Scalar pour les historiens – Saison 5 – Episode 1

Je dédie ce billet à Fleur, que je remercie de nous avoir présenté Scalar et transmis l’expérience qu’elle en a. Sa démonstration lundi dernier m’a donné très envie de m’y plonger sérieusement : je n’ai pas encore eu le courage de mettre les mains dans le cambouis, mais j’ai séjourné de longues heures dans le « Users’ Guide » (très bien fait, sous forme de « paths » qui donne d’ailleurs un aperçu de ce qu’on peut faire avec Scalar, même si la version longue demande du temps…). Je vous livre les quelques réflexions que manuel m’a inspirées, et les quelques pistes qu’il me semble intéressant d’explorer pour donner corps à nos visual narratives :

Choix du modèle narratif : récit ou itinéraire ?

Je renvoie ici plus précisément aux sections « Reading with Scalar (« Path » et « Tag »surtout), « Page view » et « Working with structure »

La notion de « path » est très intéressante pour la construction du récit historique : désigne un groupe de pages, un peu comme le chapitre d’un livre, mais en plus souple et plus flexible. On peut tracer des « intersections paths » : sorte de chemins de traverse et des croisements entre les pages et les chapitres, qui autorisent une lecture plus libre – un itinéraire en somme. La fonction « visualization path » offre une visualisation alternative, sous forme d’arborescence, qui met en évidence les liens entre les contenus (textes, médias). Mais le « path » reste plutôt hiérarchique, impose un ordre et une direction : on est à mi-chemin entre le récit qui impose sa logique et l’itinéraire totalement libre finalement. La fonction « tag » est une autre manière de lier les pages et les contenus entre eux, moins hiérarchique, plus souple. Les tags et liens entre les tags peuvent être visualisés sous forme de diagramme. L’intérêt est également que les tags ne sont pas nécessairement des mots : on peut créer des tags « non verbaux », à partir d’une image, d’un son, d’un media de manière générale, ou même d’une page entière.

scalar_vispath
La fonction « visualization path » offre une visualisation alternative, sous forme d’arborescence, qui met en évidence les liens entre les contenus (textes, médias). Mais le « path » reste plutôt hiérarchique, impose un ordre et une direction : on est à mi-chemin entre le récit qui impose sa logique et l’itinéraire totalement libre finalement

Relations internes entre tout/parties du discours

La force de Scalar à mon avis réside dans le fait qu’il ne s’agit pas d’une simple e-publication, servant à transposer ou adapter en format digital un texte préalablement écrit pour un support papier. Il y a derrière une réelle réflexion sur la structure du discours et les implications d’un changement du support sur la forme et le contenu du discours. Le « livre » Scalar (bien mal nommé à mon avis…) n’est pas qu’une collection ou une suite de pages et de contenus : mais une « modélisation ». L’outil semble autoriser une mise en relation « non verbale » entre les pages et les contenus – une argumentation « immédiate », qui se passerait des mots ? Par exemple, on pourrait tisser des liens directs entre des personnages, des événements, des lieux, des sources historiques, ces relations « immédiates » faisant émerger une hypothèse ou une question historique (ça reste à éprouver…). On peut ensuite bien sûr ajouter autant de texte ou d’images qu’on veut, pour expliciter ou illustrer la démonstration, mais l’ossature de la démonstration reste non verbale. Deux types de mises en relations sont possibles :

  • « whole-whole«  : lien entre des pages ou des ensembles cohérents : liés par les « paths » (qui restent linéaires et hiérarchiques), les « tags » (non linéaires et non hiérarchiques) ou les « comments » des lecteurs (qui rendrait possible une « co-écriture » du récit historique ?)
  • « whole-part«  : liens entre des fragments de textes ou de médias et l’ensemble : passe par les annotations, les « media link », les notes, ou les « Scalar links »

Relations texte(s)/image(s)

Je renvoie plus précisément à la section « Page view« .

Le choix de « l’apparence » de la page est fondamental. Il ne s’agit pas seulement d’apparence justement, d’une simple question d’esthétique : c’est la structure du récit et les relations textes-images qui sont en jeu. Deux grandes catégories de « page-view » et de donc de relations textes-images se dégagent :

1) Un modèle plutôt « text-driven » – guidée par le texte, où la logique reste textuelle ou verbale :

  • « Text emphasis view«  : deux colonnes déséquilibrés, où le texte occupe la colonne la plus large, et donc « écrase » les images) – reste très « classique », peu intéressant pour nous…
  • « Split view«  (ce qu’a choisi Fleur je crois) : une disposition en deux colonnes équilibrées, qui cherche donc une certaine « égalisation des conditions » entre le textuel et le visuel :
Split view" : une disposition en deux colonnes équilibrées, qui cherche donc une certaine "égalisation des conditions" entre le textuel et le visuel :
« Split view » : une disposition en deux colonnes équilibrées, qui cherche donc une certaine « égalisation des conditions » entre le textuel et le visuel
  • « Media/paragraphe«  : utile si l’on a un media (image-source) par paragraphe ou un paragraphe à écrire par media : le risque est de tomber dans l’illustration, mais peut être exploité aussi pour expérimenter un discours historique qui serait écrit directement à partir des images (surtout la fonction « media above« ), plutôt que préconstruit autrement avant d’être plaqué sur les images ? Mais une argumentation ne repose jamais sur une seule image ou une seule source : pour la confrontation des sources, ce schéma a des limites.
scalar_paragraphabove
« Media/paragraphe » : utile si l’on a un media (image-source) par paragraphe ou un paragraphe à écrire par media : le risque est de tomber dans l’illustration, mais peut être exploité aussi pour expérimenter un discours historique qui serait écrit directement à partir des images (surtout la fonction « media above« ), plutôt que préconstruit autrement avant d’être plaqué sur les images ? Mais une argumentation ne repose jamais sur une seule image ou une seule source : pour la confrontation des sources, ce schéma a des limites.
  • « Media emphasis » : met l’accent sur les media : pourrait servir de support pour expérimenter un authentique « visual narrative » ? Toutefois, le texte garde une place importante. La logique « logocentrique » est maintenue.
scalar_mediaemphasis
« Media emphasis view » : met l’accent sur les media : pourrait servir de support pour expérimenter un authentique « visual narrative » ? Toutefois, le texte garde une place importante. La logique « logocentrique » est maintenue.

NB la fonction « annotation » et « annotation path » pourrait aussi remplir cette mission : chaque annotation constitue une page en soi, et l’on peut créer des « paths » exclusivement constitués d’annotations. Autre possibilité : un récit entièrement visuel ou presque, construit directement à partir des images-sources avec la fonction « Media Path » (cf. infra).

2) Un modèle plutôt « visual-driven » ou même « structure-driven » : je renvoie aux différents modèles de visualisation de la structure du « livre » qui sont proposés. Ici, ce sont moins les contenus (textes, images, films…) qui priment, mais plutôt la réflexion sur le discours et sa structure. C’est adapté pour porter une réflexion historiographique, pour spéculer sur l’écriture de façon abstraite, mais à mon avis on évacue par là la Chine et la « chair historique » du récit… Plusieurs visualisations sont possibles, qui ont chacune leur spécificités :

  • « Radial visualization » (sous forme circulaire) : pour valoriser les liens entre pages et média, permet d’isoler des éléments de contenus mais aussi de les regrouper par catégories (avec une couleur différente pour chaque « catégorie » : page, path, annotations, « people« …). Les contenus sont cliquables et accessibles par un clic. Il y a donc navigation entre structure et contenu, entre réflexion historiographique abstraite, et contenu historique concret).
scalar_visradial
« Radial Visualisation« 
  • « Index visualization » (sous forme de « grille » – grid) : de même, les éléments sont « cliquables ».
Index Visualization
Index Visualization
  • « Path visualization » : sous forme d’arborescence (plutôt linéaire et hiérarchique)
  • « Media » ou « Tag visualization » : sous forme de graph ou sorte de « Pearl Tree » : plusieurs incertitudes demeurent : à quoi correspondent les distances, l’épaisseur des liens, le nombre de liens ?
VizTaMedia
Media Visualization (en haut) et Tag Visualization (en bas)

Une question non négligeable pour finir : peut-on aisément basculer d’un mode de visualisation à un autre, ou bien faut-il recréer une page (et donc entière « réécrire ») pour changer de visualisation et de « page view » ?

Une autre fonctionnalité, plus anecdotique, mais qu’on peut citer : la fonction « style » qui permet notamment d’associer un « thumbail » à une page. L’élément visuel est ici purement décoratif : il s’agit davantage d’un gagdet destiné à égayer vos pages (en plus, il n’est pas encore possible de le voir…)… De même pour les réglages de la couleur ou de l’image de fond, ou encore l’ajout de sons et bruitages.

L’historien et ses sources

Je fais référence ici à deux questions importantes pour l’historien:

  • la nature des sources : Scalar est un outil précieux pour l’historien qui doit mobiliser et confronter des sources diverses, de nature variée. La fonction « Media » recouvre à la fois des images, fixes ou mouvantes (films), des sons, des textes, des hyperliens… On doit pouvoir ajouter des documents d’archives primaires, et y donner directement accès.
  • les relations sources primaires/discours de l’historien (métadonnées et récit historique) : comment les citer et renvoyer aux sources primaires – seul gage de rigueur et de scientificité, ce qui permet de vérifier et de garantir la « réfutabilité » du discours de l’historien. La fonction « description » permet d’ajouter une légende quand un insère un media, les fonctions « Link », « Media link » et « Note » permettent de citer les références précises, voire donner directement accès à la source (stocké en général à l’extérieur). Il semblerait qu’on puisse finalement renvoyer directement à une source stockée sur une plateforme qui n’a d’accord avec Scalar (Virtual Shanghai ou Virtual Tianjin ?) – cf. « Importing Other Media Online« . Lorsqu’on insère un media dans une page, on peut choisir sa localisation précise, ou bien laisser Scalar choisir la localisation du media : on introduit ainsi une part d’aléatoire dans la construction du récit historique, une sorte d’historiographie algorithmique, un peu sur le modèle de « l’écriture automatique » chez les surréalistes… sauf qu’avec Scalar, « l’automatisme » est entièrement généré par la machine. La fonction « Annotation » est essentielle également pour lier le discours de l’historien et ses sources : elle permet d’annoter, de commenter directement des medias et des fragments de medias, y compris des films qui peuvent être découpés en séquences, auxquelles on peut renvoyer séparément. On pourrait imaginer par là faire émerger « spontanément » le récit à partir des images/médias, plutôt que de plaquer sur l’image un récit préalablement construit à partir d’autres sources et par d’autres moyens : en effet, chaque annotation constitue une page en soi, et l’on peut créer des « paths » exclusivement constitués d’annotations. Autre possibilité : un discours construit directement à partir des images-sources avec la fonction « Media

cf. sections « Working with Media« , « Links », « Media Link » et « Note » « Annotating Media« .


Cécile Armand

Ancienne élève de l'Ecole Normale Supérieure (ENS) de Lyon (2006), agrégée d'histoire (2009), docteure en histoire (2017), postdoctorante à Stanford University (2017-8) puis Aix-Marseille Université dans le cadre du projet ERC “Elites, Networks and Power in modern China” (2018-). Ma thèse soutenue à l’ENS Lyon en juin 2017 proposait une histoire spatiale de la publicité à Shanghai (1905-1949). Mon nouveau projet porte sur l’invention du consommateur et de l’expertise sur le marché en Chine républicaine. Au-delà, mes centres d'intérêt couvrent l'histoire urbaine, spatiale et sociale, les outils et méthodes numériques en sciences sociales, l'historiographie et l'épistémologie en général.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookPinterest

2 réflexions sur « Scalar pour les historiens – Saison 5 – Episode 1 »

  1. Si ce billet ne donne pas des démangeaisons à tout le groupe ! Il reste bien des questions, mais les réponses se trouvent certainement dans le cambouis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.