Archives par mot-clé : Visuel

« Le siècle chinois » selon « Le Monde » : Chine séculaire ou…Chine crépusculaire ? (VMC5)

Visages médiatiques V (VMC 5)

La Chine de Courrier international, « Le siècle chinois » Chine séculaire ou…Chine crépusculaire ?

Dans le sillage du XVIIe Congrès du Parti communiste chinois en novembre dernier, et pour compléter notre galerie des portraits médiatiques de la Chine, relisons le hors-série du Monde intitulé « Le siècle chinois » paru en octobre-novembre 2011. Je n’ai pas l’ambition de proposer une lecture critique exhaustive de tous les articles – à ce stade de notre tour d’horizon médiatique, nous commençons à ressasser les mêmes stéréotypes et à comprendre comment les lieux communs sur la Chine sont recyclés d’une revue à l’autre et d’un support à l’autre. Il s’agit plutôt ici de s’attarder sur certaines singularités de ce numéro, concernant en particulier la mise en forme ou l’usage des éléments visuels.

Photographie de couverture du Hors-série du Monde, « Le siècle chinois », octobre-novembre 2011

La photographie de couverture, commise par la photographie chinoise Chen Man, photographe de mode montante, brosse le portrait d’une Chine allégorique, personnifiée ou essentialisée, qui annonce la tonalité globale du magazine. Un numéro placé sous le signe de l’inquiétude et de la menace symbolisés par l’omniprésence de la couleur rouge.

Sur un fond gris épuré, le visage en gros plan d’une femme inquiétante, menaçante. Les sourcils épilés, la peau trop parfaite pour être authentiquement humaine, les yeux mi-clos et scrutateurs, regardant trop fixement le lecteur occidental pour ne pas l’intimider. Des lèvres comme incapables de sourire, peut-être parce que striées de ces caractères chinois stylisés de couleur rouge. Le rouge : couleur de la Chine, couleur du communisme, couleur du sang aussi qui s’écoule des lèvres de cette femme vampire repue au terme de la grande « saignée » de l’Occident ?

Une sorte de « New New Woman » (Xin xin nüxing) ? Totalement aseptisée et comme décidée à prendre une double revanche. Revanche sur des siècles de domination masculine – ce qui renvoie par là au topos du statut inférieur de la femme chinoise, comme si « l’Occident » faisait mieux – d’une part. Revanche sur « l’Occident » d’autre part, car il est aisé de comprendre que cette femme est l’incarnation de la Chine elle-même, une Chine bien inquiétante, menaçante, conquérante même : l’incarnation du (re)nouveau du « péril jaune ». Un visage entre permanences et mutations. Permanences du topos de la Chine « femelle », en vigueur depuis le XIXème siècle, une Chine de l’intimité et du repli, par opposition à un Occident ou un Japon masculin, viril, agressif et expansionniste. Mutation toutefois d’une féminité qui n’est plus synonyme de repli, de faiblesse et d’intériorité, car le statut de la femme a (un peu) changé depuis… ce qui autorise toutes les variations sur le thème de la femme « mystère » depuis les romantiques du XIXème siècle – femme baudelairienne ou nervalienne, tyrannisant et vampirsant cet Occident « émasculé » du XXIeme siècle.

***

L’image « à la une » de l’avant-propos (p. 3) instille ses relents « de guerre des étoiles » dans un espace inter galactique trop vide et trop sombre pour n’être pas angoissant. Seule présence humaine : ce cosmonaute chinois géant, arborant son étoile rouge, prêt s’emparer d’un frêle globe terrestre à moitié plongé dans l’ombre chinoise – incarnation interstellaire d’une supposée mégalomanie de « l’Empire du Milieu »…

L’avant-propos est porteur de nouvelles menaces en réactivant explicitement le fantasme du « péril jaune ». La Chine serait même responsable de la « crise » d’un Occident séduit par cet empire de toutes les tentations. En effet, tandis que « l’usine du monde » se tuait à la tâche pour rattraper son retard et prendre sa revanche, l’Occident se reposait sur ses lauriers et goûtait les fruits de deux siècles de révolutions industrielles, de conquêtes coloniales et autres « Trente Glorieuses ». Se trouvent ainsi remises au goût du jour la fable de la cigale et de la fourmi, et même, pourquoi pas, la dialectique hégélienne du maître et de l’esclave. La Chine aurait ainsi piégé l’Occident en travaillant pour lui mais en œuvrant par là-même à sa propre libération, tandis que le maître occidental, amolli et vautré dans son oisiveté, s’enlisait dans une nouvelle forme de dépendance et devenait incapable de produire lui-même les moyens de satisfaire ses propres besoins. Ce renversement de situation justifierait toutes les formes d’arrogance et d’insolence actuelles de la part de l’esclave chinois devenu maître.

Inutile de souligner le manichéisme du journal qui s’annonce dès cet éditorial : outre l’équation du deuxième degré Chine/Occident = fourmi/cigale, nous sommes attendus quelques lignes plus loin par le couple des « sinobéats »/sinophobes – notons au passage que le second terme, plus neutre que le premier, indique implicitement dans quel camp se range la revue – ou encore le duel Mao Zedong/Deng Xiaoping.

C’est un beau catalogue de lieux communs qui s’ouvre là encore : de « l’usine du monde » au « marché du monde » en passant par la « culture plusieurs fois millénaire », sans oublier l’incontournable « l’envers du miracle ». Au-delà, c’est une vision une fois de plus « essentialiste » des peuples qui hante un tel discours inaugural : « l’Occident », monolithique d’un côté, le « peuple chinois » qui « aime les formules », de l’autre, enfermés dans une essence intemporelle, définis par un ensemble de caractères et d’une personnalité fixes, semblent irréductiblement voués à se livrer une lutte sans merci…

Dans notre souci d’étudier les temporalités, traquons enfin le schéma cyclique ou spiralé du temps qui sous-tend ces lignes : « l’éternel retour » – dialectique subtile du même et de l’autre, de la répétition et du devenir – a le visage du « péril jaune qui renaît » ou d’une Chine qui « a retrouvé son rang » après une « éclipse » séculaire…

***

Le sommaire (p. 4-5) scande les trois temps et les trois parties qui structurent ce numéro spécial. A chaque période sont associés une image, une photographie et un proverbe sur un fond rouge et noir.

Le voyage temporel proposé par le magazine part curieusement du présent (« Aujourd’hui » – Jin tian) pour remonter le temps avant de se projeter vers un avenir incertain.

Le présent et ses ambiguïtés sont représentés par le Gaotie (TGV) Shanghai-Pékin – à la fois prouesse et risque technologique. Le TGV semble ainsi matérialiser la Chine elle-même, cette Chine qui veut aller trop vite et qui en paie les frais.

Étrange inversion chronologique par laquelle le passé et l’histoire (« Hier » – Zuo tian) succèdent au présent. Une histoire paradoxale qui semble commencer véritablement au XIXème siècle avec l’arrivée des Occidentaux, après une brève évocation de la Chine impériale « plusieurs fois millénaires». Une histoire finalement très « présente » qui se résume aux réécritures actuelles de l’histoire dans les musées et les expositions « révisionnistes ». Un passé matérialisé par cette photographie d’archive en noir et blanc – qui contraste avec la photographie futuriste du TGV – représentant les soldats maoistes s’emparant de Nankin en 1949.

« Demain » (Ming Tian) a les traits du nouveau leader de la Chine, un Xi Jinping souriant sur une peinture aux couleurs de réalisme socialiste renouvelé, qui suggère un avenir entre menace et incertitude – la seule certitude étant cette menace justement.

Une sorte de grammaire lexicologique de la Chine topique vient clore ce sommaire, qui mêle des concepts évoquant la Chine « traditionnelle » (Tao, Confucianisme, Cité interdite) ou historique (guerre sino-japonaise, Longue Marche, Grand Bond en avant, Révolution culturelle), des sujets « modernes » (Weibo), des questions d’actualité (Tibet), mais aussi des lieux moins attendus du lecteur « occidental », à la fois envoûté et intrigué par les sonorités mystérieuses d’un Gaoanbu, d’un Gong’an bu ou d’un Hexie – autant de notions qui, formulées dans cette langue exotique et réputée revêche à l’apprentissage, viennent infuser le magazine d’une pittoresque « couleur locale ».

***

Le corps du journal s’ouvre par un entretien de deux supposés « spécialistes » de la Chine (p.7) – F. Godement, éminent professeur à Sciences-Po – annonçant l’hégémonie de cette histoire « science-potique » et journalistique qui hérisse les universitaires et les normaliens de mon espèce… – et I. Izraelewicz – le directeur du Monde récemment décédé, qui ne doit sa réputation de « spécialiste » qu’à des séjours répétés en Chine, l’autorisant à commettre deux ouvrages en phase avec les obsessions médiatiques de notre temps aux accents peyrefittiens – L’Arrogance chinoise (2011) et Quand la Chine change le monde (2005). L’incertitude de l’avenir est plus que jamais présente dans cet interview, reformulée en cette équation-dilemme « vengeance ou sagesse » qui s’acharne à personnifier la Chine.

Photographies de Mathias Braschler et Monika Fisher : deux « types » chinois campant la revanche de « l’Empire de Milieu » : le jeune travailleur des rues et l’homme d’affaire « occidentalisé »

Arrêtons-nous un instant sur les images qui accompagnent l’entretien – des portraits photographiques « en pied » de Chinois « ordinaires » commises par les deux photographes suisses Mathias Braschler et Monika Fisher qui ont, nous dit-on, sillonné la Chine de juin 2007 à janvier 2008. Il est tentant d’établir une filiation avec les Hommes du XXème siècle d’August Sander – une galerie de « types » chinois aux visages fermés, inquiétants, antipathiques, qui glorifient l’ouvrier ou l’homme d’affaire conquérants par des vues en contre-plongée. L’ouvrier chinois du XXIème siècle p.10, nettement mois sympathique que ses congénères américains des années 1930 photographiés par Ebbets, conjugue l’exaltation de l’ouvrier allemand façon Sander à l’élévation des ouvriers américains. A leur position de surplomb purement physique, détournée dans le sens d’une domination symbolique de la conquête du monde… inquiétante là encore est cette silhouette laborieuse qui émerge d’une atmosphère brumeuse de pollution, lourde de menaces et d’incertitudes.

De gauche à droite : photographies d’August Sander, L’ouvrier, Allemagne, années 1930. Zhou Huajian, laveur de vitres, Xinguangdadao, Chongqing. Charles Ebbets, Lunchtime atop a skyscraper, 1932.

 

***

« Aujourd’hui » – Jin tian

Untitled : photographie de Yang Yong, tirée de la série “The cruel diary of youth »

Premier jalon dans le parcours chronologique proposé par la revue : « Aujourd’hui ». La photographie associée est celle d’une femme jeune tournée vers l’avenir – comme en témoigne son visage orienté vers la droite de l’image – mais inquiète autant qu’inquiétante. La couleur rouge connote-t-elle le sang et la cruauté, comme le suggère le titre de la photo « The cruel diary of youth » ? Mais qui est cruel et envers qui ? Cruauté du présent de la Chine envers la jeunesse chinoise ? Cruauté d’une Chine rajeunie, qui a « retrouvé » sa vigueur, à l’égard d’un Occident vieilli et affaibli ? Cruauté subie par une Chine en proie aux affres de cet âge ingrat qu’est la jeunesse, d’une Chine en pleine crise d’adolescence, victime d’une trop rapide croissance ?

Un « aujourd’hui » paradoxalement placé sous le haut patronage de l’antique philosophe Lao Tseu dont la maxime : « Imposer sa volonté aux autres, c’est force. Se l’imposer à soi-même, c’est force supérieure » est remise au goût du jour.

Le proverbe associé à ce cruel présent, attribué à Lao Tseu, invite la Chine à se contrôler, à maîtriser sa croissance et dominer ses appétits. Pourquoi diable aller réveiller d’entre les morts cet antique philosophe chinois ? Par souci d’atténuer et d’alléger d’une « couleur locale » et « traditionnelle » un occidentocentrisme par trop visible et pesant ? Ou encore pour se garantir d’être écouté de ces immatures et insolents Chinois, en empruntant la voix(e) d’un de leur vénéré compatriote ? Mais ce sinophone – obe ? – débutant a bien du mal à se débarrasser de son accent, qui finit par trahir un double complexe d’infériorité-supériorité occidental – à la fois la peur d’être dépassé et la propension à s’ériger en vieux sage donneur de leçons…

Outre un article sur le TGV déjà évoqué, le thème de la « consommation » et de l’émergence d’une classe moyenne apparaît comme un passage obligé. A ce sujet, l’emploi du terme – ô combien galvaudé et discrédité – de « bonheur » moque la naïveté d’une Chine immature que l’idéal consumériste fait encore rêver, par contraste avec un Occident désabusé qui ne croit plus au Père Noël depuis longtemps – son élite du moins. Celle-ci se satisfait désormais d’un néo-hédonisme modeste et désenchanté, qui a substitué la fugacité du plaisir à l’illusoire durabilité d’un « bonheur » finalement inaccessible…et qui préfère l’élévation spirituelle et métaphysique à cette caricature matérielle et triviale de bonheur prisée du peuple chinois. Le terme « bonheur » lui-même est inquiétant par ses relents totalitaires : il diffuse l’hybris d’un Parti tout puissant qui prétend « imposer » par la force le bonheur à son peuple, en lui assénant quotidiennement le devoir « d’être heureux » à grand coups de sacs Vuitton, de Citroën et de meubles Ikea – un bonheur en kit, à monter soi-même ? Pourtant l’emprise du Parti, l’injonction au bonheur sont trop fortes pour n’être pas suspectes. Face à ce succédané vulgaire d’épanouissement forcé, l’Occident moralisateur rappelle les dangers d’un « bonheur d’Etat » – le bonheur, si tant est qu’il existe, ne peut être qu’une affaire individuelle et subjective…

La carte de la Chine « à trois vitesses » file la métaphore du TGV et de la course à la croissance. Un exercice cartographique à la rigueur douteuse – indigne d’un géographe assermenté – par l’impertinence du figuré et des couleurs choisis pour leurs seules qualités esthétiques, ou par sa légende « fourre-tout » et trop peu problématisée. La « carte » s’en trouve réduite à un pur ornement, une pure décoration intérieure.

L’article conventionnel sur la Chinafrique met l’accent sur la tout aussi conventionnelle « opacité » chinoise. Il trahit les limites d’un hors-série « monographique » qui ne remet pas en perspective son objet. Le lecteur avide de comparatisme regrettera en effet le manque de profondeur synchronique – d’autres pays comme la Corée de Daiwu ou la France de la Françafrique peuvent tout autant être accusées de « néo-colonialisme » – et diachronique surtout – un petit détour par le passé colonial européen serait le bienvenu… au risque de trahir l’envie et la nostalgie d’une puissance coloniale détrônée qui enrage devant le empiètements chinois sur son ancienne chasse gardée. Mais l’ancien empire colonial a-t-il encore les moyens d’imposer au monde cette « doctrine Monroe » à la française ? Une fois perdu son big stick, il ne lui reste plus qu’à brandir les armes de la morale et de la raison en dénonçant haut et fort l’exploitation éhontée de la misère africaine par des Chinois qui ont paradoxalement fait du continent noir un  « Nouveau Monde » – sorte de Nouvel Eldorado qui attire des flux croissants de migrants chinois.

Tournons la page pour découvrir enfin le cliché du risque environnemental et social autour de l’incontournable barrage des Trois-Gorges, immortalisé par les brumes néoromantiques du photographe britannique Nadav Kander :

Nadav Kander, Three Gorges Damm, Yichang, Hubei Province, 2007. La rédaction commente : « Le barrage des Trois-Gorge, à Yichang, dans la province du Hubei. Le lit du Yangzi a été détourné pour construire ce plus grand barrage hydraulique du monde ».

 

L’article intitulé « La Longue marche des Indignés » accorde enfin aux contestations internes la place qu’elle tient habituellement dans les medias occidentaux – sous les traits peu surprenants du fétiche Ai Wei Wei et de célébrités bloggeuses incarnant la contestation « nouvelle génération » qui sait mobiliser le Web et les nouvelles technologiques au service de la « liberté » d’expression et de la « liberté » tout court – forme « moderne » de révolution, qui tranche avec « l’archaïsme » de la « révolution des paysans » maoïstes invoqué par la formule de la « Longue marche ». Détournée de manière quasi oxymorique, cette référence historique majeure suggère l’éternel recommencement, ou plutôt le perpétuel renouvellement de l’histoire, incessant recyclage des événements et des « héros » – ou anti-héros-  de l’histoire… Ces indignés « marcheurs » préparent-ils l’avènement d’une nouvelle Chine populaire, au risque d’une répression toute aussi sanglante que la « Longue Marche » qui l’a précédée ?

***

« Hier » – Zuo Tian

Sculpture en pierre dans la nécropole des empereurs Ming, dans le district de Changping à Pékin. Photographie de Wang Pian intitulée WQ 007, 2007.

Le temps de « l’hier» s’ouvre sur la photographie d’une sculpture d’un soldat de la nécropole des Ming. La pierre rappelle la durée d’une « civilisation plusieurs millénaire ». La figure du soldat, plus vivant que ne le laisse supposer l’inertie du matériau, donne corps à cette Chine qui renaît aujourd’hui de ses cendres après une longue « éclipse » supposée. La nécropole abrite ici moins la mort que la toute-puissance « millénaire » de la Chine impériale, ressaisie et revivifiée par l’engouement patrimonial et la vogue touristique actuels. La focalisation sur le ventre du soldat – aux dépens d’un visage délibérément coupé juste au-dessus d’un sourire énigmatique et inquiétant – signe d’arrogance ? Jouissance de la vengeance ? – permet de visualiser la finesse de la sculpture chinoise, et de mettre en scène la symbolique – non expliquée – du héron. Le choix du détail suggère aussi peut-être la « boulimie » d’une Chine qui menace le monde de son impérialisme retrouvé.

Un « hier » paradoxalement placé sous le haut patronage de Mao Zedong auquel est attribuée la maxime : « Sans destruction pas de construction, sans barrière pas de courant : sans arrêt pas d’avance. »

S’ensuit un itinéraire bien balisé, jalonné par des lieux et des passages obligés pour le « lecteur-touriste » européen : le tombeau de Xian en guise de topos de la Chine plurimillénaire, accompagné d’un catalogue des antiquités chinoises, véritable cabinet de curiosités encombré de papier, de soieries, et autres porcelaines poussiéreuses. Au motif de « l’éclipse chinoise » est opposé celui du « retour » – ou revanche ? – qui trahit la séduction de l’éternel retour, pourtant démenti par une frise chronologique qui manifeste une conception bien linéaire et bien orthodoxe de l’histoire chinoise, jalonnée par de multiples balises : thématiques, chronologiques (ces jalons temporels rassurants ou du moins peu dépaysants que sont la guerre sino-japonaise, la Longue Marche, le Grand Bond en avant, la Révolution culturelle ou Tian An Men, érigés en véritables « personnages » historiques), iconographiques (vases Ming, robe de soie de l’empereur, affiches de propagande nationaliste puis communiste), lexicologiques (confucianisme, Cité interdite), cartographiques (territoires des grandes dynasties, route de la soie), biographiques voire (anti)hagiographiques (Puyi, Tchang Kai-Chek et Mao Zedong – dit le Grand Timonier pour les intimes – forment avec la Bande des Quatre la galerie des portraits consacrés comme autant d’icônes de l’histoire chinoise).

Soulignons quand même qu’aucun historien ne figure parmi les auteurs de la section « histoire » – une conception particulière de l’histoire, oscillant entre histoire journalistique, immédiate ou du « temps présent », d’un côté ; histoire canonique, orthodoxe et (anti)hagiographique, de l’autre. Histoire inquiétante d’un côté, histoire rassurante de l’autre. Les divers articles croisent des niveaux et fonctions de discours différents : articles didactiques et pédagogiques qui retracent l’histoire chinoise « canonique » ; articles critiques sur les musées, les expositions et autres réécritures de l’histoire ; témoignages et documents « d’archives » brandies comme des « sources » de première main (récit d’Albert Londres, réaction à chaud de Robert Guillain à la révolution de 1949 identifiant les communistes à des Martiens paysans envahissant la ville, sursaut de Simon Leys à la répression de Tian An Men). L’article sur les « services secrets », enfin, entretient le fantasme du péril jaune, d’une part, de la culture chinoise du secret, du mystère et de l’opacité d’autre part.

***

« Demain » – Ming Tian

Un « demain » paradoxalement placé sous le haut patronage de l’antique philosophe Confucius dont la maxime : « Qui ne se préoccupe pas de l’avenir lointain se condamne aux soucis immédiat » est agitée comme un avertissement à l’adresse d’une Chine court-termiste, gaspilleuse et pollueuse et harmonieusement accordée aux sirènes contemporaines du développement durable….

 

L’avenir chinois est tout aussi paradoxalement placé sous le haut patronage de Confucius, ce qui en dit long sur la mobilisation des références historiques les plus lointaines au service d’une nouvelle identité et un nouvel avenir chinois, qui vient puiser dans les profondeurs d’un passé pensé comme « traditionnel ». Cette réappropriation du passé est pratiquée notablement par les Instituts Confucius, qui tendent à identifier les trois termes Chine = Confucius = sagesse, et tentent de définir une curieuse « essence chinoise » – sorte d’image de marque nationale hétéroclite qui mêle le philosophe au kung fu ou à la cuisine chinoise.

Immeuble en construction dans le district de Hujialou à Pékin. Photographie de Zhou Jun intitulée The Red and the Black – 05, 2007.

Cet avenir apparaît d’emblée crépusculaire, à la fois sombre, inquiétant, incertain, aussi bien à l’intérieur (inégalités sociales, insuffisance de la démocratie, risques environnementaux) qu’à à l’extérieur (relations diplomatiques et rapports géopolitiques faits de tensions et de frictions avec les voisins indien, pakistanais ou avec les Etats-Unis). Associée à la photographie d’un immeuble en construction, la Chine apparaît comme un pays en construction elle-même, un perpétuel chantier en devenir. Sur cette image, l’avenir chinois est de couleur rouge – couleur omniprésente dans le magazine – ici agitée par les banderoles des échafaudages, dont l’artificialité suggère que l’image a pu être retouchée, ou formalisée par le titre de la photographie elle-même – « Rouge and the Black ».

Portrait – dans un style « néo-réalisme socialiste » revisité – du nouveau président chinois Xi Jinping tout sourire, présenté comme le « Prince Rouge »

 

L’article sur le « Prince Rouge » Xi Jinping décline la métaphore chromatique et renforce le fantasme du péril désormais plus rouge que jaune, à travers le portrait de ce « crocodile » suspecté d’être plus « ambitieux » que son prédécesseur Hu Jintao. Mais c’est aussi un homme « moderne », incarnant une nouvelle génération de dirigeant, adepte des idées de la « nouvelle démocratie », flanquée d’une famille tout aussi moderne – une épouse chanteuse de variétés ou une fille étudiante à Harvard.

Les photographies illustrant le problème de la pollution, aux couleurs très sombres, apocalyptiques, confinent parfois au voyeurisme morbide, notamment lorsqu’elles prennent les traits de cette femme cancéreuse (cf. ci-dessous).

Photographie de Lu Guang, né dans la province du Zhejiang en 1961, photographe reporter des risques sociaux et environnementaux de la Chine contemporaine, notamment des « chercheurs d’or », des « petites mines de charbon », ou des « villages du sida ». La légende indique : « Zhao Bingkun est en phase terminale d’un cancer de l’œsophage. Son village est au bord de la rivière Hong dans le Henan, avril 2009 ».

Par leurs tons apocalyptiques, ces images annoncent bien l’avenir doublement « crépusculaire » qui guette la Chine – crépuscule des idoles, en vertu de la « démaoisation » – en témoigne le « document » de la page 78 de Mao Yushi, intitulé Mao Zedong n’était pas un Dieu » –  mais aussi crépuscule de la terre chinoise elle-même, aride, craquelée, marquée par l’empreinte d’un vaporeux cadavre échoué sur cette terre rendue inhospitalière par la course à la modernité et stérilisée par une croissance trop rapide et mal maîtrisée.

Photographie de Lu Guang, né dans la province du Zhejiang en 1961, photographe reporter des risques sociaux et environnementaux de la Chine contemporaine, notamment des « chercheurs d’or », des « petites mines de charbon », ou des « villages du sida ». La rédaction commente : « La pollution en Chine. Dans la province du Henan, trois usines rejettent depuis vingt ans leurs déchets toxiques dans les eaux de la rivière Hong, provoquant un nombre alarmant de cancers parmi les 400000 habitants qui vivent à proximité ». « Les champs bordant le Yangzi sont pollués par les rejets industriels des usines de la zone industrielle de Maanshan dans le Anhui, juin 2009 ».

Par leurs tons apocalyptiques, ces images annoncent bien l’avenir doublement « crépusculaire » qui guette la Chine – crépuscule des idoles, en vertu de la « démaoisation » – en témoigne le « document » de la page 78 de Mao Yushi, intitulé Mao Zedong n’était pas un Dieu » –  mais aussi crépuscule de la terre chinoise elle-même, aride, craquelée, marquée par l’empreinte d’un vaporeux cadavre échoué sur cette terre rendue inhospitalière par la course à la modernité et stérilisée par une croissance trop rapide et mal maîtrisée.

***

Les pages « Zoom », qui prétendent présenter un point de vue chinois sur la Chine en donnant la parole à des Chinois sélectionnés de manière à s’accorder à la ligne éditoriale du journal, accentuent en fait la personnification et l’essentialisation de la Chine, définie par l’artiste Jiang Zhi comme une « personne cherchant son destin », ressassent les incertitudes (« l’inconnue », les « risques inconnus », « personne ne sait », métaphore du bateau dérivant sur un océan de brumes), et pratiquent le détournement de slogans ou d’icônes (de l’« Onward » de Jiang Zhi à la «Miss Mao » des frères Gao).

Installation vidéo de Jiang Zhi, Onward ! Onward !, 2006, qui précipite le crépuscule des idoles politiques chinoises via le procédé du détournement.
Les frères Gao, avec leur série des Miss Mao (2007) – sorte d’hybride entre Minnie et Pinocchio, doté de gros seins et d’un long nez, image grotesque d’une mère monstrueuse et menteuse – participent eux aussi au renversement des idoles et à la démaoïsation en particulier.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce numéro hors-série se clôt sur la nouvelle pro tibétaine d’un écrivain chinois qui conforte le lecteur « occidental » moyen dans sa conviction que décidément, le 1984 chinois s’annonce bien sombre…

 

 

 

Cécile Armand

Ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure (ENS) de Lyon (2006), agrégée d’histoire (2009), docteure en histoire (2017). Ma thèse propose une histoire spatiale de la publicité à Shanghai (1905-1949), sous la co-direction de Christian Henriot (Aix-Marseille Université) et Carol Benedict (Georgetown Université, Washington D.C.). Au-delà de la publicité à Shanghai, mes centres d’intérêt me portent vers l’histoire urbaine, spatiale et sociale en général, les outils et méthodes numériques pour la recherche historique, l’historiographie et l’épistémologie.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookPinterest

Les arrestations d’enfants juifs parisiens à portée de clic

 

Présentation générale de la carte interactive des arrestations d’enfants juifs à Paris (1942-1944) réalisée par Jean-Luc Pinol

Le projet : ses acteurs et son contexte

Il s’agit d’une carte interactive des arrestations des enfants juifs à Paris intra-muros – plus de 6000 enfants arrêtés et déportés entre 1942 et 1944 – réalisée par Jean-Luc Pinol, spécialiste de l’histoire urbaine et de géographie informatique à l’ENS de Lyon, très impliqué dans le développement des systèmes d’information géographique (SIG), directeur du TGE Adonis[1], à partir du recensement mené par Serge Klarsfeld, Mémorial de la Déportation des Juifs de France, 1978 et 2012 (édition revue et augmentée).

 

Cette réalisation s’inscrit dans le contexte des célébrations du 70eme anniversaire de la Rafle du Vel’ d’Hiv les 16 et 17 juillet 1942,  au cours de laquelle plus de 4000 enfants de moins de 16 ans furent arrêtés et déportés dans les camps de Drancy, Beaune-la-Rolande et Pithiviers. Précisément, elle fait écho à l’exposition « C’était des enfants. Déportation et sauvetage des enfants juifs à Paris, 1940-1945 » qui s’est tenue du 26 juin au 27 octobre 2012 à l’Hôtel de Ville de Paris. L’exposition retraçait le sort des enfants juifs pendant la guerre à partir de documents divers (journaux intimes, correspondances, dessins, photographies, affiches) et s’attachait à montrer la complexité et la diversité des enfances juives confrontées à la Shoah (« déportés », « survivants », « rescapés », « enfants cachés »).

La méthode employée, l’outil de webmapping et son fonctionnement

La localisation à l’adresse a été réalisée Jean-Luc Pinol, avec l’aide de l’historienne Sabine Zeitoun, mise à disposition par la Fondation pour la mémoire de la Shoah. J-L Pinol a travaillé manuellement à partir du cadastre du début du XXe siècle pour situer les adresses. Ont été utilisés les points adresses actuels de l’Atelier Parisien d’Urbanisme (APUR), adaptés pour la période de la Seconde Guerre mondiale. Le webmapping a été réalisé par Gérald Foliot, ingénieur au TGE Adonis. Il intègre les espaces verts actuels, les cimetières et différents équipements permettant de se repérer. Il inclut un moteur de recherche interne, qui permet une double recherche par nom de famille et par rue ainsi qu’un double index des noms et des rues qui permet d’afficher la liste des enfants arrêtés à chaque adresse. L’utilisateur peut naviguer librement sur la carte : lorsque l’on passe le curseur sur les adresses, une infobulle affiche l’adresse et permet d’accéder à la liste des enfants. En cliquant sur le lien, le nom des victimes apparaît.

Intérêts et forces de la carte : un double usage scientifique et pédagogique

Des usages scientifiques et heuristiques pour les chercheurs

L’outil cartographique présente d’abord des vertus heuristiques pour les chercheurs, à double titre : (1) d’une part, en permettant de mieux visualiser, de confirmer ou infirmer ce qu’on savait déjà : «la carte montre de manière bien plus spectaculaire des phénomènes que l’on connaît historiquement. Ainsi : « les antisémites des années 30 associaient les Juifs à la ploutocratie. On voit bien que c’est faux. La grande majorité des enfants ont été arrêtés dans des quartiers pauvres, où ils résidaient bien souvent.» (2) d’autre part, en révélant des phénomènes qu’on ignorait et qu’on ne pouvait visualiser autrement, en soulevant ainsi de nouvelles questions, en suggérant de nouvelles pistes et hypothèses de recherche, de nouvelles corrélations : « la grande force d’une carte, c’est qu’elle permet de faire de nouvelles hypothèses historiographiques et de les tester très rapidement, pour voir si ça colle».

Des usages pédagogiques et mémoriels pour le grand public

La carte s’offre également à des usages pédagogiques et mémoriels pour le grand public : «Cela permet aux enfants de s’identifier à des décors qu’ils connaissent. Ils sont toujours très frappés de découvrir que des arrestations ont eu lieu tout près de chez eux.» Donc rendre l’histoire, le passé, la réalité de la déportation plus proche et plus familière.

Quelques résultats et exemples d’application…

… dans le sens d’une meilleure visualisation et d’une confirmation de phénomènes préétablis et déjà connus :

  • une nette division géographique entre le quart nord-est de la capitale, qui concentre la majorité des arrestations, et le sud-ouest, où celles-ci sont beaucoup plus réduites – car elles ont été plus tardives.
  • une corrélation entre arrestation/insalubrité/pauvreté : montre que 25% des enfants juifs arrêtés vivaient dans des ilots insalubres, ce qui atteste que la majorité des juifs arrêtés étaient pauvres et qui dément l’assimilation par les antisémites des années 1930 entre religion juive et ploutocratie
  • des informations sur les origines des familles déportées : les consonances des noms de famille témoignent aussi d’une immigration venue d’Europe de l’est (Pologne, Etats baltes) : « la communauté juive à Paris dans les années 40 était moins avancée socialement qu’aujourd’hui. Elle était notamment composée de personnes venues de Pologne, des pays baltes, qui exerçaient des métiers très humbles : tailleurs, casquetiers…», détaille Serge Klarsfeld.

… dans le sens d’une révélation de nouveaux phénomènes jusqu’ici invisibles et inconnus :

En croisant ces données sur les enfants juifs déportés avec le recensement de 1954, Jean-Luc Pinol a pu établir que les musulmans d’Algérie habitaient les mêmes îlots insalubres occupés par les Juifs quelques années auparavant

Les limites et faiblesses de la carte : approximations et lacunes

  • approximations : certaines localisations sont approximatives car la plupart des bâtiments ont aujourd’hui disparu : de nombreuses impasses, cours, cités n’existent plus, suite à la rénovation urbaine qui a fait disparaître de nombreux îlots déclarés insalubres (dans le 20e arrondissement, par exemple, l’impasse Saumon). Dans ce cas, des points ont été créés en fonction du cadastre du début du XXe siècle. L’adresse est suivie de la mention « localisation approximative » et la couleur affectée au point de localisation est plus claire. Il en va de même pour les adresses incomplètes ou dont le numéro semble incertain. Chaque point a une taille proportionnelle au nombre d’enfants arrêtés à cette adresse.
  • transformations : certaines voies ont été rebaptisées pour s’adapter aux évolutions toponymiques : par exemple, la rue Corbeau d’alors aujourd’hui dénommée rue Jacques Louvel-Tessier
  • lacunes : l’adresse d’une dizaine d’enfants – dont la liste est fournie – n’a pu être identifiée.
  • risques d’erreurs et lacunes : en dépit du soin apporté à la géolocalisation des adresses, des erreurs ou des lacunes peuvent subsister, que les utilisateurs sont invités à signaler – collaborant ainsi indirectement au travail du chercheur.

Portée et extensions envisagées

Si Serge Klarsfeld imagine une extension essentiellement « quantitative » de cet outil cartographique, qu’il souhaite appliquer à l’ensemble des 76 000 Français de confession juive déportés durant l’Occupation, Jean-Luc Pinol envisage de son côté un usage plus « qualitatif » visant à mettre en lumière des phénomènes plus précis, comme les camps de transit par où sont passés les personnes arrêtées, ainsi que leur lieux de déportation.

Cette carte a été présentée dans une version immersive (espace 3D avec multi-écrans), par le Professeur Jean-Luc Pinol et l’équipe du TGE-Adonis lors de la fête de la science à l’ENS de Lyon les 11-13 octobre 2012, parallèlement à une démonstration de l’outil Immersive Virtual Shanghai (IVS) : une application de réalité virtuelle réalisée pour la ville de Shanghai par Gérald Foliot et l’équipe du Professeur Christian Henriot (Institut d’Asie Orientale, ENS de Lyon), permettant de naviguer et d’interagir dans un environnement avec le corpus d’images et de cartes de la plateforme « Virtual Shanghai ». On pourrait à ce titre distinguer deux types d’usages de ces deux outils et deux types de destinataires. Malgré son aspect « ludique », Immersive Virtual Shanghai est avant tout outil de visualisation des sources à disposition de l’historien : il permet essentiellement de se repérer dans la masse documentaire, d’explorer et de gérer une masse considérable d’archives. Il est donc en premier lieu destiné au chercheur  – même s’il peut intéresser le grand public avide de comprendre comment se fabrique le savoir historique voire – pourquoi pas – de se faire apprenti historien lui-même : IVS favoriserait en somme une sorte de démocratisation historiographique. De son côté, Virtual Paris apparaît davantage comme un outil de visualisation des résultats déjà produits par l’historien, et serait donc autant destiné au grand public qu’au chercheur.

Liens

Site du TGE Adonis 

Article de Libération du 28-09-2012

Exposition à Paris

Fête de la Sciences à l’ENS Lyon 

Immersive Virtual Shanghai (IVS)

Billet sur Immersive Virtual Shanghai

 

Cécile Armand

Ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure (ENS) de Lyon (2006), agrégée d’histoire (2009), docteure en histoire (2017). Ma thèse propose une histoire spatiale de la publicité à Shanghai (1905-1949), sous la co-direction de Christian Henriot (Aix-Marseille Université) et Carol Benedict (Georgetown Université, Washington D.C.). Au-delà de la publicité à Shanghai, mes centres d’intérêt me portent vers l’histoire urbaine, spatiale et sociale en général, les outils et méthodes numériques pour la recherche historique, l’historiographie et l’épistémologie.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookPinterest