IAO Scholar débarque à Marseille !

Liuying, Xinxin et Cécile devant le poster IAO Scholar à Marseille
Liuying, Xinxin et Cécile devant le poster IAO Scholar à Marseille

Jeudi 31 octobre de l’an de grâce 2013. Le pavillon rouge de l’IAO se détache sur l’horizon bleu de la mer phocéenne. Les trois corsaires du navire IAO Scholar (Cao Liuying, Tan Xinxin et Cécile Armand) sont venues prendre d’assaut le Digital Heritage Congress à Marseille pour y défendre les couleurs de leur plateforme collaborative dédiée à l’histoire visuelle de Shanghai (XIXe-XXe siècle). IAO Scholar est une plateforme collective destinée à accueillir les projets de six doctorants de l’IAO, notamment les trois projets de nos trois aventurières sur le cinéma (Cao Liuying), les transports publics (Tan Xinxin), et la publicité (Cécile Armand). IAO Scholar vise d’abord à construire une base de données multimédia, sorte de mega-archive digitale utilisable pour construire leurs corpus. Elle offre également un premier espace de publication et de valorisation de leurs travaux, à différents stade de la recherche, et sous différentes formes (essais, expositions virtuelles). La plateforme est fondée sur l’utilisation d’Omeka, un outil développé par le Center for History and New Media. Elle se veut ouverte et collaborative : si chaque doctorant dispose de son propre espace personnel, et peut contrôler le degré de publicité des contenus qu’il produit, la plateforme autorise la circulation des données (sources primaires, métadonnées, discours critiques et interprétatifs). Malgré les défauts soulignés lors de la présentation (complexité technique de l’installation, rigidité des normes, impossibilité de créer un espace commun partagé pour héberger des contenus réellement produits de manière collaborative, au-delà de la simple juxtaposition de projets individuels), cette plateforme encore balbutiante a suscité un vif intérêt de la part d’un public nombreux et bigarré (historiens, historiens d’art, designers, architectes, professionnels du patrimoine…). Cet enthousiasme et les critiques constructives qui nous ont été adressées doivent nous encourager à poursuivre ce projet et réfléchir aux développements futurs :

  • sortir de la timide production « pour soi » et passer à premier stade de publication, qui permettrait de recueillir des avis critiques constructifs
  • développer un espace réellement collaboratif et transversal : par exemple, une exposition virtuelle sur la « modernité » à Shanghai, montrant comment les trois domaines du cinéma, des transports et de la publicité se croisent et se conjuguent pour construire cette « modernité », et permettant d’interroger cette notion problématique

Le détail de la présentation est accessible sous forme de powerpoint ici ou d’article ici, ainsi que le poster commun et les posters des projets individuels : cinéma (Cao Liuying), transports (Tan Xinxin), publicité (Cécile).

 


Cécile Armand

Ancienne élève de l'Ecole Normale Supérieure (ENS) de Lyon (2006), agrégée d'histoire (2009), docteure en histoire (2017). Ma thèse propose une histoire spatiale de la publicité à Shanghai (1905-1949), sous la co-direction de Christian Henriot (Aix-Marseille Université) et Carol Benedict (Georgetown Université, Washington D.C.). Au-delà de la publicité à Shanghai, mes centres d'intérêt me portent vers l'histoire urbaine, spatiale et sociale en général, les outils et méthodes numériques pour la recherche historique, l'historiographie et l'épistémologie.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookPinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *