New Beijing I – La BD extrémise le « péril jaune » (VMC 3)

Visages médiatiques III (VMC 3) : New Beijing I – la Chine en bande dessinée ou l’extrémisme du « péril jaune »

Uchronie[s]

Poursuivons notre exploration des visages médiatiques de la Chine contemporaine avec la lecture d’une bande dessinée récemment publiée (septembre 2012) par les éditions Glénat : Uchronie(s) – New Beijing (tome 1).

 

La couverture semble nous avertir d’emblée que nous sommes sur le point de pénétrer dans un monde inquiétant, menaçant. A la faveur d’une vue en contre-plongée, New Beijing se dresse dans une accablante verticalité vers un ciel tout imprégné de rouge. Etouffante est cette étrange infusion atmosphérique aux relents de communisme, d’apocalypse ou d’aube nouvelle… mêlant la « modernité » des gratte-ciel à la « tradition » résiduelle dans l’architecture chinoise. Trois formes humaines – deux femmes chinoises mais bien peu avenantes et bien peu féminines qui encadrent un homme aux traits « occidentaux » – grandies par la contre-plongée, visages fermés et point serrés, tournent leurs impénétrables regards vers un horizon incertain. Désincarnés, statufiés, ressemblant davantage à des types qu’à des humains de chair et d’os, ils participent par leur inhumaine monumentalité de l’accablement du lecteur qui hésite encore à tourner la première page…

 

Une société sous haute surveillance…

Les premières pages nous immergent dans un environnement militaire, policier, sécuritaire, aux couleurs austères, peuplé de caméra de surveillance – parfaite émanation du fantasme occidental d’une société chinoise sous haute surveillance, sous contrôle permanent – une dictature d’inspiration orwellienne en somme. A l’oeil « moderne » des écrans de contrôle s’oppose la voix tremblante du garde avouant sa peur des fantômes ou apparitions – survivance archaïque de quelque « superstition » chinoise ?

Une Chine contradictoire, entre modernité technologique et superstitutions archaïques ?

Les pages suivantes nous transportent à l’aéroport de New Beijing, où deux Occidentaux en fuite qui ne savent même pas que la Tsing Tao est une bière… Les allusions répétées à cette barrière linguistique et culturelle – une manière de reformuler le célèbre « Ils sont fous ces Romains »… ? – scandent l’inéluctable malentendu entre deux civilisations. Au fil d’une conversation encore opaque au lecteur, le « capitalisme d’Etat à la chinoise » apparaît comme le pire des systèmes économiques possibles – pire que le mystérieux « black order » du moins…

Les Etats-Unis, nouvelle colonie chinoise – Ellis Island transformée en « Guantanamo » chinois…

La situation s’éclaircit enfin pour le lecteur – mais pas pour les héros (…), qui vivent – nous le comprenons progressivement à partir de la page 11 – dans un monde désormais dominé par la Chine qui a colonisé les États-Unis – cette suprême puissance dans le monde contemporain du lecteur… Ellis Island a été transformé en nouveau Guantanamo, les immenses champs de blé du Maine sont cultivés par des prisonniers occidentaux réduits en esclavage. Soumis à une surveillance permanente et aux travaux forcés, le nouveau monde chinois apparaît un monde néo-féodal assis sur le servage et la surveillance permanente de ces « esclaves modernes au service d’un régime obsolète » (p. 14). Ces « esclaves modernes » sont en outre d’anciens chercheurs, professeurs, intellectuels ou artistes : ces cerveaux forcés de « travailler » – de leurs mains, s’entend, conformément à cette dichotomie tenace entre travail manuel et travail intellectuel, comme si les mains fonctionnaient sans cerveau et comme si les intellectuels ne savaient rien faire de leur main – ne sont pas sans rappeler les pires heures de la période maoïste – les ombres de cette Révolution culturelle qui envoya aux champs les intellectuels récalcitrants hantent ces pages aux couleurs sombres… Ils semblent jouer la vengeance des « bras » sur les « cerveaux », des masses laborieuses sur les élites pensantes, et, au-delà, la revanche de « l’atelier du monde » sur l’officine des managers et décideurs du monde passé – de la Chine sur « l’Occident ». Pendant que les têtes pensantes se tuent à la tâche, les luttes de pouvoir au sommet étêtent un régime chinois miné par la corruption malgré la toute puissance du Parti. Quelques vestiges de la « civilisation » – occidentale – viennent ponctuellement illuminer le sombre quotidien de ces serfs « modernes » : whisky, cigarettes. En lisant la lettre de Véronika, devenue ouvrière dans une usine textile de New Beijing, où règne une « cadence infernale », nous comprenons que la Chine est restée « l’atelier du monde »… mais que les Chinois ne constituent plus cette main-d’œuvre corvéable et bon marché des Occidentaux qu’elle fut au XXeme siècle, dans une économie mondialisée asservie par les Occidentaux. Le monde a été renversé : ce sont les anciens maîtres du monde qui sont désormais réduits en esclavage par des Chinois désormais maîtres du monde. Le fantasme du « péril jaune » revisité, radicalisé, poussé à l’extrême… La sinophobie fait bon ménage avec la caricature et l’amalgame : à la page 25, un garde chinois étrangement barbu et coiffé d’une casquette kaki semble « kiffer » le look « castriste »… ne manque que le cigare…

Bien que réduits à l’état de bête de somme, les Occidentaux conservent leur conscience morale… et leur fâcheuse tendance à s’ériger en donneur de leçons. Au Mal absolu incarné par ces « ordures » et ces « bourreaux » de Chinois, ils opposent le Bien absolu, en refusant de recourir aux mêmes procédés et se faire bourreaux à leur tour lorsqu’ils ont la possibilité de tuer un garde chinois… que voulez-vous, nous, nobles Occidentaux, sommes bien au-dessus de cela…

 

 

 

Les rickshaws qui envahissent fourmillent dans les rues New York (p. 29) nous confirment que l’ancienne puissance mondiale a bien été colonisée par la chine, et signalent l’irruption du passé (le Shanghai du XIXème siècle) dans un présent ou futur difficile à localiser. Le télescopage des temps et des lieux participent de l’uchronie.

Signe de la colonisation chinoise…

 

 

 

 

 

… les rickshaws ont envahi la Grosse Pomme !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chih-Nii, cadre (femme) haut placé du Parti, explicite page 32 ce nouvel ordre géopolitique marqué par l’hégémonie chinoise.

Une nouvelle « translatio imperii » en faveur de la Chine ?

 

Ses explications confortent deux topoi bien ancrés dans l’histoire des représentations : le dualisme Chine/Occident, d’une part, et le mythe de la tranlatio imperii, d’autre part, qui revêt la forme nouvelle d’un « transfert de richesses vers l’Orient ». Au pouvoir essentiellement politique des empereurs romains s’est substitué un pouvoir de nature économique dans ce monde de néo-capitalisme sinisé. La Chine est désormais « en position de leader incontesté des marchés ». En expliquant qu’elle est devenue « en quelques années » le « premier importateur et consommateur » au monde, notre guide Chih-Nii actualise chez nous autres, « Occidentaux » du XXIème siècle, le sentiment d’une accélération de l’histoire et la hantise d’une émergence chinoise fulgurante, qui rejoint le cliché en circulation dans la presse actuelle d’une croissance de la Chine qui serait trop rapide[1] – crainte réelle ou honteuse envie des Occidentaux englués dans la quasi nullité de leur propre croissance ? La Chine est ainsi devenue dans le même temps « le plus gros pollueur de la planète » – tel est l’envers et le revers d’une croissance non maîtrisée.

 

 

Le cliché de la Chine « polleuse » et bafouant les libertés individuelles…

A la page 32, la mention de la « galette huajan » semble vouloir donner une « couleur locale » et participe de la définition d’une culture ou d’une identité chinoise qui passerait inévitablement par cette dimension culinaire ou gastronomique[2].

La condamnation du « vide démocratique » et des « droits de l’homme en péril » apparaissent enfin à la page 34. Accolé au « réchauffement climatique », aux « foudres de la communauté internationale » ou à la « tyrannie des pays du Golfe » suggérant la dépendance énergétique d’une Chine qui n’est pas exempte de faiblesses… et d’un monde qui reste globalement englué dans le pétrole et incapable de réussir sa transition énergétique civilisation automobile,  ces « mots-buzz » trahissent le lieu par trop « vingt-et-uniémiste » d’où parlent les auteurs de la présente bande dessinée…

Un réconfort toutefois pour les Occidentaux opprimés par le colosse sans cervelle : malgré leur puissance économique, les « bras » Chinois ont toujours besoin des « têtes pensantes » occidentaux – ouf, la civilisation occidentale ne disparaîtra pas tout de suite… La lueur d’une nuance perce parfois dans ce tableau sombre et stéréotypé d’une Chine uchronique – mais pas tant que cela : des voix s’élèvent au sein de l’administration chinoise elle-même pour critiquer certaines limites du régime et proposer des réformes, pour promouvoir par exemple les libertés individuelles. Mais elles – les voix et surtout les nuances – restent bien timides… La Chine reste bien une dictature stricte et impitoyable, comme l’incarne l’architecture rectiligne et austère de l’université de New Beijing (p. 41) qui tranche avec les recoins bucoliques de Central Park à la page précédente.

Au cadre bucolique de Central Park…

 

 

…se sont sustitués les lignes architecturales austères de l’Université de New Beijing…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vous l’aurez compris : c’est une vision profondément sinophobe et stéréotypée de la Chine qui traverse bruyamment ces pages. Et je doute que le tome 2 annoncé apporte quelques retouches sinophiles et raisonnées au tableau. C’est à se demander si les auteurs assument ou entendent pleinement le sens du mot « uchronie » : la référence à notre présent, ou du moins la ressemblance avec la représentation commune que se font de la Chine les « Occidentaux » du XXIème – est par trop frappante. Si je puis me permettre, vous vouliez dire… synchronie(s) ?

Des histoires à l’Histoire…

Mais cessons de faire des histoires ! N’en faisons donc pas toute une histoire, et tâchons plutôt de faire de l’histoire… l’Histoire, la vraie, épurée de la vile subjectivité de l’historien…pourquoi ne pas considérer cette bande dessinée comme une source historique à part entière, un document sur l’histoire de notre présent, de nos représentations présentes de la Chine ? Et donc à la soumettre à l’impitoyable critique historique des sources… Historiens-chirurgiens, à vos scalpels méthodiques : tâchons d’appliquer le « mode d’emploi des sources visuelles » que j’ai par ailleurs élaborée dans le cadre de mon travail de thèse, qui consiste à suivre les quatre opérations suivantes :

Contextualiser : critique « externe »[3]

Qui qui est l’auteur(s) ou le producteur(s) de l’image (commanditaire, artiste)? Si plusieurs, quelles relations entretiennent-ils, quels sont leurs origines (sociales, culturelles, géographiques), leurs postulats, leurs intérêts ?
Quoi Contenu : quel est le message, les messages ?Support : quels supports, quelle est la nature de l’image (peinture ou œuvre d’art, photographie, carte postale, caricature, affiches, publicités, film…) ? Être attentif à la matérialité de l’image : ses techniques de production et de diffusion ; son contexte d’apparition et de réception. Ce contexte matériel conditionne la « vie de l’image » et ses temporalités.
Quand Datatation(s) et contexte(s), qui se jouent à deux niveaux :

  • Production
  • Diffusion/réception –à plus ou moins long terme

Dans quel(s) contexte(s) – politique, économique, social, culturel ?

Quels événements ou faits marquants accompagnent la production et réception de l’image ?

Lieu(x) et contexte(s)

  • production
  • diffusion/réception de l’image

Envisager différentes échelles : contexte matériel immédiat (journal, rue, salle de cinéma… sa place dans cet environnement) ; contexte plus large (quelle ville, pays…).

A qui Quels destinataires : voulus ou non, primaires et secondaires, contemporains et plus tardifsCombien : un individu ou des masses ?Qui : quels groupes sociaux, hommes ou femmes, jeunes ou vieux ; des célébrités ou des anonymes ? Comment ont-ils réagi à l’image ?  Comment l’ont-ils interprété (difficile à savoir) ? Quels ont été les usages de l’image ? Cette réception est-elle conforme ou déviante par rapport aux attentes et objectifs des producteurs, en phase ou en décalage ? Pourquoi ?
Pourquoi Les objectifs, intentions des auteurs, leurs buts, leurs intérêts, leurs arrières-pensées – dans la lignée de leur postulats, présupposés, préjugés, de leur « lieu social » et leur background
Portée(s) Les objectifs, intentions ont-ils été atteints ? Mesurer le décalage éventuel intentions et objectifs.Evaluer la réception, l’interprétation, l’impact, l’efficacité à plus ou moins long terme : les ondes de choc, les échos : pour les contemporains / a posterioriEvaluer la réception, l’interprétation, l’impact, l’efficacité dans différents lieux et contextesMémoire(s) de l’image au fil du temps

 Analyser : critique « interne » [3]

Décomposer et recomposer l’image.

Décrire, analyser, étudier la composition de l’image : que voit-on sur l’image ?

Quels éléments la composent ?

Etudier les procédés techniques et esthétiques ou artistiques (photo ou peinture, couleur et lumières, mise en page, typographie) et leurs fonctions : permettent-ils de réaliser les objectifs du producteur, dans quelle mesure servent-ils les intentions du producteur, participent-ils de la stratégie argumentative, rhétorique de l’auteur ?

Quels sont les rapports entre les éléments visuels et textuels (légende, slogan…) : complémentarité et confirmation-renforcement, contraste et contradiction ? En quoi les textes influencent-ils ou éclairent-ils le sens de l’image ? Qui a écrit ces textes et pourquoi ?

Interpréter : donner sens

  • Quelle ou quelles sont les significations de l’image pour les contemporains ?
  • Quelle(s) signification(s) pour l’historien : resituer dans ma problématique ou mes interrogations ; quelle est la portée et l’intérêt de l’image pour l’historien : en quoi elle est originale/banale, apprend-elle quelque chose de nouveau, remet-elle en question des théories, des évidences ou des lieux communs, confirme-t-elle ce qu’on savait déjà…

> Attention ici à ne pas surinterpréter, plaquer son regard d’historien du XXIème siècle sur une image du passé = reconstituer les conditions de réception par les contemporains 

Confronter : mettre en réseau(x) et en série(s)

Confronter, mettre l’image en perspective et en  série : la confronter à d’autres images, à d’autre sources (écrites), à ses connaissances sur la colonisation et sur la période et le contexte en général.

NB Cette démarche est d’autant plus justifiée que le « pouvoir » ou l’efficacité de l’image réside moins dans sa présence isolée que dans les phénomènes de récurrences, de répétitions, de redondances, dans l’existence de motifs ou de stéréotypes visuels, et au fait qu’il existe une circulation des images → réinsérer dans culture visuelle plus vaste

Trois confrontations me semblent ici s’imposer dans le cas précis de New Beijing I :

  • Resituer cette bande-dessinée dans la série “Uchronies” et la relire à la lueur des tomes suivants
  • Resituer dans le genre ou la « tradition » littéraire et artistique (pléthorique…) des uchronies-dystopies. Quelques références me viennent immédiatement en tête, mais la liste est loin d’être exhaustive : Barjavel, Ravages ;  Orwell, 1984 ou le film Brazil de Terri Gilliam (1985)…
  • Confronter cette BD « 100% occidentale » à une vision plus chinoise, notamment aux ouvrages des éditions Fei, qui propose un point de vue chinois/franco-chinois et donc un bon contrepoint…


[1] Cf. La une d’un numéro récent de Courrier international, qui titrait : “Moins vite la Chine !”. Bienveillant conseil dicté par la sagesse d’une vieille nation familiarisée aux revers climatiques et sociaux ou bien injonction fielleuse animée par la peur et la l’envie d’une nation dégradée et dépassée par l’histoire ? http://www.courrierinternational.com/article/2012/10/04/moins-vite-la-chine

[2] La cuisine comme pierre de touche d’une identité ou d’une « essence » chinoise est un topos de la littérature des pionniers et les voyageurs du XIXe ou du début du XXème siècle : à titre d’exemple, lire Carl Crow – qui hantent encore aujourd’hui les guides touristiques et les sites consacrés à la Chine… et aujourd’hui étrangement récupéré par les Instituts Confucius dans leur tentative obsessionnelle de définir une « essence chinoise »… La cuisine apparaît donc comme un élément fondamental de cette nouvelle « image de marque » de la Chine contemporaine.

[3] Je reprends ici en la détournant à mes propres fins la terminologie de Langlois et Seignobos : les expressions de critiques « externe » et « interne » n’ont pas ici le même sens  que pour les deux historiens du XIXème siècle.

Cécile Armand

Ancienne élève de l'Ecole Normale Supérieure (ENS) de Lyon (2006), agrégée d'histoire (2009), docteure en histoire (2017). Ma thèse propose une histoire spatiale de la publicité à Shanghai (1905-1949), sous la co-direction de Christian Henriot (Aix-Marseille Université) et Carol Benedict (Georgetown Université, Washington D.C.). Au-delà de la publicité à Shanghai, mes centres d'intérêt me portent vers l'histoire urbaine, spatiale et sociale en général, les outils et méthodes numériques pour la recherche historique, l'historiographie et l'épistémologie.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookPinterest

La Chine dans les « Collections de l’Histoire » (VMC 2)

Visages médiatiques II (VMC 2) : la Chine dans les « Collections de l’Histoire »

 

http://www.journaux.fr/images/revues/M5876.jpgDeuxième volet de cette série consacrée aux « visages médiatiques de la Chine » : la Chine dans la presse grand public et les revues d’histoire de vulgarisation. Dans le contexte du renouvellement du personnel dirigeant chinois lors du Congrès du Parti Communiste qui se tient du 8 au 14 novembre, les kiosques et marchands de journaux ont été envahis par une foultitude de revues et de journaux proposant des numéros spéciaux ou des hors-séries consacrées à la Chine et son histoire. Examinons quelques-uns de ces bijoux de la presse grand public, à commencer par la très sérieuse revue L’Histoire – qui nous livre pourtant en ce mois d’octobre un beau réservoir de clichés…

Le titre même de la revue est éloquent – « La Chine 1912-2012 – D’un empire à l’autre » : il crée l’illusion d’une permanence ou d’une « répétition de l’histoire », au mépris de cette matière diachronique qui constitue l’histoire, au prix d’un nivellement de la réalité historique et de la dissolution des évolutions sous le concept – ô combien problématique – « d’empire »…

 Un éditorial anti-historique ou anti-historien

 Son titre d’abord, « Le  réveil chinois », véhicule deux stéréotypes coriace, tendus entre permanence et mutations. Premier topos, celui d’une « répétition de l’histoire », de nouveau convoqué par l’effet d’un écho à peine assourdi au célèbre de l’ouvrage d’Alain Peyrefitte, Quand la Chine s’éveillera[1]… Comme si l’histoire chinoise – sinon l’Histoire en général… – n’était qu’une alternance de phases de veille et de sommeil, d’activité et d’inertie, qu’une succession d’endormissements et de réveils plus ou moins brutaux… donnant corps à une conception usée du temps, entre linéarité et cyclicité – fleurant le mythe de « l’Eternel retour » – et une vision tout aussi éculée de l’histoire « maîtresse de vie » pourvoyeuse de leçons et d’exempla par sa répétitivité même… Deuxième topos plus difficile à démasquer, car l’on a tendance à tronquer le titre de Peyrefitte en oubliant sa seconde partie : …le monde tremblera ! Voilà donc ressuscité la crainte séculaire du « péril jaune », imaginé en 1895 par  Guillaume II sous une forme politique et religieuse d’abord, avant de prendre une dimension plus économique mais aussi démographique. Et c’est sans doute sous cette forme qu’il subsiste aujourd’hui : la menace chinoise, c’est avant tout celle d’un pays émergent qui connaît une croissance économique effrénée à faire rougir d’envie cette Europe en « crise », d’une part, et d’une Chine qui reste forte – malgré sa politique de l’enfant unique – d’une population plus que milliardaire… fantasme d’une France vaincue et revancharde, hantée depuis 1870 par sa dénatalité et sa « dévitalisation », et donc la menace d’une « submersion » face à cette Allemagne ennemie supposée prolifique…

Poursuivons la lecture jusqu’au deuxième paragraphe : « Mao Zedong, maître du pays jusqu’à sa mort en 1976, établit d’emblée[2] un régime totalitaire (…) ». Arrêtons un instant sur ce simple petit mot d’emblée, apparemment anodin, mais qui va totalement à l’encontre de la pensée historique – pensée de la contingence par excellence – en infusant dans l’esprit du lecteur une impression de facilité, d’automatisme, de nécessité… Dès son arrivée au pouvoir, le Grand Timonier établit immédiatement, brutalement, d’un bloc et sans problème, naturellement en somme, son régime totalitaire… comme s’il ne pouvait, comme n’avait pu en être autrement. Un simple petit mot qui, sous son apparente innocence, conforte dangereusement l’équation déjà bien implantée dans la conscience – ou l’inconscient ? – du Français moyen que Mao = affreux tyran et dictateur = le Mal. L’expression même de régime totalitaire est lestée de toute une constellation de représentations partagées par tous les petits collégiens et lycéens actuels et anciens qui, pour être passés par le système de l’école républicaine française, connaissent sur le bout des doigts ces programmes du secondaire qui font la part belle aux totalitarismes, et qui ont retenu cette leçon majeure que, sous l’apparence de la diversité et de la complexité, tous les « totalitarismes » se valent et se fondent sous ce concept même de totalitarisme. Fascisme, nazisme, stalinisme, maoïsme – notons que seuls les deux derniers sont associés à des personnes… – même combat ! Le Grand Timonier n’est que le double ou le frère du Petit Père des Peuples ou du nabot à moustache au sein de la grande famille des dictateurs et des bourreaux. En bref, dans l’esprit de l’écolier ou ex écolier français, le totalitarisme est une étiquette commode  -aux relents de guerre froide – pour désigner le Mal… cet Autre qui n’est que l’envers et l’ennemi du Bien : Nous : la démocratie libérale, le monde libre, « l’Occident » et la France – cette gentille patrie des Lumières, de la Révolution et des Droits de l’Homme…

Si l’on poursuit encore la lecture, on s’aperçoit que la chronologie reste simpliste et « acritique », reprenant à son compte les grands schèmes temporels, les grands jalons de l’historiographie chinoise « traditionnelle », suivant les rythmes et les ruptures de la succession des régimes politiques. Elle conforte notamment la dichotomie classique et la grande ligne de fracture entre l’ère « Mao » – considérée comme un âge de la propagande, de la tyrannie, de la violence, de l’ignorance et du musèlement des penseurs et des historiens, finalement vengés par la nouvelle génération d’historiens de l’âge « post-Mao » – qui serait celui de la croissance économique, du capitalisme, de la libération –relative- des historiens et de l’historiographie chinoise en vertu de l’accès à de nouvelles sources… tout en maintenant l’illusion de la nuance et de la complexité, par le rappel – un brin fielleux – de l’envers de ce miracle économique post-maoïste –un développement brutal et inégal, l’exploitation de dizaines de millions de sans-droits, la destruction assumée de l’environnement – et par un hommage faussement compassionnel à ses « laissés-pour-compte »… En quelques lignes apparemment factuelles et objectives, la France a réglé ses comptes avec une Chine insolente qui ne peut éternellement continuer de faire miroiter les chiffres de sa croissance hypnotique sous les yeux envieux d’un Occident en déclin…

En somme, c’est à un numéro spécial fort peu « historique », malgré les prétentions de la revue à vulgariser la démarche de l’historien, que nous avons affaire… Mais n’est-ce pas imputable à la nature et à la fonction même de l’éditorial, à son format et à la forme d’écriture condensée qu’il impose ou requiert ? A son espace littéraire trop étriqué – sorte équivalent de la temporalité télévisuelle – pour accueillir la complexité du discours scientifique et de la réalité historique, géographique, sociale et culturelle ?

 Le lecteur de L’Histoire, touriste d’un passé chinois reconstruit

 Au fil des pages, la revue promène ensuite son lecteur, sorte de touriste d’un passé réinventé, suivant un itinéraire bien balisé par toute une série de passages obligés, de « lieux attendus », lieux communs, qui, ainsi repris et ressassés, contribue à conforter voire renforcer une vision conventionnelle, consensuelle, stéréotypée de la Chine. Le choix des « lieux attendus » est dicté par des soucis éditoriaux davantage qu’ils ne sont motivés par des soucis historiographiques ou déterminés par des critères scientifiques – des lieux attendus par le lecteur, ou supposés tels : mais la presse n’influence-t-elle pas en retour ces attentes, ne construit-elle pas, même, ces attentes et par là-même son propre lecteur ? Qui est réellement à la source des attentes et de cette vision stéréotypée de la Chine ? Sans doute est-il oiseux de rechercher une quelconque origine des clichés, son foyer, son berceau : postulons plutôt la circulation des images et des lieux communs au sein d’une « culture » ou d’un sens commun alimenté en permanence par différents types de canaux et de medias. Le pouvoir des images et des représentations naît moins de ces représentations et images isolées, en elles-mêmes, que de leurs citations, leurs répétitions, leurs récurrences, leurs effets d’appels et d’échos, dans une sorte d’hypervisualité – barbarisme forgé à partir de la notion d’hypertextualité…

Quels sont ces passages obligés ? Citons-en quelques-uns, avec la certitude qu’ils seront familiers au lecteur, et tâchons de les mettre au perspective, en résonance avec nos propres préoccupations de Français ou d’Occidentaux du XXIeme siècle, pour tenter de cerner le « lieu » d’où parle des revues de vulgarisation :

  • les minorités, le Tibet, les émeutes des populations ouïghours du Xinjiang (et donc leur répression…), intolérables à nous, Français, ouverts à toutes les minorités, terre de tolérance et d’accueil aux opprimés depuis les Lumières… La France « patrie des droits de l’homme » et donneuse de leçons, adossée sur sa « glorieuse » histoire nationale, redonne de la voix…
  • le statut difficile de la femme chinoise et les contrecoups de la politique de limitation des naissances : obsession d’une France inquiète du vieillissement de sa population, qui se réjouit des problèmes démographiques actuels de la Chine ?
  • de grands événements (le Grand Bond en avant, la Révolution culturelle), tant ressassés – sans pour autant en être mieux connus – qu’ils en deviennent, par association d’idées et automatismes mentaux, des abrégés de l’histoire chinoise elle-même…
  • la Cité interdite… hébergeant à elle seule tous ces lieux mythiques et emblèmes d’un patrimoine parfois menacé – ces lieux tout imprégnés de pittoresque et de mystère, qui éveillent tantôt la fascination du touriste potentiel, tantôt les souvenirs de celui qui y est allé, qui « a vu ce que c’était »[3], et en est revenu – cet « habitué » de la Chine au terme d’un séjour express de trois jours où il s’est vu bringuebalé de Badaling à Suzhou sans même avoir eu le temps de recharger son appareil photo numérique avant s’envoler pour Bangkok –

 De quelques icônes de l’histoire chinoise

De part mon intérêt pour les sources et les études visuelles, toute apparition d’image – notamment lorsqu’elle est mobilisée dans un discours historiographique – met en alerte mon ma conscience critique qui désormais ne connaît plus le repos… Dans la présente revue en l’occurrence, le « lecteur d’images » sera frappé par leur utilisation à des fins apparemment purement illustratives, d’une part, dénuée de toute interrogation sur la nature, la forme spécifique, le support ou la fonction de l’image, par exemple. Le souci esthétique devient finalement « idéologique » malgré lui en aboutissant à élaborer un véritable catalogue « d’icônes » abstraites de leur contexte. Non seulement les sources ou les « métadonnées » de base sont cachées au lecteur, mais les légendes, sans aucun fondement ni mention de leurs sources, en orientent dangereusement la lecture : ainsi en est-il de la photographie en page 94, légendée précisément « L’idole déchue. Image déchirée de Mao dans une ferme d’un village du Jiangxi (1988) », censée illustrer le processus de « désacralisation » post-maoïste. Mais d’où vient cette légende ? Qui l’a écrit ? Son auteur s’est-il rendu sur la tombe de l’idole déchue pour constater qu’elle était belle et bien morte et enterrée, pour vérifier que la déchirure était bien volontaire et idéologique et non le fruit de l’usure et du passage du temps ?

La lexicologie devient elle aussi vectrice d’une vision stéréotypée de la Chine. Le lexique apparemment neutre et purement utilitaire proposé en fin de revue, fait figure de « cabinet des curiosités » juxtaposant des bibelots historiographiques aussi hétéroclites que « l’Armée rouge », le col Mao, les minorités « cuits »/ « crus » ou le laogai – l’usage du chinois comme gage d’authenticité et de rigueur… A priori destiné à constituer un socle de connaissance de base sur la Chine et à servir d’outil et de repères dans le dédale de la multiséculaire histoire chinois, il pourrait s’intituler : « Les mots de la Chine » ou « La Chine pour les Nuls »… mais sonne finalement comme une litanie sans surprise, confortant la représentation conventionnelle que le Français du XXIe se fait de l’histoire chinoise, par ce qui n’est au fond qu’un pensum consensuel qu’il croit pouvoir mobiliser sans crainte face aux flux débordant d’informations et d’actualités anarchiques et trompeuses comme un appareil critique « objectif » et « efficace »…sans soupçonner que cette mise en mots de la Chine suppose aussi des choix, des réductions et des raccourcis, parfois innocents mais pas toujours…

 Mais qui se cache derrière cette imposture historiographique ?

Il est nécessaire de remonter aux sources, aux auteurs et aux acteurs de la revue, et d’en reconstituer le processus de production pour en comprendre et en démasquer les bévues. Tout n’est pas à jeter aux oubliettes de l’histoire « authentique » et « savante » : certaines contributions sont le fait d’historiens et de chercheurs qui font autorité dans leur domaine (Marie-Claire Bergère, Lucien Bianco, ou Alain Roux, par exemple), peu suspects de vouloir perpétuer des stéréotypes nationalistes ou de régler leurs comptes avec un Empire du Milieu par trop renaissant aux yeux de l’Occident déclinant. Il n’empêche : si bien intentionnés soient-ils, même bien arrimés à leur port universitaire, ils ne peuvent pas ne pas parler d’un « lieu » social – l’Université notamment, qui ne sera jamais une institution « neutre » et dénuée de présupposés idéologiques – ni se déprendre de tout « impensé » ou « inconscient » historique. Par ailleurs, leurs trop faibles voix ne suffisent pas à couvrir les vociférations médiatiques d’un Domenach, en dépit du format de l’interview choisi sans doute pour son caractère dialogique et interactif, apparemment semble plus ludique et plus accessible que le monolithique discours universitaire – mais n’est-ce au prix d’un affadissement et d’un appauvrissement, sinon d’une distorsion ou d’une dénaturation la connaissance elle-même. L’inégale qualité des articles s’explique donc par la fabrique même de la revue, qui met en jeu un melting-pot-salad bowl de journalistes, de sino-toutologues médiatiques (Domenach), et d’universitaires reconnus. Une mêlée caractéristique de cette concurrence des paroles (étatique, historienne, mémorielle, médiatique) diagnostiquée par M.Crivello et N. Offendsadt[4] et de ce « mélange des genres » plus ou moins bien appréciés, compris, efficace, au sein de l’espace public.

 « Cette officine où l’on fabrique l’idéal, il me semble qu’elle sent le mensonge à plein nez ! »[5]

 Quel peut-être l’au-delà, ou l’en dessous – le lieu souterrain – de cette vision stéréotypée de la Chine contemporaine ?

Les exigences éditoriales et financières, d’évidence : il faudrait étudier plus en profondeur la fabrique de la revue et de la presse grand public en général, en démonter les ressorts et les mécanismes, davantage l’incarner pour en démasquer les instigateurs  et leurs intérêts.

Moins visible, moins perceptible, sans doute : l’envie, les rivalités nationalistes d’une France, d’une Europe, d’un Occident « en crise » – qui jalousent cette puissance encore en pleine croissance – qui se consolent et se venge en lui rappelant l’envers de sa réussite, en conjurant ses mauvais démons, en ravivant sa mauvaise conscience, en titillant ses faiblesses – en s’érigeant comme à son habitude, en donneuse de leçons agitant l’étendard des droits de l’homme, de la démocratie, de la protection de l’environnement et du développement durables – tout ce bric-à-brac de valeurs et de (pré)supposés louables servant seulement à dessiner le visage d’une « anti-Chine » et à conforter la France et l’Europe dans leur rôle de « modèles » à imiter, de réservoir de valeurs où puiser, ayant encore force de proposition…



[1] d’Alain Peyrefitte, Quand la Chine s’éveillera…le monde tremblera, 1973.

[2] C’est moi qui souligne.

[3] Expression saisie lors de mon retour de Shanghai en 2009 sur les lèvres d’un cadre français revenant d’un séjour en Asie organisé par son comité d’entreprise…à méditer.

[4] Maryline Crivello, Nicolas Offendstadt, « Concurrences et controverses. Introduction », in Crivello, Garcia, Offendstadt (et allii), Concurrence des passés. Usages politiques du passé dans la France contemporaine, Publications de l’Université de Provence, 2006.

[5] Nietzsche, Généalogie de la morale, 1887.

Cécile Armand

Ancienne élève de l'Ecole Normale Supérieure (ENS) de Lyon (2006), agrégée d'histoire (2009), docteure en histoire (2017). Ma thèse propose une histoire spatiale de la publicité à Shanghai (1905-1949), sous la co-direction de Christian Henriot (Aix-Marseille Université) et Carol Benedict (Georgetown Université, Washington D.C.). Au-delà de la publicité à Shanghai, mes centres d'intérêt me portent vers l'histoire urbaine, spatiale et sociale en général, les outils et méthodes numériques pour la recherche historique, l'historiographie et l'épistémologie.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookPinterest

La Chine de 007 (VMC 1)

Visages médiatiques de la Chine I (VMC 1) : la Chine de 007

Ce billet est le premier d’une série consacrée à l’étude des représentations de la Chine au prisme de différents media contemporains – surtout « occidentaux » que j’intitule provisoirement « Visages médiatiques de la Chine ». Parce qu’il serait vain et même dangereux de cloisonner les différents types d’images, de supports ou de media, je brosserai à grands traits un portrait « cinématographique » de la Chine telle qu’elle est visible dans le nouveau James Bond, « Skyfall » (octobre 2012).

Quelques considérations historiographiques s’imposent au préalable. On trouvera bien téméraire de la part d’une soi-disant « spécialiste de la publicité » de s’aventurer sur le territoire des « spécialistes du cinéma ».

Le problème est d’abord de trouver un juste équilibre entre une nécessaire spécialisation et un dangereux retranchement dans un « territoire » visuel, dans un type d’image, de support ou de medium visuel érigé en territoire hermétique aux autres chercheurs et « spécialités ». Une solution au risque de l’auto-enfermement serait de multiplier les échanges entre spécialistes du visuel et entre disciplines :de promouvoir un dialogue entre ces différences formes visuelles, d’une part, et la fameuse « interdisciplinarité » d’autre part – à condition que celle-ci consiste soit authentique et conforme au vœu de Deleuze : « la rencontre de deux disciplines ne se fait pas lorsque l’une se met à réfléchir sur l’autre, mais lorsque l’une s’aperçoit qu’elle doit résoudre pour son compte et avec ses moyens propres un problème semblable à celui qui se pose aussi dans une autre » (Deleuze 1992). Un tel dialogue suppose alors un minimum de connaissance du domaine de l’autre et de sensibilité à ses questionnements – condition d’une interdisciplinarité véritablement empathique et non d’une récupération colonisatrice et impérialiste de l’altérité disciplinaire…

Aborder le cinéma en particulier peut effrayer au premier abord : ne risque-t-on pas d’être rapidement submergé face à l’abondance de la bibliographie sur le sujet,face  à l’ancienneté et la complexité des réflexions menées sur les relations histoire/cinéma – depuis Marc Ferro en 1973 surtout, mais dès les débuts du cinéma et les années 1920-1930, chez des penseurs comme S. Kracauer – face à la surpopulation des chercheurs sur un territoire pourtant élargi et enrichi par le renouvellement des perspectives et des articulations entre histoire et cinéma – l’histoire du cinéma, l’histoire par le cinéma, l’histoire avec ou à travers le cinéma[1]… Pourtant, le parti pris ici est de refuser l’érudition (trop aride) ou l’exhaustivité (impossible) au profit d’un regard plus sensible et plus intuitif sur le visage cinématographique de la Chine dans le nouveau James Bond, partant d’une expérience personnelle et cuisinant à partir d’un socle minimum de connaissances métahistoriques.

Cette mise au point étant faite, sous quel(s) visage(s) la Chine apparaît-elle dans « Skyfall » (octobre 2012) ?

 Shanghai by night

La Chine de James Bond est d’abord une Chine urbaine, métropolitaine même, bien éloignée de la rugueuse réalité des campagnes chinoises. Ce qui est donné à voir au spectateur « occidental » du début du XXIeme siècle, c’est la Chine des grandes métropoles, ou plutôt d’une grande métropole qui semble à elle seule résumer l’immensité de l’Empire du Milieu : Shanghai. Vision paradoxale et provocatrice si l’on songe au rapport ambivalent et conflictuel des Chinois au monde urbain, en vertu de la « classique » opposition et rivalité entre Chine des villes et Chine des campagnes… au rapport à Shanghai tout particulièrement, longtemps considéré comme une sorte de « corps étranger » à la Chine, comme une enclave « non chinoise » en Chine, étrangère à ce que serait l’essence chinoise… Cette dénaturation de l’identité chinoise a longtemps été justifié par son urbanité en premier lieu, au sein d’une Chine qui se voulait d’essence « rurale », par les influences occidentales matérialisées par le système des concessions notamment, et par son caractère « moderne », autant d’ingrédients qui en faisait aux yeux des Chinois un monde de corruption, de dépravation, de décadence… Ce qui n’empêchait pas une certaine fascination pour ce monde étranger, exotique, dont témoigne par exemple le célèbre roman de Mao Dun, Minuit (1933).

Le Shanghai de  James Bond est également un monde nocturne, pour le moins inquiétant – les fenêtres éclairées des gratte-ciel clignotant comme une multitude d’yeux malicieux et démoniaques. Shanghai et la Chine semblent bâties en opposition avec la métropole londonienne et le monde britannique : la ville chinoise futuriste, verticale et tout en hauteur, se dresse vers le ciel dans une ambition babélique que semble lui envier une Angleterre vieillie, vulnérable, dynamitée de toute part, et forcée de se réfugier – comme cette « M » remisée et pourchassée qui l’incarne – dans un monde souterrain, celui du « Tube » d’une part, celui des passages secrets d’un vieux manoir écossais, d’autre part… Aux gadgets de Q comme à la sophistication des néo-métropoles asiatiques sont alors préférées les bonnes vieilles méthodes traditionnelles, dans une sorte de repli nostalgique sur le passé et la tradition d’un empire croulant, dont l’âge d’or de l’espionnage semble bien révolu…

 

Shanghai : un monde moderne et vertical
Londres : un monde vieilli et souterrain

Luxe, calme et volupté…

La Chine de James Bond – alors fondue dans un monde chinois indifférencié englobant notamment Macau – est une Chine féminine enfin. Elle apparaît sous les traits d’une femme, de la Femme plutôt, allégorie classique du Mystère, de la Perversion et de la Prostitution – incarnation des « Belles de Shanghai » ? Ce fantasme féminin évolue dans un monde de luxe et de luxure, entre les casinos de Macau et cette piscine panoramique et déserte sur le toit d’un hôtel quatre étoiles de Pudong…

 

En résumé, l’équation Chine = Shanghai = Pudong que les mathématiciens Sam Mendes et Daniel Craig dans le film doit faire se retourner dans leurs tombes bien des Chinois qui ont vécu la fin de l’empire des Qing…Pour ne rien dire des ouvriers et paysans Chinois du XXIème siècle, à mille lieues de cet univers nocturne et luxuriant… Au pays des représentations, et le proche et le lointain, l’étranger et le familier sont singulièrement redéfinies… renversées les lois de la géométrie et de la géographie dans notre monde si rationnel et si rassurant…

PS : qu’on me pardonne de faire une usage purement illustratif des images tirées du film, dans un carnet de recherche qui prétend pourtant accorder une place centrale à l’image dans sa réflexion et sans ses modes d’écriture…Il faudrait expérimenter ici un compte rendu visuel voire filmique des représentations « james bondiennes » de la Chine contemporaine…

Cécile Armand

Ancienne élève de l'Ecole Normale Supérieure (ENS) de Lyon (2006), agrégée d'histoire (2009), docteure en histoire (2017). Ma thèse propose une histoire spatiale de la publicité à Shanghai (1905-1949), sous la co-direction de Christian Henriot (Aix-Marseille Université) et Carol Benedict (Georgetown Université, Washington D.C.). Au-delà de la publicité à Shanghai, mes centres d'intérêt me portent vers l'histoire urbaine, spatiale et sociale en général, les outils et méthodes numériques pour la recherche historique, l'historiographie et l'épistémologie.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookPinterest

« Les Présidents français à Dakar » – Épisode 3

 

François répond – malgré lui  – à Nicolas (épisode 3)

Résumé des épisodes précédents

Après la visite de Nicolas Sarkozy à Dakar[1], les attentes africaines ont été déçues[2] : les réactions plus ou moins violentes ont oscillé entre déception et sentiment d’humiliation. Pourtant, non découragées par ce discours replié sur son passé et fermé sur l’avenir, les élites africaines en ont appelé à un changement de discours et à la mise en œuvre de mesures politiques concrètes. Cet appel a-t-il été entendu ? François a-t-il fait mieux que Nicolas ? Comment les Africains ont-ils réagi à ce nouveaux discours ? Réponse dans ce nouvel épisode tant attendu de votre série « Les Présidents à Dakar »…

De Nicolas à François : entre continuités et ruptures, permanences et mutations

La « fabrique » franco-africaine du discours

La « fabrique » du discours semble d’emblée indiquer que François Hollande a voulu éviter de « retomber dans les erreurs » de Nicolas Sarkozy – qui avait péché, on s’en souvient, par « ignorance » historique, selon certains ; par son irréductible mépris pour les sciences humaines et sociales et pour la connaissance en général, selon d’autres  – et tirer les leçons du discours – cynique ou maladroit, donc, à votre guise… – de son malheureux prédécesseur. Plutôt que de s’en remettre à son « nègre » « raciste » et « néocolonialiste », François Hollande a pour l’occasion préféré s’entourer de six grands intellectuels africains dont le Congolais Elikia M’Bokolo, directeur du centre d’études africaines à l’EHESS, et Mamadou Diouf, directeur des Etudes Africaines à l’université Columbia.

Relecture parallèle des deux discours

L’Express se livre à une lecture parallèle des deux discours : il s’attache à en montrer les continuités et les ruptures. Il souligne d’abord la tonalité plus « optimiste » et plus « consensuelle » du discours de Hollande. Si les deux discours font référence à l’histoire commune de la France et de l’Afrique et rendent hommage aux soldats africains morts pour la France, F. Hollande se montre plus précis en saluant plus spécifiquement les tirailleurs sénéglais et la contribution du Sénégal à la vie politique française. En outre, les références mobilisées sont différentes – Hollande, moins lyrique que son prédécesseur, préfère Blaise Diagne à Rimbaud – ou le sont différemment – ainsi, c’est au Senghor poète que fait appel Henri Guaino, tandis que François Hollande mobilise l’homme politique. Selon l’Express, la question de la « repentance » constitue la grande ligne de fracture entre les deux discours : explicitement refusée par Sarkozy, elle est discrètement éclipsée par Hollande. Le destinataire représente une autre démarcation importante : si Sarkozy s’adressait à l’Afrique dans son ensemble, ou à la rigueur à la « jeunesse » africaine – et, dans tous les cas, à une Afrique indistincte et indivise – Hollande cible des groupes de destinataires plus restreints : le Sénégal, son Assemblée nationale, ou encore les femmes. Il semble ainsi répondre à I. Thioub qui demandait aux présidents français de cerner plus clairement leurs interlocuteurs africains : d donner un visage identifiable à cette flottante Afrique, en reconnaître et en respecter les singularités. Mais ce privilège accordé au Sénégal s’explique aussi sans doute par le contexte particulier et immédiat du discours : le siège de l’Assemblée nationale sénégalaise à Dakar. L’économie enfin, peu évoquée par Sarkozy en 2007, devient une question centrale en 2012 pour cette Afrique présentée comme l’avenir du monde, bien que toujours sous la menace d’obscurs « prédateurs »…

Qu’on me permette à présent quelques retouches à cet exercice de parallélisme.

De la mystique sarkozyenne au réalisme hollandais

Concernant la tonalité des deux discours tout d’abord, il n’est pas inutile de souligner la différence fondamentale entre le registre moral, pathétique, voire mystique, mobilisé dans le discours de 2007, et la rhétorique beaucoup plus concrète, rationnelle et matérialiste d’un François Hollande visiblement plus enraciné dans la « réalité rugueuse » de l’Afrique. Alors que Nicolas Sarkozy déclinait le champ lexical d’une culpabilité quasi religieuse – notions de « faute », de « repentir » ou de « repentance », de « responsabilité », d’ « expiation » –  de la souffrance – les « maux », les « blessures » et autre « meurtrissures » labourent son discours – ou de la mystique – « âme », « sacré », « mystère », « désenchanté », « croyance », « superstitions », son successeur refuse cette rhétorique fantasmatique : conjurant le spectre d’une Afrique mystique et mystérieuse, passive et passéiste, il dresse une liste d’actions, d’acteurs et d’événements concrets, passés ou à venir, et multiplie les allusions explicites à l’actualité contemporaine.

L’entrée de l’Afrique dans l’histoire

Malgré ses affirmations, François Hollande répond  à la question de l’intégration de l’Afrique dans l’histoire : pour lui, l’Afrique est bien partie prenante et actrice de l’histoire, elle est en marche. Le nouveau président se tourne davantage et de manière résolument plus positive vers l’avenir du continent, plutôt qu’il ne se retourne son passé. Les rapports au temps et à l’histoire des deux présidents sont tantôt convergents, tantôt divergents : si tous deux font référence à l’histoire commune, s’ils invitent à se tourner vers l’avenir et réactivent la tradition de l’historia magistra, François Hollande se refuse toutefois à enfermer l’Afrique dans un temps circulaire et à faire de l’histoire linéaire et de la marche vers le progrès un privilège français ou « occidental ».

De la repentance à la mémoire

En 2012, François Hollande subtilise la délicate question de la responsabilité et de la repentance pour lui substituer la notion moins glissante de mémoire : évacuant le jugement sarkozyen d’une Afrique « responsable » de ses maux, il évoque plutôt la « mémoire » inéluctable et l’impossible oubli de la colonisation, de la traite et de l’esclavage, et des guerres.

Entre ruptures et continuités

Des motifs et des éléments récurrents produisent des effets d’échos entre les deux discours : une même tendance – convention diplomatique ? – à placer les relations franco-africaines sous le signe de « l’amitié » voire de la « fraternité », même propension à évoquer l’histoire commune, à pointer la « jeunesse de l’Afrique », à mobiliser des références similaires (Senghor), bien que sous des visages différents parfois.

Des divergences sensibles méritent toutefois d’être soulignées en guise de conclusion. Tout d’abord, le reflux d’une certaine « ethnophilosophie » d’origine coloniale qui tendait à essentialiser et naturaliser « l’Afrique », « l’Homme africain », ou « l’âme africaine » ; l’abandon d’un schéma de pensée binaire – d’influence bushiste ? – divisant le monde en deux grands blocs – France, Europe, Occident d’un côté, l’Afrique de l’autre ; un monde (européen ou occidental) de civilisation, de progrès, de lumière, de liberté d’un côté, un monde (africain) sauvage, en stagnation voire en régression, condamné à l’obscurantiste et à la servitude de l’autre – et structurant toute réalité en deux pôles (haine/amour, coupable/innocent, bien/mal…). Autre divergence : ce qui était pathologie ou faiblesse chez Sarkozy devient une force et un atout chez F. Hollande : l’agriculture, la croissance économique, la vitalité démographique de l’Afrique. Enfin, le nouveau président invoque de nouvelles valeurs et mobilise de nouvelles questions ou de nouveaux thèmes, en phase avec des préoccupations qui n’existaient pas encore en 2012, ou qui n’étaient pas encore « à la mode » : le « néocolonialisme chinois » et plus généralement des pays émergents en Afrique, les femmes, la démocratie, la transparence, les médias, les pandémies, l’environnement…etc. Le catalogue des préoccupations contemporaines de nos « démocraties libérales » pourrait être longuement poursuivi… mais épargnons notre lecteur déjà bien patient…

Les nouveaux guetteurs africains[3]

Dans un article publié dans le Quotidien du Sénégal le 14 octobre 2012, Mamadou Biaye salue un discours « réussi » mais campe dans la position du « guetteur » en attente d’actions concrètes. Si aux yeux du journaliste François Hollande a « fait mieux que Sarkozy », notamment en réintégrant l’Afrique dans l’histoire et en prenant le contrepied du discours de son prédécesseur, rien de moins n’en était attendu : la prouesse rhétorique n’est donc qu’une réussite « par défaut » – en somme, Hollande ne pouvait faire pire que son prédécesseur… il était impossible de dire le contraire ou même de dire moins, et ce discours reste un discours, qui ne dispense pas de prendre des mesures politiques effectives…

Des « cœurs brisés » en métropole…

Rien de nouveau sous le soleil de Dakar…[4]

Le « philosophe » Jean-François Mattei s’emploie à établir des continuités entre le discours de 2005 et celui de 2012, afin de lui dénier toute originalité et de retourner au nouveau président la critique qui avait été adressée, souvenons-en, à son prédécesseur : celui de manquer la « rupture ». Ainsi, le discours de François Hollande ne serait qu’une répétition de celui de Nicolas Sarkozy . D’une part, il annonce comme son prédécesseur la fin du modèle inégalitaire françafricain et l’avènement d’un partenariat d’égal à égal, déclaration purement rhétorique que démentent les faits. D’autre part, il refuse d’imposer – ou même proposer – le modèle démocratique à la française et de donner des leçons à l’Afrique – une affirmation là encore en parfaite contradiction avec les actes politiques, selon J-F Mattei. Et de conclure : François Hollande reste le digne héritier de Tintin au Congo !

Seule nouveauté concédée : « privé du même ressort idéologique » [que son prédécesseur] – celui qui soutient que les concepts d’histoire et de progrès seraient une invention européenne – le discours de F. Hollande « ne pouvait que proposer une thèse plus consensuelle ». Le « consensus » adopté par Hollande serait donc mois un choix idéologique et politique qu’un consensus forcé par la nécessité historique – n’est-ce pas là dénier discrètement toute autonomie à cet acteur spécial de l’histoire qu’est le président de la République française ?

Du consensus comme « Ruse de la Raison » dans l’Histoire »… ou comment faire de François Hollande un nouveau Napoléon…

Un « discours pour rien » (Henri Guaino)[5]

Comme Mattei, Henri Gaino tend à relativiser la supposée « rupture » introduite par François Hollande, pour revaloriser en retour l’action de Nicolas Sarkozy en son temps. Les thèmes développés dans le discours du président honni n’auraient ainsi rien d’original, qu’il s’agisse de la Françafrique, de la démocratie, des accords de défense, ou de la taxe sur les transactions financières. Reprenant la rhétorique marxienne du Coup d’Etat du Dix-huit Brumaire, le « nègre » du président déchu réduit le discours de 2012 à une caricature de son prédécesseur, avant de s’attaquer à l’inconstance du nouveau président et son absence « d’indications stratégiques » au profit de pures « pétitions de principes »… En somme, ce discours n’est qu’un vent flatteur qui cherche en vain à rafraîchir une Afrique aride de colère.

Mais où est passé le discours de François Hollande ?[6]

L’article du journal La Croix paru le 13 octobre 2012 avance contre le discours de François Hollande des arguments originaux et riches d’enseignements.

Un discours « passé inaperçu »

Le cœur de la démonstration est fondé sur l’affirmation que le discours du nouveau président serait « passé inaperçu » : les preuves de cette éclipse sont à chercher du côté du « para-discours ». Plus qu’au contenu et à la rhétorique du discours proprement dits, le journal s’attarde alors sur les éléments para-textuels et contextuels. Visiblement soucieux de montrer qu’il pratique un journalisme de terrain, il dévoile à ses lointains lecteurs métropolitains les « couacs » et les difficultés techniques auxquels s’est heurtée l’équipe de communication de François Hollande. Ainsi, les Sénégalais auraient été peu informés sur la date et le lieu du discours – la plupart errant en quête de la tribune et se trompant même de jour. Plus ridicule encore : la voix de François Hollande s’est trouvée couverte par les annonces publicitaires de Canal + dont le stand installé à proximité aurait fait concurrence et ombrage au discours  présidentiel… Ces « couacs » techniques ne seraient toutefois que la partie émergée d’un iceberg plus politique et plus problématique : le défaut d’audience et l’indifférence généralisée des Africains, dépeints comme autant de consommateurs « concrets », dont les conversations de comptoirs et les préoccupations matérialistes seraient venus étouffer les hautes déclarations et les grandes valeurs brandies par F. Hollande – qui dut rentré déçu de ne pas avoir rencontré ce citoyen africain idéalement doté d’une conscience critique et démocratique… Preuve de l’indifférence générale, ces témoignages d’auditeurs africains « authentiques » rencontrés sur le terrain par le correspondant local de La Croix : le journaliste multiple ainsi les interviews d’Africains « réels » et « ordinaires » dans un souci apparent d’objectivité et de représentativité. Si un auditeur plus « éclairé » est interrogé, c’est malgré tout le désintérêt ou les désillusions qui dominent cette foule « apolitique »…et essentiellement masculine, donc en flagrante contradiction avec la dédicace spéciale adressée aux femmes par F. Hollande. En filigrane, c’est bien l’incapacité du président français à intéresser le Sénégalais ordinaire qui est visée par le quotidien catholique. En outre, ne peut-on décéler dans cette critique alignée sur les pages d’un journal chrétien, quelque lamentation d’essence morale ou religieuse sur la corruption de la civilisation matérielle, ou encore la nostalgie d’un supposé âge d’or de la citoyenneté ?

Un discours « sans surprises » et « sans annonces »

La Croix passe plus rapidement sur le contenu du discours, qui tendrait à éclipser le passé et l’histoire – points sensibles du discours de Sarkozy – et qui se contenteraient de déclarations d’intentions sans véritables actions – à l’exception de la question des visas peut-être.

Un discours finalement peu novateur

Le journal reprend enfin l’argument plus « classique » de la continuité avec le discours sarkozyen de 2005, notamment en ce qui concerne la question controversée de la « Françafrique ».

De la France ou de l’Afrique : qui est le vrai coupable ? [7]

Une historiographie logo- et européo-centrée 

A propos de la phrase qui a tant fait scandale sur « l’Homme africain » qui ne serait « pas assez entré dans l’histoire », Casali souligne que :

Henri Guaino faisait aussi allusion au manque de sources écrites historiques dans les pays africains. L’étude de l’Histoire est basée sur les sources écrites. Malheureusement, l’Afrique subsaharienne ne possédait pas de système d’écriture exceptée l’Ethiopie qui est un cas à part.

Amusons-nous à démonter le syllogisme apparemment bien huilé de ce « raisonnement » :

Argument de Casali

Contre-argument

(1) L’histoire s’écrit à partir de sources écrites… (1) L’histoire s’écrit à partir d’une grande diversité de sources (orales, iconographiques multimédia), qu’il faut croiser. Casali défend une conception réductrice de l’historiographie, caractéristique de notre culture logocentrée et polarisée par l’écrit.
(2) …Or l’Afrique est dépourvue de sources écrites – une seule concession : le cas particulier de l’Ethiopie… (2) L’Afrique dispose d’autres types sources (orales, mais pas seulement) et n’est pas si dépourvue que cela en sources écrites. Casali tend à enclore l’Afrique et son histoire dans le champ de la mémoire et d’une « tradition » nécessairement orale, un stéréotype durable qui figurait déjà en 2007 dans le discours de Sarkozy. Il suggère une opposition binaire entre d’un côté, une Europe incarnant le monde de l’écrit – preuve supposée qu’elle aurait atteint un « stade » plus « évolué » dans l’histoire – et de l’autre, une Afrique réduite à un monde d’oralité , engluée dans ses archaïsmes et bloquée à un stade plus reculé de « l’évolution » historique.
(3) …Donc l’Afrique est hors de l’histoire et hors de portée de l’historiographie. (2) L’Afrique est dans l’histoire, et possède ses propres « traditions » historiographiques.

Des malheurs africains à la crise européenne : l’Afrique vite oubliée au profit d’une vision axiologique de la crise

Mais bien vite, l’Afrique et ses malheurs sont mis de côté et oubliés, comme si elle n’avait servi que de prétexte à une lamentation sur les souffrances de l’Europe contemporaine. La défense – à peine voilée… – du discours de Sarkozy s’enracine en effet dans le contexte de crise actuelle. Reprenant la vieille rengaine de l’entre-deux-guerres sur la « crise » et la « décadence » de l’Occident, dont Paul Valéry[8] et Oswald Spengler[9] sont sans doute les plus éminemment représentants, Moati et Casali réduisent la crise actuelle que traverse l’Europe à une crise des valeurs, plutôt qu’une crise économique et sociale. N’est-ce pas là une stratégie habile pour masquer et déresponsabiliser les décideurs économiques et financiers, qui ne sont pas totalement étrangers à la réalité – comme au « mythe » – d’une crise régulièrement agitée pour effrayer et « raisonner » les peuples, chaque fois qu’il s’agit de faire passer « en douceur » la pilule de la rigueur, de l’austérité, des « plans de restructuration » et autres  « restrictions budgétaires » ? Il est en effet particulièrement malaisé d’identifier les responsables d’une crise des valeurs : qui est ce « on » anonyme, flou et mouvant, ce masque aux traits indiscernables, ce visage lointain et fantomatique ? Finalement, la crise de l’avenir en Europe, le désespoir des jeunes dans la France contemporaine ne seraient que le résultat de la repentance et de la culpabilisation de la France, de l’Europe, de l’Occident ! Cette absolution de la France ne sonne-t-elle pas comme une inversion de la rhétorique pétainiste, une sorte d’anti-discours du 17 mai 1940, dans lequel le maréchal Pétain attribuait la défaite de la France à ce « esprit de jouissance » qui l’aurait emporté sur « l’esprit de sacrifice » ? En somme, si la France est en crise, n’est-ce pas parce que « l’esprit de repentance l’a emporté sur l’esprit de fierté » ? Rappelons au passage que « l’historien décomplexé » Casali est l’auteur d’un ouvrage récent (septembre 2012) intitulé : L’Histoire de France interdite : pourquoi ne sommes-nous plus fiers de notre histoire ? – le seul titre dispense de commentaires… Casali présente son ouvrage moins comme un « coup de gueule » que comme une « déclaration d’amour à l’histoire de France » et une nouvelle « source de fierté » qui « nous aidera à reprendre confiance en nous ». L’auteur y déplore que l’on « sacrifie notre patrimoine historique au nom de la repentance et du politiquement correct », pour mieux s’en prendre ensuite aux trois inquisiteurs de la France pénitente : l’Education Nationale, d’abord – cette mère castratrice qui façonne nos enfants en « citoyens du monde » plutôt que d’en faire des citoyens aimant leur pays ; les « élites intellectuelles et médiatiques », ensuite – amalgamées en « Ayatollah de la pensée unique » – ; aux « groupes communautaires », enfin, assoiffées de « lois mémorielles »… L’Ecole, l’Université, le Communautarisme : voilà l’ennemi ! Ces traîtres à la patrie qui attisent le feu de la repentance en nous imposant une lecture culpabilisante de l’histoire de France… Qu’il est loin ce temps béni où le providentiel Sarkozy débarquait courageusement à Dakar pour abattre les tabous,  le politiquement correct et pourfendre la mauvaise conscience repentante d’une France par trop complexée…

 

 



[7] Il s’agit là d’une lecture critique de l’interview conjointe du journaliste et réalisateur Serge Moati et du pseudo-historien Dimitri Casali publiée le 12 octobre 2012 sur le site « Atlantico – un vent nouveau sur l’info » : http://www.atlantico.fr/decryptage/francois-hollande-dakar-5-ans-apres-que-reste-t-polemique-discours-nicolas-sarkozy-dimitri-casali-serge-moati-509391.html

[8] Paul Valéry, « La crise de l’esprit », 1919.

[9] Oswald Spengler, Le Déclin de l’Occident, 1918-1922.

Cécile Armand

Ancienne élève de l'Ecole Normale Supérieure (ENS) de Lyon (2006), agrégée d'histoire (2009), docteure en histoire (2017). Ma thèse propose une histoire spatiale de la publicité à Shanghai (1905-1949), sous la co-direction de Christian Henriot (Aix-Marseille Université) et Carol Benedict (Georgetown Université, Washington D.C.). Au-delà de la publicité à Shanghai, mes centres d'intérêt me portent vers l'histoire urbaine, spatiale et sociale en général, les outils et méthodes numériques pour la recherche historique, l'historiographie et l'épistémologie.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookPinterest

« Les Présidents français à Dakar » – Épisode 2

Échos de Dakar : les voix africaines (épisode 2)

 

Résumé de l’épisode précédent[1] 

Le petit Nicolas est rentré tout penaud de Dakar, vilipendé de toutes parts pour son discours, tant du côté français – Philippe Bernard[2] – que du côté africain[3]. Quelles ont été les diverses les réactions à ce discours, dans la presse, chez les hommes politiques et les intellectuels africains ? Ecoutons donc la polyphonie de ces « mystérieuses » voix africaines.  Prêtons pour une fois l’oreille aux échos lointains de cette  « immature » et « immuable » Afrique, soudain étonnamment proche et étonnamment capable de réactions et d’actions, de réflexions et d’(auto)-critiques…

« Félicitations » – toutes relatives… – du président sud-africain Thabo Mbeki

Dans une lettre « reconnaissante » que l’Elysée s’est empressée d’auréoler du terme de « félicitations » le 13 août 2007, afin de faire contrepoids aux réactions hostiles et « ingrates » de « l’Homme africain », le président sud-africain Thabo Mbeki, adressait « sans hésitation des remerciements appuyés » à Nicolas Sarkozy pour ce « discours puissant et émouvant ». Il affirmait que « nous avons de la chance de pouvoir compter sur vous comme citoyen de l’Afrique, comme un partenaire dans le long combat pour mener à bien la vraie renaissance de l’Afrique dans le contexte de la renaissance de l’Europe et du reste du monde ». Evitant les passages sensibles sur l’Afrique qui serait « hors de l’histoire » et à rebours du progrès, il privilégiait les phrases qui voyaient le salut du Continent noir dans le métissage de l’Afrique avec l’Europe, fruit de la colonisation, mais analysé comme un « appel de la liberté, de l’émancipation et de la justice », et affirmait comprendre « pleinement le défi face auquel vous [Sarkozy, la France, l’Europe] nous placez en tant qu’Africains ».

Cette lettre, dans laquelle Mbeki ne s’attacherait qu’aux aspects positifs de l’allocution de son homologue français, n’a pas manqué de susciter de vives réactions en Afrique même, divisant notamment la classe politique sud-africaine[4], consternée qu’un homme politique « aussi intelligent que Mbeki adopte une position aussi bizarre » (Mangcu).

Ingratitudes africaines

 Les réactions « à chaud » de la presse africaine

Le discours de Nicolas Sarkozy a été accueilli fraîchement par la plupart des quotidiens privés sénégalais. Tandis que l’Observateur attaquait le discours spectacle du président français, titrant son article :
« Show à Dakar : Sarko sur scène », de nombreux quotidiens dénonçaient une leçon de morale éhontée – « En visite d’Etat au Sénégal, Sarkozy fait la leçon aux Africains », titrait en première page le quotidien sénégalais Walf Fadjri, au lendemain du discours du président français à Dakar – ironisant sur une « adresse aux Africains » muée en « leçon de français » (Le Quotidien) par un président néo-colonialiste se croyant encore en « mission civilisatrice » (Sud Quotidien). Si dans l’un de ses éditoriaux, le quotidien pro-gouvernemental Le Soleil, moins radical, soulignait simplement la « hauteur républicaine » du président français, Le Populaire, moins nuancé, titrait : « Les vérités (résumées) de Sarkozy aux Africains : « Arrêtez de pleurnicher ! » ». « A défaut de la Françafrique qu’il honnit, place à la Sarkafrique ! », ironisait Sud Quotidien, scandalisé par ce catalogue de clichés : « Quand je l’ai entendu parler aux étudiants, dans un amphithéâtre plein à craquer, j’ai pensé à ces missionnaires venus en Afrique « civiliser » nos arrière-grands-parents […] Des clichés, encore des clichés, toujours des clichés. Quelle injure ! ». L’impénitence française n’a pas manqué de choquer le Walf Fadjri, constatant que Nicolas Sarkozy « n’a pas fait dans la dentelle pour dire ce qu’il pense de l’état actuel de l’Afrique » et ajoutant que « sans ambages, il a tenu les Africains pour responsables de leurs malheurs ».

Prises de distance

A plus long terme, les ondes de choc sont tantôt le fait d’individus isolés – articles d’opinion publiés dans la presse, ouvrages d’auteurs isolés comme Aminata Traoré , L’Afrique humiliée, 2007[5] – tantôt collectives – cf. L’Afrique répond à Sarkozy, un ouvrage collectif issu de la collaboration de 23 universitaires et intellectuels africains de renom, qui a connu un grand un succès éditorial malgré la quasi absence de publicité qui en a été faite. Les réactions s’échelonnent entre réception glaciale, attentes déçues – absence de « grand desseine » (Achille Mbembe) ; « on attendait la rupture, ce fut la cassure » (Ngalasso) – et sentiment d’avoir été insultés, tant sur le plan du discours, d’une part, qui ressasse les stéréotypes, les préjugés séculaires, et les cadres mentaux de l’époque coloniale, que sur le plan des actions, d’autre part, d’une politique qui perpétuerait les pratiques de la Françafrique et confirmerait son soutien aux dictatures, trahissant ainsi non seulement son inertie mais son archaïsme même.

Passons maintenant en revue les déclinaisons de cette déception :

La résurgence du racisme de l’Occident

Dans son ouvrage L’Afrique humiliée, Aminata Traoré plaide pour une « rupture mentale » et, dénonce la permanence du racisme de l’Occident envers l’Afrique, à travers ses diverses manifestations – tout particulièrement la lutte contre l’immigration, escortée de l’épithète « illégale » pour mieux la justifier… Il s’agit selon elle d’un racisme ancien dont la construction européenne, armée de sa politique de clôture des frontières et de filtrage des immigrés (la fameuse « immigration choisie »), favoriserait la résurgence.

Plaidoyer d’Henri Guaino par lui-même (juillet 2008)

Les Africains ne sont pas les seuls à dénoncer le racisme latent du discours. Taxé de « raciste » par notre toutologue en chef Bernard-Henri Lévy, Henri Guaino se pose en victime d’une nouvelle forme de censure qui requiert  d’« être Noir pour avoir le droit de parler des problèmes de l’Afrique sans être accusé de racisme ». L’argumentaire consiste ensuite en un braconnage transhistorique sans vergogne, permettant de grappiller ça et là les références et les personnages historiques utiles à la démonstration et subrepticement abstraits de leur contexte – un procédé caractéristique de cette « histoire bling-bling » diagnostiquée par Nicolas Offendstadt[6] chez le Président Sarkozy. Henri Guaino s’identifie ainsi à d’illustres prédécesseurs, accusés eux aussi d’être trop francophiles (Senghor) ou racistes (Braudel, Lévi-Strauss, Mounier), comme autant d’utiles compagnons de fortune qui ont depuis été placés au-dessus de tout soupçon…Ainsi nous acheminons-nous vers le point d’orgue du plaidoyer, avec l’appel à la barre du témoin Bara Diouf, auquel l’accusé continue de s’identifie. L’équation « Guaino = Bara Diouf » est alors brandie comme la preuve ultime et irréfutable de l’innocence du « nègre » : accuser Guaino de « racisme » revient en effet – ô scandale ! – à taxer le journaliste et intellectuel sénégalais lui-même de raciste – et, en passant, de « mauvais connaisseur de l’Afrique »… Imparable argument…

M’est-il toutefois permis de poser une toute dernière question à l’Accusé ? Pouvez expliciter ce que signifie pour vous : « n’être pas assez entré dans l’histoire » ? A quel référentiel, à quel modèle – inévitable postulat – faites-vous référence ? A qui serait, a contrario, suffisamment entré dans l’histoire, bien enraciné dans celle-ci ? Est-ce la France ? L’Europe ? L’Occident ? Quels sont votre étalon de mesure, quels sont vos critères pour évaluer ce degré d’appartenance à l’histoire ? Croyez-vous sincèrement qu’il soit possible de mesurer ce degré de présence dans l’histoire ? Pour vous et pour beaucoup de nos contemporains semble-t-il, le temps et l’histoire sont comme spatialisés : ils apparaissent comme des territoires à habiter, occuper – j’allais écrire « coloniser »… – comme des espaces où l’on entre, d’où l’on sort, par force ou par ruse, avec fracas ou sur la pointe des pieds… Des espaces auxquels on appartient ou qui nous appartiennent plus ou moins… Des espaces ouverts aux conquêtes, en somme,  et dont on peut par conséquent être chassés… Permettez-moi, cher Accusé, de mettre en doute cette conception territoriale et quelque peu ethnocentrée du temps et de l’histoire !

On me trouvera peut-être bien sévère à l’égard du pauvre « nègre » injustement inculpé de racisme, qui assume et revendique ouvertement le point de vue de l’anthropologie culturelle contre celui de l’historien : mais que voulez-vous, j’aime mon métier…

 L’ignorance du « benjamin » Sarkozy

Dans sa « lettre au benjamin », Ngangang estime que le discours de Dakar est révélateur de l’ignorance et du mépris du président français à l’égard des Africains ; Perpétuant préjugés, clichés et stéréotypes, il opère une généralisation d’autant plus scandaleuse si l’on prend en compte le contexte, le lieu où le discours a été prononcé : l’enceinte d’une université, haut lieu de critique et pensée de la complexité (P. Bernard). Sarkozy trahit ainsi son ignorance ou son indifférence à l’égard des travaux des universitaires français ou africains, de la vitalité des instituts de recherche africains et des programmes de recherche collaboratifs franco-africains.

Néocolonialismes

De nombreux d’intellectuels africains démasque derrière ce discours le « néocolonialisme » de la politique française. Boubacar Boris Diop le qualifie de « discours sur l’état de l’Union française », confirmant le paternalisme de l’Etat français qui continue à se poser en « donneur de leçon » malgré les affirmations du président Sarkozy. Le caractère anachronique, conservateur et même régressif de la rhétorique sarkozyenne est soulignée par Achille Mbembe, qui relève que « l’armature intellectuelle qui sous-tend la politique africaine de la France date de la fin du XIXe siècle », combien elle est « obsolète malgré les rafistolages ». L’historienne camerounaise raille la vision archaïque des élites dirigeantes françaises, qui reste celle d’une Afrique mi-bucolique mi-cauchemardesque », d’une « communauté de souffrants prostrés dans un hors-monde ». Mbembe met en évidence cette continuité mentale qui relie les anciennes aux nouvelles élites françaises : de la génération des « Papa commandants » – de Charles de Gaulle à Jacques Chirac – à la nouvelle droite « décomplexée » – Sarkozy – ce sont les mêmes préjugés raciaux qui circulent, le tact en moins, à la faveur d’un glissement du silence habile des « anciens » à la sincérité maladroite et mal placée de la droite actuelle. I. Thioub note lui aussi une certaine « répétition » de l’histoire et un ressassement des poncifs sur l’immobilisme africain, en faisant du discours de De Gaulle en août 1958 un précédent du discours de 2007 – clin d’œil peut-être au coup d’Etat du 18 Brumaire de Marx qui voyait en Napoléon III la caricature attardée de son illustre prédécesseur Napoléon Ier…

« L’hégélianisme du pauvre » ou l’apprenti « président ethnophilosophe » (Mbembe)

Emblématique de l’archaïsme et de ce néocolonialisme est l’ « hégélianisme du pauvre » dénoncé par Achille Mbembe – hégélianisme abâtardi d’un apprenti « président ethnophilosophe », inconscient de l’archaïsme et du « dix-neuviémisme » de son discours – ou feignant de l’ignorer ? Selon l’historienne, N. Sarkozy serait l’héritier de cette tradition hégélienne qui nie toute histoire à l’Afrique et qui puise abondamment dans les lieux communs de l’ethnologie coloniale  du XIXe siècle – de la notion de « mentalité primitive » de Lévi-Bruhl à celle de « vitalisme » africain de Frobenius en passant par la « symbiose » entre « l’homme africain » et la nature ou la « force vitale » pour le missionnaire belge Tempels… Maladresse de l’ignorance ou cynisme assumé par le président français ?  Achille Mbemba rappelle combien sont plastiques, durables et pernicieuses ces théories racistes et essentialistes, au point d’avoir imprégné jusqu’aux concepts senghoriens de négritude, de culture, de civilisation ou de métissage. Elle souligne le rôle de la culture de masse dans la circulation et la perpétuation de cet « habitus raciste », repris, colportée, amplifié et renforcé par le cinéma, la bande-dessiné ou la publicité. De là résulterait une définition purement et doublement négative de l’Afrique : tantôt comme réalité « par défaut », comme ce qui n’est pas ou ce qui n’a pas ; tantôt comme une entité imaginaire et archaïque, « mi-bucolique mi-cauchemardesque », par opposition à cet « Occident » « moderne » et plus « avancé ». De telles critiques sont parfois partagées par certains de ces « Occidentaux » : ainsi en est-il du journaliste et photographe Philippe Bernard, qui souligne lui aussi cette « rhétorique de l’entre-deux-guerres qui fleure le colonialisme » et dénonce le culturalisme et la vision « essentialisante » du discours, non sans ambivalence toutefois[7]

Le refus de la « repentance » par une droite « décomplexée »

Ce « néocolonialisme » trahirait finalement un passé qui ne passe pas, chez une puissance devenue « moyenne » dont les yeux restent « rivés sur le rétroviseur de sa propre histoire » (Diop). Le discours de Dakar cache mal ce rapport obsessionnel et maladif de la France à son passé colonial et son refus pathologique du repentir (rebaptisé « repentance » pour l’occasion. M. Diagne dénonce la « violence symbolique d’un discours crépusculaire » à l’origine d’un « nouveau contrat néocolonial ». Le refus de la repentance, présenté sans vergogne comme un acte de courage politique par la droite « décomplexée », trahirait plutôt une réelle absence de courage (Diop) qui traverse tout le discours : incapable d’articuler le véritable nom de l’université – l’Université Cheikh Anta Diop (Ucad) de Dakar – qui se trouve neutralisée par la métonymie géographique, Nicolas Sarkozy refuse également de parler ouvertement de la Françafrique, taisant le pillage de l’Afrique par Elf et les grands groupes industriels français, dans un contexte de tensions entre Paris et Kigali. Et, comble du scandale, le refus de la repentance peut-il être décrété par le coupable lui-même : n’est-il pas « le privilège de la victime et non du bourreau » (Diop) ?

Du refus de la repentance au révisionnisme

Du refus de la repentance, de ce paternalisme impénitent au révisionnisme, il n’y a qu’un pas. Ce dont témoigne la relecture toute personnelle du génocide du Rwanda, insoutenable insulte à la mémoire des victimes, ou la relativisation de la violence génocidaire ou coloniale (Diop). Nicolas Sarkozy se livre en somme à une véritable réécriture de la colonisation, qui la présent encore et toujours comme une mission civilisatrice, une entreprise humanitaire, une opération de pacification, de mise en valeur et de valorisation, dans le sillage de la rhétorique dix-neuviémiste éminemment incarnée par Jules Ferry dans son célèbre discours de 1882 – le passage obligé de tous les manuels scolaires… Campé sur la distinction entre les « mauvais » et les « bons » colons – animés d’un désir sincère de bien faire – le Christ Nicolas Sarkozy sépare les âmes innocentes des damnés de l’histoire coloniale, dans une sorte de grand Jugement Dernier de la colonisation française …

Le « prêchi-prêcha » de Dakar  ou la «  langue de caoutchouc » du Président Sarkozy

D’autres intellectuels africains se lancent dans une analyse plus approfondie, quasi linguistique de la rhétorique du sarkozyenne. Ngalassa dénonce alors le « prêchi-prêcha » de Dakar  et dévoile la « langue de caoutchouc » qui se manifeste à travers le ton mégalomane, péremptoire, et condescendant du discours. Il traque cette « anthropologie à l’encre violette » tapie derrière le triple « je » de l’orateur – moi Sarkozy, moi la France, moi l’Europe – qui s’adresse avec autorité à un « vous » restant indistinct et immature… et parfois même à un « tu » plus mal placé et maladroit encore (« toi jeune d’Afrique »), trahissant une fois de plus cette prétention maladroite et indélicate à donner des leçons, dénotant mois qu’un manque d’humilité une familiarité incongrue rappelant de biens tristes souvenirs de l’époque coloniale. Réitération de ces discours infantilisants et paternalistes (Diop), le « prêchi-prêcha » de Sarkozy entretient le mythe d’une Afrique puérile, immature, restée dans l’enfance, que les Européens auraient pour mission d’éduquer et de civiliser. Achille Mbembe dénonce de son côté la fermeture du discours : une « pléthore verbale bégayante et abrupte », où tout n’est qu’injonction, prescription, provocation et vaine flatterie, sans la moindre invitation au dialogue.

Du discours à l’archive et à la mémoire : une maladresse qui n’est pas prête de tomber dans l’oubli…

Gassama promet qu’un tel discours ne sera pas oublié et qu’il occupera « une place notable dans les archives de la décolonisation ». Toutefois, sa portée reste limitée selon certains intellectuels : le président français aurait manqué son but faute d’un interlocuteur clairement identifié et respecté, traité comme l’égal ou « l’ami » prétendu de la France. Finalement, la jeunesse africaine resterait globalement indifférente au discours du « benjamin ». Selon Achille Mbembe, l’Afrique n’a pas de leçon à recevoir de la France, elle ne lui doit rien et réciproquement). Ayant rompu le cordon ombilical qui la reliait à la métropole, elle ne doit désormais compter que sur elle-même. De con côté, la France doit renoncer à ses préjugés si elle prétend être « l’ami » de l’Afrique : l’amitié authentique n’implique-t-elle pas de savoir honorer en son ami l’ennemi potentiel (Derrida cité par Mbembe). Diop propose quant à lui une solution moins radicale : resituer tout discours sur l’Afrique dans son contexte et de cerner précisément le destinataire, afin de dépasser l’indistinction de « l’Africain » ou du « jeune d’Afrique ». Donner un vrai visage à l’Afrique : telle est la condition pour sortir de l’alternative figée entre béatification et diabolisation de l’Afrique, à laquelle condamne la caricature sarkozyenne.

Sarkozy « fils de son temps » ? : au-delà de Sarkozy, un mépris diffus pour l’Africain dans la société française

I. Thioub, historien à l’Université de Dakar, invite à lire au-delà du seul discours de 2007 : le mépris pour l’Afrique et sa culture transcende l’individu Sarkozy et son intervention à Darkar. Celle-ci fait tout d’abord écho à d’autres discours du même président, notamment le discours d’Agen en 2006 dirigé contre les « immigrés qui exigent tout sans rien donner » et raillant le « boubou » porté par le frère des jeunes maliens électrocutés. Plus fondamentalement, cette rhétorique s’inscrit dans un contexte mental et culturel plus global de mépris diffus pour l’Afrique. La condescendance à l’égard des Africains infuse en réalité toute la société française et européenne. Même si les hommes défilent et se succèdent sur le siège présidentiel, le risque et les préjugés demeurent : « il y aura d’autres Sarkozy jusqu’au jour où il y aura une nouvelle citoyenneté faite de respect mutuel, de connaissances partagées », nous avertit I. Thioub. Les « mentalités » s’inscrivent dans la longue durée : elles forment de grandes masses inertes qui peinent à se mouvoir et se transformer : le temps des mentalités est un temps long. Le seul espoir de changement résidant seulement peut-être dans le renouvellement des générations, de plusieurs générations…

Au-delà des réactions épidermiques : autocritiques et concessions, revendications et appels à l’action

Les élites africaines, bien qu’hostiles au discours, savent toutefois se montrer mesurés en se retournant sur eux-mêmes pour examiner leurs propres « fautes ». Ces concessions témoignent d’une critique raisonné de la rhétorique et de la politique françaises, d’une capacité à l’auto-critique- dont l’ex président Sarkozy ferait bien de s’inspirer. Diop pointe la responsabilité de l’intelligentsia africaine et de l’afro-pessimisme qui s’est développé après les indépendances, dont le président français serait en partie l’héritier. Cette intelligentsia aurait eu pour torts de confondre la société et les Etat africains, à essentialiser et naturaliser l’Afrique, à négliger les rapports de forces politiques et l’impact de l’Etat français, ou encore de se polariser sur les effets visibles du mal plutôt que sur ses causes profondes…

Au-delà des critiques immédiates et directes du discours, se font entendre des appels, des revendications, des exigences africaines à l’égard de cette France éhontée qui parle à travers la bouche de son (ex) président. Si la France est bien cette grande nation qu’elle prétend incarner, qu’elle assume ses responsabilités, en reconnaissant en premier lieu la dureté du gouvernement et de la politique coloniale, et en cessant de soutenir les dictatures et les régimes corrompus. I. Thioub mobilise la forme de la « lettre ouverte » pour proposer une lecture moins « philosophique » qu’Achille Mbembe, à la fois plus historique et plus concrète : cette « lettre » permet d’exprimer l’attente de mesures politiques et de réformes institutionnelles effectives, notamment dans le domaine de la recherche et de l’enseignement supérieur. Il plaide ainsi pour une vraie rupture, consistant en une division des tâches et des responsabilités entre les historiens, d’une part, chargés d’écrire l’histoire et de produire du savoir, et d’autre les politiques, d’autre part, sommés de prendre des actions et des mesures politiques concrètes, en faveur notamment du cofinancement des équipe mixtes (franco-africaines) de recherche ou encore de la libre circulation des universitaires africains vers la France et sur le territoire français (et plus globalement, des immigrés)[8]. Ces revendications expriment le refus d’une Afrique passive et consommatrice : elles sonnent comme un plaidoyer pour une Afrique participant pleinement à la production et à la diffusion du savoir, et en faveur d’une véritable réciprocité entre la France et l’Afrique – réciprocité des flux migratoires notamment.

Une « pratique contrôlée de l’anachronisme » (Nicole Loraux)[9] 

I. Thioub recourt à l’analogie entre la colonisation, d’une part, et l’Occupation de la France (1940-1944), d’autre part. Ces deux périodes de l’histoire sont présentées comme « deux moments tragiques à dompter », en suivant trois voies différentes : par le devoir de mémoire, d’abord ; par un « débat citoyen responsable », ensuite ; par la recherche interdisciplinaire surtout, L’historien se livre donc à une pratique habile et raisonné de cet anachronisme tant décrié par les historiens : il ne s’agit pas d’un dangereux télescopage des temps, mais d’une comparaison suffisamment réfléchie et mesurée pour se révéler fructueuse. Il en fait un outil visant à faire comprendre à la France de Nicolas Sarkozy ce que représente pour les pays africains le passé colonial, à lui permettre d’appréhender leurs mémoires et leurs expériences propres de la colonisation, pour l’inviter à « ressentir » et « penser » à travers les yeux et les corps africains le traumatisme de la colonisation, pour en saisir, surtout, les enjeux multiples et complexes, à la fois mémoriels, politiques, et scientifiques.

Le discours de Dakar apparaît finalement comme une bonne occasion manquée de rendre utiles les sciences humaines et sociales[10], de mobiliser notamment l’histoire et l’anthropologie, qui auraient peut-être permis d’éviter de telles « bourdes » rhétoriques bientôt devenues politiques… encore faut-il y croire et tenter de se projeter au-delà de la « mollesse » de ces prétendantes à la Science…

A suivre…

François Hollande tirera-t-il les leçons de ce discours manqué ?[11] C’est ce que nous découvrirons au prochain épisode… Ne manquez donc pas l’épisode (3) de la série « Les Présidents français à Dakar »… à partir du 12 octobre 2012, en exclusivité sur votre blog préféré – à défaut d’être en avant-première car la réflexion et la rédaction sont œuvres de patience et de temps…



[6] Nicolas Offenstadt, L’Histoire bling-bling : le retour du roman national, 2009.

[7] Le même Philippe Bernard se montre pourtant méprisant par ailleurs, et se voit critiqué par les élites africaines pour son compte rendu de l’ouvrage collectif L’Afrique répond à Sarkozy publié dans Monde : critique excessive et caricaturale, acerbe et mal fondée, qui témoigne soit d’une lecture rapide et bâclée – voire d’une non lecture – de l’ouvrage, soit d’un revirement inavoué en faveur de l’orateur décrié de Dakar – ou des deux… une réaction peu compréhensible, dont le « noble » quotidien Le Monde s’est rendu complice en censurant le « droit de réponse » des universitaires africains à la critique de leur livre.

[8] Un appel entendu semble-t-il par le nouveau président Hollande, qui a promis à Dakar des mesures pour favoriser l’obtention des visas par les intellectuels africains ?

[9]  Nicole Loraux, « Éloge de l’anachronisme en histoire», Le Genre humain 27, 1993.

[11] Je me rends ici – volontairement et par provocation – coupable d’un double péché capital aux yeux de l’historien de métier : d’une part, en employant le futur ; d’autre part, en feignant de ressusciter cette tradition éculée de l’historia magistra, qui, fondée sur une conception « répétitive » de l’histoire, mi téléologique mi « cyclique », prétend tirer les leçons du passé pour éviter d’en « répéter » les erreurs ( et les horreurs)…

Cécile Armand

Ancienne élève de l'Ecole Normale Supérieure (ENS) de Lyon (2006), agrégée d'histoire (2009), docteure en histoire (2017). Ma thèse propose une histoire spatiale de la publicité à Shanghai (1905-1949), sous la co-direction de Christian Henriot (Aix-Marseille Université) et Carol Benedict (Georgetown Université, Washington D.C.). Au-delà de la publicité à Shanghai, mes centres d'intérêt me portent vers l'histoire urbaine, spatiale et sociale en général, les outils et méthodes numériques pour la recherche historique, l'historiographie et l'épistémologie.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookPinterest

Les arrestations d’enfants juifs parisiens à portée de clic

 

Présentation générale de la carte interactive des arrestations d’enfants juifs à Paris (1942-1944) réalisée par Jean-Luc Pinol

Le projet : ses acteurs et son contexte

Il s’agit d’une carte interactive des arrestations des enfants juifs à Paris intra-muros – plus de 6000 enfants arrêtés et déportés entre 1942 et 1944 – réalisée par Jean-Luc Pinol, spécialiste de l’histoire urbaine et de géographie informatique à l’ENS de Lyon, très impliqué dans le développement des systèmes d’information géographique (SIG), directeur du TGE Adonis[1], à partir du recensement mené par Serge Klarsfeld, Mémorial de la Déportation des Juifs de France, 1978 et 2012 (édition revue et augmentée).

 

Cette réalisation s’inscrit dans le contexte des célébrations du 70eme anniversaire de la Rafle du Vel’ d’Hiv les 16 et 17 juillet 1942,  au cours de laquelle plus de 4000 enfants de moins de 16 ans furent arrêtés et déportés dans les camps de Drancy, Beaune-la-Rolande et Pithiviers. Précisément, elle fait écho à l’exposition « C’était des enfants. Déportation et sauvetage des enfants juifs à Paris, 1940-1945 » qui s’est tenue du 26 juin au 27 octobre 2012 à l’Hôtel de Ville de Paris. L’exposition retraçait le sort des enfants juifs pendant la guerre à partir de documents divers (journaux intimes, correspondances, dessins, photographies, affiches) et s’attachait à montrer la complexité et la diversité des enfances juives confrontées à la Shoah (« déportés », « survivants », « rescapés », « enfants cachés »).

La méthode employée, l’outil de webmapping et son fonctionnement

La localisation à l’adresse a été réalisée Jean-Luc Pinol, avec l’aide de l’historienne Sabine Zeitoun, mise à disposition par la Fondation pour la mémoire de la Shoah. J-L Pinol a travaillé manuellement à partir du cadastre du début du XXe siècle pour situer les adresses. Ont été utilisés les points adresses actuels de l’Atelier Parisien d’Urbanisme (APUR), adaptés pour la période de la Seconde Guerre mondiale. Le webmapping a été réalisé par Gérald Foliot, ingénieur au TGE Adonis. Il intègre les espaces verts actuels, les cimetières et différents équipements permettant de se repérer. Il inclut un moteur de recherche interne, qui permet une double recherche par nom de famille et par rue ainsi qu’un double index des noms et des rues qui permet d’afficher la liste des enfants arrêtés à chaque adresse. L’utilisateur peut naviguer librement sur la carte : lorsque l’on passe le curseur sur les adresses, une infobulle affiche l’adresse et permet d’accéder à la liste des enfants. En cliquant sur le lien, le nom des victimes apparaît.

Intérêts et forces de la carte : un double usage scientifique et pédagogique

Des usages scientifiques et heuristiques pour les chercheurs

L’outil cartographique présente d’abord des vertus heuristiques pour les chercheurs, à double titre : (1) d’une part, en permettant de mieux visualiser, de confirmer ou infirmer ce qu’on savait déjà : «la carte montre de manière bien plus spectaculaire des phénomènes que l’on connaît historiquement. Ainsi : « les antisémites des années 30 associaient les Juifs à la ploutocratie. On voit bien que c’est faux. La grande majorité des enfants ont été arrêtés dans des quartiers pauvres, où ils résidaient bien souvent.» (2) d’autre part, en révélant des phénomènes qu’on ignorait et qu’on ne pouvait visualiser autrement, en soulevant ainsi de nouvelles questions, en suggérant de nouvelles pistes et hypothèses de recherche, de nouvelles corrélations : « la grande force d’une carte, c’est qu’elle permet de faire de nouvelles hypothèses historiographiques et de les tester très rapidement, pour voir si ça colle».

Des usages pédagogiques et mémoriels pour le grand public

La carte s’offre également à des usages pédagogiques et mémoriels pour le grand public : «Cela permet aux enfants de s’identifier à des décors qu’ils connaissent. Ils sont toujours très frappés de découvrir que des arrestations ont eu lieu tout près de chez eux.» Donc rendre l’histoire, le passé, la réalité de la déportation plus proche et plus familière.

Quelques résultats et exemples d’application…

… dans le sens d’une meilleure visualisation et d’une confirmation de phénomènes préétablis et déjà connus :

  • une nette division géographique entre le quart nord-est de la capitale, qui concentre la majorité des arrestations, et le sud-ouest, où celles-ci sont beaucoup plus réduites – car elles ont été plus tardives.
  • une corrélation entre arrestation/insalubrité/pauvreté : montre que 25% des enfants juifs arrêtés vivaient dans des ilots insalubres, ce qui atteste que la majorité des juifs arrêtés étaient pauvres et qui dément l’assimilation par les antisémites des années 1930 entre religion juive et ploutocratie
  • des informations sur les origines des familles déportées : les consonances des noms de famille témoignent aussi d’une immigration venue d’Europe de l’est (Pologne, Etats baltes) : « la communauté juive à Paris dans les années 40 était moins avancée socialement qu’aujourd’hui. Elle était notamment composée de personnes venues de Pologne, des pays baltes, qui exerçaient des métiers très humbles : tailleurs, casquetiers…», détaille Serge Klarsfeld.

… dans le sens d’une révélation de nouveaux phénomènes jusqu’ici invisibles et inconnus :

En croisant ces données sur les enfants juifs déportés avec le recensement de 1954, Jean-Luc Pinol a pu établir que les musulmans d’Algérie habitaient les mêmes îlots insalubres occupés par les Juifs quelques années auparavant

Les limites et faiblesses de la carte : approximations et lacunes

  • approximations : certaines localisations sont approximatives car la plupart des bâtiments ont aujourd’hui disparu : de nombreuses impasses, cours, cités n’existent plus, suite à la rénovation urbaine qui a fait disparaître de nombreux îlots déclarés insalubres (dans le 20e arrondissement, par exemple, l’impasse Saumon). Dans ce cas, des points ont été créés en fonction du cadastre du début du XXe siècle. L’adresse est suivie de la mention « localisation approximative » et la couleur affectée au point de localisation est plus claire. Il en va de même pour les adresses incomplètes ou dont le numéro semble incertain. Chaque point a une taille proportionnelle au nombre d’enfants arrêtés à cette adresse.
  • transformations : certaines voies ont été rebaptisées pour s’adapter aux évolutions toponymiques : par exemple, la rue Corbeau d’alors aujourd’hui dénommée rue Jacques Louvel-Tessier
  • lacunes : l’adresse d’une dizaine d’enfants – dont la liste est fournie – n’a pu être identifiée.
  • risques d’erreurs et lacunes : en dépit du soin apporté à la géolocalisation des adresses, des erreurs ou des lacunes peuvent subsister, que les utilisateurs sont invités à signaler – collaborant ainsi indirectement au travail du chercheur.

Portée et extensions envisagées

Si Serge Klarsfeld imagine une extension essentiellement « quantitative » de cet outil cartographique, qu’il souhaite appliquer à l’ensemble des 76 000 Français de confession juive déportés durant l’Occupation, Jean-Luc Pinol envisage de son côté un usage plus « qualitatif » visant à mettre en lumière des phénomènes plus précis, comme les camps de transit par où sont passés les personnes arrêtées, ainsi que leur lieux de déportation.

Cette carte a été présentée dans une version immersive (espace 3D avec multi-écrans), par le Professeur Jean-Luc Pinol et l’équipe du TGE-Adonis lors de la fête de la science à l’ENS de Lyon les 11-13 octobre 2012, parallèlement à une démonstration de l’outil Immersive Virtual Shanghai (IVS) : une application de réalité virtuelle réalisée pour la ville de Shanghai par Gérald Foliot et l’équipe du Professeur Christian Henriot (Institut d’Asie Orientale, ENS de Lyon), permettant de naviguer et d’interagir dans un environnement avec le corpus d’images et de cartes de la plateforme « Virtual Shanghai ». On pourrait à ce titre distinguer deux types d’usages de ces deux outils et deux types de destinataires. Malgré son aspect « ludique », Immersive Virtual Shanghai est avant tout outil de visualisation des sources à disposition de l’historien : il permet essentiellement de se repérer dans la masse documentaire, d’explorer et de gérer une masse considérable d’archives. Il est donc en premier lieu destiné au chercheur  – même s’il peut intéresser le grand public avide de comprendre comment se fabrique le savoir historique voire – pourquoi pas – de se faire apprenti historien lui-même : IVS favoriserait en somme une sorte de démocratisation historiographique. De son côté, Virtual Paris apparaît davantage comme un outil de visualisation des résultats déjà produits par l’historien, et serait donc autant destiné au grand public qu’au chercheur.

Liens

Site du TGE Adonis 

Article de Libération du 28-09-2012

Exposition à Paris

Fête de la Sciences à l’ENS Lyon 

Immersive Virtual Shanghai (IVS)

Billet sur Immersive Virtual Shanghai

 

Cécile Armand

Ancienne élève de l'Ecole Normale Supérieure (ENS) de Lyon (2006), agrégée d'histoire (2009), docteure en histoire (2017). Ma thèse propose une histoire spatiale de la publicité à Shanghai (1905-1949), sous la co-direction de Christian Henriot (Aix-Marseille Université) et Carol Benedict (Georgetown Université, Washington D.C.). Au-delà de la publicité à Shanghai, mes centres d'intérêt me portent vers l'histoire urbaine, spatiale et sociale en général, les outils et méthodes numériques pour la recherche historique, l'historiographie et l'épistémologie.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookPinterest

Portrait de l’historien en « serious gamer » : Immersive Virtual Shanghai (IVS)

Présentation générale

Le projet : ses acteurs et son contexte

Immersive Virtual Shanghai (IVS) est une application de réalité virtuelle réalisée pour la ville de Shanghai par Gérald Foliot et l’équipe du Professeur Christian Henriot (Institut d’Asie Orientale, ENS de Lyon), permettant de naviguer et d’interagir dans un environnement avec le corpus d’images et de cartes de la plateforme « Virtual Shanghai ».

IVS a été présenté à quatre reprises : lors de l’Exposition Universelle de Shanghai 2010 au pavillon Rhône-Alpes, lors de la semaine thématique organisée par l’Université de Lyon sur la ville « post-carbone » (16 au 22 août 2010), à l’occasion de la Fête de la science 2010 au village des sciences de la Doua et enfin lors de la Fête de la Science 2012 à l’ENS de Lyon, en parallèle avec son pendant parisien développé par Jean-Luc Pinol.

La méthode employée, l’outil de webmapping et son fonctionnement

Le point de départ du projet est une collection d’images photographiques anciennes que Christian Henriot et son équipe souhaitait mettre en partage : ce qui a donné lieu dans un premier temps à la constitution d’une base de données photographiques, auxquelles sont venus s’ajouter dans un deuxième temps des cartes géographiques, avant qu’émerge l’idée d’établir des liens entre ces deux types de données photographiques et cartographiques grâce aux outils de système d’information géographique (SIG).

Toutefois, le but recherché in fine n’est pas la simple constitution d’une base de données, si riche et si complexe soit-elle, mais plus fondamentalement de s’interroger sur les apports possibles des outils numériques à la recherche historique : dans quelle mesure le numérique permet-il différemment de traiter et de fondre le matériau historique ? Dans quelle mesure permet-il d’expérimenter de nouvelles formes d’écriture de l’histoire ?

L’outil mobilisé par Gérald Foliot est un moteur commercial – Unity – issu des milieux de la recherche danoise, devenu depuis lors le plus grand moteur 3D de jeux vidéos. L’intérêt de cet outil est triple : il permet de combiner différentes machines et différents systèmes (aussi bien Mac que PC), de simplifier le développement (réduisant à quatre le nombre de lignes de codes), et donc de gagner du temps (trois mois seulement ont été nécessaires à la mise en œuvre de l’application, même si des modifications et des améliorations ultérieures ont été et continuent à être apportées).

IVS se présente comme un environnement immersif où le sujet est au cœur d’une « cave » : les images sont projetées sur les faces d’un cube, avec une personne au centre. L’outil comprend deux niveaux d’environnement :

  • une maquette urbaine qui permet d’évoluer au sein du corpus cartographique ;
  • un planétarium qui permet de consulter la base de données images de Virtual Shanghai dans sa globalité.

L’application est manipulée par l’utilisateur grâce à une GamePad permettant de se déplacer dans l’environnement. Des fonctions de ciblage ont été ajoutées à l’interface pour identifier des objets, des points de navigation, et un espace de données – appelé Data Space.

Intérêts et forces de l’application

L’application présente avant tout des intérêts méthodologiques et épistémologiques pour le chercheur, mais n’exclu pas un usage plus large par le grand public, en vue de le sensibiliser à certaines réalités du passé et certains problèmes historiques.

Une autre forme d’exploration et de manipulation d’un corpus documentaire : une navigation spatiale et intergalactique

La fonction « planétarium » permet ainsi de voyager au cœur de la base de données en mettant en lumière les liens entre les différentes photographies ou groupes de photographies. IVS est donc à ranger du côté des outils numériques de visualisation qui répondent au défi actuel des big data, i.e. la question de savoir comment l’historien (surtout de l’époque contemporaine) peut-il se repérer et de traiter la masse croissante de données et de matériaux dont il dispose ?

L’application repose sur l’utilisation d’un algorithme qui permet de projeter les images dans le planétarium et de mener une analyse par mots-clés en vue de déterminer d’éventuels liens de proximité entre ces images, en fonction des mots-clés et des 18 catégories créées au préalable, qui peuvent être modifiées, activées ou désactivées. Les images se distribuent ensuite en « boules » ou « planètes », selon deux modalités : tantôt, en se rapprochant d’une catégorie, s’il existe des liens évidents avec cette catégorie ; tantôt, en se regroupant en cluster (groupe) intermédiaire entre deux voire trois ou quatre catégories, lorsque ces images peuvent appartenir à plusieurs catégories.

La fonction « maquette urbaine » permet de se déplacer sur la carte : à la différence de la carte « normale » où tout est donné immédiatement, « d’un coup », l’utilisateur est amené à découvrir ou perdre des objets, repérer des bâtiments ou immeubles associés à des images : plus un immeuble est haut, plus on dispose d’images à son sujet. L’interface permet de voyager dans le temps à l’échelle d’un siècle, à partir de cartes historiques s’échelonnant entre le début du XIXe et le milieu du XXème siècle. Des cartes thématiques permettent de rendre compte des mutations urbaines parfois spectaculaires au fil du temps. Des lieux emblématiques (parcs, champ de course) ont pu être reconstitués, auxquels des photos ont été associées, que l’on peut voir de près avec une résolution de grande qualité en zoomant.

Une autre forme d’écriture de l’histoire : une historiographie visuelle, hypertextuelle et multimédia

L’application autorise une écriture visuelle et sensorielle de l’histoire, à partir de données « brutes », des matériaux historiques eux-mêmes, ré agencées de manière originale par rapport aux formes écrites « classiques », en fonction de la manière dont l’utilisateur « interroge » la base de données (choix des mots-clés…). Ainsi, la navigation ludique dans la base de données ne dispense pas d’un questionnement historique et de la définition de critères préalable à toute recherche et exploration de la base : la masse des matériaux ne prend sens qu’en fonction du regard et des questions que lui pose l’historien, ce que matérialise bien la fonction « planétarium » et le regroupement en planète ou cluster, sorte de nouvelle grammaire visuelle et tridimensionnelle de l’historien. Ainsi, les « mots » semblent remplacés par les images photographiques et les archives brutes et immédiates, tandis que leur agencement en « boules » et cluster dans le planétarium, en « immeubles » dans la maquette, constituerait une alternative aux phrases qui tissent la trame de l’historiographie « traditionnelle ».

Une autre expérience du passé : une histoire plus sensorielle et plus empathique ?

L’application favorise une expérience plus sensible du passé, en immergeant l’homme du XXIème siècle un siècle plus tôt, au cœur du Shanghai du début du XXème siècle : la technologie 3D prétend ainsi rapprocher le passé du présent, le rendre plus proche et plus familier, pour en permettre une meilleure appréhension et une meilleure compréhension.

Limites et faiblesses de l’application

Des difficultés techniques

Des questions techniques restent en suspens : la résolution graphique est parfois défaillante, l’application tourne au ralenti, car elle est relativement exigeante et requiert un système puissant, qui la rend difficilement accessible à l’utilisateur lambda depuis son ordinateur personnel.

Des limites épistémologiques ?

On peut s’interroger sur l’importance des apports à la recherche, au-delà de l’aspect ludique de l’application. Il semble bien toutefois qu’il permette une avancée considérable pour le chercheur confronté à l’accumulation de données.

Portée et extensions envisagées

Si l’outil permet à l’heure actuelle de manipuler essentiellement des données de nature visuelle (photographies, cartes), on pourrait envisager une extension de la nature des matériaux – d’autres types et supports d’images (artistiques ou commerciales par exemple, no seulement fixes mais aussi mouvantes – films) ou données textuelles (sources écrites ou contributions de chercheur). Cela permettrait d’établir des liens entre matériaux de natures diverses  et de répondre à l’exigence pour l’historien de croiser et de confronter les sources, d’une part ; d’approfondir son expérimentation de formes alternatives d’écriture visuelle de l’histoire. Enfin, cet élargissement des matériaux déboucherait sur la création d’une base de données entièrement multimedia.

Liens

Immersive Virtual Shanghai (IVS)

Site de Virtual Shanghai

Site de l’Institut d’Asie Orientale (IAO)

Fête de la Sciences à l’ENS Lyon 

Billet sur la carte interactive des arrestations d’enfants juifs par Jean-Luc Pinol

 

 

 

Cécile Armand

Ancienne élève de l'Ecole Normale Supérieure (ENS) de Lyon (2006), agrégée d'histoire (2009), docteure en histoire (2017). Ma thèse propose une histoire spatiale de la publicité à Shanghai (1905-1949), sous la co-direction de Christian Henriot (Aix-Marseille Université) et Carol Benedict (Georgetown Université, Washington D.C.). Au-delà de la publicité à Shanghai, mes centres d'intérêt me portent vers l'histoire urbaine, spatiale et sociale en général, les outils et méthodes numériques pour la recherche historique, l'historiographie et l'épistémologie.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookPinterest

L’histoire et l’historien selon France télévision…

Réaction « à chaud » aux propos d’un (pseudo)-historien entendus au JT de France 2, ce lundi 22 octobre 2012… à propos de la parution récente de son autobiographie – L’oubli est la ruse du diable : Max Gallo[1].

Au sujet de cet « ascenseur social » qu’est (censé) être – ou plutôt qui a/aurait été – l’école républicaine : si cet « ascenseur social » fonctionnait encore  pour Max Gallo et sa génération, pour ce fils d’immigrés italiens, agrégé et docteur en histoire, ayant mené une double carrière universitaire et politique (en tant que porte-parole du troisième gouvernement Mauroy en 1983), jusqu’à sa consécration au fauteuil 24 de l’Académie française en 2007, une telle propulsion est beaucoup plus difficile pour la génération actuelle, reconnaît-il. Les raisons ? Elles sont avant tout « techniques », poursuit le sage petit bonhomme vert, solidement ancré à ses monceaux de « romans-histoire ». Autrefois, en effet, il existait une volonté sincère et authentique de s’intégrer chez les immigrés. Désormais, les « paraboles » viennent brouiller les bonnes volontés intégratrices : en maintenant constamment des liens avec le pays et la culture d’origine, cette terre lointaine, devenue soudain beaucoup moins lointaine et exotique, beaucoup moins évanescente et irréelle, et donc beaucoup moins soluble dans la terre métropolitaine « d’accueil », mais au contraire beaucoup plus proche et familière, pouvant être quotidiennement foulée et parcourue au travers des écrans et au fil des réseaux… En résumé, les prouesses technologiques du monde moderne viendraient perturber et dissiper l’antique volonté de s’intégrer – seul et unique facteur de l’intégration effective, notons-le… Ah ! la décadence du monde moderne, cette jungle de câbles numériques et d’ondes pernicieuses… ces maudites paraboles, ces instruments du « diable », responsables de la panne actuelle du bon vieil « ascenseur » républicain…- mais, d’ailleurs, s’agit-il d’une simple panne ou bien, plus profondément, de l’usure structurelle d’un modèle, de son obsolescence ?

no comment

Si, tout de même, deux remarques : passons sur l’explication purement technique d’un blocage complexe, où s’enchevêtrent le social, l’institutionnel, le politique et le culturel, pour relever que chez l’exemplaire Max Gallo, la réussite de l’intégration relève d’une responsabilité strictement individuelle : autrement dit, c’est l’immigré et sa volonté intime de s’intégrer qui sont rendus responsables de la bonne marche de « l’ascenseur social ». Corollaire : le mauvais immigré d’aujourd’hui – non volontaire, rétif à l’intégration, trop arrimé par les ondes à son lointain port d’attaches… – devient coupable de la panne actuelle dudit ascenseur… et pourquoi pas, des institutions républicaines, et, allons plus loin, de la « crise », pendant qu’on y est… pirouette habile pour déresponsabiliser les décideurs politiques et économiques aux commandes… et donner du crédit aux discours et politiques discriminatoire sur l’immigration…

Brillant, le raisonnement « historique » de l’Agrégé d’Histoire Max Gallo… quand verra-t-on de vrais historiens sur les plateaux TV aux heures de grande écoute ? Il est vrai que le découpage en fines tranches du temps médiatique ne se prête guère à la complexité et à la lenteur du discours historien et universitaire. « On n’a plus le temps », comme le rappelle un article d’un numéro récent du Monde Diplomatique[2].

Pour voir l’interview de Max Gallo sur France 2 qui a inspiré ce (poli) “coup de gueule”…

Cécile Armand

Ancienne élève de l'Ecole Normale Supérieure (ENS) de Lyon (2006), agrégée d'histoire (2009), docteure en histoire (2017). Ma thèse propose une histoire spatiale de la publicité à Shanghai (1905-1949), sous la co-direction de Christian Henriot (Aix-Marseille Université) et Carol Benedict (Georgetown Université, Washington D.C.). Au-delà de la publicité à Shanghai, mes centres d'intérêt me portent vers l'histoire urbaine, spatiale et sociale en général, les outils et méthodes numériques pour la recherche historique, l'historiographie et l'épistémologie.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookPinterest

Chronique d’un anachronisme lyrique réussi : Mac Beth à l’ère du numérique et du capitalisme financier

 

 

Qu’on me pardonne cette (im)modeste incartade (auto)biographique – pourvu qu’elle s’insère dans nos préoccupations historiographiques et révèle la remarquable conscience historique du compositeur et metteur en scène belge Ivo van Hove –  son remarquable sens de la contemporanéité, son souci louable de « réactualiser » Shakespeare et Verdi pour en faire nos contemporains.

J’étais hier soir à l’opéra de Lyon pour assister à la représentation du Mac Beth de Verdi (1846) dans cette mise en scène d’Ivo van Hove, ô combien « moderne » comme s’en offusquèrent dès l’entracte quelques mères-grands bousculées dans leur « bourgeoiseté », et qui ne burent qu’une bien maigre consolation dans les bulles si amères ce soir là de leur coupe de champagne – rituel bien impropre à réparer ce scandale qu’est la décadence d’un art aussi noble et d’une institution déjà tant menacée par la démocratisation de son public et la diversification de son répertoire… Une opinion pourtant minoritaire, à en juger par les rappels incessants d’un public impitoyablement enthousiaste et reconnaissant envers des artistes comblés quoiqu’épuisés au terme de près de trois heures de performance scénique.

 

Qu’est-ce qui demeure et qu’est-ce qui a changé de Shakespeare à nous autres, hommes du XXIe siècle, par la médiation de Verdi et d’Ivo van Holde ? Si Mac Beth reste une « réflexion sur le pouvoir » selon le metteur en scène lui-même, ce pouvoir a changé de nature : au pouvoir politique de l’époque médiévale s’est substitué le pouvoir économique et financier de notre ère « moderne ». Conséquence scénique : les brumes des châteaux écossais ont cédé la place à l’opacité des gratte-ciel new-yorkais et à la (fausse) transparence de nos écrans, tandis que les sorcières des âges obscurs se réincarnent en traders anonymés sous leurs sombres costar-cravates, auxquels elles ne lèguent que ce maléfice de la prophétie auto-réalisatrice – comme ce fil infrangible tissé entre les siècles. Etrange survivance du magique – à travers le fétichisme de cette marchandise suprême qu’est le Capital – et remarquable permanence du tragique, également, dans notre monde supposé « moderne », rationnel et désenchanté. Mais n’oublions pas qu’il existe deux formes d’enchantement : à la magie blanche des mondes féériques et des âges d’or s’oppose la magie noire des temps de crises « ordinaires »[1] et les « mauvais sorts » que ces néo-sorciers de Wall Street jettent quotidiennement sur notre contemporanéité ensorcelée – sur notre humanité ordinaire ainsi dépossédée de son histoire et de son destin. A la rationalité supposée des premiers temps de la modernité s’est donc substituée cette « rationalité » folle et irrationnelle du capitalisme financier, qui ne sert plus les hommes mais s’en sert et s’en joue.

Du Moyen âge à notre XXIème siècle, nous serions aussi passés de l’âge de l’oralité à celui de la visualité : si dans la tragédie antique et classique, le meurtre est narré par la voix du Messager et médiatisé par son récit, c’est par la médiation des image projetées sur grand écran – comme des ombres chinoises renouvelant les procédés traditionnels de suggestion et d’atténuation – qu’est désormais rapporté le meurtre du roi Duncan dans son bureau new-yorkais, puis celui de Banco dans un sombre parking souterrain. A l’intertextualité permise par le support oral ou écrit succède une sorte d’intervisualité : la mort de Duncan peut apparaître comme une « réécriture » visuelle d’une série TV américaine ; Banco fait figure d’un nouveau Jules César, dont le corps maintes fois poignardé se trouve toutefois déplacé de la Curie romaine au… parking souterrain ( !) signalant la migration du lieu de pouvoir – signifiant par là-même sa dénaturation ? Le metteur en scène mène une véritable réflexion et un véritable travail sur l’image (numérique) qui constituerait la substance de notre contemporanéité : héritière peut-être des fantômes de l’âge médiéval, elle surgit et hante la pièce sous de multiples formes, portée par divers supports, dotée d’une grande diversité de statuts, de fonctions, rythmes et de temporalités. A l’image-récit, l’image-preuve ou témoin du meurtre déjà évoquée, s’ajoute l’image comme vision et obsession, à mi-chemin entre le souvenir et l’hallucination, dès lors que Mac Beth est saisi par le remords et la culpabilité. L’image peut être tantôt une image mouvante, cinétique, assumant la fonction de récit visuel et se situant dans le temps plutôt « long » et régulier de la narration ; tantôt une image elle aussi mouvante mais projetée sur les écrans de la bourse, se situant dans le temps saccadé et chaotique des prévisions et des décisions économiques à court-terme. Démultiplication des écrans couverts de chiffres où défilent à un rythme endiablé la multitude de 0 et de 1 qui scandent et déshumanisent notre quotidien réduit à une binarité désincarnée. Image mixte aussi, entre immobilité et mouvement, de la grande métropole vue du ciel imperceptiblement agitée par le fourmillement dérisoire de piétons et les flux imperturbables de la circulation automobile.

 

Outre la visualité comme modalité de perception éminemment contemporaine : la question éthique, entre permanence et mutation. A la culpabilité individuelle du Mac Beth shakespearien et verdien succède l’immoralité – sinon l’amoralité – collective des acteurs du système financier, voire du système lui-même – à supposer qu’on puisse personnifier sans danger le plus froid de tous les monstres froids : on peut comprendre que cette rhétorique personnificatrice soit animée par le sentiment contemporain d’être dépossédé de notre destin et de notre humanité même, par la fin d’un certain humanisme face au Capital désormais seul Acteur de l’histoire[2]. Mais ne court-on pas alors le risque de déresponsabiliser les acteurs et en les dépersonnalisant : là où il n’y a plus d’acteurs, y a-t-il encore de la responsabilité et de l’éthique ? Pourtant, un espoir renaît aux troisième et quatrième actes : aux voix du peuple révolté pleurant le défunt roi Duncan font écho les images médiatiques la multitude indignée du mouvement « Occupy Wall Street », qui envahit la scène finale : le rideau se referme sur cet optimisme – illusoire peut-être mais salutaire – qu’une mobilisation « populaire » reste possible pour infléchir le cours de l’histoire. L’art lyrique semble finalement triompher : la voix, le chant, ne sont-ils pas nos armes ultimes dans le combat qui nous oppose à la tyrannie des images qui nous condamnent au mutisme ? A ce pouvoir des médias qui véhiculent et consolident chaque jour davantage le célèbre TINA[3] et l’horizon indépassable de la « pensée unique » ? Un autre procédé de mise en scène vient redonner quelque espoir au spectateur assombri durant l’entracte : le changement d’échelle de l’image, passant de la vue aérienne de la ville à l’immersion « au ras-du-sol » dans les rues de Wall Street occupé et peuplé de visages indignés, ou encore le gros plan sur le visage meurtri d’un Mac Beth « humain trop humain », torturé par la culpabilité. L’effet de zoom n’est-il pas une manière de réincarner, de réintroduire de l’humain dans un monde désincarné, uniquement peuplé de chiffres et des cours de la Bourse, et de chasser par le retour d’une éthique et d’un repentir qui ne craignent pas de s’exprimer, le court-termisme amoral des prévisions financières, matérialisé par l’instantanéité et le défilement d’images aussitôt oubliées ? L’opéra retrouve ici sa richesse multi sensorielle, vertus d’un art « multimédia » associant le son à l’image et faisant de l’image même, médiatique et éphémère, une parole éloquente et durable.

http://wanderer.blog.lemonde.fr/files/2012/10/Macbeth5.jpg



[1] Voir l’ouvrage récent de la philosophe Myriam Revault d’Allonnes, La crise sans fin. Essai sur l’expérience moderne du temps, Seuil, 2012, qui s’attache à montrer que la crise n’a rien de si nouveau ni de si ‘extraordinaire » – et encore moins de « fini »… – que ne le ressassent chaque jour ces voix médiatiques qui font et défont l’opinion publique, afin de légitimer ou déresponsabiliser leurs complices, hommes de pouvoir, de décision et d’action.

[2] Faut-il y voir le signe d’un changement de « régime d’historicité », supplantant le régime « moderne » animé selon F. Hartog  par l’Acteur « Temps » ? Wall Street – cette « non-place » tressée de rues et d’espaces étroits,  ce « non-lieu » où des « non-hommes » se croisent chaque jour à défaut de se rassembler –  aurait-il succédé, comme lieu d’action et de pouvoir, à Times Square – la « place du Temps »… –  effrayante défiguration de ses nobles ancêtres que seraient l’agora grecque et le forum romain des âges antiques, les « piazza del popolo » ou places de la République et de la Concorde des glorieux âges révolutionnaires ?

[3] « There is no alternative » : slogan politique célèbre couramment attribué à Margaret Thatcher.


Cécile Armand

Ancienne élève de l'Ecole Normale Supérieure (ENS) de Lyon (2006), agrégée d'histoire (2009), docteure en histoire (2017). Ma thèse propose une histoire spatiale de la publicité à Shanghai (1905-1949), sous la co-direction de Christian Henriot (Aix-Marseille Université) et Carol Benedict (Georgetown Université, Washington D.C.). Au-delà de la publicité à Shanghai, mes centres d'intérêt me portent vers l'histoire urbaine, spatiale et sociale en général, les outils et méthodes numériques pour la recherche historique, l'historiographie et l'épistémologie.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookPinterest

« Les Présidents français à Dakar » – Épisode 1

(Re)lire le discours de Dakar (épisode 1)

L’actualité récente – la visite de François Hollande au Sénégal, censée selon certains journalistes « laver » l’injure du discours de Dakar de Nicolas Sarkozy en 2007 – est l’occasion de (re)lire ce discours[1] qui a fait scandale à l’époque et suscité tant de controverses – comme un volcan endormi que nos chers médias « d’informations » friands de polémiques viennent aujourd’hui réveiller.

En relisant ce discours donc, quelques réflexions me semblent dignes d’être partagées. Délaissant la question journalistique – stérile, à mon sens – de savoir si un président peut être « victime de son nègre », les responsabilités étant partagées, et l’arbitrage entre Guaino et Sarkozy étant pour le moins sans intérêt – ces remarques aspirent à devenir plus historiographiques et historiennes, en s’inscrivant dans le cadre de ma réflexion sur le temps en histoire, sur notre rapport à l’histoire et notre « régime d’historicité »[2] et se réinsérant dans la perspective de l’histoire culturelle ou histoire des représentations. Essai d’histoire des représentations présentes, dirons-nous : représentations du Temps, représentation de l’Autre en ce XXIème.

Ce discours apparaît de manière générale comme un discours anti-historique ou anti-historien. En témoigne cette prolifération de nominations généralisantes et englobantes, sinon essentialisantes, qui tendent à « naturaliser » ou « essentialiser » « l’homme noir », « l’Africain » – au mieux, le pluriel « les Africains » reconnaît qu’il existe, peut-être, une diversité interne et que l’Afrique est plus complexe et hétérogène qu’il n’y paraît… bref à enfermer tout ce petit monde exotique dans une « essence » ou une « nature » que résume l’expression, surprenante sous la plume d’un homme du XXIème siècle, cette expression très « dix-neuviémiste », finalement, « d’âme africaine » – expression qui charrie toutes ces vieilles notions de « génie des nations » ou « d’âme nationale ». Peut-être faut-il y voir, chez le « nègre » d’une droite désorientée en quête de repères identitaires, de figures tutélaires sinon d’ancrage historique, la marque d’une admiration pour un gaullisme qui ne cesse de se déliter – y déceler comme l’ultime passage du « Général », ce passeur entre deux mondes – le monde du XIXème qui l’a vu naître et grandir, d’un côté ; de l’autre, le monde du XXème qui l’a vu agir et commettre – pour le meilleur et pour le pire, il n’appartient pas à l’historien d’en juger…

Ces dénominations réductrices annoncent  la suite du texte, et précisément ce passage clé qui cristallise tous les scandales : l’irruption d’une Afrique sans histoire, hors de l’histoire, ou du moins qui ne devrait son entrée dans l’histoire qu’à l’Europe – l’Europe qui trouve ainsi la voie de sa rédemption, le moyen de se racheter et se purger des « erreurs » coloniales ! S’ensuit tout un cortège de clichés et de stéréotypes sur l’Afrique, dans une sorte « d’africanisme » – par analogie avec « l’orientalisme » d’Edward Saïd[3] : une Afrique qui apparaît moins comme l’Afrique « réelle » que l’Afrique « construite », « imaginée », « rêvée » par les Européens eux-mêmes. Une Afrique au miroir des fantasmes européens. Une Afrique synonyme de « tradition », de « sagesse ancestrale », ou « millénaire », d’attachement primitif à la « terre africaine » de retour à la « nature ». Dans une sorte de « choc des civilisations » opposant cette Afrique et cette Europe comme deux blocs homogènes et inévitablement voués à l’affrontement. Clou de l’argumentation : le discours vient à point nommé momifier cette Afrique « intemporelle » dans un temps circulaire, cyclique, un temps de la « répétition », du « ressassement » et de « l’éternel recommencement » voire de « l’éternel retour » – par opposition au temps supposé linéaire de l’Europe en marche vers le progrès ! Hors contexte et dépourvue de « métadonnées », on pourrait lire dans ce texte une nouvelle « forgerie » dans le style d’Alain Corbin auteur, de ces imaginaires mais dangereuses « conférences de Morterolles » qui ont inspiré le tout récent ouvrage de Patrick Boucheron[4]. Étonnante résurgence, en effet, de la rhétorique coloniale du XIXème : ce postulat naïf d’une « hiérarchie des races », cette croyance en la supériorité des Blancs et sa mission civilisatrice à l’égard d’une Afrique restée dans l’enfance… même si désormais – tirant tout de même les « leçons de l’histoire », qui finalement ne se répète pas tant que cela… – si désormais, donc, on n’ira plus sur le terrain : les Africains devront cette fois se débrouiller tous seuls pour trouver le chemin de la modernité… nous voici donc en présence d’un esprit et une rhétorique très anachroniques, très « dix-neuvième », quoique mâtinés de contemporanéité, remodelés par l’inquiétude présentiste et la repentance du colonisateur revenu de ses « erreurs »… un anachronisme qui trahit peut-être un impensé de notre Europe « en crise » – la nostalgie inconsciente ou inavouable d’un Occident « sur le déclin » pour une « apogée » coloniale bien révolue… cette même nostalgie d’un âge d’or qui est reprochée dans le discours même à l’infantile Afrique ?

 Discours de Dakar 2007_1

Discours de Dakar 2007_2

Discours de Dakar 2007_3


[2] Hartog, François. Régimes d’historicité : présentisme et expériences du temps. [Paris]: Seuil, 2003.

[3] Said, Edward W, Catherine Malamoud, et Tzvetan Todorov. L’orientalisme : l’orient créé par l’occident. Paris: Seuil, 1997.

[4] Venayre, Sylvain, et Patrick Boucheron. L’histoire au conditionnel : textes et documents à l’usage de l’étudiant. Paris: Mille et une nuits, 2012.

 

Cécile Armand

Ancienne élève de l'Ecole Normale Supérieure (ENS) de Lyon (2006), agrégée d'histoire (2009), docteure en histoire (2017). Ma thèse propose une histoire spatiale de la publicité à Shanghai (1905-1949), sous la co-direction de Christian Henriot (Aix-Marseille Université) et Carol Benedict (Georgetown Université, Washington D.C.). Au-delà de la publicité à Shanghai, mes centres d'intérêt me portent vers l'histoire urbaine, spatiale et sociale en général, les outils et méthodes numériques pour la recherche historique, l'historiographie et l'épistémologie.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookPinterest

Mode d’emploi de la source publicitaire à l’usage de l’historien

En vue d’élaborer notre « mode d’emploi » de la publicité à l’usage de l’historien, deux grands usages du matériau publicitaire et deux grandes étapes de son traitement dans le travail de l’historien doivent d’emblée être distingués : tout d’abord, son usage dans le processus de construction du savoir historique ; ensuite, son usage dans le processus d’écriture et de mise en forme du discours historique. A partir de la prise en compte des caractéristiques générales et spécifiques de l’image publicitaire, notre méthode empruntera alors à trois grandes « boîtes à outils » : d’abord, à la critique historique « classique », qui garantira une approche d’historien ; ensuite, aux « études visuelles », qui tiennent compte des spécificités de l’image ; enfin, à une méthode de traitement adaptée à la spécificité et la diversité de(s) l’image(s) publicitaire(s), et à leur diversité, que nous tenterons d’élaborer au cours de notre travail de terrain.

I. Les deux usages de la source publicitaire par l’historien : sa double fonction dans la « fabrique » de l’histoire

On peut distinguer deux usages et deux étapes dans le traitement historique du matériau publicitaire :

  • d’abord, son usage dans le processus de construction du savoir historique : point de départ ou d’aboutissement de la réflexion, place centrale ou périphérique, rôle dans l’élaboration d’hypothèses, utilisation pour la production de métadonnées (tableaux statistiques, typologies, modèles de composition spatiale…) ;
  • ensuite, son usage dans le processus d’écriture et de mise en forme du discours historique : l’image publicitaire peut-elle être mobilisée pour expérimenter des formes alternatives d’écriture de l’histoire, pour écrire une histoire plus « visuelle » et, partant, plus « vivante » et plus immédiate (notion de visual narratives ou visual itineraries) ?

 

1) L’image publicitaire dans le processus de construction du savoir historique

 a) Une méthode fondée sur une approche double (à la fois « individuelle » et « collective »), dynamique et interconnectée de l’image publicitaire

Une approche qualitative et individualisée

 Cette approche étudiera l’image de manière isolée, et tiendra compte des spécificités de chaque image particulière, en analysera et en décomposera les contenus et les formes, tentera d’en extraire la ou les significations. Cette démarche pourra s’inspirer des méthodes déjà élaborées par certains historiens (critique « externe » traditionnelle de l’historien méthode dialogique de Daniel Pope[1] ; pour une approche générale ; méthode en trois étapes de Bueschel[2]), qu’il faudra aussi enrichir, approfondir et adapter à notre sujet : signification immédiate et postérieure de l’image, interprétation par les contemporains et par l’historien surtout.

Une approche quantitative et collective

 Il s’agira d’abord d’élaborer un corpus, qui sera à la fois le point de départ de l’étude (sorte de première esquisse « intuitive » à partir du questionnement et des axes de recherche préalablement définis), mais aussi son point d’aboutissement, car ce corpus ne saurait être fixé qu’au prix de tâtonnements et au fil de l’avancée des recherches. Ces redéfinitions continuelles du corpus initial seront enrichies par la double mise au jour d’une sorte de « hors champ » ou de « hors cadre », d’un « au-delà » ou d’un « invisible » de l’image publicitaire : d’une part, sa mise en contexte(s) (consistant assez « classiquement » à replacer l’image dans ses multiples contextes : politiques, économiques, sociaux, culturels, artistiques), et, d’autre part, sa mise en réseau. A première vue, cette démarche est peu originale : elle est pratiquée par tout historien lors de la nécessaire confrontation des sources : après avoir traité une source isolément, il est soucieux de la replacer dans son contexte et d’en éprouver la fiabilité en mobilisant d’autres sources, pour procéder à des comparaisons, des rapprochements, des mises en perspective et des contrastes. Cette démarche emprunte aussi plus spécifiquement à l’histoire de l’art : à l’historien de l’art soucieux de replacer une œuvre d’art ou un artefact culturel dans une culture visuelle ou matérielle plus globale, de repérer des phénomènes de citation, de référence, de renvois, de révéler l’existence d’une sorte « d’intervisualité » (de même qu’on parle d’intertextualité en littérature), de rechercher des antécédents, des influences, des héritages, de mettre en évidence des continuités ou des ruptures, des figures ou des motifs récurrents, ou au contraire l’originalité d’un style.

Dans cette perspective, on pourra s’inspirer des réflexions et des pratiques de David Ciarlo[3] qui considère l’image publicitaire comme un élément intégré (embeddded) dans une culture visuelle ou un système de communication plus vaste, transnational, diversifié, un système qui le dépasse à la fois dans la nature de ses éléments (il inclut non seulement des publicités et des images commerciales, mais aussi d’autres types d’images : photographies, peintures,  caricatures, et bien sûr des sources d’autres natures : textes divers, objets et artefacts) et dans leur étendue (après avoir montré les origines transnationales de la culture commerciale coloniale allemande à ses débuts, Ciarlo s’autorise à puiser dans le vaste réservoir de la culture mondiale, notamment les publicités pour savon ou cigarettes britanniques ou américaines). C’est une démarche similaire qu’emploie Bueschel lorsqu’il rapproche les publicités pour cigarettes au début des années 1920 d’une caricature contemporaine, pour montrer l’ambivalence de la figure de la fumeuse à l’époque, avant le tournant des années 1930. On pourra également s’inspirer de la méthode de Laing dans son étude des yuefenpai, lorsqu’elle en recherche les antécédents dans les calendriers commerciaux américains ou britanniques, lorsqu’elle en décline l’origine chinoise, ou lorsqu’elle cherche des influences et des croisements entre l’art calendaire et les courants artistiques tantôt chinois (peinture de paysage ou tradition des « belles de Shanghai »), tantôt « occidentaux » (Art Déco).

Etudier ces publicités en réseau, en s’interrogeant chaque fois sur la pertinence des choix de rapprochement opérés et en restant conscients du caractère unique et spécifique de chaque image – de ses conditions de production spécifiques de chaque image (liées à son origine, son producteur, son support, son lieu d’exposition…), implique trois niveaux de confrontations :

  •  Confrontation des images publicitaires entre elles : publicités portées par un même support ou par des supports différents (presse, affiches extérieures, calendriers, cigarette cards), publicités pour un même produit et des produits différents ; publicités pour une même marque ou des marques différentes (par exemple, comme dans l’article de Bueschel[4], des marques de luxe avec des marques populaires, pour mettre en évidence l’existence d’une imagerie et d’un discours adaptés aux  différentes catégories sociales de consommateur) ; publicités pour une même compagnie ou pour des compagnies différentes (en s’interrogeant sur la pertinence de contraster notamment la production publicitaire d’une compagnie étrangère avec celle d’une compagnie chinoise : le critère de la nationalité est-il pertinent ?) ; à des périodes différentes (pour mettre en évidence des continuités ou des évolutions dans les formes, les techniques et les stratégies) ; dans des lieux différents, non seulement en Chine mais aussi à l’étranger (pour mettre en évidence le caractère transnational ou local de la culture visuelle commerciale, l’éventuel caractère importé ou inventé des publicités, les phénomènes « d’hégémonie » culturelle ou de résistances, l’existence de « modèles » ou d’adaptations locales) ;
  • Confrontation des images publicitaires à des images non commerciales : à des images appartenant à différentes sphères de la culture visuelle : œuvres d’art chinoises ou « occidentales » (les artistes commerciaux ayant souvent reçu une éducation artistique en peinture chinoise ou ayant été formés aux arts occidentaux par le biais des écoles missionnaires – Xujiahui à Shanghai – des écoles de gouvernement, ou en copiant les modèles fournis par les publications de la Commercial Press) ; affiches politiques (notamment pour la propagande nationaliste) ; photographies de rue qui donne un aperçu de l’environnement visuel et physique d’exposition et permettent de reconstituer les conditions de perception des contemporains.
  • Confrontation des images publicitaires à des sources d’autres natures : sources textuelles (archives des entreprises permettant de resituer l’image dans la stratégie commerciale plus globale de l’entreprise, manuels ou traités de publicité ou revues spécialisées, qui aident à replacer l’image dans les théories publicitaires en vogue), ou sources matérielles (objets de consommation et autres).

Remarquons pour finir que ces deux approches ne seront pas cloisonnées : des circulations devront être établies entre elles, chaque étape étant appelé à nourrir les autres.

b) Des outils numériques privilégiés

  •  Pour une approche individuelle qualitative : utilisation d’outils d’analyse individuelle fondés spécifiquement sur l’image et ses composantes visuelles, plutôt que sur son « iconotexte ». Ces outils restent à définir et perfectionner : ils devraient permettre une décomposition des éléments en vue de l’étude de la composition spatiale et de l’élaboration de modèles de composition spatiale, servant de base à l’évaluation de la conformité ou au contraire des écarts à ce modèle, pour révéler notamment des motifs récurrents : ce dernier point semble essentiel dans la mesure où la force de l’image publicitaire et ses stéréotypes résident avant tout dans leur redondance, leur répétition, leur ubiquité.
  • Pour une approche collective quantitative : outre la constitution d’un corpus bien délimité dans le cadre d’un questionnement et de critères soigneusement prédéfinis, on envisagera la création d’une vaste base de données d’images publicitaires, assortie d’un moteur de recherche permettant de mettre en réserve, de conserver, de classer, de cataloguer, référencer une grande quantité d’images qu’il sera ensuite plus facile de traiter statistiquement et de mettre en séries. La saisie des données et le référencement devront être soignés pour éviter de perdre les données et pour les retrouver facilement. Le choix des mots clés est ici un enjeu de taille : il est nécessaire d’élaborer une taxinomie et des catégories rigoureuses afin de contourner la « folksonomie » inhérente à des applications grand public de type « Flickr » – ou à toute base de données fondée sur la libre collaboration entre profanes issus d’horizons divers. A partir de cette base, on pourra chercher à développer des outils de visualisation, afin de mettre en évidence par exemple la répartition et l’importance relative de telle ou telle type de publicité dans un champ déterminé de la culture visuelle (sous formes de nuages de points ou de « constellations » par exemple).

2) L’image publicitaire dans le processus d’écriture et mise en forme du discours historique : quelles méthodes et quels outils ?

 a) Une méthode d’écriture visuelle de l’histoire (visual narrative, visual itinerary, visual essay)

Dans cette perspective, nous tâcherons en premier lieu de tirer profit de la démarche novatrice de Barbara Mittler[5] et ses visual itineraries ou visual narratives, une démarche que nous tenterons d’approfondir, en réfléchissant de manière plus systématique sur :

  • ses apports réels et spécifiques par rapport à une histoire par les mots : reconstitution plus vivante et plus immédiate de l’expérience des contemporains et de leurs conditions de perception visuelle (par le biais de visual itineraries)
  • ses conditions « expérimentales » de validité : à quelles conditions cette expérience est-elle fiable d’un point de vue historique ?
  • ses les limites : comme toute opération, une telle historiographique implique une sélection, des choix, un certain arbitraire de la part de l’historien – ce qu’on ne peut lui reprocher tant qu’il reste conscient de ses postulats et leurs limites, et que ses choix sont explicités et justifiés : quelles images choisit-on et pourquoi, comment les présenter, faut-il ou non les accompagner de textes ?

On pourra également s’inspirer des visual essays de John Berger[6], qui ne comportent aucun mot, aucune légende, ni même aucune référence, les références et les commentaires étant placés à part, pour ne pas influencer la « lecture » intuitive de l’image. Cette mise en forme a pour intérêt de ne pas laisser les mots parasiter l’image. Il faut toutefois rester conscient que la lecture de l’image même seule n’est pas neutre, que nous ne sommes jamais dans les mêmes conditions de perception que les hommes du passé, car ces perceptions évoluent, et que nous sommes nous-mêmes prisonniers ou dépendants de « filtres » personnels, sociaux, culturels et anthropologiques.

Les moyens d’enrichir et d’approfondir cette expérimentation historiographique sont variés. Ils porteront par exemple sur les types de séries à constituer (diachronique – narratives ou racontant une histoire, montrant des évolutions dans le temps, une série fondée sur la succession- ou synchronique – des images différentes mais contemporaines les unes des autres, ce qui suppose de réfléchir à la définition de ce cadre temporel, à son unité). Comment, d’autre part, reconstituer les conditions de réception des contemporains de l’image, comment la replacer dans son contexte et son environnement visuel et matériel de l’époque – une question d’autant plus épineuse lorsqu’on est limité par la page, le format papier, son caractère superficiel et sans profondeur ? Comment donner corps dans le discours historique à la matérialité de l’image ou de l’objet publicitaire – notamment la publicité extérieure ? Peut-on concevoir une écriture « en trois dimensions » ?

b) Quels outils numériques pour cette écriture « visuelle » et « hypertextuelle » de l’histoire ?

Sans se substituer au format papier, les outils numériques semblent offrir une alternative et un complément fort approprié au traitement des sources visuelles : ils permettent de dépasser le cadre figé de la thèse papier, qui a tendance à subordonner le texte à l’image dans une culture qui reste dominée par l’écrit, à cantonner l’image dans un rôle secondaire d’illustration, qu’elle soit intégrée au texte ou reléguée en annexes en fin d’ouvrage. Les supports numériques (blogs, plateformes) semblent autoriser une approche plus dynamique et plus soucieuse des spécificités de l’image. Ils favorisent la mise en série, la possibilité de faire apparaître ou non la légende, la référence ou tout autre iconotexte, la navigation libre entre les images et entre les images et les textes, la possibilité d’une lecture « hypertextuelle » des images ou des textes, fondée davantage sur une logique intuitive, erratique et associationniste (association d’idées ou d’images) que sur une logique rationnelle et linéaire plus adaptée à la culture écrite « classique ». Enfin, on pourra s’intéresser aux outils encore expérimentaux – parfois peu sérieux, il est vrai – permettant la restitution du passé en « trois dimensions ».

II. Les trois cercles de la source publicitaire justifient une triple méthode et l’emprunt à trois grandes « boîtes à outils »

A partir de la prise en compte des caractéristiques généraux et spécifiques de l’image publicitaire, notre méthode empruntera à trois grandes « boîtes à outils » : d’abord, à la critique historique « classique », qui garantira une approche d’historien ; ensuite, aux « études visuelles », qui tiennent compte des spécificités de l’image ; enfin, une méthode de traitement adaptée à la spécificité et la diversité de(s) l’image(s) publicitaire(s), et à leur diversité, que nous tenterons d’élaborer au cours de notre travail de terrain.