Graphic History – Saison 1, épisode 1

Poursuivons notre réflexion épisodique sur les possibilités d’une histoire(s) graphique(s)

Si l’on considère la bande dessinée comme une source d’inspiration possible pour la narration historiographiques, force est de constater les multiples possibilités qu’offre cet « art » par la diversité des formes, des « genres », des supports multiples et hybrides qu’il peut revêtir, car ses frontières poreuses sont ouvertes à de multiples circulations,  car il est l’objet de perpétuelles mutations et reconfigurations : 

  • la bande dessinée « classique » (à supposer que cet adjectif ait un sens…) – disons la bande dessinée telle que nous la concevons ordinairement, de manière intuitive (automatiquement associée à ce que nous percevons comme de grands “classiques”, comme Tintin ou Astérix…)
  • le roman photo – un genre « ancien » qui a connu un déclin relatif mais semble susciter ces dernières années un regain d’intérêt
  • le roman graphique (graphic novel): ce “genre” attire l’attention sur le potentiel du dessin, de l’art graphique pour l’historien – un art souvent jugé mineur, trivial, méprisé au détriment de sa grande sœur la peinture, qui monopolise les lettres de noblesses : pour l’histoire de l’art « canonique », le dessin n’aurait qu’une valeur préparatoire, serait voué à une rapide obsolescence, toute orientée vers la réalisation du chef-d’œuvre (nécessairement pictural). Il n’aurait aucune existence autonome, ne saurai prétendre à l’autonomie, il n’existerait que par et pour l’œuvre picturale. Il existe incontestablement une hiérarchie plus ou moins explicite entre le dessin (et plus encore le croquis, l’esquisse, l’étude ou le « brouillon ») considérés comme « inférieurs », d’un côté, et la peinture ou l’oeuvre en général, de l’autre, admirée comme une fin en soi et comme supérieure à son supposé « brouillon ». Cette réflexion soulève trois questions relatives à nos préoccupations historiographiques :

Le dessin, procédé de modélisation scientifique ?

Comment l’historien peut-il se (ré)approprier cet art méprisé qu’est le dessin : comme un mode, un procédé pour se (ré)approprier et (re)travailler le matériau « brut », l’image ou le document source, en le modélisant ?

D’abord en faisant  du dessin l’équivalent de la modélisation scientifique : un procédé de modélisation pour l’historien : avec trois vertus, trois intérêts, trois potentialités qui rejoignent les critères de définition de la modélisation scientifique, les trois conditions auxquelles elle doit répondre :

  1. épuration – extraction – essentialisation de la réalité (historique) : opération qui consiste à retenir l’essentiel, à extraire l’essence de la réalité (historique), à la simplifier = processus de conceptualisation
  2. stylisation – interprétation : opération qui consiste déjà à créer, à (ré)interpréter ou se (ré)approprier la réalité, à en proposer une interprétation, une vision (du monde), à formuler une ou des hypothèses interprétatives = une herméneutique (historique) déjà
  3. expérimentation : opération qui retrace plus fidèlement et sans souci de raffinement ou de mystification le cheminement de l’historien, sa démarche et sa quête, sans chercher à en éliminer les imperfections et en effacer les hésitations, en reproduit l’aspect brouillon = conserve le work in progress, nous fait pénétrer dans l’atelier ou la fabrique de l’historien, nous révèle l’histoire en train de s’écrire ou de se faire, montre que l’histoire est un « faire » et un processus de production (Michel de Certeau) – le dessin comme caisse d’enregistrement, comme mémoire de la quête historique, comme la Time Machine de l’historien = équivalent du brouillon ou des notes dans l’écriture (textuelle)

Le carnet de croquis, mémoire du processus de recherche historique ?

Le dessin est une bonne source d’inspiration pour établir des modèles ou schémas publicitaires : le modèle pouvant être réalisé à la main (faire un carnet de croquis ou d’esquisses) et/ou avec un outil informatique plus ou moins rudimentaire (de type “Paint”) – s’inspirer des carnets de croquis et de travail des écrivains ou des artistes et dessinateur…

Aux sources de mon projet de "croquer" la source pour modéliser la production publicitaire : des publicités très "graphiques" pour les cigarettes "Old Mill" ou les médicaments "Vigoron"

Aux sources de mon projet de “croquer” la source pour modéliser la production publicitaire : des publicités très “graphiques” pour les cigarettes “Old Mill” ou les médicaments “Vigoron” publiées dans le quotidien de Shanghai Shenbao, (1922)

Revaloriser le dessin… pour expérimenter une graphic history

Si l’on file ce parallèle entre dessin et modélisation scientifique : quel statut accorder au dessin – à la modélisation historique graphique, par rapport respectivement à la peinture et au récit ou discours historiquement final (qu’il soit textuel ou visuel)

Faut-il maintenir la hiérarchie canonique en considérant la modélisation graphique comme un simple brouillon, un simple travail préparatoire, une esquisse ou un brouillon qui n’aurait pas d’existence en soi, et devrait nécessairement être épuré de ses ratures et « raffiné » (refine – renvoie à Google Refine – data cleansing en général) sous la forme d’un récit historique net et lisse ? Ou bien faut-il considérer le dessin comme une fin en soi, lui reconnaître un statut autonome et une valeur propre, ce qui revient à accorder de la valeur au processus de recherche historique « brut », ses hésitations et ses méandres, ses incertitudes et ses tâtonnements, à la logique processuelle et imprévisible de la quête historique (et de toute recherche scientifique au fond) – un hommage à ce « work in progress », sans chercher à en gommer les ratures ou en effacer les imperfections ? Ne faut-il pas réhabiliter et redonner ses lettres de noblesse au dessin – et par là même au labeur de l’historien, à la dimension processuelle et parfois laborieuse de son travail et son écriture, c’est-à-dire ne pas fermer les portes de l’atelier ou la fabrique de l’historien ?

Olivier Jouvray (auteur de la Revue dessinée) évoquait à juste titre le pouvoir magique du dessin (par opposition à la photographie – mais peut-être parce que la photographie s’est banalisée depuis, et qu’en retour, un certain “fétichisme” du dessin se fait jour par nostalgie…)  ? Le dessin fascine car il est pouvoir d’interpréter, de capter l’essence des sujets ou des objets dessinés : il est un reflet plus “vrai” qu’une photographie car on en tire l’essence d’une personne.

  • bande dessinée numérique – aux confins de nombreux « genres » ou « arts » : la bande dessinée, le roman graphique, du roman photo, le cinéma, la série télé ou le jeu vidéo (Plastic Dogs), avec deux types principaux, deux « modes de production » différents :
    • BD numérisée (digitized) : numérisation ex post d’un travail graphique (manuel – « traditionnel » – « artisanal ») préalable, le format numérique n’étant qu’un simple support ou réceptacle d’un travail qui reste « classique », même si la production peut en retour être impactée le support = ici le « nouveau » (numérique) s’empare de l’ancien pour le retravailler et le renouveler, mais la « main » et l’humain restent premiers (au double sens de précéder et de primer)
    • BD numériquement née, créée ou générée (digital-born) par l’outil numérique lui-même, avec là encore deux options :
      • entièrement auto-générée par la « machine » ou l’outil à partir d’une base (de données) et d’une recherche aléatoire à partir d’un ou de mots clés ou catégories et au moyen d’un ou d’algorithmes – renvoie à notre idée de séries auto-générées
      • partiellement auto-générée : en partie générée par l’humain, l’auteur ou l’historien qui intervient davantage et reste « maître » du processus de production de la série ou du récit, du processus génératif d’écriture

Cécile Armand

Ancienne élève de l'Ecole Normale Supérieure (ENS) de Lyon (2006), agrégée d'histoire (2009), docteure en histoire (2017), postdoctorante à Stanford University (2017-8) puis Aix-Marseille Université dans le cadre du projet ERC “Elites, Networks and Power in modern China” (2018-). Ma thèse soutenue à l’ENS Lyon en juin 2017 proposait une histoire spatiale de la publicité à Shanghai (1905-1949). Mes recherches actuelles portent sur l’émergence des experts, “l’influence” américaine, la naissance de la presse et d’une “opinion publique” en Chine moderne. Dans une démarche d’histoire sociale, mes centres d'intérêt englobent aussi l'histoire spatiale, les outils et méthodes numériques et l'épistémologie des sciences sociales en général.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookPinterest


Cécile Armand

Ancienne élève de l'Ecole Normale Supérieure (ENS) de Lyon (2006), agrégée d'histoire (2009), docteure en histoire (2017), postdoctorante à Stanford University (2017-8) puis Aix-Marseille Université dans le cadre du projet ERC “Elites, Networks and Power in modern China” (2018-). Ma thèse soutenue à l’ENS Lyon en juin 2017 proposait une histoire spatiale de la publicité à Shanghai (1905-1949). Mes recherches actuelles portent sur l’émergence des experts, “l’influence” américaine, la naissance de la presse et d’une “opinion publique” en Chine moderne. Dans une démarche d’histoire sociale, mes centres d'intérêt englobent aussi l'histoire spatiale, les outils et méthodes numériques et l'épistémologie des sciences sociales en général.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search