodologiquement justifiée et étayée ? Ou bien est-elle imposée et entretenue par des jugements de valeurs tenaces ?

J’ai comme l’intuition qu’un tel interdit entre historien et prospectiviste relève davantage des blocages mentaux et des conflits de valeurs… qu’il a parti lié avec plusieurs strates du temps que nous percerons de manière inversement chronologique, de la surface vers les profondeurs :

  • 1ère strate : la constitution de l’histoire comme discipline définie comme « science du passé » au XIXe, influencée par le « positivisme », et la spécialisation des disciplines et des savoirs à cette même période
  • 2eme strate : notre « régime d’historicité » depuis la Révolution française au moins (Hartog, Koselleck) qui tend à nous enfermer dans le présent (présentisme) et nous détourner d’un futur jugé trop incertain et anxiogène
  • 3eme strate : plus fondamentalement, notre conception tridimensionnelle du temps, qui tend depuis l’Antiquité et Saint Augustin au moins, à séparer passé/présent/futur (espace d’expérience et horizon d’attente en termes « koselleckiens »), une tripartition que vient in extremis sauver ou compenser (aggraver plutôt ?) notre vision et écriture linéaire et continuiste de l’histoire et du cours du temps…

Finalement, cette ségrégation entre historien et prospectiviste, cette infrangible frontière tracée entre le domaine de l’histoire ou du passé, d’un côté et celui du futur ou de l’avenir, de l’autre, relèverait moins de l’impossible que de l’interdit : il fait partie de ces « tabous » et de ces conservatismes qui paralysent et sclérosent à mon sens l’imagination historique et la pensée historienne, à placer aux côtés de notre mépris conventionnel et « professionnel » pour l’anachronie (assimilé par paresse à l’anachronisme) ou l’uchronie (assimilé à la bande-dessinée, à la science-fiction, ou l’anticipation…), ou toutes ces « hétérotopies » et ces autres genres jugés si peu sérieux… Or, je fais le pari que s’ils sont sont bien menés, raisonnablement conduits, assis sur des bases méthodologiques solides, ces trois procédés (prospective, uchronie, anachronie) peuvent devenir de formidables sources d’inspiration et d’intuition pour l’historien… voire constituer des équivalents méthodologiques de l’expérimentation en laboratoire dans les sciences exactes, impossibles pour les sciences « humaines »1

Je plaide donc pour un mariage raisonnable (plus que de raison…) entre historien et prospectiviste… et pourquoi pas, entre historien et « uchroniste », historien et « anachroniste »… vive le mariage pour tous ! Les bans étant publiés… la célébration fera l’objet de prochains billets…

1 C’est l’une des thèses de Henriet dans Henriet, Éric B. L’uchronie. Paris: Klincksieck, 2009, notamment.


Cécile Armand

Ancienne élève de l'Ecole Normale Supérieure (ENS) de Lyon (2006), agrégée d'histoire (2009), docteure en histoire (2017). Ma thèse propose une histoire spatiale de la publicité à Shanghai (1905-1949), sous la co-direction de Christian Henriot (Aix-Marseille Université) et Carol Benedict (Georgetown Université, Washington D.C.). Au-delà de la publicité à Shanghai, mes centres d'intérêt me portent vers l'histoire urbaine, spatiale et sociale en général, les outils et méthodes numériques pour la recherche historique, l'historiographie et l'épistémologie.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookPinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *