Workshop international : le rôle des étudiants chinois outre-mer dans la genèse de la Chine moderne

Nous avons le plaisir d’annoncer que le workshop international : “Repenser la place des étudiants chinois outremer dans la genèse de la Chine moderne (1850-1950)” aura lieu le jeudi 12 octobre 2023 à l’université d’Aix-Marseille.

English version

Contexte et motivation

Les guerres de l’opium (1839-1842) ouvrent un siècle de bouleversements politiques et sociaux majeurs en Chine, caractérisé par une série de guerres, de changements de régimes, de crises économiques et par l’entrée forcée de la Chine dans l’ordre mondial avec les traités dits « inégaux ». Dans ce contexte, les lettrés chinois commencent à penser qu’il est nécessaire d’apprendre de l’Occident pour inverser le déclin supposé de leur pays. L’abolition des examens impériaux en 1905, qui avaient assuré la stabilité du système impérial et la reproduction des élites lettrées depuis le Xe siècle (Elman, 2013 ; Ho, 1962), donne une impulsion décisive au mouvement des études à l’étranger. La fondation de la République (1912), avec ses multiples projets de modernisation, ouvre de nouvelles opportunités professionnelles pour les jeunes Chinois éduqués outremer.

Entre le milieu du XIXe et le milieu du XXe siècle, près de 200 000 jeunes Chinois sont ainsi partis étudier à l’étranger, avec l’objectif de revenir après leurs études pour mettre en pratique les connaissances acquises au service de leur pays. Ces étudiants se sont orientés dans de multiples directions, principalement au Japon et aux États-Unis, et dans une moindre mesure, en Europe et en URSS (Li et al., 2023 ; Levine, 1993). À notre connaissance, cette migration intellectuelle massive est sans précédent et sans équivalent dans l’histoire, jusqu’à une période récente. Intervenant à un moment déterminant de l’histoire chinoise, elle s’est affirmée comme l’une des forces transformatrices majeures de la Chine moderne. Cette première grande migration intellectuelle a ouvert la voie aux vagues actuelles d’étudiants chinois outremer (liuxuesheng). Depuis l’ère des réformes en Chine (1978-), le renouveau des échanges universitaires et scientifiques a été l’un des signes les plus tangibles de la « réouverture » de l’économie chinoise. Constituant de loin le plus large groupe d’étudiants étrangers sur les campus américains (plus de 370 000 avant la pandémie de Covid en décembre 2019), les étudiants chinois aux États-Unis, notamment, sont aujourd’hui reconnus comme des agents essentiels du « miracle économique » chinois (Li et al., 2023), tout comme leurs prédécesseurs l’ont été un siècle plus tôt au temps de la République (1912-1949).

Ces élites chinoises éduquées à l’étranger ont fait l’objet d’interprétations contradictoires, tantôt célébrées comme des héros de la modernisation, tantôt dénigrées comme agents de l’impérialisme étranger. On leur a notamment reproché leur incapacité à adapter leur formation étrangère aux conditions de la Chine post-impériale et leur éloignement des réalités quotidiennes vécues par la population chinoise (Wang, 1966). Malgré leur réhabilitation dans la Chine post-maoïste, ce paradigme de la modernisation reste influent dans les travaux récents. On n’en finit pas de se demander si l’action des liuxuesheng et à travers eux, l’adoption des méthodes occidentales, a été un échec ou un succès pour la Chine (Jiang, 2022).

Objectifs et questions

Ce workshop international vise à offrir une vision plus nuancée des élites chinoises éduquées à l’étranger et à réévaluer leur contribution aux transformations profondes qu’a connues la Chine depuis la fin de l’empire des Qing (milieu du XIXe siècle). L’objectif est de réexaminer l’impact du mouvement des études à l’étranger à la lueur de nouvelles sources (archives, mémoires, revues et annuaires d’étudiants, périodiques, données numériques) et de nouveaux paradigmes (études transnationales, analyses de réseaux).

Alors que les travaux antérieurs se sont pour la plupart concentrés sur un seul pays et sur des groupes spécifiques, ce workshop vise à rapprocher différentes zones géographiques et différents groupes professionnels dans une perspective comparatiste. Les présentations pourront ainsi porter sur un ou plusieurs pays d’éducation (États-Unis, Japon, Europe) et sur différents domaines de spécialisation académique et professionnelle (milieux d’affaires, scientifiques, politiques, ingénieurs). Les participants pourront s’appuyer sur différents types de sources et sur des méthodes variées (qualitative/quantitative, numériques ou non), à condition de mettre l’accent sur les acteurs humains et sociaux pour contrebalancer les courants historiographiques centrés sur les flux migratoires, les nationalismes, les impérialismes ou le « choc des civilisations ».

Parmi les questions que ce workshop souhaite aborder, sans s’y limiter :

  • Repenser les parcours des étudiants en termes d’agency individuelle et de stratégies familiales, plutôt que comme de simples agents de la « modernisation » chinoise ou de purs instruments de politiques étrangères.
  • Interroger le rôle des États (chinois et pays d’accueil) comme soutien ou obstacle aux aspirations et aux réalisations des étudiants (à travers les bourses d’études, les programmes d’échanges, mais aussi les lois anti-immigration, les quotas, etc.).
  • En dehors des institutions étatiques, quels autres acteurs soutiennent les étudiants outremer (missionnaires, fondations privées, collaborations inter-universitaires, familles, mentors) ?
  • La question des inégalités sociales et géographiques face à l’éducation outremer, notamment entre les ports ouverts des riches provinces côtières et la Chine rurale intérieure : la possibilité d’étudier à l’étranger est-elle un facteur de reproduction ou de diversification sociale sous la République ?
  • Dans quelle mesure le mouvement des études à l’étranger s’inscrit-il dans la continuité du système des examens impériaux ?
  • Les femmes et les inégalités de genre face à l’éducation outremer.
  • L’impact des guerres et des troubles politiques sur la trajectoire des étudiants (avant, pendant ou après leurs études).

Participants

Le workshop rassemblera sept chercheurs venant de Chine, Taiwan, Hong Kong, États-Unis et Europe. Il privilégie les jeunes chercheurs mais inclut aussi des chercheurs plus avancés de manière à croiser les niveaux d’expérience. Quel que soit leur niveau d’avancement, les participants sélectionnés sont tous/tes des historien/nes de la Chine moderne spécialistes de ces questions, dont la qualité des travaux est reconnue au plan international. Outre l’organisatrice (Cécile Armand, Aix-Marseille), les intervenants sont les suivants :

  • Sally Chen (Columbia University, New York)
  • Christian Henriot (Aix-Marseille)
  • Fang Ruobing (Université de Goettingen)
  • Peter Hamilton (Lingnan University, Hong Kong)
  • James Lee (Hong Kong University of Science and Technology)
  • Thorben Pelzer (Université de Leipzig)
  • Wu Lin-Chun (National Taiwan Normal University, Taipei)

Le programme détaillé sera publié prochainement.

Informations pratiques

  • Date : jeudi 12 octobre, 9h-18h
  • Lieu : université d’Aix-Marseille, campus Schuman, salle de colloque 1
  • Entrée libre (inscription conseillée)

Contact : Cécile Armand (cecile.armand@gmail.com)

 

Cet événement a reçu le soutien de la fondation Chiang Ching-kuo (CCK) for International Scholarly Exchange, de l’Institut de Recherches Asiatiques (Irasia), de la faculté des Arts, Lettres et Sciences Humaines (ALLSH) de l’université d’Aix-Marseille et du projet “Elites, Networks, and Power in modern China” (ENP-China).

Bibliographie indicative

Elman, Benjamin A. Civil Examinations and Meritocracy in Late Imperial China. Harvard University Press, 2013.

Hamilton, Peter. « The American-Returned Students: Educational Networks and New Forms of Business in Early Republican China ». In Knowledge, Power, and Networks: Elites in Transition in Modern China, édité par Cécile Armand, Christian Henriot, et Huei-min Sun. Leiden: Brill, 2022, pp. 258-88.

———. Made in Hong Kong: Transpacific Networks and a New History of Globalization. New York: Columbia University Press, 2021.

Harrell, Paula. Sowing the Seeds of Change: Chinese Students, Japanese Teachers, 1895-1905. Studies of the East Asian Institute. Stanford, Calif.: Stanford University Press, 1992.

Ho Ping-ti. The Ladder of Success in Imperial China: Aspects of Social Mobility, 1368-1911. New York: Science Editions, 1962.

Huang Fuching. Qingmo LiuRi Xuesheng 清末留日學生 [Les étudiants au Japon à la fin des Qing]. Taipei: Institute of Modern History, Academia Sinica, 1975.

Huang, Fuqing. Chinese Students in Japan in the Late Chʼing Period. East Asian Cultural Studies Series. Tokyo: The Centre for East Asian Cultural Studies, 1982.

Jiang Yongzhen. Chu cai jin yu: Zhongguo liumei xuesheng, 1872-1931 [Les étudiants chinois aux États-Unis, 1872-1931]. Xinbei Shi: Lianjing chuban shiye gufen youxian gongsi, 2022.

Levine, Marilyn A. The Found Generation: Chinese Communists in Europe during the Twenties. Seattle: University of Washington Press, 1993.

Li Zhongqing, Liang Chen et Ren Yunzhu. Qi shanlin zhe: Zhongguo xiandai zhishi jieceng de xingcheng 启山林者:中国现代知识阶层的形成 1912-1952 [La formation de la classe intellectuelle moderne en Chine]. Beijing : Beijing shehuikexue wenxian chubanshe, 2023.

Lin, Yi-Tang. « Navigating between Political Authorities: Chinese Rockefeller Fellows in Biology and Chemistry and their Career Trajectories from 1949 to 1966 ». In Knowledge, Power, and Networks: Elites in Transition in Modern China, édité par Cécile Armand, Christian Henriot, et Huei-min Sun. Leiden: Brill, 2022, pp. 289–321.

Saneto Keishu 実藤恵秀. Chugokujin Nihon Ryugakushi 中国人日本留学史 [Une histoire des étudiants chinois au Japon]. Tokyo: Kuroshio shuppan, 1960.

Wang, Y.C. Chinese intellectuals and the West, 1872-1949. Chapel Hill: University of North Carolina Press, 1966.

Wu, Lin-chun. « China and the United States: Business, Technology, and Networks, 1914–1941 ». Journal of American-East Asian Relations 27, no 2 (15 juillet 2020): 119‑41.

———. Meiguo Ren Weijing de Zhongguo Meng:Qi ye, Ji shu yu Guanxi Wang 美國人未竟的中國夢: 企業,技術與關係網 [Le rêve chinois inachevé des Américains : entreprises, technologies et réseaux]. Taipei: Lianjing, 2020.

 



Citer ce billet
Cécile Armand (2023, 18 mai). Workshop international : le rôle des étudiants chinois outre-mer dans la genèse de la Chine moderne. ADVERTISING HISTORY. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ammm

Cécile Armand

Ancienne élève de l'Ecole Normale Supérieure de Lyon (2006), agrégée d'histoire (2009), docteure en histoire (2017), mes travaux portent sur la publicité, l'histoire urbaine, les migrations intellectuelles entre la Chine et les Etats-Unis et les méthodes computationnelles appliquées à la recherche historique. Mes recherches ont reçu le soutien des fondations Chiang Ching-kuo, Coca-Cola, Andrew Mellon (Program DHAsia, Stanford), de l'Agence Nationale de la Recherche (Access ERC, ENS-Lyon) et du Conseil Européen de la Recherche (projet ENP-China, Aix-Marseille).

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookPinterest

Cécile Armand

Ancienne élève de l'Ecole Normale Supérieure de Lyon (2006), agrégée d'histoire (2009), docteure en histoire (2017), mes travaux portent sur la publicité, l'histoire urbaine, les migrations intellectuelles entre la Chine et les Etats-Unis et les méthodes computationnelles appliquées à la recherche historique. Mes recherches ont reçu le soutien des fondations Chiang Ching-kuo, Coca-Cola, Andrew Mellon (Program DHAsia, Stanford), de l'Agence Nationale de la Recherche (Access ERC, ENS-Lyon) et du Conseil Européen de la Recherche (projet ENP-China, Aix-Marseille).

Vous aimerez aussi...

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search