Quoi de neuf sur l’Asie outre-Atlantique?

Les études asiatiques étaient à l’honneur la semaine dernière dans l’Etat du Massachusetts. Deux conférences majeures se sont tenues successivement à Harvard – Tools of the Trade: The Way Forward (14-16 mars) – suivie de la grande conférence annuelle de l’Association of Asian Studies (ASS) à Boston (16- 19 mars).

Orchestrée par Peter Bol, la conférence “Tools of the Trade” avait pour ambition de réfléchir au devenir des études asiatiques à l’ère numérique. Pendant trois jours, les participants se sont efforcés d’établir un état de l’art des ressources documentaires disponibles, des outils et des méthodes numériques appliqués dans le champ des études asiatiques, toutes disciplines et tous pays confondus (principalement Chine, Corée, Japon, Vietnam et le monde bouddhiste), et de tracer des lignes directrices pour l’avenir. Cet événement unique en son genre a rassemblé plus de 500 personnes.

La conférence était structurée autour de trois types de sessions : des sessions plénières dédiées à la présentation de ressources documentaires et de centres de recherche sur l’Asie ; des panels par pays sur ces mêmes thèmes ; des “projets exemplaires” (exemplary projects) autour d’outils ou de méthodes communes. Le programme complet peut être consulté ici. Ce triple format, qui s’est avéré extrêmement fructueux, suggère que l’une des forces de la recherche américaine sur l’Asie repose sur l’existence d’interactions fortes entre les bibliothèques et les institutions de recherche. Il reste beaucoup à faire en Europe, particulièrement en France, pour développer de telles collaborations entre archivistes, documentalistes et chercheurs.

Dans la session sur les bases de données biographiques (Day 3), j’ai eu l’opportunité de présenter la base de référence sur la Chine moderne – Modern China Biographical Database (MCBD) – développée par le projet ERC Advanced “Elites, Networks, and Power in modern China” (ENP-China), que dirige Christian Henriot à l’Université d’Aix-Marseille. Christian Henriot a lui-même présenté l’infrastructure du projet ENP-China dans son intervention intitulée “Taming the Digital Dragon” (Day 1). Il a donné une bonne illustration de sa capacité à “dompter” le dragon numérique à travers son travail d’envergure sur les “Eminent Chinese of the Shenbao“, qu’il a présenté dans le panel “Novel Applications of Social Network Analysis” (Day 3).

En dehors de l’équipe ENP-China (Aix-Marseille), de Chen Shih-Pei (Max-Planck Institut), Matthias Kaun (Staatsbibliothek, Berlin), Thorben Pelzer (Leipzig), Donald Sturgeon (Durham) et Hilde de Weerdt (KU-Leuven), la présence européenne était significativement marginale. La distance géographique ne suffit pas à l’expliquer. Des intervenants chinois, coréens, japonais, taïwanais, vietnamiens, n’ont pas hésité à traverser le Pacifique, malgré les intempéries, pour rejoindre la conférence. Une telle desertion traduit plutôt le faible degré de réflexion sur ces questions dans nos institutions européennes.

A peine la conférence “Tools of the Trade” était-elle terminée que nous traversions la rivière Charles pour rejoindre la grande conférence annuelle de l’AAS à Boston. Très attendu par la communauté chaque année, l’événement permet de prendre le pouls de la recherche en cours (principalement américaine) dans le domaine asiatique. Ce qui fait sa richesse, malgré son ampleur parfois un peu déroutante, est de rassembler aussi bien des jeunes chercheurs que des chercheurs plus avancés autour de workshops, de panels et de tables-rondes associant différentes disciplines et couvrant tous les pays et les périodes historiques. Avec mes collègues Baptiste Blouin et Christian Henriot, nous avons animé un workshop dédié à notre outil HistText permettant l’exploration et l’extraction d’informations historiques dans des corpus numériques massifs et multilingues. L’intérêt que notre atelier a suscité ne peut que nous encourager à enrichir et faire connaître cet outil sans équivalent dans la recherche historique, en y ajoutant de nouvelles collections et de nouvelles fonctionnalités.

Cette grande foire des études asiatiques n’a pas d’équivalent en France et en Europe. Cette lacune reflète l’absence en Europe d’une association fédératrice forte comme l’AAS et le moindre degré de structuration des études asiatiques, atomisées par pays ou noyées dans l’océan sans fond des “aires culturelles”. Il faut y voir aussi des cultures professionnelles différentes de part et d’autre de l’Atlantique. L’événement reste une vitrine incontournable pour les jeunes chercheurs trépignant aux portes du marché du travail, une occasion unique de présenter chaque année leurs travaux devant un public choisi, de décrocher un contrat d’édition, de rencontrer des collègues lointains et de mettre un visage sur les grands noms qui ornent les couvertures des éditeurs prestigieux. Quel jeune historien de la Chine n’a ressenti une certaine émotion en se retrouvant assis à côté de Bryna Goodman, Park Coble ou Timothy Brook, dont les travaux inspirent autant d’admiration que de modestie ?

Parmi les sessions auxquelles j’ai eu la chance d’assister (le choix fut souvent difficile entre panels simultanés tant l’offre est abondante !), la table-ronde animée par William Kirby sur le concept de “Glocal China” m’a particulièrement marquée. Dans son introduction charismatique, Kirby a rappelé l’immense valeur d’une recherche documentée, rigoureuse et approfondie, d’autant plus nécessaire en ces temps de “great oversimplification” que nous traversons. Par optimisme, je l’ai entendu comme un mot d’encouragement pour tous les jeunes docteurs désespérés par le déficit d’emploi, de reconnaissance et de perspectives. Don’t give up! The world needs you!



Citer ce billet
Cécile Armand (2023, 26 mars). Quoi de neuf sur l’Asie outre-Atlantique? ADVERTISING HISTORY. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/amml

Cécile Armand

Ancienne élève de l'Ecole Normale Supérieure de Lyon (2006), agrégée d'histoire (2009), docteure en histoire (2017), mes travaux portent sur la publicité, l'histoire urbaine, les migrations intellectuelles entre la Chine et les Etats-Unis et les méthodes computationnelles appliquées à la recherche historique. Mes recherches ont reçu le soutien des fondations Chiang Ching-kuo, Coca-Cola, Andrew Mellon (Program DHAsia, Stanford), de l'Agence Nationale de la Recherche (Access ERC, ENS-Lyon) et du Conseil Européen de la Recherche (projet ENP-China, Aix-Marseille).

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookPinterest

Cécile Armand

Ancienne élève de l'Ecole Normale Supérieure de Lyon (2006), agrégée d'histoire (2009), docteure en histoire (2017), mes travaux portent sur la publicité, l'histoire urbaine, les migrations intellectuelles entre la Chine et les Etats-Unis et les méthodes computationnelles appliquées à la recherche historique. Mes recherches ont reçu le soutien des fondations Chiang Ching-kuo, Coca-Cola, Andrew Mellon (Program DHAsia, Stanford), de l'Agence Nationale de la Recherche (Access ERC, ENS-Lyon) et du Conseil Européen de la Recherche (projet ENP-China, Aix-Marseille).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search