Archives par mot-clé : uchronie

Lectures historiennes de L’autre Deuxième guerre mondiale – tome 6 – « Chien jaune » : une uchronie dessinée de la Seconde guerre mondiale en Chine

album-cover-large-20417

Plus qu’un compte rendu de lecture rigoureux et exhaustif, je livre ici quelques réflexions éparses suscitées par ma lecture récent de la bande dessinée uchronique L’autre deuxième guerre mondiale, dont le tome 6, qui a pour théâtre le front chinois, vient de paraître (été 2013).

Un récit uchronique de la Seconde guerre mondiale en Chine

Rappelons qu’une uchronie est une forme de réécriture de l’histoire : un récit uchronique imagine que l’histoire aurait pu se passer autrement, et envisage les conséquences de ce tournant alternatif de l’histoire : que serait devenu le monde si… (si… Hitler avait gagné la guerre, pour prendre l’un des exemples qui a fait couler le plus d’encre). Le titre même de la série « L’autre deuxième guerre mondiale«  (et non seconde, comme le veut la terminologie consacrée…) donne à penser… Un bel hommage rendu à la contingence historique, et qui nous prémunit contre la tentation de déterminisme historique. Le but de l’exercice n’est pas seulement de divertir : l’uchronie peut avoir une fonction pédagogique voire herméneutique : elle permet parfois de mieux comprendre, favorise une meilleure intelligibilité des événements historiques. L’hypothèse d’une autre version de l’histoire a une vertu interprétative et herméneutique certaine : elle est en quelque sorte l’équivalent de l’éprouvette test ou témoin en laboratoire, le pendant de l’expérimentation pratiquée par les sciences dures, interdite aux historiens qui ne peuvent se permettre de manipuler l’humain ni le disparu. L’uchronie a le mérite de nous rappeler que l’imagination est outil puissant et inévitable de la pratique historienne, et de souligner la proximité souvent déniée entre les sciences dures telles que la biologie ou la physique, et les sciences « molles » telle que l’histoire : que leur démarche est fondamentalement la même bien que leurs instruments diffèrent. Passons cette définition introductive de l’uchronie pour revenir plus précisément aux éléments uchroniques de « Chien jaune » : la datation est réaliste a priori : le récit débute en 1942 (année supposée charnière par les chronologies « classiques ») et s’achève au lendemain de la guerre, les protagonistes sont les mêmes (Etats-Unis, Allemagne, France, Angleterre, Chine et Japon) mais les alliances sont renversées : bien que la France et l’Allemagne, ou la Chine et le Japon soient comme dans la réalité ennemis irréconciliables, en revanche les Etats-Unis apparaissent comme une puissance intermédiaire, en tant qu’alliés (bien fragiles à vrai dire) du Japon contre la Chine de Mao, dont ils cherchent à ménager les susceptibilités. Mao dirige les opérations et le gouvernement chinois, une tâche qui lui est facilitée par l’assassinat de Chang Kai Chek pendant la guerre, ce qui annule toute possibilité de guerre civile entre communistes et nationalistes après guerre – et donc raye de l’histoire la révolution maoïste de 1949… Une réécriture de l’histoire chinoise qui laisserait rêveur bien des sinologues et historiens spécialistes de la Chine…

Une idéologie culturaliste soucieuse de nuance mais qui reste très marquée par un schéma binaire voire manichéen et par la théorie du « choc des civilisations »

Les relations entre l’Occident (essentiellement réduit aux Etats-Unis) et l’Asie (Chine et Japon surtout, qui incarnent tous deux « l’Autre » de l’Occident) sont placés sous le signe du complexe d’infériorité-supériorité. Si la supériorité et le raffinement de la culture japonaise ou chinoise sont plusieurs fois affirmés (par leur littérature, leur théâtre, ou l’invention des échecs), Japonais et Chinois apparaissent pourtant « cruels » ou « insincères » – bien peu civilisés, en résumé, au sens « occidental » de civilisation. L’attitude de l’officier américain Hayward incarne bien ces contradictions, déchiré entre humilité ou admiration pour le Japon d’un côté, mais aussi tentatives de moralisation et critique de leur cruauté et leur « absurdité ». Finalement, c’est une vision culturaliste bien « manichéenne » et ethnocentrée qui prévaut et sous-tend les relations américano-asiatiques, encore fortement marquée par l’idéologie du « choc des civilisations », avec pour présupposé silencieux la croyance en une supériorité de la culture américaine.

Une réflexion sur la patrimoine et la mémoire

Une telle réflexion se manifeste à mon sens au cours de l’épisode sur la destruction de Pékin par les Japonais : outre qu’on pourrait y lire une transposition en terre chinoise de la volonté envieuse de détruire de Paris par Hitler, cet épisode est également l’occasion de réfléchir à la notion de patrimoine et de mémoire, au différentiel de conscience ou de sensibilité patrimoniales entre les peuples. Si le Japon se montre si peu soucieux de préserver le Temple du Ciel ou la Cité interdite, c’est autant par haine et volonté de vengeance à l’égard d’une civilisation « millénaire » comme on l’entend souvent, que par absence de conscience patrimoniale au sens occidental. Une manière de rappeler que la sensibilité patrimoniale occidentale est le produit de son histoire, et que si la culture ou les valeurs d’un peuple et d’une civilisation diffèrent, c’est parce que leurs trajectoires historiques ont divergé : le Japon aurait-il eu un souci plus affirmé pour le patrimoine – au sens de patrimoine matériel, pour ces « vieilles pierres » comme les appellent le cruel général nippon) s’il avait connu sa propre « Révolution française » ? Telle pourrait être la question posée par cet épisode apparemment anodin, pourtant loin d’être innocent.

Une fable philosophique ou conte moral (bien cruel…) sur la « nature » humaine

PatrimoineLa progression du récit uchronique prend la tournure finale d’une véritable descente aux enfers, qui n’est pas sans rappeler la célèbre œuvre éponyme de Dante, et surtout son adaptation cinématographique magistrale par Pasolini, Salo. L’Américain Hayward est déchu de son humanité par le Japonais qui le réduit à être son chien, et lui impose un véritable processus de déshumanisation : privé de ses vêtements, privé de nom, privé du langage même (d’abord interdit de parler, avant de lui arracher la langue pour le punir de sa déobéissance), forcé de « s’accoupler » littéralement avec une Chinoise, pour accomplir le fantasme du général nippon de produire une race de « bâtards » sino-américains – les deux races « honnies », qui occupe le bas de l’échelle civilisationnelle aux yeux du Japonais… Le comble de l’horreur semble alors atteint juste avant la fuite de l’officier, mais son retour dans sa patrie n’est guère plus réjouissant…et donne à réfléchir sur la supposée « supériorité » de la civilisation américaine. Soupçonné d’être devenu l’allié des communistes, le pauvre lieutenant rescapé n’est pas au bout de ses peines : envoyé en hôpital psychiatrique par des compatriotes pour le moins ingrats, la thérapie consiste à lui brûler les yeux… étrange signe de civilisation et de reconnaissance de la part de la première puissance mondiale en cette fin de XXeme siècle…

Cécile Armand

Ancienne élève de l'Ecole Normale Supérieure (ENS) de Lyon (promotion 2006), actuellement en deuxième année de thèse à l'ENS Lyon, sous la direction de Christian Henriot (Institut d'Asie Orientale - IAO). Mon sujet porte sur la publicité en Chine du milieu du XIXe-au milieu du XXeme siècle, mais je m'intéresse à des questions historiographiques et méthodologiques plus générales ainsi qu'aux "humanités numériques".

More Posts

Follow Me:
Twitter

New Beijing I – La BD extrémise le « péril jaune » (VMC 3)

Visages médiatiques III (VMC 3) : New Beijing I – la Chine en bande dessinée ou l’extrémisme du « péril jaune »

Uchronie[s]

Poursuivons notre exploration des visages médiatiques de la Chine contemporaine avec la lecture d’une bande dessinée récemment publiée (septembre 2012) par les éditions Glénat : Uchronie(s) – New Beijing (tome 1).

 

La couverture semble nous avertir d’emblée que nous sommes sur le point de pénétrer dans un monde inquiétant, menaçant. A la faveur d’une vue en contre-plongée, New Beijing se dresse dans une accablante verticalité vers un ciel tout imprégné de rouge. Etouffante est cette étrange infusion atmosphérique aux relents de communisme, d’apocalypse ou d’aube nouvelle… mêlant la « modernité » des gratte-ciel à la « tradition » résiduelle dans l’architecture chinoise. Trois formes humaines – deux femmes chinoises mais bien peu avenantes et bien peu féminines qui encadrent un homme aux traits « occidentaux » – grandies par la contre-plongée, visages fermés et point serrés, tournent leurs impénétrables regards vers un horizon incertain. Désincarnés, statufiés, ressemblant davantage à des types qu’à des humains de chair et d’os, ils participent par leur inhumaine monumentalité de l’accablement du lecteur qui hésite encore à tourner la première page…

 

Une société sous haute surveillance…

Les premières pages nous immergent dans un environnement militaire, policier, sécuritaire, aux couleurs austères, peuplé de caméra de surveillance – parfaite émanation du fantasme occidental d’une société chinoise sous haute surveillance, sous contrôle permanent – une dictature d’inspiration orwellienne en somme. A l’oeil « moderne » des écrans de contrôle s’oppose la voix tremblante du garde avouant sa peur des fantômes ou apparitions – survivance archaïque de quelque « superstition » chinoise ?

Une Chine contradictoire, entre modernité technologique et superstitutions archaïques ?

Les pages suivantes nous transportent à l’aéroport de New Beijing, où deux Occidentaux en fuite qui ne savent même pas que la Tsing Tao est une bière… Les allusions répétées à cette barrière linguistique et culturelle – une manière de reformuler le célèbre « Ils sont fous ces Romains »… ? – scandent l’inéluctable malentendu entre deux civilisations. Au fil d’une conversation encore opaque au lecteur, le « capitalisme d’Etat à la chinoise » apparaît comme le pire des systèmes économiques possibles – pire que le mystérieux « black order » du moins…

Les Etats-Unis, nouvelle colonie chinoise – Ellis Island transformée en « Guantanamo » chinois…

La situation s’éclaircit enfin pour le lecteur – mais pas pour les héros (…), qui vivent – nous le comprenons progressivement à partir de la page 11 – dans un monde désormais dominé par la Chine qui a colonisé les États-Unis – cette suprême puissance dans le monde contemporain du lecteur… Ellis Island a été transformé en nouveau Guantanamo, les immenses champs de blé du Maine sont cultivés par des prisonniers occidentaux réduits en esclavage. Soumis à une surveillance permanente et aux travaux forcés, le nouveau monde chinois apparaît un monde néo-féodal assis sur le servage et la surveillance permanente de ces « esclaves modernes au service d’un régime obsolète » (p. 14). Ces « esclaves modernes » sont en outre d’anciens chercheurs, professeurs, intellectuels ou artistes : ces cerveaux forcés de « travailler » – de leurs mains, s’entend, conformément à cette dichotomie tenace entre travail manuel et travail intellectuel, comme si les mains fonctionnaient sans cerveau et comme si les intellectuels ne savaient rien faire de leur main – ne sont pas sans rappeler les pires heures de la période maoïste – les ombres de cette Révolution culturelle qui envoya aux champs les intellectuels récalcitrants hantent ces pages aux couleurs sombres… Ils semblent jouer la vengeance des « bras » sur les « cerveaux », des masses laborieuses sur les élites pensantes, et, au-delà, la revanche de « l’atelier du monde » sur l’officine des managers et décideurs du monde passé – de la Chine sur « l’Occident ». Pendant que les têtes pensantes se tuent à la tâche, les luttes de pouvoir au sommet étêtent un régime chinois miné par la corruption malgré la toute puissance du Parti. Quelques vestiges de la « civilisation » – occidentale – viennent ponctuellement illuminer le sombre quotidien de ces serfs « modernes » : whisky, cigarettes. En lisant la lettre de Véronika, devenue ouvrière dans une usine textile de New Beijing, où règne une « cadence infernale », nous comprenons que la Chine est restée « l’atelier du monde »… mais que les Chinois ne constituent plus cette main-d’œuvre corvéable et bon marché des Occidentaux qu’elle fut au XXeme siècle, dans une économie mondialisée asservie par les Occidentaux. Le monde a été renversé : ce sont les anciens maîtres du monde qui sont désormais réduits en esclavage par des Chinois désormais maîtres du monde. Le fantasme du « péril jaune » revisité, radicalisé, poussé à l’extrême… La sinophobie fait bon ménage avec la caricature et l’amalgame : à la page 25, un garde chinois étrangement barbu et coiffé d’une casquette kaki semble « kiffer » le look « castriste »… ne manque que le cigare…

Bien que réduits à l’état de bête de somme, les Occidentaux conservent leur conscience morale… et leur fâcheuse tendance à s’ériger en donneur de leçons. Au Mal absolu incarné par ces « ordures » et ces « bourreaux » de Chinois, ils opposent le Bien absolu, en refusant de recourir aux mêmes procédés et se faire bourreaux à leur tour lorsqu’ils ont la possibilité de tuer un garde chinois… que voulez-vous, nous, nobles Occidentaux, sommes bien au-dessus de cela…

 

 

 

Les rickshaws qui envahissent fourmillent dans les rues New York (p. 29) nous confirment que l’ancienne puissance mondiale a bien été colonisée par la chine, et signalent l’irruption du passé (le Shanghai du XIXème siècle) dans un présent ou futur difficile à localiser. Le télescopage des temps et des lieux participent de l’uchronie.

Signe de la colonisation chinoise…

 

 

 

 

 

… les rickshaws ont envahi la Grosse Pomme !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chih-Nii, cadre (femme) haut placé du Parti, explicite page 32 ce nouvel ordre géopolitique marqué par l’hégémonie chinoise.

Une nouvelle « translatio imperii » en faveur de la Chine ?

 

Ses explications confortent deux topoi bien ancrés dans l’histoire des représentations : le dualisme Chine/Occident, d’une part, et le mythe de la tranlatio imperii, d’autre part, qui revêt la forme nouvelle d’un « transfert de richesses vers l’Orient ». Au pouvoir essentiellement politique des empereurs romains s’est substitué un pouvoir de nature économique dans ce monde de néo-capitalisme sinisé. La Chine est désormais « en position de leader incontesté des marchés ». En expliquant qu’elle est devenue « en quelques années » le « premier importateur et consommateur » au monde, notre guide Chih-Nii actualise chez nous autres, « Occidentaux » du XXIème siècle, le sentiment d’une accélération de l’histoire et la hantise d’une émergence chinoise fulgurante, qui rejoint le cliché en circulation dans la presse actuelle d’une croissance de la Chine qui serait trop rapide[1] – crainte réelle ou honteuse envie des Occidentaux englués dans la quasi nullité de leur propre croissance ? La Chine est ainsi devenue dans le même temps « le plus gros pollueur de la planète » – tel est l’envers et le revers d’une croissance non maîtrisée.

 

 

Le cliché de la Chine « polleuse » et bafouant les libertés individuelles…

A la page 32, la mention de la « galette huajan » semble vouloir donner une « couleur locale » et participe de la définition d’une culture ou d’une identité chinoise qui passerait inévitablement par cette dimension culinaire ou gastronomique[2].

La condamnation du « vide démocratique » et des « droits de l’homme en péril » apparaissent enfin à la page 34. Accolé au « réchauffement climatique », aux « foudres de la communauté internationale » ou à la « tyrannie des pays du Golfe » suggérant la dépendance énergétique d’une Chine qui n’est pas exempte de faiblesses… et d’un monde qui reste globalement englué dans le pétrole et incapable de réussir sa transition énergétique civilisation automobile,  ces « mots-buzz » trahissent le lieu par trop « vingt-et-uniémiste » d’où parlent les auteurs de la présente bande dessinée…

Un réconfort toutefois pour les Occidentaux opprimés par le colosse sans cervelle : malgré leur puissance économique, les « bras » Chinois ont toujours besoin des « têtes pensantes » occidentaux – ouf, la civilisation occidentale ne disparaîtra pas tout de suite… La lueur d’une nuance perce parfois dans ce tableau sombre et stéréotypé d’une Chine uchronique – mais pas tant que cela : des voix s’élèvent au sein de l’administration chinoise elle-même pour critiquer certaines limites du régime et proposer des réformes, pour promouvoir par exemple les libertés individuelles. Mais elles – les voix et surtout les nuances – restent bien timides… La Chine reste bien une dictature stricte et impitoyable, comme l’incarne l’architecture rectiligne et austère de l’université de New Beijing (p. 41) qui tranche avec les recoins bucoliques de Central Park à la page précédente.

