Retour(s) du ThatCamp Paris 2012

Voici un petit billet d’information à mon retour du ThatCamp Paris 2012 qui s’est tenu à l’EHESS à Paris les 24-26 septembre 2012, sous la coordination de Pierre Mounier.

Pour ceux qui n’en auraient jamais entendu parler – rien de honteux à cela : le mouvement est relativement récent, du moins en France, et moi-même n’en soupçonnait pas l’existence avant juillet dernier… Quel animal étrange est donc ce « ThatCamp » ?

La chimère (?) peut être décomposée en deux sous-animaux :

  • « That » pour « The Humanities and Technologies » : il s’agit de réfléchir sur l’impact de la « révolution numérique » sur les SHS et sur le métier de chercheur, sur ses pratiques de recherche et d’écriture, et sur les modes de diffusion du discours scientifique.
  • « Camp » : car conçu sur le modèle des barcamps des spécialistes d’informatique et de sciences de la communication

Parti des Etats-Unis – une fois de plus… – en 2008, plus précisément du Center for History and New Media (CHNM) – que nous bénissons aussi pour avoir inventé le programme de gestion bibliographique Zotero, qui nous dispense d’élaborer manuellement de laborieuses bibliographies… – le mouvement, plutôt qu’une « discipline » proprement dite, tend à développer en Europe depuis 2010 : premiers ThatCamp à Coblence, Lausanne, Paris en mai 2010, qui a débouché sur la rédaction du « Manifeste des Digital Humanities » fondateur du mouvement en France. Le ThatCamp obéit au principe d’une « non-conférence » : autrement dit ce sont les participants eux-mêmes qui organisent le ThatCamp : ils choisissent ensemble le programme le premier jour et animent ensuite leurs propres ateliers, qui s’apparentent davantage à des séminaires de réflexion et de pratique qu’à des conférences magistrales.

Les historiens étaient particulièrement représentés à ce ThatCamp 2012.

 

Pour plus d’informations sur le programme détaillé du ThatCampParis 2012 : http://tcp.hypotheses.org/category/thatcamp-paris-2012

Vous y trouverez également le Manifeste des Digital Humanities (2010) que vous pouvez signez en ligne (http://tcp.hypotheses.org/318) ou encore la liste des ateliers proposés ainsi que les notes prises lors de ces ateliers (qui sont en cours de formalisation) (http://tcp.hypotheses.org/676)

Quelques ateliers intéresseront tout particulièrement les historiens : l’historien-programmeur, archivage et mémoire du Web (sur la politique d’archivage numérique de la BNF et la question du dépôt légal numérique notamment), les outils numériques au service de la représentation du temps en histoire (pour lequel je me permets de faire une « publicité » particulière, en étant l’animatrice…)…

Sur le mouvement des ThatCamp de manière plus générale : http://thatcamp.org/


Cécile Armand

Ancienne élève de l'Ecole Normale Supérieure (ENS) de Lyon (2006), agrégée d'histoire (2009), docteure en histoire (2017). Ma thèse propose une histoire spatiale de la publicité à Shanghai (1905-1949), sous la co-direction de Christian Henriot (Aix-Marseille Université) et Carol Benedict (Georgetown Université, Washington D.C.). Au-delà de la publicité à Shanghai, mes centres d'intérêt me portent vers l'histoire urbaine, spatiale et sociale en général, les outils et méthodes numériques pour la recherche historique, l'historiographie et l'épistémologie.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookPinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.