Archives par mot-clé : dessin animé

Mulan – Les Chinois à Disneyland (VMC 4)

Visages médiatiques IV (VMC 4)

Mulan – Les Chinois à Disneyland : qu’il ne fait pas bon être une femme en Chine…

Notre tour du monde médiatique et (télé)visuel des représentations contemporaines de la Chine nous entraîne aujourd’hui à Disneyland, sur les traces d’un dessin animé déjà ancien (1998) : Mulan.

Le jeune – et moins jeune – spectateur apprend d’emblée que l’histoire se déroule en Chine : le film débute par une vue nocturne sur la Grande Muraille, pourtant trop calme pour ne pas présager quelque danger… En effet, les Huns sont au pied des murailles et leurs flèches pointent déjà en direction de la Cité interdite ! Ces Barbares qui, sous l’aspect de créatures hybrides plus proches de l’animal que de l’homme, impriment dans nos chères têtes blondes l’idée que les peuples antiques n’étaient que hordes sauvages et que décidément, il fait bon vivre en cette fin de XXeme siècle blottis dans nos moelleux canapés en train de visionner ce pur produit de la démocratie libérale et capitaliste… d’autant plus que la civilisation « occidentale » n’est pas à l’abri de toute menace en cette fin de XXème siècle – les hordes de barbares « rouges », certes bien mal en point à la veille de la chute d’un autre mur, berlinois cette fois, se pressent au pied d’un Rideau de Fer prêt à tomber… Etrange – mais brève – identification de l’empire américain à la Chine des Wei.

Nous pénétrons ensuite dans le palais de l’empereur, qui sous les traits d’un « sage » chinois quasi-archétypal – à en juger par la longueur et la blancheur de sa barbe et par la bonté dont il fait preuve à l’égard de son peuple contre l’avis de ses belliqueux généraux et ses vaniteux conseillers – valide l’équation Chine = Confucius = sagesse éternelle dans de vierges cerveaux encore peu formés à cette arithmétique civilisationnelle… mais qui progresseront rapidement au rythme répétitif et saccadé des temps médiatiques….

Apprends aussi, jeune « occidental », que ce lointain pays qu’on appelle la Chine voue une vénération sans borne pour ses ancêtres. Une superstition bien ridicule aux yeux du peuple hautement civilisé que nous sommes… mais qu’on leur pardonnera, car ils ont tout de même été capables d’inventer la boussole et le papier. La grand-mère de Mulan elle-même, modèle de rationalité et témérité, se fait la porte-parole du mépris « occidental » : quelle aide peuvent bien apporter les ancêtres aux vivants, puisqu’ils sont morts ? – lance-t-elle à sa fille restée engluée dans ces superstitions primitives… Imparable argument. Le soupçon se confirme en rencontrant ces ancêtres « humains trop humains » pour prétendre pouvoir infléchir le destin des vivants. Le renversement des idoles chinoises se poursuit avec cette caricature de dragon qu’est Mushu – crime de lèse-majesté de la part de ces impies Occidentaux qui témoignent bien peu de respect à l’égard de cet empereur du bestiaire mythologique chinois… – et l’affection symétrique portée par Mulan à son chien… un animal pourtant bien trivial dans la culture chinoise. Fâcheuse anomalie dans un monde chinois finalement peu « authentique » en dépit – ou à cause justement ? – d’une quête forcenée d’authenticité par des réalisateurs qui cherchent à réduire la distance géographique et culturelle… mais la projection de son propre imaginaire, le télescopage des cultures est peu être conçu comme un meilleur moyen de rapprocher les civilisations, de traduire, en somme, la Chine ancienne dans la langue « occidentale » XXeme siècle, afin de la lui rendre plus lisible et plus accessible ? Le noble dragon ainsi renversé devient l’équivalent fidèle compagnon canin des jeunes maîtres de nos démocraties libérales.

Le catalogue des topoi ne serait pas complet s’il contournait l’inévitable jeu sémantique et phonétique avec une langue chinoise si souvent moquée des Occidentaux, comme pour cacher leur désarroi face à ce monument de complexités et de subtilités  – « Ah ! Shu ! » devenant bien trivialement « Atchoum » lorsque le capitaine demande son nom au soldat Mulan… Facile.

La Chine, mes chers petits, c’est aussi et surtout le mariage et son rituel – ce qui s’approcherait de la vérité si le maquillage ne fondait la future mariée chinoise en geisha japonaise dans une regrettable (con)fusion des cultures asiatiques. Voilà notre jeune Occidental formé aux formules canoniques de l’oxydoréduction culturelle récurrente dans nos médias démocratiques avide d’un melting-pot et d’un multiculturalisme qui vire toutefois régulièrement au salad bowl et à l’amalgame qui confirme et conforte ses propres fantasmes. En se montrant si peu adaptée à l’institution maritale « traditionnelle », Mulan s’affirme toutefois comme une sorte de double de la jeune fille occidentale libérée et indépendante, à laquelle il devient facile de s’identifier,  qui se refuse à jouer la princesse – l’innocente admiratrice de Blanche Neige a grandi et commence à ne plus croire aux contes de fée semble-t-il… La figure féminine et sa place dans la société chinoise est bien au cœur du dessin animé, où circule librement le cliché de la misogynie chinoise. L’image d’une femme méprisée, déconsidérée s’inscrit dans le sillage d’une longue tradition, au moins depuis l’arrivée des Occidentaux en Chine, notamment des missionnaires qui alimentent le fantasme des meurtres de bébés filles pour justifier et glorifier leur action humanitaire en faveur des orphelin(e)s. Associé au topos symétrique de la préférence pour les garçons, les plus à même de respecter garantir l’honneur – cette valeur suprême et maintes fois ressassée dans le film, reformulation « occidentale » de la peur de perdre la face, sans doute – ce cliché semble faire écho au sens commun de cette fin du XXème qui s’apitoyait – et s’apitoie encore – sur le sort de ces pauvres filles chinoises, dont la vie est placée dès leur naissance sous le signe de la négation – ne pas être un garçon – et de la déception des parents – dans un contexte aggravé par la désastreuse politique de l’enfant unique et de limitation des naissances… incomprises par une Europe vieillissante qui en a tant besoin, elle, de bébés, qu’elle est prête à tolérer tous les sexes… et une Europe qui a la mémoire courte – il n’est pas si loin le temps où les « Européennes » étaient accueillies à leur naissance avec tout autant de dépit… une bouche de plus à nourrir dépourvue de bras solides et vigoureux pour travailler ou perpétuer une noble lignée familiale…

Quelle est la morale de l’histoire ? La forme du conte dans la tradition Disney semble parfaitement épouser les tendances moralisatrices d’un Occident qui aime jouer les donneurs de leçon : nous, Occidentaux, nousavons plus de considération pour les femmes… Mais en fin de compte, la fin est heureuse : la légende chinoise transformée en « conte » occidental pour la circonstance est que les Chinois ont progressé. Le promeneur solitaire statuera que malgré leur moindre avancée sur le stade de la civilisation, ils sont « perfectibles » : au prix de moult dangers et péripéties, ils ont quand même compris que les femmes sont dignes de respect voire d’admiration… même si leur situation sociale n’a guère changé : après s’être – et avoir – fait bien peur, elle restera sagement à la maison pour s’occuper des gosses et préparer le riz bouilli de son héros de mari…

Des histoires à l’Histoire…

Mais grandissons un peu, et tâchons de remplacer ces histoires (de bonnes femmes) par… l’Histoire, la vraie, épurée de la vile subjectivité de l’historien…pourquoi ne pas considérer ce dessin animé comme une source historique à part entière, un document sur l’histoire de notre présent, de nos représentations présentes de la Chine ? Et donc le soumettre à l’impitoyable critique historique des sources… Historiens-chirurgiens, à vos scalpels méthodiques : tâchons d’appliquer le « mode d’emploi des sources visuelles » que j’ai par ailleurs élaborée dans le cadre de mon travail de thèse, qui consiste à suivre les quatre opérations suivantes :

Contextualiser : critique « externe »[1]

Qui qui est l’auteur(s) ou le producteur(s) de l’image (commanditaire, artiste)? Si plusieurs, quelles relations entretiennent-ils, quels sont leurs origines (sociales, culturelles, géographiques), leurs postulats, leurs intérêts ?
Quoi Contenu : quel est le message, les messages ?Support : quels supports, quelle est la nature de l’image (peinture ou œuvre d’art, photographie, carte postale, caricature, affiches, publicités, film…) ? Être attentif à la matérialité de l’image : ses techniques de production et de diffusion ; son contexte d’apparition et de réception. Ce contexte matériel conditionne la « vie de l’image » et ses temporalités.
Quand Datatation(s) et contexte(s), qui se jouent à deux niveaux :

  • Production
  • Diffusion/réception –à plus ou moins long terme

Dans quel(s) contexte(s) – politique, économique, social, culturel ?

Quels événements ou faits marquants accompagnent la production et réception de l’image ?

Lieu(x) et contexte(s)

  • production
  • diffusion/réception de l’image

Envisager différentes échelles : contexte matériel immédiat (journal, rue, salle de cinéma… sa place dans cet environnement) ; contexte plus large (quelle ville, pays…).

A qui Quels destinataires : voulus ou non, primaires et secondaires, contemporains et plus tardifsCombien : un individu ou des masses ?Qui : quels groupes sociaux, hommes ou femmes, jeunes ou vieux ; des célébrités ou des anonymes ? Comment ont-ils réagi à l’image ?  Comment l’ont-ils interprété (difficile à savoir) ? Quels ont été les usages de l’image ? Cette réception est-elle conforme ou déviante par rapport aux attentes et objectifs des producteurs, en phase ou en décalage ? Pourquoi ?
Pourquoi Les objectifs, intentions des auteurs, leurs buts, leurs intérêts, leurs arrières-pensées – dans la lignée de leur postulats, présupposés, préjugés, de leur « lieu social » et leur background
Portée(s) Les objectifs, intentions ont-ils été atteints ? Mesurer le décalage éventuel intentions et objectifs.Evaluer la réception, l’interprétation, l’impact, l’efficacité à plus ou moins long terme : les ondes de choc, les échos : pour les contemporains / a posterioriEvaluer la réception, l’interprétation, l’impact, l’efficacité dans différents lieux et contextesMémoire(s) de l’image au fil du temps

 Analyser : critique « interne » [1]

Décomposer et recomposer l’image.

Décrire, analyser, étudier la composition de l’image : que voit-on sur l’image ?

Quels éléments la composent ?

Etudier les procédés techniques et esthétiques ou artistiques (photo ou peinture, couleur et lumières, mise en page, typographie) et leurs fonctions : permettent-ils de réaliser les objectifs du producteur, dans quelle mesure servent-ils les intentions du producteur, participent-ils de la stratégie argumentative, rhétorique de l’auteur ?

Quels sont les rapports entre les éléments visuels et textuels (légende, slogan…) : complémentarité et confirmation-renforcement, contraste et contradiction ? En quoi les textes influencent-ils ou éclairent-ils le sens de l’image ? Qui a écrit ces textes et pourquoi ?

Interpréter : donner sens

  • Quelle ou quelles sont les significations de l’image pour les contemporains ?
  • Quelle(s) signification(s) pour l’historien : resituer dans ma problématique ou mes interrogations ; quelle est la portée et l’intérêt de l’image pour l’historien : en quoi elle est originale/banale, apprend-elle quelque chose de nouveau, remet-elle en question des théories, des évidences ou des lieux communs, confirme-t-elle ce qu’on savait déjà…

> Attention ici à ne pas surinterpréter, plaquer son regard d’historien du XXIème siècle sur une image du passé = reconstituer les conditions de réception par les contemporains 

Dans notre cas précis, quelles sont les déformations, altérations opérées par rapport à la légende et la figure originale de Hua Mulan ? Quel est le sens de cette récupération par les Américains de la fin du XXeme sicèle ? La mettre au service d’une interrogation sur le statut de la femme dans les sociétés contemporaines ? De quel lieu parlent les réalisateurs du dessin animé : de ce qu’ils croient être une « démocratie » « libérale » et « égalitaire », qui prétend traiter les femmes sur un même pied d’égalité que les hommes, et se permet de son perchoir d’adresser une critique à peine masquée à ces dictatures émergentes qui maintiennent les femmes au bas de l’échelle ? Si vous voulez devenir de grandes puissances, appliquez d’abord la recette des démocraties et faites places aux femmes, aux minorités, aux droits de l’homme…

Confronter : mettre en réseau(x) et en série(s)

Confronter, mettre l’image en perspective et en  série : la confronter à d’autres images, à d’autre sources (écrites), à ses connaissances sur la colonisation et sur la période et le contexte en général.

NB Cette démarche est d’autant plus justifiée que le « pouvoir » ou l’efficacité de l’image réside moins dans sa présence isolée que dans les phénomènes de récurrences, de répétitions, de redondances, dans l’existence de motifs ou de stéréotypes visuels, et au fait qu’il existe une circulation des images → réinsérer dans culture visuelle plus vaste

Trois confrontations me semblent ici s’imposer :

  • Resituer le dessin animé dans longue tradition de la légende de Mulan, dans sa version chinoise (consulter les sources littéraires, les représentations iconographiques au fil du temps) et en examiner les réécritures, les récupérations et réappropriations au fil de l’histoire, tant du côté chinois que du côté « Occidental »
  • Confronter cette étude de la récupération de la légende et du passé (légendaire) avec mon propre corpus et mes propres interrogations historiques sur la représentation dans et par la publicité des rapports entre passé/présent/futur. Cette confrontation est d’autant plus justifiée que certaines publicités ou images commerciales mobilisent directement et explicitement la figure de Mulan, notamment pendant la période républicaine et « nationaliste ».
  • Confronter avec d’autres dessins animés, du côté « occidental » d’une part (avec d’autres Disney : Ling Tao ou la série animée « Avatars » ; Kung Fu Panda) et chinois d’autre part ( ?)

 


[1] Je reprends ici en la détournant à mes propres fins la terminologie de Langlois et Seignobos : les expressions de critiques « externe » et « interne » n’ont pas ici le même sens  que pour les deux historiens du XIXème siècle.

Cécile Armand

Ancienne élève de l'Ecole Normale Supérieure (ENS) de Lyon (promotion 2006), actuellement en deuxième année de thèse à l'ENS Lyon, sous la direction de Christian Henriot (Institut d'Asie Orientale - IAO). Mon sujet porte sur la publicité en Chine du milieu du XIXe-au milieu du XXeme siècle, mais je m'intéresse à des questions historiographiques et méthodologiques plus générales ainsi qu'aux "humanités numériques".

More Posts

Follow Me:
Twitter