New book out: Shaping the Digital Dissertation

Qu’est-ce qu’écrire une thèse à l’ère numérique ? Voilà la question qui est au cœur de l’ouvrage collectif Shaping the Digital Dissertation: Knowledge Production in the Arts and Humanities, dirigé par Virginia Kuhn et Anke Finger, fraîchement sorti des presses d’Open Book Publishers (mai 2021). Et plutôt qu’une réponse directe, c’est une multitude de propositions, plus stimulantes les unes que les autres, que le lecteur y trouvera.

Les contributions concernent essentiellement le monde anglo-saxon, mais c’est justement pour nous l’occasion d’une réflexion décentrée sur l’état de la question dans le monde académique français. Quelle place occupent les pratiques numériques dans les recherches doctorales en France, et au-delà de la thèse, dans la production scientifique plus largement ?

L’ouvrage se divise en deux sections :

  1. La première (Issues in Digital Scholarship and Doctoral Education) s’adresse en priorité aux formateurs et évaluateurs (directeurs, jury de thèse, commissions de recrutement…). Elle rassemble des contributions d’experts qui réfléchissent à la définition de normes pour guider la production et l’évaluation des thèses à l’ère numérique. D’autres questions sensibles sont abordées, comme les droits d’auteur et la propriété intellectuelle, ou la communication avec un public large au-delà du monde académique.
  2. La deuxième section (la thèse en action) est une série d’études de cas : des thèses numériques conçues et soutenues par de jeunes docteurs représentant des champs disciplinaires variés, sous des formats et avec des objectifs divers (qui démontrent, s’il était encore besoin, le caractère polymorphe des pratiques dites numériques). Cette partie sera profitable autant aux doctorants qu’à leurs accompagnants.

Ce billet n’a pas pour objet de résumer l’ouvrage ni d’en faire l’apologie – il sait se défendre lui-même – mais d’en souligner deux idées fortes :

(1) Qu’est-ce qu’une thèse numérique, d’abord ? La définition qu’en donnent les auteurs dans l’introduction est extrêmement saine : this collection frames digital dissertations as those that could not be accomplished if done on paper; it means they use digital modalities beyond just words (multimodal), or they take advantage of the capabilities of a digitally networked world. (p.3, c’est moi qui souligne).

Autrement dit, une thèse numérique s’impose, est imposée par les matériaux et les méthodes déployées au cours des recherches. Ce n’est pas un simple appendice, une fioriture ou un bonus (ou malus, selon les évaluateurs…) dans la trajectoire du jeune chercheur. La thèse numérique naît d’une nécessité épistémologique. On touche là aux conditions mêmes de la production de la connaissance.

Cette définition replace la thèse numérique dans un double continuum : (1) le processus de recherche, où elle joue le rôle d’un laboratoire et d’un lieu d’innovation méthodologique (2) l’histoire longue des techniques et de leur évolution : dans cette perspective, lesdites « humanités numériques » ne sont qu’une étape (certes importante) dans l’évolution plus générale des conditions de la production de la connaissance (voir à ce sujet mon billet précédent).

L’un des corollaires est que les praticiens « numériques » ne constituent pas (ou ne devraient pas constituer) une communauté à part, voire une secte de techno-hérétiques oublieux des règles fondamentales de leur discipline respective. Certains ont pu être tentés de brandir le numérique comme un étendard et de crier à la « révolution ». Ces crispations identitaires ont eu principalement pour effet de marginaliser les praticiens véritables et de diviser la communauté académique – d’un côté, une horde de révolutionnaires voulant bousculer voire renverser une majorité conservatrice ou indifférente, de l’autre. Remplacer la rhétorique du numérique par un lexique raisonné centré sur la notion de « données » (data) (leur provenance, leurs usages, et leur transformation en savoir); replacer le « numérique » au coeur de nos pratiques et surtout, au coeur des formations disciplinaires – voilà deux lignes à suivre en priorité si l’on veut relever les défis que soulève Shaping the Digital Dissertation.

(2) Un autre enjeu central est le problème de l’évaluation. Comment évaluer ces travaux d’un genre nouveau ? Les auteurs répètent à l’envi qu’il est impératif de définir des standards afin de guider les évaluateurs. Des règles générales ont déjà été formulées aux Etats-Unis mais des critères plus précis, spécifiques à chaque discipline ou méthode doivent encore être définis.

Par extension, la question de la reconnaissance académique et de l’impact d’une thèse numérique sur les recrutements et les carrières ultérieures traverse l’ensemble de l’ouvrage. Comment évaluer des travaux dont les conditions de production défraient les canons établis et face auxquels les évaluateurs sont souvent démunis ? La production scientifique numérique (et au-delà, le profil des chercheurs) est encore trop exclusivement évaluée à l’aune des normes conçues pour la production écrite selon des méthodes plus classiques. Il est temps d’élargir les critères pour intégrer l’innovation méthodologique, la prise de risque et la créativité épistémologique dans l’évaluation. Définir des principes clairs et former les évaluateurs – ce sont deux conditions essentielles pour que l’évaluation par les pairs puisse continuer de fonctionner en cette période de transition.

Autrement dit, voilà une lecture stimulante sinon impérative pour la communauté académique française, pour qui la question de la production scientifique à l’ère numérique se limite encore essentiellement à celle de sa diffusion électronique.

P.S. L’ouvrage peut être lu en ligne, téléchargé gratuitement en format PDF ou peut être commandé en version imprimée pour les amoureux du papier (j’en suis).

References
Finger, Anke, et Virginia Kuhn, éd. Shaping the Digital Dissertation: Knowledge Production in the Arts and Humanities. Consulté le 9 mai 2021. https://doi.org/10.11647/OBP.0239.

Cécile Armand

Ancienne élève de l'Ecole Normale Supérieure (ENS) de Lyon (2006), agrégée d'histoire (2009), docteure en histoire (2017), postdoctorante à Stanford University (2017-8) puis Aix-Marseille Université dans le cadre du projet ERC “Elites, Networks and Power in modern China” (2018-). Ma thèse soutenue à l’ENS Lyon en juin 2017 proposait une histoire spatiale de la publicité à Shanghai (1905-1949). Mes recherches actuelles portent sur l’émergence des experts, “l’influence” américaine, la naissance de la presse et d’une “opinion publique” en Chine moderne. Dans une démarche d’histoire sociale, mes centres d'intérêt englobent aussi l'histoire spatiale, les outils et méthodes numériques et l'épistémologie des sciences sociales en général.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookPinterest


Cécile Armand

Ancienne élève de l'Ecole Normale Supérieure (ENS) de Lyon (2006), agrégée d'histoire (2009), docteure en histoire (2017), postdoctorante à Stanford University (2017-8) puis Aix-Marseille Université dans le cadre du projet ERC “Elites, Networks and Power in modern China” (2018-). Ma thèse soutenue à l’ENS Lyon en juin 2017 proposait une histoire spatiale de la publicité à Shanghai (1905-1949). Mes recherches actuelles portent sur l’émergence des experts, “l’influence” américaine, la naissance de la presse et d’une “opinion publique” en Chine moderne. Dans une démarche d’histoire sociale, mes centres d'intérêt englobent aussi l'histoire spatiale, les outils et méthodes numériques et l'épistémologie des sciences sociales en général.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search