Au cadre bucolique de Central Park…

 

 

…se sont sustitués les lignes architecturales austères de l’Université de New Beijing…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vous l’aurez compris : c’est une vision profondément sinophobe et stéréotypée de la Chine qui traverse bruyamment ces pages. Et je doute que le tome 2 annoncé apporte quelques retouches sinophiles et raisonnées au tableau. C’est à se demander si les auteurs assument ou entendent pleinement le sens du mot « uchronie » : la référence à notre présent, ou du moins la ressemblance avec la représentation commune que se font de la Chine les « Occidentaux » du XXIème – est par trop frappante. Si je puis me permettre, vous vouliez dire… synchronie(s) ?

Des histoires à l’Histoire…

Mais cessons de faire des histoires ! N’en faisons donc pas toute une histoire, et tâchons plutôt de faire de l’histoire… l’Histoire, la vraie, épurée de la vile subjectivité de l’historien…pourquoi ne pas considérer cette bande dessinée comme une source historique à part entière, un document sur l’histoire de notre présent, de nos représentations présentes de la Chine ? Et donc à la soumettre à l’impitoyable critique historique des sources… Historiens-chirurgiens, à vos scalpels méthodiques : tâchons d’appliquer le « mode d’emploi des sources visuelles » que j’ai par ailleurs élaborée dans le cadre de mon travail de thèse, qui consiste à suivre les quatre opérations suivantes :

Contextualiser : critique « externe »[3]

Qui qui est l’auteur(s) ou le producteur(s) de l’image (commanditaire, artiste)? Si plusieurs, quelles relations entretiennent-ils, quels sont leurs origines (sociales, culturelles, géographiques), leurs postulats, leurs intérêts ?
Quoi Contenu : quel est le message, les messages ?Support : quels supports, quelle est la nature de l’image (peinture ou œuvre d’art, photographie, carte postale, caricature, affiches, publicités, film…) ? Être attentif à la matérialité de l’image : ses techniques de production et de diffusion ; son contexte d’apparition et de réception. Ce contexte matériel conditionne la « vie de l’image » et ses temporalités.
Quand Datatation(s) et contexte(s), qui se jouent à deux niveaux :

  • Production
  • Diffusion/réception –à plus ou moins long terme

Dans quel(s) contexte(s) – politique, économique, social, culturel ?

Quels événements ou faits marquants accompagnent la production et réception de l’image ?

Lieu(x) et contexte(s)

  • production
  • diffusion/réception de l’image

Envisager différentes échelles : contexte matériel immédiat (journal, rue, salle de cinéma… sa place dans cet environnement) ; contexte plus large (quelle ville, pays…).

A qui Quels destinataires : voulus ou non, primaires et secondaires, contemporains et plus tardifsCombien : un individu ou des masses ?Qui : quels groupes sociaux, hommes ou femmes, jeunes ou vieux ; des célébrités ou des anonymes ? Comment ont-ils réagi à l’image ?  Comment l’ont-ils interprété (difficile à savoir) ? Quels ont été les usages de l’image ? Cette réception est-elle conforme ou déviante par rapport aux attentes et objectifs des producteurs, en phase ou en décalage ? Pourquoi ?
Pourquoi Les objectifs, intentions des auteurs, leurs buts, leurs intérêts, leurs arrières-pensées – dans la lignée de leur postulats, présupposés, préjugés, de leur « lieu social » et leur background
Portée(s) Les objectifs, intentions ont-ils été atteints ? Mesurer le décalage éventuel intentions et objectifs.Evaluer la réception, l’interprétation, l’impact, l’efficacité à plus ou moins long terme : les ondes de choc, les échos : pour les contemporains / a posterioriEvaluer la réception, l’interprétation, l’impact, l’efficacité dans différents lieux et contextesMémoire(s) de l’image au fil du temps

 Analyser : critique « interne » [3]

Décomposer et recomposer l’image.

Décrire, analyser, étudier la composition de l’image : que voit-on sur l’image ?

Quels éléments la composent ?

Etudier les procédés techniques et esthétiques ou artistiques (photo ou peinture, couleur et lumières, mise en page, typographie) et leurs fonctions : permettent-ils de réaliser les objectifs du producteur, dans quelle mesure servent-ils les intentions du producteur, participent-ils de la stratégie argumentative, rhétorique de l’auteur ?

Quels sont les rapports entre les éléments visuels et textuels (légende, slogan…) : complémentarité et confirmation-renforcement, contraste et contradiction ? En quoi les textes influencent-ils ou éclairent-ils le sens de l’image ? Qui a écrit ces textes et pourquoi ?

Interpréter : donner sens

  • Quelle ou quelles sont les significations de l’image pour les contemporains ?
  • Quelle(s) signification(s) pour l’historien : resituer dans ma problématique ou mes interrogations ; quelle est la portée et l’intérêt de l’image pour l’historien : en quoi elle est originale/banale, apprend-elle quelque chose de nouveau, remet-elle en question des théories, des évidences ou des lieux communs, confirme-t-elle ce qu’on savait déjà…

> Attention ici à ne pas surinterpréter, plaquer son regard d’historien du XXIème siècle sur une image du passé = reconstituer les conditions de réception par les contemporains 

Confronter : mettre en réseau(x) et en série(s)

Confronter, mettre l’image en perspective et en  série : la confronter à d’autres images, à d’autre sources (écrites), à ses connaissances sur la colonisation et sur la période et le contexte en général.

NB Cette démarche est d’autant plus justifiée que le « pouvoir » ou l’efficacité de l’image réside moins dans sa présence isolée que dans les phénomènes de récurrences, de répétitions, de redondances, dans l’existence de motifs ou de stéréotypes visuels, et au fait qu’il existe une circulation des images → réinsérer dans culture visuelle plus vaste

Trois confrontations me semblent ici s’imposer dans le cas précis de New Beijing I :

  • Resituer cette bande-dessinée dans la série “Uchronies” et la relire à la lueur des tomes suivants
  • Resituer dans le genre ou la « tradition » littéraire et artistique (pléthorique…) des uchronies-dystopies. Quelques références me viennent immédiatement en tête, mais la liste est loin d’être exhaustive : Barjavel, Ravages ;  Orwell, 1984 ou le film Brazil de Terri Gilliam (1985)…
  • Confronter cette BD « 100% occidentale » à une vision plus chinoise, notamment aux ouvrages des éditions Fei, qui propose un point de vue chinois/franco-chinois et donc un bon contrepoint…


[1] Cf. La une d’un numéro récent de Courrier international, qui titrait : “Moins vite la Chine !”. Bienveillant conseil dicté par la sagesse d’une vieille nation familiarisée aux revers climatiques et sociaux ou bien injonction fielleuse animée par la peur et la l’envie d’une nation dégradée et dépassée par l’histoire ? http://www.courrierinternational.com/article/2012/10/04/moins-vite-la-chine

[2] La cuisine comme pierre de touche d’une identité ou d’une « essence » chinoise est un topos de la littérature des pionniers et les voyageurs du XIXe ou du début du XXème siècle : à titre d’exemple, lire Carl Crow – qui hantent encore aujourd’hui les guides touristiques et les sites consacrés à la Chine… et aujourd’hui étrangement récupéré par les Instituts Confucius dans leur tentative obsessionnelle de définir une « essence chinoise »… La cuisine apparaît donc comme un élément fondamental de cette nouvelle « image de marque » de la Chine contemporaine.

[3] Je reprends ici en la détournant à mes propres fins la terminologie de Langlois et Seignobos : les expressions de critiques « externe » et « interne » n’ont pas ici le même sens  que pour les deux historiens du XIXème siècle.

Cécile Armand

Ancienne élève de l'Ecole Normale Supérieure (ENS) de Lyon (promotion 2006), actuellement en deuxième année de thèse à l'ENS Lyon, sous la direction de Christian Henriot (Institut d'Asie Orientale - IAO). Mon sujet porte sur la publicité en Chine du milieu du XIXe-au milieu du XXeme siècle, mais je m'intéresse à des questions historiographiques et méthodologiques plus générales ainsi qu'aux "humanités numériques".

More Posts

Follow Me:
Twitter